Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Articles avec #reflexions...enfin on essaye tag

APPEL A LA METAMORPHOSE DU MONDE

2 Avril 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Pour certains  blogueurs influents... Edgar Morin est désormais dépassé, en somme un vieux con... Pour moi, c'est l'un des derniers grands penseurs. Je vous mets son appel dans l'intégralité (ben oui, il y a plusieurs pages...)


APPEL A LA METAMORPHOSE DU MONDE

Adresse aux artistes

par Edgar Morin, Pierre Gonod et Paskua

 

 Chers amis,

 

Permettez nous de vous saluer et de vous féliciter pour votre initiative de former le groupe « Métamorphose ». Nous ne nous étonnons pas que les premiers à s’engager dans ce combat pour le futur soient des artistes. Ils ressentent plus profondément et  plus vite que les autres la souffrance et les espérances du monde, leurs œuvres libèrent des forces génératrices – créatives. Nous vous invitons à mettre vos talents au service du vaste mouvement pour la métamorphose du monde dont vous serez les pionniers. L’œuvre singulière de notre ami Paskua en incarne l’avant-garde.

 

Vous êtes témoins et acteurs de la crise du monde qui affecte toutes les sphères. Une analyse systémique montre  qu’elle est le résultat de  l’enchevêtrement de multiples composants, des relations et rétroactions innombrables qui se tissent entre des processus extrêmement divers ayant pour sièges les systèmes économiques, sociaux, démographiques, politiques, idéologiques, religieux, l’éthique, la pensée, le mode de vie, l’écosystème, tous en crise.


Le vaisseau spatial terre n’a pas de pilote. Ses quatre moteurs, la science, la technique, l’économie, le profit, sont, chacun incontrôlé. En l’absence d’une gouvernance mondiale, le vaisseau va vers la catastrophe. C’est l’hypothèse la plus probable.


L’improbable c’est la capacité d’une guidance en temps utile pour suivre un autre itinéraire permettant de traiter les problèmes vitaux pour l’humanité, en premier lieu la dégradation de la biosphère sans oublier les menaces nucléaires qui ne sont pas disparues.


Il faudrait une métamorphose, qui dans l’état de conscience actuelle est une hypothèse improbable, quoique non nulle. Mais qu’est, au fait, une métamorphose ? Sinon le changement d’une forme en une autre, et, en biologie, une transformation importante du corps et du mode vie au cours du développement de certains animaux comme les batraciens et certains insectes. Ainsi on parle des métamorphoses du papillon ou des grenouilles. Ici l’auto-destruction est en même temps auto-construction, une identité maintenue  dans l’altérité.


Plus généralement la naissance de la vie est une métamorphose d’une organisation chimico-physique. Les sociétés historiques le sont devenues à partir d’un agrégat de sociétés archaïques. Vie et société sont le produit de métamorphoses. Elles sont en danger. L’histoire c’est aussi l’issue tragique du développement d’une capacité à détruire l’humanité. Il y a donc la nécessité vitale d’une meta-histoire. Il n’a pas de fin de l’histoire, contrairement à la thèse de Fukuyama qui avait tiré du triomphe du capitalisme la conclusion de sa pérennité. Les capacités créatrices ne sont pas épuisées. Une autre histoire est possible.

                            

Il y a des raisons d’espérer.

 

L’Homme Générique  de Marx exprime ses vertus génératrices et créatrices inhérentes à l’humanité. Il y a toujours en lui  ces capacités. On peut user de la métaphore des cellules souches dormantes dans l’organisme adulte et que la biologie moderne  a révélées. De même, il y a dans les sociétés normalisées, stabilisées, rigidifiées, des forces génératrices-créatrices qui se manifestent. : « International art movement for the metamorphosis of the world » en est la preuve.

 

La crise financière et économique pousse actuellement nombre de dirigeants et d’économistes réveillés de leur torpeur à « réformer le capitalisme ». C’est une nécessité que certains considèrent encore comme une contrainte conjoncturelle. Mais il s’agit d’une crise systémique, beaucoup plus large et profonde, la crise planétaire multidimensionnelle. Et avec elle est concerné l’ensemble des peuples. C’est dans leur sein que vont s’éveiller des forces créatrices et une volonté transformatrice. Si une hirondelle ne fait pas le printemps, des signes forts sont apparus.


Ainsi, de Seattle à Porto Alegre s’est manifestée une volonté de répondre à la mondialisation techno-économique par le développement d’autres formes de mondialisation, allant vers l’élaboration d’une véritable « politique de l’humanité », qui devrait dépasser l’idée de développement.

Nul ne peut faire l’impasse sur l’aspiration multimillénaire de l’humanité à l’harmonie, qu’elle prenne la forme du paradis, des utopies, des idéologies libertaire, socialiste, communiste, puis des révoltes juvéniles des années 60 (Peace-Love). Cette aspiration n’a pas disparu. Elle se manifeste par des myriades de pensées, d’initiatives, d’actions multiples dispersées dans la société civile et qui sont ignorées par les structures politiques et administratives sclérosées.


Les grands mouvements de transformation commencent toujours de façon marginale, déviante, modeste, voire invisible. Il en a été ainsi des religions, de Bouddha, Jésus, Mahomet, du capitalisme, de la science moderne, du socialisme. Aujourd’hui l’alter-mondisme devient un terme à prendre à la lettre : l’aspiration à un autre monde.


Des centaines de propositions ont vu le jour, cela ne suffit pas à en faire un projet sociétal cohérent, alternatif, réaliste et visionnaire. C’est ce « supplément d’âme » que nous proposons avec les « 7 réformes fondatrices » d’une « Voie nouvelle ».


À cette fin, 7 orientations principales sont proposées : la réforme politique, politique de l’humanité et de civilisation ; réformes économiques ; réformes sociales ; réforme de la pensée ; réforme de l’éducation ; réforme de vie ; réforme morale
.

Lire la suite

J’adhère à l’UMP.

1 Avril 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Il est des moments dans la vie d’un homme où il faut savoir reconnaître ses erreurs.

Aussi depuis quelques années, je pense m’être fourvoyé dans la dénonciation systématique de la politique de Nicolas Sarkozy.

 

Je n’avais pas encore réalisé toute l’étendue de son œuvre, de sa volonté à bâtir une société plus juste, plus humaine où chacun est peut trouver sa place.

 

Alors à la veille de ce G20 où une fois encore, il a montré toute sa pugnacité pour réformer le capitalisme, sans même évoquer sa volonté de le moraliser à travers son décret sur les rémunérations, j’ai décidé de prendre ma carte à l’UMP.

 

Je suis fier de ce coming-out et d’appartenir au même mouvement qu’Eric Besson et de Xavier Bertrand..

Lire la suite

Hadopi… un combat de bobos et de geeks* ?

31 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Désolé d’être un brin polémique ce matin mais cette question je me la pose depuis quelques temps (pour preuve, peu de billets sur ce sujet porteur de ma part). En effet, je ne compte plus les billets sur ce thème et l’emballement de la toile sur ce sujet.

 

Non que cette loi ne soit pas liberticide à minima cependant à partir du moment où le Parlement Européen a statué sur une forme de droit fondamental à l’accès Internet, l’importance de ce combat me paraît quelque peu disproportionné. Sans même parler de la réalité technique pour l’effectivité de cette loi…  surfer, télécharger anonyme est possible et le sera aussi dans le futur.

 

Donc, que le gouvernement s’entête et se ridiculise grand bien lui fasse, que ce dernier passe pour une bande de vieux rétrogrades au yeux d’une partie de la jeunesse… c’est son problème mais le combat contre Hadopi même si je peux y adhérer sur le principe, ne peut constituer pour moi une quelconque identification « générationnelle ».

 

A la vérité, j’aimerais qu’autant de lignes soient noircies sur des sujets autrement plus symptomatique d’un monde en perte de répètes, en quête de perspectives.

 

Ce billet peut passer pour un papier de vieux con… mais pour tout dire, chaque jour qui passe accroît une certaine forme de pessimisme collectif à l’égard de la planète, de ses résidants et un avenir pour le moins encombré pour mes petits bonhommes.

 

Hadopi ne sera qu’un vague souvenir pour eux à l’âge de leur maturité, à contratrio je doute fortement sur notre capacité à construire une société durable et donc leur « livrer » un environnement, au sens de sa globalité, soutenable.

 

Alors oui, d’une certaine façon, la loi Hadopi est pour un moi un combat de bobos (et j’en suis), de geeks (et j’en suis), une certain forme de lutte d’arrière garde d’enfants trop gâtés (et j’en suis) même si j’en comprends et soutiens les grands principes.

(*) Geek : Le plus souvent le terme "geek" est employé dans le domaine de l'informatique. L'archétype le plus célèbre du geek est celui du jeune (ou de l'adulte resté jeune) féru de sciences, de nouvelles technologies et de super-héros.

Lire la suite

La crise… devant nous et nos politiques ils sont où ?

30 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Je me souviens avec « émotion » de certains qui trouvaient en Pierre Larrouturou un sympathique illuminé ; je me souviens aussi de ceux qui considéraient le site contreinfo.info comme peu fiable par rapport à ses articles…

 

Leur tort, ils osaient remettre en cause un dogme bien établi il y a encore un an ou deux… celui des arbres dont les racines montent au ciel… Car à ce stade où nous en sommes, l’image des arbres qui montent au ciel ne suffit plus.

 

Aujourd’hui… et depuis quelques semaines, je suis à l’affût de chaque article économique ; bien sur nous n’avons jamais droit à Alain Minc qui n’a jamais trouvé soit dit en passant, ni non plus notre puits sans fond d’Eric Le Boucher… Non, j’attends la dernière livraison d’un Jorion, d’un Krugman, d’un GallBraith ou d’un Munchau… Rassurez vous, vous n’en aurez aucune trace dans les colonnes de vos journaux préférés… Restons dans le domaine de la seule compétence française autistique.

 

Et donc, depuis maintenant quelques semaines, il faut le dire sans fard… ça craint… et ça craint chaque jour un peu plus. Le dernier date d’aujourd’hui et il résume assez bien le climat actuel enfin si on veut bien admettre l’énoncé de mes racines qui ne montent pas au ciel. Je cite ce passage de Munchun « Vous croyez apercevoir les premiers signes de la reprise ? Vous êtes rassurés par la récente stabilisation d’indicateurs précoces, tels les ventes des maisons neuves aux USA ? Ou vous croyez que la hausse boursière marque la fin de la crise ? Les taux de croissance vont évidemment rebondir, ne serait-ce que pour des raisons techniques. Si tel n’était pas le cas, il ne resterait pas grand chose de l’économie à la fin de l’année. Mais même si la reprise économique intervenait en 2010, comme le prévoient quelques optimistes, la majeure partie des difficultés du secteur financier est encore devant nous… ». Bon d’accord, le gars ne pige qu’accessoirement au Financial Times.

 

Je n’ose vous mettre d’autres passages de cet article ou des types susnommés... cependant, ces derniers me font me poser cette question : « comment arrivons nous à un tel niveau d’indigence de la part de nos politiques ? ». Ne voulant citer personne au risque de froisser beaucoup de monde sur l’échiquier politique, je reste sidérer par ce message lancinant qu’ils nous répètent sur le thème du « ça va aller mieux avec nos mesurettes à deux balles et dépourvues de cohérence et de vision à long terme ».

 

Qu’on soit clair, je ne prétends à rien d’autre que ce que je suis (désolé c’est lourdingue) mais vendredi en doux rêveur assoiffé d’égalitarisme prolétarien, je vous parle de réduction de travail comme piste pour sortir de cette crise. Cela va sans dire que pour moi, elle est liée à un choix de société. Or hier, je tombe sur un article d’un mec sérieux où est évoquée cette possibilité… Même si ce dernier ne tient cette « solution » comme seulement provisoire, j’étais cependant étonné de lire ça sous une telle plume.

 

A ce stade, je préfère me taire mais j’ai le regret de dire que je trouve plus d’intelligence sur les blogs que dans notre monde politique.

 

Certains de vous ont probablement été surpris du ton employé sur ce blog vis-à-vis des politiques depuis le début de celui-ci… Hélas, je crains que la médiocrité soit réellement devenu un marqueur de cette sphère où est-ce une question de génération ? Celle étant actuellement en activité n’a jamais eu de crise majeure à traverser (je crois avoir déjà fait un billet sur ce thème) donc elle ne parvient pas à sortir d’une certaine insouciance dont elle a pu bénéficier.


Je ne dis rien sur la jeune garde montante, on me taxerait d’aigri…

Lire la suite

Réduire le temps de travail… une solution à la crise ?

27 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Dans le débat actuel sur les solutions apportées à la crise à coût de milliards d’euros, dont une bonne partie pour effacer les jeux dangereux par nos brillants financiers ; une proposition n’a pratiquement pas été abordée, c’est celle de la réduction du temps de travail.

 

Oui… vous savez ce machin qui a honteusement coûté moitié moins (et encore sans tenir compte de calcul plus fin qui permettrait de démontrer que c’est bien moins. On inclut dans calcul les subventions au travail à temps partiel préexistant au 35h)… pour créer 400.000 emplois… Le travailler plus pour gagner plus est assez intéressant puisque lui est carrément prohibitif et que de surcroît il détruit de l’emploi.

 

Donc, tous ces fameux plans de relance ne stopperont pas l’hémorragie, au point d’espérer qu’on arrive pas au chiffre de 1.000.000 d’emplois détruits pour la seule année 2009 rien que pour notre pays…  Résultat particulièrement brillant n’est-il pas ?

 

Aussi on aurait pu penser que cette question revienne dans le débat public or force est de constater son absence quasi-complète. Même, le PS n’a pas osé le mettre dans son fameux plan de relance, ce qui à mon sens est fort dommageable. Ni même les syndicats, ce qui pose une autre problématique, sont-ils seulement les défenseurs des salariés menacés ou de l’ensemble des salariés en place ou potentiel ?

 

Depuis quelques années, seul Pierre Larrouturou ose encore brandir haut et fort ce concept, il est vrai le montage proposé est assez éloigné de la deuxième loi sur les 35 heures.

 

Et surprise, la Confédération Européenne des Syndicats (CES) a osé franchir le pas dans un texte où cette dernière demande un plan extraordinaire de réduction du temps de travail dans tous les pays européens.

 

Au-delà de cette proposition, la confédération met en avant une autre réalité du capitalisme. En effet si ce dernier a exercé une pression accrue sur des rémunérations depuis près de 30 ans ; on oublie un peu vite une précarisation accélérée des travailleurs depuis une bonne décennie. En 2003, 63 millions de travailleurs avaient un statut qualifié de "précaire". Fin 2008, 124 millions d'Européens rentraient dans cette catégorie.

 

J’en conviens pour toute personne « libérale » ces mots sont effrayants (réduction du temps de travail) ou ignorés (montée de la précarisation des salariés), j’aimerai juste qu’elle me dise en quoi le fait d’injecter des montants pharaoniques pour tenter de sauver leur système qu’il nous imposte depuis Reagan est utile.

 

Bien sûr, je comprends qu’on veuille sauver de la misère quelques hauts dirigeants et hauts cadres mais en quoi est ce à la société de payer le prix de leur turpitude, de leur cupidité… Ne venez pas me parler du petit actionnaire, lui il est ruiné et n’a plus que ces bouts de papiers pour s’essuyez les larmes.

 

Alors si on reparlait réduction du temps de travail sans dogmatisme idéologique ? D'ailleur, comme me l'a fort justement fait remarquer un commentateur, le chômage partiel de Sarkozy n'est-il pas une réduction de travail... à la différence c'est qu'elle est imposée sans concertation et de manière unilatérale.

 

PS : pour plus de précision sur un mécanisme plus efficient en matière de réduction du temps de travail : Nouvelle Gauche (la contribution) ou le livre de Pierre Larrrouturou "Le livre noir du libéralisme".

Lire la suite

Un PS à contre temps comme hors du temps ?

23 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Un week-end socialiste qui tourne au fiasco, un vaudeville sur les listes pour les prochaines européennes, un abécédaire sur les libertés qui tourne court faute de proposition, un contre-plan de relance écrit à la hâte initialement présenté le jour de l’investiture de Barack Obama.

 

Sinon et heureusement, on revoit des socialistes dans les manifestations mais après ? Certains de nos dirigeants évoquent un parti encore convalescent mais alors pourquoi des les premières du lendemain du Congrès de Reims proclamer un Parti Socialiste sur le retour.

 

Car les militants ne sont pas là, ni dans les votes, ni dans les évènements qui se veulent plus festifs, ni dans les débats… Comme si rien n’avait changé, comme si rien ne changeait.

 

C’est peut être ça le nœud du problème et Manuel Valls l’écrit en filigrane dans son ce papier. Au fond, le PS tente de se raccrocher à « ses fondamentaux » de la fin de la période Jospin… le sociétal avec une difficulté supplémentaire, l’UMP s’y colle aussi. Mais au passage, ressurgit ce clivage désuet : Au PS, le laxisme ; à l’UMP l’ordre.

 

Alors certes nos communiquant sont mal inspirés, une fête sur nos libertés ; d’accord on peut avoir des interrogations avec Sarkozy mais pour une majorité de citoyens l’urgence est ailleurs… boucler son mois, son boulot demain. Je passe sur l’affichage de Martine Aubry en nouvelle férue de l’informatique avec un Mac à 3.000 euros (pour ça vous pouvez lire le très bon papier d’Antoine).

 

Mais qu’on le veuille ou non, ça donne le sentiment d’un Parti Socialiste qui ne s’est toujours pas reconnecté à la réalité… d’être encore à contretemps vis-à-vis de l’attente des « gens simples », limite hors du temps.

 

Alors on pourra toujours se rassurer comme on peut, les sondages pour Juin sont flatteurs mais fort heureusement quand on voit l’état du sarkozysme triomphant. Cependant où seront les militants pour cette campagne, ils ne sont pas au Zénith malgré les appels à se mobiliser, sont-ils encore dans les sections (je ne compte plus les lectures sur le thème des sections vieillissantes, clairsemées) ?

 

Faire revenir les adhérents, laisser le temps du débat et non sur le mode de ce fameux livre noir des libertés sorti de nos brillantes têtes pensantes de Solférino, accepter aussi la confrontation des idées, de leur exposition (c’est peut-être le plus difficile mais ce sera la preuve de la rénovation).

 

Martine Aubry a promis une convention sur la rénovation du PS… Dont acte mais que le parti s’en donne les moyens et n’oubliant pas une chose… les militants ne sont peut-être plus uniquement dans les sections et dans l’appareil.

 

Il y a quelques signaux d’ouverture, encore ils sont encore bien timides, comme sur des blogueurs invités à la Convention de ce week-end mais une hirondelle ne fait pas le printemps surtout que les vieux reflexes ont la vie dure, très dure.

 

Le problème est cependant double, il faut faire vite et bien…

Lire la suite

Supprimons la TVA !

21 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Le débat sur l’impôt a repris quelques couleurs, non avec les propos de Gad Elmaleh, avec la réduction de la TVA pour la restauration, le bouclier fiscal, la proposition des démocrates américains de taxer à hauteur de 90% les bonus des dirigeants d’AIG.

 

A vrai dire, je n’ai pas envie de me battre pour la baisse d’un point de la TVA, mais je fais une proposition simple : instaurons une TVA unique à 5,5% et réhabilitons la logique de la progressivité de l’impôt sur le revenu avant que ce dernier ne transforme en une flat taxe non avouée.

 

A mon sens, l’enjeu de la gauche sur le terrain de la fiscalité se situe à cet endroit… du courage et de l’audace camarades ! N’oublions pas que la fiscalité conditionne une la redistribution des revenus.

 

En bonus, le papier de Karl Zéro paru dans le 20 minutes de ce mercredi qui rappelle quelques vérités sur la TVA.

 

La TVA est-elle un impôt juste ?

 

« Non, car elle est payée de la même manière par tous les Français, quel que soit leur niveau de vie. Comme cette taxe s’applique à tous les produits et services, personne n’y échappe.

Elle est due au premier euro consommé. Et elle est très efficace : à elle seule, la TVA rapporte à l’Etat 130 milliards d’euros, soit la moitié de ses recettes fiscales. Mais elle est aussi inégalitaire : les 10 % des ménages les plus pauvres concèdent 8 % de leurs ressources au paiement de la TVA. Les 10 % des ménages les plus riches ne lui consacrent que 3 % de leurs revenus. Pour corriger les inégalités sociales, il faudrait compter davantage sur l’impôt sur le revenu qui, lui,
  est « progressif » : plus on gagne, plus on paie. Le problème, c’est qu’au fil des réformes, son poids dans la fiscalité française diminue (20 % des recettes fiscales). Une diminution de TVA devrait, en principe, être une bonne nouvelle pour les Français les plus modestes. Mais les expériences passées montrent qu’elle n’est pas entièrement répercutée par les commerçants sur le prix final.

Il faudrait aussi que la baisse s’applique à des biens que tout le monde achète. Or les restaurants, qui vont bénéficier d’un taux réduit à 5,5 %, ciblent une clientèle qui a déjà un certain niveau de revenus. La faveur qui leur est accordée est donc une mesure de soutien économique, pas un geste social pour atténuer l’« injustice » de la TVA. »

Lire la suite

Un monde dans le mur ?

19 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

La crise n’en finit pas… sans compter les millions d’emplois détruits dans le monde, le système imposé depuis près d’un demi siècle semble voler en une multitude d’éclats dont certains ne mesurent pas encore toutes les conséquences.

 

Le système bancaire américain est en solde quasi-définitif et chaque heure qui passe voit la FED et le gouvernement américain injecter des milliards non pour relancer mais simplement pour le maintenir sous perfusion.

 

Hier à Washington on a même remis en marche la planche à billet, avec les achats de bons du trésor… jetant par la même toute la théorie de la main invisible et vertueuse, ce n’est pas nouveau, c’est juste la confirmation que, n’en déplaise à nos piètres augures européens, la crise est profonde, très profonde où les efforts initiaux n’ont pour l’instant que de très maigres résultats. A cela, La FED augmente ses « fonds », en les doublant pour le rachat des titres adossés au crédit hypothécaire… en somme les crédits pourris insolvables.

 

Sinon bien sur le retour de la croissance est toujours prévu pour 2010… D’ailleurs, quel meilleur indicateur que les places boursières au rebond depuis une semaine comme des moutons de panurges…

 

Sauf que cette vision idyllique d’un retour à la normale d’une croissance bâtie sur le modèle de la vis sans fin n’est pas partagée par tout le monde. Hélas, pour nos gouvernants aveugles, il ne s’agit pas obligatoirement de dangereux gauchistes… loin s’en faut.

 

« Et si la crise de 2008 représentait quelque chose de beaucoup plus fondamental qu’une grave récession ? Et si elle nous annonçait que l’ensemble du modèle de croissance que nous avons créé au cours des 50 dernières années n’est tout simplement pas viable économiquement et écologiquement, et que l’année 2008 est celle où nous avons heurté un mur - celle où Mère Nature et le marché nous on dit tous deux : assez. ». Qui s’exprime comme cela, simplement Thomas Friedman, accessoirement éditorialiste du brûlot gauchisant du New York Times. Pourtant, jusqu’alors, il faisait partie de ces gens qu’on avait l’habitude de qualifier de raisonnables.

 

Au fond, en ce moment je m’interroge plutôt sur la capacité de nos dirigeants européens… de Trichet à Barroso en passant par Sarkozy… Depuis le début, on sent ce leitmotiv suranné du « il faut faire comme avant » même si pour le président de la BCE on doit encore accélérer la pression sur les salariés… tant qu’à faire. Faut-il d’ailleurs rappeler une nouvelle fois, que le locataire de l’Elysée n’avait de cesse de marteler que les français n’étaient pas assez endettés et même ; il y a encore quelques mois, un rapport d’obscurs économistes insistait sur la nécessité de multiplier les crédits hypothécaires… alors que nous avons pris en pleine poire les effets de tels pratiques outre-atlantique. Une fois qu’on met le doigt dans cet engrenage conjugué à la stagnation des salaires, on finit inexorablement par y mettre le corps en entier.


Mais non, ce n’est pas grave, les bonnes vieilles recettes devraient faire leur preuve, c’est tellement plus confortable et surtout ça ne demande aucun effort intellectuel particulier.
Ce constat est fait par Paul Krugman « Le danger immédiat et manifeste pour l’Europe à l’heure actuelle réside ailleurs, dans l’incapacité du continent à réagir efficacement à la crise financière. ». Autre passage intéressant qui va à rebours d’ailleurs des théories fumeuses de Laurence Parisot et consorts, « L’importance de ses Etats-providence n’est pas la cause de la crise actuelle en l’Europe. De fait, ils sont un facteur réel d’atténuation de cette crise. »

 

Alors oui, depuis quelques mois, j’ai mal à « ma gouvernance » et bien que socialiste, je ne vois pas non plus beaucoup d’efforts de la part de la social-démocratie européenne pour tenter d’avoir une vision plus innovante et en rapport avec les enjeux auxquels nous sommes confrontés… A un point tel qu’il est de plus en plus probable que le PSE ne présentera personne face à l’âne Barroso

 

Lire la suite

Vendredi, c’est femmes engagées !

4 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye


 

Je ne pensais pas redescendre de mon olympe  (enfin si, je n'en finis plus de descendre au wikio) pour retourner au charbon de la blogosphère masculine mais les circonstances m’y ont obligé et je dois bien l’avouer, ce matin je vois la vie en rouge

 

Bah… il ne s’agit pas de faire un billet en trompe l’oeil mais de soutenir sans l’ombre d’une hésitation l’initiative de Jacques Rosselin, grand chef de l’hebdomadaire Vendredi.

 

Ce dernier, à l’occasion de la journée internationale aux droits des femmes, a souhaité mettre à contribution la fine fleur de la blogosphère féminine… Ce qui tombe plutôt bien que le 8 mars tombe un vendredi  Bon, j'ai laissé ce grand passage qui ne veut strictement rien dire... J'ai une moitié d'excuse... Je récupère un peu de sommeil après 3 ans et demi...

 

J’ai tenu à reprécisé l’intitulé exacte de ce 8 mars car son vocable usuel « journée de la femme » marque déjà une inflexion dans le symbole de cette journée. On ne consacre pas la femme mais bien sa personnalité juridique dans ses différentes dimensions et d’un point de vue égalitaire.

 

A ce stade, où est le problème… Pour moi il n’y en a pas mais manifestement ce n’est pas le cas de certains blogueurs estampillés progressistes pour qui il est pratiquement dangereux voire contreproductif à la cause féministe (ben tiens) de laisser la parole qu’à des blogueuses.

 

Alors, je n’ai pas envie de polémiquer outre mesure, je veux juste faire un petit rappel… Tout d’abord, je me souviens qu’on avait peu ou prou les mêmes arguments quand il s’est agit de mettre en place la parité dans le cadre des scrutins électoraux à la proportionnelle… Aujourd’hui, qui peut remettre en cause cette loi quand on voit le poids des traditions dans ce domaine et si on avait attendu le bon vouloir des males… je ne suis pas certain qu’il aurait eu de quelconques avancées.

 

J’ai pu lire aussi que faire un numéro spécial était débile puisque le Net est par nature égalitaire… Ahhhh depuis quand ? Rien que par l’accès, il ne l’est pas… Ensuite en quoi, cette toile régulerait par je ne sais quelle mécanique céleste les inégalités liées au genre… Une telle assertion me rappelle les théories fumeuses de la main invisible sur le marché avec les résultats qu’on connaît.

 

A ce propos, je suis admiratif vis-à-vis d’elles… parvenir à mener de front : vie familiale, vie professionnelle, vie militante, vie d’amante et vie de blogueuse… c’est trop pour un seul homme…

 

Autre élément, nous sommes loin, très loin du militantisme à la mode MLF sur le ton du « brulons nos soutifs avec du poil aux pattes «  (désolé mesdames…). Dans mon entourage, j’ai la chance de côtoyer pas mal de militantes féministes (dont ma tendre) et pour une grande majorité d’entre-elles, il y a parallèlement à leur combat une « féminité » parfaitement assumée.

 

Alors oui Bravo à l’initiative de Jacques Rosselin, Bravo à vous les copines (il s’avère que je connais quelques unes de ces blogueuses).

 

Et vive les femmes engagées !

 

Au fait les mauvais coucheurs… vous avez déjà fait un calcul du ratio hommes/femmes dans Vendredi depuis son numéro 1 ?... juste comme ça…

PS : quand je vois le classement wikio de ce mois, je ne suis pas mécontent d'avoir initié, il y a quelques mois, cette interrogation sur la place des blogueuses dans ce classement.

Lire la suite

Symptômes ou Syndromes socialistes : Jack Lang et André Vallini.

26 Février 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

 

 


La crise s’accentue, le gros temps est peut-être encore à venir mais heureusement ce n’est certainement pas les quelques 90.000 chômeurs supplémentaires de janvier qui vont atteindre le moral de Sarkozy… Ca serait indécent, d’ailleurs ses conseillers veulent voir les choses du bon côté, sa cote de popularité remontera à temps pour 2012… grâce au retour de la glorieuse croissance, le reste attendra « toute urgence cessante »…En somme en guise de rupture, on a l’approfondissement de la politique de l’édredon en balançant à cadence soutenue des os à ronger pour l’opinion, pour l’opposition.

 

Ah… l’opposition… souvenons-nous, elle était vent debout de retour… même qu’elle osait à nouveau user ses souliers vieillis pour battre le pavé… de retour qu’on vous dit… après, il convient de ne pas trop en attendre au niveau des propositions, ça reste le minimum syndical.

 

Tellement minimal qu’hier Martine Aubry n’a rien trouvé de mieux de déclarer qu’il serait dommage de se priver d’un talent contrarié comme Jack Lang pour faire se muer dans la position du missionnaire pour le compte de Nicolas Sarkozy à Cuba… entre deux « pré-morts » de ce calibre (Jack et Fidel)… Je ne doute pas un instant des avancées internationales qui en résulteront. L’opposition est de retour qu’on vous dit, fermez le ban.

 

Parallèlement, les fuites sur le rapport Balladur on « égayait » ce début de semaine. Position du PS… on s’oppose, on demande à Pierre Mauroy et à André Vallini de sortir de la dite commission… les propositions du PS viendront en leur temps… d’ici quatre mois désormais période de gestation officielle du PS… de retour qu’on vous dit.

 

Et pour le coup, je partage l’avis d’André Vallini. Nous gagnerons à avoir des contre-propositions, des amendements à faire valoir dès à présent et non une litanie de jérémiades sur des « on-dit ». Je suis de ceux qui pensent que la question de la taille critique des régions n’est pas à traiter par-dessus la jambe. Je suis de ceux qui pensent que le millefeuille des compétences croisées entre collectivités devient incompréhensible pour un citoyen normalement constitué et effectivement je ne pense pas que ce mixte au niveau de cette nouvelle assemblée régionale aide à cela. Et quid de l’élection au suffrage universel des communautés d’agglomération, avec tout ce vacarme sur les possibles redécoupage/charcutage, je ne sais même pas si ce point assez essentiel est évoqué et en quels termes.

 

Alors oui j’avoue mon scepticisme… je peux ou on me taxera à nouveau de mauvais camarade. Scepticisme sur cette opposition frontale à géométrie variable en fonction de la nature du « débat »… Souple quand il s’agit des personnes (Kouchner, Lang) et  « inintelligible » quand il s’agit du fond ou en tout cas perçue comme telle par une majorité de nos concitoyens. Au fait, vous avez entendu la direction socialiste suite aux propos de l'UMP vis à vis de Royal ?

 

Je n’ose dire mon mot sur le rabibauchage entre royalistes et Aubryistes-Fabuisien-Hamonistes-Strauskiste (j’ai dû en oublier)… Ne croyant pas à la politique de la main tendue (mon expérience de la vie politique me fait dire que ça n’existe pas), je penche davantage pour des contingences moins charitables… une rénovation qui patine sérieusement, un cruellement manque de réservoird'idées de la part de la direction (en même temps quand on voit certains noms…) et la peur d’un échec électoral qu’il vaut mieux partager.

 

En somme… le retour du PS se fait clopin-clopant… et Sarkozy a raison d'attendre, il ne craint toujours rien des socialistes.

Edit : ce n'est pas moi qui le dit sur la commission Balladur, c'est Pierre Mauroy... Sinon, il semble qu'on s'oriente vers une élection au suffrage universel des intercommunalités même si c'est encore un peu flou.

Militant, si tu veux que le PS se décide enfin à bouger... c'est ici : plus loin, plus vite.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>