Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Articles avec #conseils techniques pour soirees bobos tag

Bobos Bricolos...

23 Juillet 2007 , Rédigé par Marco Publié dans #Conseils Techniques pour soirées bobos

Ben oui Vendredi, j’ai donné un coup de main à un pote bobo… vous vous demandez probablement comment on peut distinguer le bobo bricoleur du commun des bricoleurs du dimanche.
Et bien à quelques détails qui ne trompent pas. Tout d’abord monsieur X se fait soit la cuisine, la salle de bain… bref un truc normal… le bobo lui fait dans le jardin d’hiver… ouais ça le fait déjà plus… donc vendredi, j’étais convoqué pour un terrassement. Autre signe qui montre qu’on est en pays bobo… l’heure de démarrage du chantier… 10 heures… comme ça on a l’impression d’aller au bureau… mais ultime raffinement… pour faire vrai… les kros attendent, bien mise en évidence, sur la table. Notez que moi-même je tiens à ce détail… ça me donne l’impression d’être un homme de chantier.
Ensuite c’est l’art du recrutement pour constituer une équipe improbable pour mener à bien le projet. Là, où on voit que le donneur d’ordre a du métier… c’est qu’il a sous le coude des équipes en fonction du besoin… au menu de ce vendredi… démolition… pour tout dire, il avait sonné à la bonne porte le Toine… Déjà moi et mon physique redoutable… d’haricot vert sans fil (avec fil on est sur de gros haricots verts)… Thierry… le type de gars surdiplômé dont à la seule évocation de son surnom « Furax » met les dalles de béton les plus récalcitrantes en émoi… faut dire qu’il se ballade avec une masse en hurlant « D’ou que c’est qu’on pette tout ? »… oui malgré notre age avancé, on garde notre coté étudiant attardé, potache… souvenir commun de notre glorieux passé de gauchistes avérés… à savoir qui aurait le premier en main le marteau piqueur… symbole phallique si il en est… en écoutant Molodoï à fond (réminiscence anti-facho)… En somme ce vendredi, il ne manquait que l’inspecteur social-démocrate des travaux finis… enfin comme il devait travailler très très dur dans sa collectivité…
Enfin le dernier détail qui tue qui montre qu’on a définitivement quitté le monde sarkoziste… forcément Toine veut mettre un parquet chevron dans son jardin d’hiver… en lecteur profane du monde boboïte , vous vous dites qu’une bonne vieille dalle béton et un parquet flottant ça fait l’affaire… surtout que maintenant, ils font des trucs à s’y méprendre… Oullla mon brave… ce n’est pas connaître le Toine coiffé de son béret basque (authentique) a épluché l’encyclopédie de la pose traditionnel de parquet chevron… et a fini par exhumer The Pose sur lit de sable et tout le toutim… au demeurant, il a déjà procédé de la sorte pour une autre pièce… pour un résultat de maître faut bien le dire…
Il va s’en dire que l’opération démolition fut rondement menée… j’étais tellement chaud qu’en rentrant chez moi… j’ai fait mon affaire d’un bac à charbon situé dans ma cave… ivre de puissance et armé de la fameuse masse… 5 minutes montre en main… plus qu’à évacuer les gravas… … heuu… ça… 6 mois… un an… ben oui je suis un vrai bobo bricolo…
Bon c’est pas tout ça mais nous aussi on doit terminer notre salon bobo avé les grandes bibliothèques… peinture au programme des prochains jours.
 
PS : Ivan, 10 mois et demi, a, par deux fois ce week end, eu des velléités de se lâcher… son émancipation ne saurait tarder…
Lire la suite

Ce week-end, j’ai connu l’enfer…

11 Décembre 2006 , Rédigé par Marco Publié dans #Conseils Techniques pour soirées bobos

Le lecteur lambda doit certainement penser qu’un week-end de bobo, c’est obligatoirement des chouettes fêtes où tu manges bien, tu bois bien et tu discutes beaucoup… surtout que par définition il a un réseau à spectre large… en théorie oui… en pratique ça dépend.

Ca peut commencer très bien, mais du fait de ce foutu réseau… ça peut également déraper… c’est ce que j’ai, c’est ce que nous avons, connu ce samedi.

Tout commençait formidablement (comme dirait Jack Lang) bien, l’anniversaire surprise d’un ami qui fêtait ses 2*35 printemps… tu lui en donnes 20 de moins… « tin j’espère que j’aurai la même jeunesse »… enfin on fera tout pour.

Bon déjà y avait un bug dans le programme concocté par Marianne… oui il faut un bouc émissaire.On est arrivé avec 30 mn de retard et donc la surprise pour Claude était un peu éventé… mais bon comme d’habitude la « Maîtresse » de maison… je mets des guillemets parce qu’elle revenait d’Afghanistan… avait préparé des petites choses fort sympathiques… le temps d’avoir le petit goût qui vous dit que vous allez passer une bonne soirée et hop on doit décoller… direction la soirée du CE de Marianne….

C’est là que notre Destin a basculé… Déjà surprise (déjà deux vous me direz)… c’est une soirée cabaret… ah génial… je veux pas faire mon associable mais par nature ça me gonfle… je regarde le « flyer »… Brassens, Brel (oh putain y sont courageux…), Piaf, l’exilé fiscal suisse (Aznavour pour qui je vous un mépris sincère)… mouais… Après 30 minutes à trouver ce truc… j’avoue j’y ai mis une mauvaise volonté évidente… on arrive à « La petite Cave ». Par précaution, si vous aimez le lieu… ne lisez pas les lignes qui suivent…

Donc on descend au sous sol, logique me direz vous, et là quelques articles dithyrambiques de la Voix du Nord sur ce lieu… ça commence mal… un gars chante… on dira ça… waouhhh la qualité du son… déjà le mec est mauvais mais en plus il n’est pas aidé par une sono à vous faire saigner l’oreille… détail con mais plutôt branché audiophile, certains disent idiophiles, je suis sensible à la qualité du son… là j’était servi.

Le lieu proprement dit, ben c’est une grande cantine dans une cave voûtée qui peut contenir 300/400 personnes… bref idéal pour l’intimité. Bon, tranquillement on arrive au plus… allez, disons savoureux. Donc au niveau chant, on avait droit à 5 chanteurs pour « revivre 100 ans de chansons françaises »… beau concept mais comme pour le marxisme, un beau concept ça peut être rapidement dévoyé. Donc là… déjà le répertoire j’aime pas (vartan, pagny…)… enfin ils n’ont pas osé Brel… Merci du fond du coeur… disons qu’on a eu le privilège d’assister à un massacre collectif… bien sur je ne saurais vous épargner le commentaire de «la jeune chanteuse qui n’a rien à envier à la « Star Académie »… c’est sûr je peux en témoigner… c’est insipide, autant de présence qu’une sardine à l’huile. Enfin, ça m’aura permis de me rendre compte que moi aussi je peux m’improviser chanteur…

Bon, il est clair que je ne m’attendais pas à grand chose, restait la bouffe !… bouffe maison qui disait l’article de la Voix… franchement, il devait avoir bu une bassine d’acide avant de passer à table. Je passe sur la salade de saumon aussi goûteuse que des bâtonnets de surimi… et encore… nan le top c’était le plat principal… du canard (on pense) accompagné d’une sauce indéfinissable et sa farandole de légumes… humm extraordinaire le ballotin de trois haricots… le lard avait du rencontré le porc dans une vie antérieure… mémorable également le gratin dauphinois en boite rehaussé par un kilo de fromage gratiné. Pour accompagner ses mets délicats et subtils… rien ne vaut le vin blanc du patron… ben oui dans ce genre d’endroit j’évite le rouge… par conscience professionnelle, je l’ai malgré tout goûté… comme m’a dit ma voisine… «il pique un peu »… foutiou… du comme ça, ça faisait un bail que je n’en avais pas bu si j’en ai déjà bu…un avantage il tient longtemps en bouche.

Malheureusement, baby-sitteuse oblige on a dû écourter cette inoubliable soirée… en sortant, j’ai repensé à une soirée au « Roi Dégueu »… le truc spécialisé dans les enterrements de vie de garcon… c’est un peu le même esprit… c’est cher, tu bouffes mal, ça gueule de toute part mais surtout t’es content de sortir de là…

Une chose est sûr, c’est pas toujours facile la vie de Bobo !!!

Lire la suite

To Be Bobo or not To Be Bobo ?

7 Décembre 2006 , Rédigé par Marco Publié dans #Conseils Techniques pour soirées bobos

Oui ce matin je me suis posé cette grave question existentielle… et très rapidement j’en suis arrivé à la conclusion qu’au regard de la norme… je suis et j’évolue dans un environnement de bobos. Au il n’y a rien de dégradant car force est de constater qu’on est vite basculé de ce coté là. Déjà si tu ne regardes pas TF1… c’est mal parti… je le vois bien au boulot quand on me parle de telles ou telles émissions pourtant je fais des efforts… je regarde au moins 10 mn les concepts novateurs forts… star ac, bachelor ou autres musts. Ensuite si tu as le malheur de lire autre chose que ton programme télé et qu’en plus tu achètes régulièrement des bouquins… là tu es sur le chemin du non retour. Les choses à partir de là ne peuvent que s’aggraver… si en surplus t’as seule radio c’est inter ou franc info… il est statistiquement prouvé que tu passeras à coté des standards de la chanson actuelle (rater Pagny, Ségara c’est insensé…). Autant, le dire tout de suite c’est mon cas.

Après cette première approche, j’ai tenté de remonter le fil… pas le tout d’être un bobo mais quelle sorte ? Là j’ai fait le choix du bobo lisse ou du bobo saillant… c’est mon choix, bizarre il est vrai. J’entends par saillant, le bobo qui a une touche créatrice… j’en ai plein dans mon entourage… celui ou celle qui publie des bouquins ou en publiera… celui ou celle qui avec quatre punaises de couleurs et un peu de colle arrivera a en faire une œuvre d’art…

Alors j’ai bien cherché chez moi mon coté saillant… et… j’ai trouvé mon tarin… celui qui me donne un profil quasi césarien… ouais on se console comme on peu. Je dois dire que je les envie ces bobos saillants avec admiration… moi je suis un bobo lisse… un touche à tout… et c’est tout

Cette semaine que ça m’a explosé à la tronche… en cours au CNAM… ouais notre prof nous parlait de notre mémoire d’ingénieur… hum hum me dirait vous… ouais sauf qu’il a bien précisé qu’on ne nous demandait pas d’apporter un élément nouveau à la science… juste de bien appliquer ce qu’on a appris… tu parles d’une exaltation… déjà que je suis un informaticien par défaut…

Enfin, en même temps, et grâce à deux psychothérapies… entre 25 et 32 ans… j’ai non pas appris à vivre avec… simplement à m’accepter comme tel. Et quelque part, j’ai eu un peu de chance d’avoir pu rencontrer tous ces amis… et cette chance mine de rien se fut Devaquet… marrant et tragique en même temps… parce que jusqu’à ce moment… mon truc c’était plutôt le sport mais pareil lisse… en touche à tout.

Je ne sais pas ce qu’il adviendra de Gabriel et d’Ivan dans ce domaine… simplement qu’ils se sentent bien dans leur peau… et qui sait peut être auront ils cette touche de créativité comme leur maman, leur parrain, leur marraine ou des amis que nous voyons parfois trop peu.

Donc bobo lisse je suis, bobo de fait… parce qu’à y regarder de plus prêt la société marchande des bien pensants ne m’intéresse définitivement pas…

Lire la suite

« Analyse sociologique » d’un soirée Bobo.

4 Décembre 2006 , Rédigé par Marco Publié dans #Conseils Techniques pour soirées bobos

Ahh, samedi soir on avez soirée Bobo. Je passe sur le fait qu’avec deux babouns en bas age, votre soirée se transforme avant même d’arriver en un déménagement digne d’un séjour de trois semaines en forêt amazonienne. Non,  Allons directement au cœur du sujet : LA SOIREE !!

J’ai déjà parlé de l’initiateur de la soirée dans un post boboïte, un bobo bien comme il faut, tout bio, lecteur de « Télérama » qui n’a pas encore fait son coming-out… au point qu’il en fait porter la responsabilité sur sa tendre… enfin passons… donc notre GO (gentil organisateur) a placé la soirée sous la thématique de l’Inde. Ouais c’est important, une soirée-un thème, obligé sinon c’est pas ça. Bien entendu, il m’est également defendu d’écrire en « off » que c’était une soirée pour se sentir moins vieux… Donc l’Inde est chacun avait en charge de ramener un plat indien et également un objet qui lui ressemble…. Ce détail à de l’importance… Alors ce qu’il y a d’intéressant avec les bobos c’est que tu peux faire n’importe quel thème… ils arriveront toujours à suivre… tu fais un truc sur une rencontre sur une quelconque tribu en voie d’extinction y a pas de problème ils ont. Là, au niveau musique y avait donc de la zizique indienne… traditionnelle où le gars avant d’attaquer son raga accorde pendant ¼ d’heure accorde son instrument ou carrément des trucs hyper hype (tendance) qu’on trouve que dans le fin fond d’une boite londonienne au cœur du quartier pakistanais… c’est vous dire si les bobos sont dans la vibe (vague)… Nan pour cette soirée… y a que le pinard qu’était français… faut pas déconner non plus. Le décor posé, venons en à la population… Classique forcément classique… à vrai dire beaucoup de profs… une forte majorité de trentenaires bien sonnés… forcément de « Gôche » et ce qu’il faut d’artistes un peu excentriques… en tout une petite trentaine de personnes… et un puta.. de poulet tandori rien que le rouge de la sauce était d’une intensité incroyable. Ah, ça le monde boboïte sait manger et boire… à ce propos… les femmes n’ont rien à envier aux hommes. Concernant les discussions… j’avoue qu’avec nos deux bout’choux on était à la ramasse… bon moi ça ne me dérange pas trop… mon coté asocial supportant mal plus de 10 personnes. Non ce que je regrette (nous étions partis…) c’est de ne pas avoir vu dans le GO danser Claude François… ça j’avoue que c’est ma Grosse déception… ouais faut savoir qu’en fin de soirée le bobo est comme les autres… il n’est pas à l’abri du mauvais goût… (désolé pour les fans de l’électrocuté)… et si il y encore 10 ans on m’avait dit qu’il en serait là… ma tête aurait été gentiment posé sur le billot samedi soir… tout fout le camp ma bonne dame.

Alors dernière chose et non des moindres… il semble que désormais pour être à la pointe de la total bobo-attitude, il est nécessaire d’avoir une séquence « Art in progress »… enfin pour ça je fais confiance à Toine (celui qui inaugure son jardin d’hiver) et Cyrille (le GO). Donc les fameux objets cités plus haut ont servi à ça (photo plus grande bientot disponible):

Chouette non !! enfin Marianne et moi en aime bien… Bravo Valérie. Bon désolé, n’ayant pas d’accréditation officielle, j’ai dû jouer des coudes ou alors c’était le pinard.

PS : avec Marianne on avait le choix entre une photo de Ségolène Royal ou le projet, tout le projet, rien que le Projet socialiste…

Lire la suite

Le syndrome Pain / confiture.

3 Octobre 2006 , Rédigé par Marco Publié dans #Conseils Techniques pour soirées bobos

Bon, on passe aux choses sérieuses… faut savoir repérer à quel type de bobo auquel on a à faire. Celui complètement barré des contingences extérieures, et l’autre qui tente, tant bien que mal, de garder un semblant de lien avec les règles normatives de notre bonne vieille société.

Bien entendu toutes ressemblances avec des personnes connues seraient fortuites…

Le premier, en sonnant chez lui un dimanche après-midi, aura toutes les chances de porter un magnifique tablier à fleurs et d’avoir les mains toute blanches. Je passe sur tronche d’intello de gauche avec ses p’tites lunettes. Ouais, on pourrait penser que dans son arrière cuisine, il fait sa coke maison… mais non, il fait son pain pour la semaine.  Détail important  à ce stade… il récuse toute utilisation d’une machine à pain… nan 100% naturel on vous dit. Bon celui là, faut vous dire que très tôt on pouvait prédire qu’il évoluerait dans ce sens… à la fac… on pouvait le croiser avec le Monde sous le Bras, un cabas en osier, une boite de 10.000 allumettes pour allumer sa pipe…

Le deuxième, tout pareil pour le dimanche mais le matin, vous le verrez vous ouvrir en calbut avec un vieux tee-shirt du Che et son épluche-légumes à la main. Son lien avec la vraie société… de fortes probabilités que téléfoot soit allumé…. des épluchures de pommes et de poires sur la table du salon, il prépare des compotes pour ses fistons. A la fac… un bomber avec des pin’s de Lénine et des docs… à défaut du Monde, « Rouge » par contre comme il traîne souvent avec le sus nommé plus haut… il est déjà en lisière du coté obscur. Je ne vous raconte pas si en plus…. Vous en voyez un troisième avec un béret basque et son bâton de marche… lui y va terminer à faire des rakus en bouffant du vrai sauciflard des montagnes… Pyrénées les montagnes… sinon pfoufff… pas assez nature (traduisez bobo) mon fils.

Revenons à nos chicons (endives pour les non flayuttes).

Après avoir posé le décor… le débat de fond… Pour faire son pain ou sa compote. Là, deux tendances… Le marché de Wazemmes ou celui de la Place du concert (Lille)… hein ??? qu’est ce qu’il raconte ??? il est frappé lui… non, non, on revient aux fondamentaux … assumer ou pas sa boboitude … Wazemmes haut lieu mythique de la totale bobo attitude ;  l’impression d’être  sur la place de Marrakech ça bouge dans tout les sens, ça crie… on attend la fin du marché pour négocier les fruits pour les confitures… on se prend un p’tit blanc en fin de marché. Le must étant bien entendu d’y aller avec son vélo… hollandais. Place du concert… ben là on est plus dans l’ambiance Mont Blanc et cabas Louis Vuitton… et là… tous te certifient qu’ils vendent de la came bio.  Oh la différence n’est pas fondamentale… mais elle existe et au final on a bien des bobos…

Une chose est cependant acquise… ils veulent manger du bon, boire du bon (parfois plus que de raison)… la vie étant parfois chiante si en plus elle doit être triste…

Lire la suite

Une nouvelle rubrique pourquoi ?

13 Septembre 2006 , Rédigé par Marco Publié dans #Conseils Techniques pour soirées bobos

L'idée de mettre en place une rubrique de conseils pour soirée bobos (bourgeois/bohèmes tin y a du taff...) peut sembler étrange. Détrompez-vous !!! c'est complexe ce type de sauterie...  et c'est bien aux novices que ces futurs conseils s'adressent, à ce qui vont dans les prochaines semaines être confrontés à cette situation.

Une soirée bobo, c'est comme pour les rallys de la haute, ça répond à certains codes sociaux... y dire n'importe quoi ou être à coté de la plaque c'est être certain de ne plus être invité ou alors finir comme la bête de foire...  Ce qui peut embêtant surtout si vous avez repéré une blonde avec qui vous aimeriez approndir vos rapport.

Une différence de taille par rapport à d'autres types de soirée.... le bobo se fout royalement de deux choses : le pognon (même si il n'a pas de stocks options, il vit  en rège général pas trop mal) et les bagnoles (pour le bobo c'est juste un moyen de se véhiculer d'un point A vers un point B).

Chose important sur l'argent, chez les bobos on n'en parle pas, non pas parce que c'est honteux (à la différence de la 1er gauche... (ça fera l'objet d'un conseil technique) mais bien parce que un peu comme sa charette c'est un passage obligé de la vie en société. Certains vont d'ailleurs assez loin dans ce domaine (pain soi-même, confiture)... On y reviendra en son temps.

Oups, j'allais oublié... le sport c'est pas super bien vu non plus... ben oui par association d'idées... sport=>compétition=>course=>voiture=>pas bien.

Bon rapidement, et désolé si vous avez une soirée ce soir (je reprendrai ça dans les prochaines semaines), quatre gros sujets dans les soirées bobos et là DANGER !!

- Politique : sujet particulièrement sensible. Surtout, et je dis bien surtout, la politique n'existe qu'à partir de Fabius jusqu'à Laguiller. Donc si vous en pincer pour Bayrou ou que vous vous pensez social-démocrate faut oublier. Faut pas oubliez non plus une grosse pointe d'écologie... pas Nicolas Hulot plutôt José Bovez.

- Musique : un conseil, lancez vous doucement. En règle général il est de bon ton d'être seventy's revival... là on vous passe beaucoup de choses... aussi en progression la nouvelle variété française Delerme, bruni, pop décadente et bien sur les incontournables Manu Chao, Noir Désir (enfin moins à cause des féministes) et bien sur Jazz (obligé d'avoir un minimum de culture sinon pfouff - rassurez vous la fiche est bientôt fini).

- Cinoche : bon là vous remballez les blockbusters... ouais les classiques (Eisenstein, Kurosawa, je sais vous pensiez la grande vadrouille et tout le toutime) et si possible une touche d'exotisme genre le cinéma iranien sous titré en islandais ça le fait pas mal.

- Livres : pareil oubliez les têtes de gondole d'auchan et du Furet PPDA,  Sarkozy... Notez que vous avez de la chance c'est plus ouvert, limite à pouvoir inventer des noms en disant  qu'il est chinois ou pakistanais. Y a des auteurs à éviter surtout pour les débutants... Drieu La Rochelle, Céline, Houelbecq...

Bon et surtout si c'est votre première soirée... pas de polémiques pour vous... ça c'est réservé pour les initiés, ceux qui sont déjà du milieu. Enfin tout ça j'aurai l'occasion de vous en recauser

Lire la suite