Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Hadopi… un combat de bobos et de geeks* ?

31 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Désolé d’être un brin polémique ce matin mais cette question je me la pose depuis quelques temps (pour preuve, peu de billets sur ce sujet porteur de ma part). En effet, je ne compte plus les billets sur ce thème et l’emballement de la toile sur ce sujet.

 

Non que cette loi ne soit pas liberticide à minima cependant à partir du moment où le Parlement Européen a statué sur une forme de droit fondamental à l’accès Internet, l’importance de ce combat me paraît quelque peu disproportionné. Sans même parler de la réalité technique pour l’effectivité de cette loi…  surfer, télécharger anonyme est possible et le sera aussi dans le futur.

 

Donc, que le gouvernement s’entête et se ridiculise grand bien lui fasse, que ce dernier passe pour une bande de vieux rétrogrades au yeux d’une partie de la jeunesse… c’est son problème mais le combat contre Hadopi même si je peux y adhérer sur le principe, ne peut constituer pour moi une quelconque identification « générationnelle ».

 

A la vérité, j’aimerais qu’autant de lignes soient noircies sur des sujets autrement plus symptomatique d’un monde en perte de répètes, en quête de perspectives.

 

Ce billet peut passer pour un papier de vieux con… mais pour tout dire, chaque jour qui passe accroît une certaine forme de pessimisme collectif à l’égard de la planète, de ses résidants et un avenir pour le moins encombré pour mes petits bonhommes.

 

Hadopi ne sera qu’un vague souvenir pour eux à l’âge de leur maturité, à contratrio je doute fortement sur notre capacité à construire une société durable et donc leur « livrer » un environnement, au sens de sa globalité, soutenable.

 

Alors oui, d’une certaine façon, la loi Hadopi est pour un moi un combat de bobos (et j’en suis), de geeks (et j’en suis), une certain forme de lutte d’arrière garde d’enfants trop gâtés (et j’en suis) même si j’en comprends et soutiens les grands principes.

(*) Geek : Le plus souvent le terme "geek" est employé dans le domaine de l'informatique. L'archétype le plus célèbre du geek est celui du jeune (ou de l'adulte resté jeune) féru de sciences, de nouvelles technologies et de super-héros.

Lire la suite

La crise… devant nous et nos politiques ils sont où ?

30 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Je me souviens avec « émotion » de certains qui trouvaient en Pierre Larrouturou un sympathique illuminé ; je me souviens aussi de ceux qui considéraient le site contreinfo.info comme peu fiable par rapport à ses articles…

 

Leur tort, ils osaient remettre en cause un dogme bien établi il y a encore un an ou deux… celui des arbres dont les racines montent au ciel… Car à ce stade où nous en sommes, l’image des arbres qui montent au ciel ne suffit plus.

 

Aujourd’hui… et depuis quelques semaines, je suis à l’affût de chaque article économique ; bien sur nous n’avons jamais droit à Alain Minc qui n’a jamais trouvé soit dit en passant, ni non plus notre puits sans fond d’Eric Le Boucher… Non, j’attends la dernière livraison d’un Jorion, d’un Krugman, d’un GallBraith ou d’un Munchau… Rassurez vous, vous n’en aurez aucune trace dans les colonnes de vos journaux préférés… Restons dans le domaine de la seule compétence française autistique.

 

Et donc, depuis maintenant quelques semaines, il faut le dire sans fard… ça craint… et ça craint chaque jour un peu plus. Le dernier date d’aujourd’hui et il résume assez bien le climat actuel enfin si on veut bien admettre l’énoncé de mes racines qui ne montent pas au ciel. Je cite ce passage de Munchun « Vous croyez apercevoir les premiers signes de la reprise ? Vous êtes rassurés par la récente stabilisation d’indicateurs précoces, tels les ventes des maisons neuves aux USA ? Ou vous croyez que la hausse boursière marque la fin de la crise ? Les taux de croissance vont évidemment rebondir, ne serait-ce que pour des raisons techniques. Si tel n’était pas le cas, il ne resterait pas grand chose de l’économie à la fin de l’année. Mais même si la reprise économique intervenait en 2010, comme le prévoient quelques optimistes, la majeure partie des difficultés du secteur financier est encore devant nous… ». Bon d’accord, le gars ne pige qu’accessoirement au Financial Times.

 

Je n’ose vous mettre d’autres passages de cet article ou des types susnommés... cependant, ces derniers me font me poser cette question : « comment arrivons nous à un tel niveau d’indigence de la part de nos politiques ? ». Ne voulant citer personne au risque de froisser beaucoup de monde sur l’échiquier politique, je reste sidérer par ce message lancinant qu’ils nous répètent sur le thème du « ça va aller mieux avec nos mesurettes à deux balles et dépourvues de cohérence et de vision à long terme ».

 

Qu’on soit clair, je ne prétends à rien d’autre que ce que je suis (désolé c’est lourdingue) mais vendredi en doux rêveur assoiffé d’égalitarisme prolétarien, je vous parle de réduction de travail comme piste pour sortir de cette crise. Cela va sans dire que pour moi, elle est liée à un choix de société. Or hier, je tombe sur un article d’un mec sérieux où est évoquée cette possibilité… Même si ce dernier ne tient cette « solution » comme seulement provisoire, j’étais cependant étonné de lire ça sous une telle plume.

 

A ce stade, je préfère me taire mais j’ai le regret de dire que je trouve plus d’intelligence sur les blogs que dans notre monde politique.

 

Certains de vous ont probablement été surpris du ton employé sur ce blog vis-à-vis des politiques depuis le début de celui-ci… Hélas, je crains que la médiocrité soit réellement devenu un marqueur de cette sphère où est-ce une question de génération ? Celle étant actuellement en activité n’a jamais eu de crise majeure à traverser (je crois avoir déjà fait un billet sur ce thème) donc elle ne parvient pas à sortir d’une certaine insouciance dont elle a pu bénéficier.


Je ne dis rien sur la jeune garde montante, on me taxerait d’aigri…

Lire la suite

Hadopi : Orbor remet le couvert

30 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

Alors que la loi Hadopi revient à l'assemblée... Déjà vidée de sa conne substance, ben oui le Parlement Européen a voté sur le fait qu'on ne pouvait être privé d'accès à Internet "[L'accès à Internet] ne "devrait pas être refusé comme une sanction par des gouvernements ou des sociétés privées"....

C'est con, nos députés vont donc voter une loi déjà morte.  La législation communautaire primant sur la loi nationale.

Pour le plaisir, je vous donne une nouvelle vidéo d'Orbor.


Lire la suite

Décret sur la rémunération des dirigeants...

28 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

Certains vont encore penser que je me laisse aller au procès d'intention vis à vis de Nicolas Sarlozy...

Pensez donc, quand je lis que le Medef de notre chevalière de l'Ethique, je déconne, Laurence Parisot se dit favorable au futur décret présidentiel (on pourra peut-être parler de grâce), déjà je trouve cela un peu suspect.

Mais quand, j'apprends que
l'UIMM est aussi favorable à ce procédé... je me dis qu'il y a maldonne et que le pneu est déjà crévé...

Alors oui, Sarkozy nous prépare un bel enfumage... affaire à suivre...

Sinon, j'assume complètement mon procès d'intention.


PS : la photo fait référence à l'expression fat cats pour désigner de façon assez peu sympathique ces dirigeants trop grassement payés
Lire la suite

Réduire le temps de travail… une solution à la crise ?

27 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Dans le débat actuel sur les solutions apportées à la crise à coût de milliards d’euros, dont une bonne partie pour effacer les jeux dangereux par nos brillants financiers ; une proposition n’a pratiquement pas été abordée, c’est celle de la réduction du temps de travail.

 

Oui… vous savez ce machin qui a honteusement coûté moitié moins (et encore sans tenir compte de calcul plus fin qui permettrait de démontrer que c’est bien moins. On inclut dans calcul les subventions au travail à temps partiel préexistant au 35h)… pour créer 400.000 emplois… Le travailler plus pour gagner plus est assez intéressant puisque lui est carrément prohibitif et que de surcroît il détruit de l’emploi.

 

Donc, tous ces fameux plans de relance ne stopperont pas l’hémorragie, au point d’espérer qu’on arrive pas au chiffre de 1.000.000 d’emplois détruits pour la seule année 2009 rien que pour notre pays…  Résultat particulièrement brillant n’est-il pas ?

 

Aussi on aurait pu penser que cette question revienne dans le débat public or force est de constater son absence quasi-complète. Même, le PS n’a pas osé le mettre dans son fameux plan de relance, ce qui à mon sens est fort dommageable. Ni même les syndicats, ce qui pose une autre problématique, sont-ils seulement les défenseurs des salariés menacés ou de l’ensemble des salariés en place ou potentiel ?

 

Depuis quelques années, seul Pierre Larrouturou ose encore brandir haut et fort ce concept, il est vrai le montage proposé est assez éloigné de la deuxième loi sur les 35 heures.

 

Et surprise, la Confédération Européenne des Syndicats (CES) a osé franchir le pas dans un texte où cette dernière demande un plan extraordinaire de réduction du temps de travail dans tous les pays européens.

 

Au-delà de cette proposition, la confédération met en avant une autre réalité du capitalisme. En effet si ce dernier a exercé une pression accrue sur des rémunérations depuis près de 30 ans ; on oublie un peu vite une précarisation accélérée des travailleurs depuis une bonne décennie. En 2003, 63 millions de travailleurs avaient un statut qualifié de "précaire". Fin 2008, 124 millions d'Européens rentraient dans cette catégorie.

 

J’en conviens pour toute personne « libérale » ces mots sont effrayants (réduction du temps de travail) ou ignorés (montée de la précarisation des salariés), j’aimerai juste qu’elle me dise en quoi le fait d’injecter des montants pharaoniques pour tenter de sauver leur système qu’il nous imposte depuis Reagan est utile.

 

Bien sûr, je comprends qu’on veuille sauver de la misère quelques hauts dirigeants et hauts cadres mais en quoi est ce à la société de payer le prix de leur turpitude, de leur cupidité… Ne venez pas me parler du petit actionnaire, lui il est ruiné et n’a plus que ces bouts de papiers pour s’essuyez les larmes.

 

Alors si on reparlait réduction du temps de travail sans dogmatisme idéologique ? D'ailleur, comme me l'a fort justement fait remarquer un commentateur, le chômage partiel de Sarkozy n'est-il pas une réduction de travail... à la différence c'est qu'elle est imposée sans concertation et de manière unilatérale.

 

PS : pour plus de précision sur un mécanisme plus efficient en matière de réduction du temps de travail : Nouvelle Gauche (la contribution) ou le livre de Pierre Larrrouturou "Le livre noir du libéralisme".

Lire la suite

C’est Vendredi… c’est aujourd’hui.

27 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

Bon, ce n’est pas tous les jours qu’on est en une d’un hebdo, donc mon ego vous doit de le souligner. Pour mon article sur la vasectomie.

 

Je rappelle le principe de Vendredi : un négrier, un certain Jacques Rosselin, demande, au fin fond d’une cave, à ses « bénévoles » de tirer la quintessence de la blogosphère chaque semaine pour la jeter à la face d’un monde désenchanté.

 

Donc, pas mécontent, cette semaine, j’ai droit à deux articles et une citation de cet outil mystérieux qu’est Twitter… pour cette fulgurance de votre serviteur (ben quoi…) « la terre est pleine de métastases et on a des charlatans à son chevet ».

 

Tiens, en parlant de charlatans, mon article sur le Bouchet semble créer une polémique sur une petite polémique sur Agoravox, ici-même et surtout chez Marianne2. Oui… je n’aurai pas lu le reste de l’article où notre homme trouve qu’au final ce n’est pas bien certains montants de  rémunération.

 

A la vérité, lecteur studieux de le Boucher quand il écrivait dans l’ancien quotidien de référence, je n’avais pas saisi toute la subtilité de sa prose faite de nuances, de pondération sur le système libéral et sa retenue sur ses critiques vis-à-vis des cosaques au couteau entre les dents qui osaient peu ou proue remettre en cause le dit système.

 

D’autre part, si le reste de l’article de notre économiste se veut plus moralisateur sur le comportement de nos requins de la finance et de l’industrie… il ne faudrait pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages… Le Boucher comme Minc ont peur… peur de voir leur monde parallèle s’écrouler alors avec empressement ils tentent de demander à leurs amis un peu de modération ou plus exactement que leur immoralité et leur indécence se fassent moins à ciel ouvert…

 

Donc si certains prennent acte de ces conversions subites  à ce fameux capitalisme morale et éthique introuvable… grand bien leur fasse… moi ce n’est pas le cas… et ces derniers jours prouvent que cette maladie infantile du capitalisme, la cupidité n’est pas prête de se terminer.

Lire la suite

Eric Le Boucher... la tête au bout d'un pic ?

26 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

Ce tartufe libéral qui sévissait au Monde est désormais scribouillard sur le site d'infos Slate.fr de ses potes Colombani et Attali.

Aujourd'hui, j'ai lu sa dernière livraison et pour tout dire, je me suis arrêté après 4 lignes et ce jugement définitif, je cite : "Ce pays est menacé par l'égalitarisme, virus de la médiocrité, et par l'envie, cancer du socialisme".

Comment dire sans choquer...

"Pauv' con" où as tu vu une dérive égalitariste dans de ce pays depuis une trentaine d'années ? Où ? As tu déjà regardé une courbe de répartition des richesses dans ce pays ? Que montre-t-elle ? Un glissement très certain du travail, vers le capital, vers la rente. Ce n'est pas moi qui le dit, juste les études de l'OCDE, de l'INSEE, du FMI...

D'autre part, je veux juste ffair un rappel à ton misérable cerveau sans mémoire. En 1970, le rapport entre le salaire d'un ouvrier et d'un patron était de combien ? Aujourd'hui, on en est où... quand je lis des rapports de 1 à 600... soit je dois retourner en cours de math, soit c'est toi, pour qu'on se fasse ré-expliquer la notion d'égalité sans rentrer dans le détail du "sensiblement égal". Sans parler des stocks-options, des golden parachutes, des hellos parachutes, des retraites dorées", les jetons de présence pour tel ou tel conseil d'administration.

Sans même évoquer non plus que ces"grands patrons" ressemblent de plus en plus à ces petits fonctionnaires parasites que tu vitupères à longueur de colonnes... en effet, réussite ou échéc, leurs pieds gras retomberont toujours au bon endroit et rarement désargentés.

Tiens, ce matin, je suis tombé sur le salaire de quelqu'un que tu dois bien connaître, dans ce cercle étriqué des bien-pensants et des biens-nantis... celui de M'Dame Christine qui émarge à plus de 300.00 euros/an pour un pseudo-boulot dont personne n'est dupe... je ne me plains pourtant je m'interroge, il me faudra près de 20 ans pour arriver à cette rémunération sans manger et... sans ménage

Alors Mon cher Eric... étant d'un naturel assez pacifiste, tu n'auras pas ta tête au bout d'un pic car je crains que ta tumeur cérébrale soit déjà à un stade bien avancé... au contraire du cancer socialiste...
Lire la suite

Les bras m'en tombent...

26 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

Une fois encore, je vais être accusé de tous les maux socialistes mais je n'en ai cure.

Ce matin... la journée a commencé très fort en lisant le papier de Marianne2 où j'apprenais que Jacques Delors verrait bien Alain Juppé ou François Fillon à la tête de la commission européenne... aucune personnalité de gauche... fort bien...

Ensuite, deuxième grosse claque... Martine A. regrette "finalement" Jacques Chirac... super...

Non franchement, avec Lang qui porte des lettres, Rocard qui va s'occuper des pingouins... n'en jetez plus... la cour est pleine... plus le reste.

Il ne manquerait plus que Strauss-Khan donne un satisfecit à Sarkozy ce soir... Oui, c'est l'affaire du jour, il passe à la télé...

Je me dis que pour 2012 on peut déjà aller à la pêche... et le militant de retrouver ses "petits" dans tout ça





Lire la suite

Que devient Pierre Larrouturou ?

25 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

Bien que misà l'écart de la direction et des européennes, Pierre Larrouturou n'en demeure pas moins actif.

Si la structuration de
Nouvelle Gaucheavance, on peut en dire autant au plan des idées défendues puisqu'un bon nombre de "cadres" toutes motions confondues ont signé l'appel.

D'autre part, à l'occasion des européenne, il a fait paraître un tribune "Appel pour un sursaut de la Gauche Européenne" dans Le Monde daté du 24 Mars... Il serait grand temps effectivement.

D'autre part, son livre "La crise, solution interdite" sortira d'ici le mois d'avril. J'espère en avoir quelques extraits d'ici là...

Sa tribune du 24 mars :

"Comme en 1930, nous sommes engagée dans une course de vitesse."

Nous sommes en 1930. La crise a éclaté quelques mois plus tôt. Partout le chômage augmente mais rien d'irréversible ne s'est encore produit. Nulle part la crise sociale n'a encore débouché sur la barbarie. En 1930, dans son premier livre, Contribution aux Etats-Unis d'Europe, Pierre Mendès France écrit que, pour éviter le chaos, "une course de vitesse est engagée", et pour gagner cette course de vitesse, Mendès France affirme qu'il faut créer une monnaie unique européenne dotée d'une vraie gestion politique et investir sur le plan social les marges de manoeuvre créées par cette monnaie unique.

Monnaie unique. Gouvernement politique. Projet social. En 1930, un sursaut européen est possible car l'Allemagne est un pays démocratique. Hélas, Mendès n'est pas écouté et, trois ans plus tard, après l'arrivée au pouvoir de Hitler, plus personne ne propose un sursaut européen... En 1930, il était possible d'agir. Trois ans plus tard, il est trop tard.

Aujourd'hui, nous sommes en 1930. La bulle a éclaté. Partout la courbe du chômage s'affole. Nul ne peut plus nier l'extrême gravité de la crise, mais rien d'irréversible ne s'est encore produit. Comme en 1930, la cause profonde de la crise est avant tout sociale : dans tous les pays occidentaux, depuis le début des années 1980, chômage et précarité ont provoqué des déséquilibres sans précédent.

La suite

Lire la suite

Européennes 2009 : buzzer pour le FN ?

24 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #ArchivesEuropéennes 2009

Comme beaucoup, j'ai pu voir  pour l'affiche du Front National pour les Européennes de Juin.

A vrai dire au-delà de la nausée qu'elle suscite, se pose une question, la relayer ou pas ?

Pour ma part, j'ai choisi de ne pas participer à ce coup marketing qu'a sans aucun doute provoqué consciemment le F-Haine.

C'est pour cela que je préfère vous renvoyer chez un collègue... bon c'est vrai malgré ses outrances... j'aime bien sa prose.

Ce parti moribond, siphonné par Sarkozy, ne mérite pas qu'on se focalise sur lui, cette gangrène a déjà traversé quelques pans de la société, il y a plus important à combattre, plus important à panser.
Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>