Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Articles avec #reflexions...enfin on essaye tag

Bayrou, Royal... qui contre Sarkozy ?

16 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

nullPetite réflexion à l'arrache sur les présidentielles de.... 2012... Je sais, ce n'est pas l'heure de penser à ça pour un militant socialiste... VERBOTEN...

En attendant un post plus dense là-dessus... Ce matin, je suis tombé comme beaucoup sur ce sondage du Figaro plaçant François Bayrou en champion du moi(s) comme 1er opposant.

Bon sans m'appesantir sur la crédibilité de ce sondage...  cependant on ne peut néanmoins dire que la stratégie choisie par le PS soit la plus opportune... Y a quelqu'un à Solférino qui lit autre chose que l'Hebdo ? Bref, le sujet n'est pas là.

Donc je mets en  parallèle la dernière livraison du jour avec un autre sondage du Figaro datant du 1er mai. Celui-ci mettait Bayrouet Royal dans un mouchoir de vote au premier tour d'une présidentielle.

Et j'en tire une ou deux conclusions :

Qu'on le veuille ou non, François Bayrou continue d'apparaître comme une alternative. De droite comme l'affirme Nicolas (J pas S), à la vérité cette question importe peu,, je me souviens aussi que parfois le PS a fait quelques entorses de droite à des textes de congrès bien à gauche.

Que dans ce système d'hyperprésidentialisation (et ce n'est pas du seul fait de Nicolas Sarkozy, j'y reviendrai), on ferait une erreur de croire que le silence est d'or au contraire, le silence et l'économie de paroles vaut mort.

Par conséquent, on peut penser que l'agitation médiatique d'un François Bayrou ou d'une Ségolène Royal est un impératif pour exister avant 2012.

PS : suite à mon article sur Montebourg, Michaël Moglia (Conseiller Régional Nord Pas de Calais) m'a signalé son article de 2007 où il définissait ce même Montebourg à un poisson rouge. Ce poisson ayant une mémoire ne dépassant pas les 3 minutes.


Lire la suite

Parti Socialiste : Quand une militante du MoDem en parle.

15 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Suite  à mon billet sur le PS et sa stratégie pour ces européennes, Judith (une militante ou tout au moins une sympathisante du MoDem) m’a laissé un commentaire sur son ressenti vis-à-vis du Parti. Aussi, j’ai pris la liberté de le remonter en article, tant il me semble intéressant à verser à notre réflexion, à nous militants socialistes (ça fait longtemps que j’ai fait une croix sur nos dirigeants…).

 

J'espère qu'elle ne m'en voudra pas.

 

C’est quoi le PS aujourd’hui ?

 

Est ce que vous pouvez me donner le plus petit dénominateur commun entre les idées de DSK présentement au FMI avec des méthodes qu'on peut considérer comme ultra-libérales (serait-il lui aussi atteint de schizophrénie avancée, du genre Dr Dominique et Mister Strauss-kahn?) et les idées de Hamon qui si j'ai bien lu sa motion propose une ligne à gauche toute, avec une "Union de la gauche" et en louchant vers l'extrême gauche..

C'est quoi le PS aujourd'hui ? C'est ma question...vers quoi se dirige-t-il , c'est souvent la votre aussi, et c'est normal..

Je ne trouve plus rien ... j'ai connu des socialistes qui m'ont enthousiasmée, Badinter, Delors… Ces hommes là avaient du Panache, et ce Panache, je le retrouve dans Bayrou, c'est mon avis, je me doute bien que vous ne pensez pas de même..


Quand je parle d'introspection, je parle d'un travail sur soi même qui demande du courage, qui pose les bonnes questions... En particulier pourquoi tant d'électeurs du PS sont partis soit vers le Modem, soit vers Mélenchon, ou même Besancenot et ne reviendront plus… Peut- être que si vous ( le PS) trouvez la réponse, vous aurez déjà avancé...


Je n'ai pas de haine ni de mépris comme vous en avez pour moi, ou le Modem... Je suis juste une citoyenne responsable et consciente, qui cherche, dans cette époque si troublée, avec un triste potentat qui nous écrase .. Nous le peuple..


Je me dis que si on n'a pas un tant soit peu de volonté, de réflexion , sur ce qui nous rapproche , plutôt que de ne voir que ce qui nous sépare.. alors nous perdrons tous...
je suis proche des gens , de mes voisins, de mes concitoyens…

 

Suis je la Bête immonde libérale , la bourgeoise ( ça les gens de gauche me le balance régulièrement, parce que je dirige une TPE artisanale, parait que c'est bourgeois capitaliste… Les préjugés pareils, ça m'a coupé toute envie de revenir vers la gauche… D'ailleurs qu'est ce qu'elle propose la gauche pour empêcher les TPE de couler en ces temps de crise? Ses combats sont toujours du côté du salarié, ce qui est juste, mais elle oublie que la force vive économique ce sont les TPE, et PME...le Modem m'apporte plus de réponses..

Alors ne m'en veuillez pas, mais j'attends juste que le PS dise s'il va choisir d'aller vers la gauche extrême gauche, ou vers la social-démocratie? Et beaucoup de gens l'attendent..

Pourquoi voter pour un PS qui forcément cocufierait une des 2 parties...


Tout le problème est là...

Lire la suite

Ségolène Royal dite "la folle" sur Hadopi et le téléchargement

10 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Désolé pour le titre un peu abrupt mais tant qu'à faire dans la caricature autant y aller à fond...

Sinon, Ségolène Royal s'est exprimée à de nombreuses reprises sur les questions du téléchargement et des réseaux Peer to Peer et souvent avec un certain à propos... étonnant mais on sait que certains n'ont aucune envie de dépasser le stade d'une certaine presse.

Petit Résumé (source le blog de Jocelyne)

Le 27 juillet 2004, dans une question écrite au ministre de la culture, elle explique : "Plutôt que de stigmatiser des millions de citoyens qui ne font qu’échanger gratuitement des fichiers musicaux ou vidéos sur certains sites dédiés (fichiers mp3, DivX, etc.), il est au contraire indispensable de prendre en compte ce nouveau mode de consommation, de le reconnaître comme une simple conséquence du progrès des multimédias, et de préparer une rémunération des auteurs par d’autres moyens, comme la taxation des fournisseurs d’accès, par exemple. "


Le 19 octobre 2004, nouvelle question écrite.
Cette fois, Ségolène Royal demande un moratoire sur les poursuites. "L’émergence de la technologie « peer-to-peer » pose, il est vrai, la question de la coexistence d’intérêts divergents : celui des créateurs, du public, et des maisons de disque. Cependant, on peut réellement s’interroger sur l’efficacité et la pertinence des poursuites judiciaires récentes à l’encontre de certains internautes, souvent de simples fans de musique et par ailleurs clients réguliers de l’industrie du disque, ce qui n’est en rien contradictoire. Par conséquent, elle demande au Gouvernement et aux producteurs l’application d’un moratoire sur ces poursuites et une réorientation de la lutte contre la piraterie sur l’objectif le plus sérieux : la contrefaçon de disques compacts à grande échelle réalisées à des fins commerciales."


En février 2005, elle figure parmi les 70 signataires, aux côtés de quelques (trop rares) députés socialistes
et de nombreux artistes (Manu Chao, Matthieu Chedid, Mickey 3D, Jean Louis Aubert, Jeanne Cherhal, Bénabar, Tryo, Dominique A, Yann Tiersen, Art Mengo, Debout sur le Zinc, Le peuple de l’Herbe ...) de l’appel "Libérez la musique" lancé par le Nouvel Obs et qui demande l’arrêt des poursuites contre les internautes qui téléchargent illégalement de la musique.


Le 13 avril 2006, l’occasion d’un chat sur TF1, Ségoléne Royal s’exprime avec clarté sur le projet de loi "DADVSI"
adopté par l"Assemblée et qui doit encore venir en discussion au Sénat. "C’est une loi qui est inapplicable. Internet est un formidable espace de liberté. Les amendes prévues, je ne vois pas comment on va les appliquer. Il y a sans doute des solutions plus intelligentes pour concilier la liberté des internautes, la démocratisation d’accès à la culture grâce à Internet et la juste rémunération des artistes. La loi n’est pas équilibrée, pas applicable, il faudra revenir dessus.


Mai 2006, : Alors que les opposants au projet de loi DADVSI défilent dans la rue, Ségoléne Royal appelle
, dans un communiqué de presse, "à ne pas opposer les intérêts des créateurs à ceux du public" sur ce dossier.

"Le gouvernement, encore une fois, se trompe d’époque. La rémunération de la création ne saurait justifier la généralisation du verrouillage numérique des oeuvres", estime la candidate préférée des sympathisants PS pour la présidentielle de 2007.

Pour la députée des Deux-Sèvres, "ce verrouillage aboutit à pénaliser ceux qui ont fait l’effort d’acquérir des œuvres sur des plate-formes commerciales et encourage le recours aux copies illicites débarrassées, elles, de toute contrainte technique... En renforçant juridiquement les dispositifs de contrôle d’usage (DRM), le projet de loi DADVSI menace le droit à la copie privée, bride l’innovation et porte atteinte aux libertés numériques".


En mai 2006, à l’issue d’un forum participatif consacré au téléchargement sur le site désirs d’avenir
(un forum qui a duré plusieurs semaines et qui a a suscité plusieurs centaines de contributions), Ségolène Royal présente les conclusions qu’elle retient du debat.

Dans le texte mis en ligne sur son site, Ségolène Royal déclare que "le rôle de l’Etat est de conforter la coexistence entre plusieurs modes de rémunération et de financement". Outre "les revenus directs, la vente de fichiers se substituant progressivement à la vente de CD", les ressources des auteurs pourraient provenir de "revenus indirects.... Les intermédiaires (webradios, plates-formes de P2P) reverseraient une partie de leur chiffre d’affaires aux titulaires de droits en contrepartie du droit d’exploiter commercialement les oeuvres".

S’ajouterait une troisième catégorie de ressources, "les revenus mutualisés, qu’il s’agisse de la redevance pour copie privée ou de la création, pour les échanges gratuits entre personnes, d’un système de licence globale forfaitaire... S’il est indispensable de permettre une rémunération juste des créateurs (...), il ne saurait être question de maintenir artificiellement des modèles économiques dépassés par l’évolution technique, et de maintenir un cadre légal en décalage complet avec le progrès technologique et les aspirations manifestes du public". Elle critique sévèrement la DADVSI qui réglemente strictement le téléchargement sur l’internet. Ce texte, estime-t-elle, "n’apporte rien aux créateurs (...), rogne les droits du public, avec la remise en cause larvée de l’exception pour copie privée"


Desirsdavenir.org. publie le même jour la synthèse des 780 contributions déposées sur le forum.

La réaction des représentants des industries culturelles est immédiate.Et plutôt sèche.

Côté cinéma, c’est la SACD et l’ARP qui "déplorent les déclarations de Madame Ségolène Royal en faveur de la licence globale"


Côté musique, pas moins de quatre organisations d’auteurs, de compositeurs et d’éditeurs (SACEM, le SNAC, l’UNAC, la CEMF, la CSDEM et la SEAM) interpellent vigoureusement Ségolène Royal et font part de leur "stupéfaction de la teneur de la position prise par Madame Ségolène Royal au sujet de la licence globale.

"Les créateurs français peuvent en effet espérer que leur sort ne sera pas réglé de manière hâtive et irréfléchie, ni ne résultera d’ajustements de circonstance quant au caractère optionnel ou catégoriel d’une mesure économiquement inadaptée, juridiquement illégale et culturellement nocive."

La pression est forte. Ségoléne Royal n’y céde pas.


mois apres sa désignation comme candidate du PS, en mars 2007, elle maintient le cap, à l’occasion d’une interview à l’Ordinateur individuel

"La stratégie fondée sur l’intimidation judiciaire et la sur-protection des oeuvres a échoué. La filière musicale l’a compris et propose désormais aussi des services sans DRM, des offres forfaitaires ou gratuites. Mais la droite laisse un cadre juridique dépassé et inapplicable. Au delà de la remise à plat de la loi DADVSI, il me semble nécessaire de reprendre la concertation avec les acteurs du secteur pour préserver la copie privée, moderniser la gestion collective et diversifier les modes de financement des auteurs, artistes et producteurs : droits exclusifs, licences légales, licence globale".


Elle revient sur le sujet, fin mars 2007, à l’occasion d’un interview à Internautes-Micro.

"L’annulation par le Conseil constitutionnel des dispositions de la loi DADVSI portant sur le peer-to-peer a démontré le caractère juridiquement erroné et impraticable des choix faits par le Gouvernement de droite et que j’ai dénoncés dès le mois de mai 2006. Par ailleurs, la stratégie fondée sur l’intimidation judiciaire et les DRM a échoué. La filière musicale est en train de choisir un nouveau modèle économique fondé sur des offres gratuites ou sans DRM.

Nous devrons donc reprendre ce dossier avec les acteurs du secteur, y compris les associations de consommateurs, pour moderniser la gestion collective et diversifier les modes de financement des acteurs culturels comme l’exige l’économie numérique. Nous devrons ainsi assurer les droits d’auteur et la rémunération des usages qui ne peuvent être interdits : redevance pour copie privée, et licence globale pour les téléchargements. Parallèlement, nous devrons garantir aux consommateurs l’interopérabilité."


Puis dans une interview, mi-avril 2007, dans PC Impact

"La loi DADVSI n’apporte rien aux créateurs. Elle prend le contre-pied d’une pratique massive au lieu de l’organiser intelligemment et équitablement. Cela me rappelle les radios libres : elles aussi furent un temps hors la loi avant que la gauche libère les ondes.

À chaque saut technologique, des résistances s’expriment et des peurs légitimes apparaissent. Je suis très attachée à la protection du droit d’auteur et à une juste rémunération des artistes. Mais je crois aussi que le numérique et le P2P peuvent être une chance pour la culture. Une chance de démocratiser l’accès à la culture.


Une chance de modernisation économique avec l’émergence de nouveaux services et d’entreprises innovantes. La droite a gâché une occasion ; il appartiendra à la gauche de revoir cette loi et de réfléchir sérieusement à un nouveau modèle qui préserve à la fois le droit des créateurs, les pratiques innovantes, la création d’emploi dans le secteur du numérique et le progrès technologique. Je prends l’engagement, dans la lignée du rapport Rocard, à lancer une consultation pour arriver à une nouvelle loi. Une solution est possible, plus équilibrée, plus moderne, qu’il nous appartient d’inventer."


Lire la suite

Parti Socialiste… c’est reparti comme en 14 ?

5 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Dans son dernier billet, Jean-Michel Normand (qui suit le PS pour Le Monde) revient sur le débat qui agite tous nos barons de Solférino… A savoir si oui ou non, il est convenable de causer avec le MoDem de François Bayrou.

 

C’est François Hollande qui avait remis le couvert il y a une quinzaine de jours et depuis, les vacances passées, il ne se passe pas un jour sans que chacun ait son mot à dire. En soi, c’est plutôt normal, là où ça devient plus cocasse, c’est que le même François ayant rallumé les braises de la discorde, appelle à l’unité autour de Martine Aubry devant les militants réunis hier soir à Clermont-Ferrand…

 

François, entre nous la ficelle est une peu grosse. Tu y crois d’autant moins que récemment, une personne qui te veut du bien a été nommé Directeur Général aux politiques du Parti Socialiste. Son job sera d’impulser des idées (tout seul c’est forcément mieux) et d’aider Martine dans ses prises de positions et ses discours.

 

Cet honorable normalien est Alexis Dalem… il ne vous dis forcément rien néanmoins il n’est pas tombé de la dernière pluie puisqu’il officié au cabinet du Président du Conseil Général de Seine Saint Denis… c'est-à-dire auprès du porte-flingue Claude Bartolone. Par ailleurs, il a été l’une des plumes de Laurent Fabius.

 

Cet homme inconnu du grand public a pourtant commis un article resté fameux intitulé sobrement « le péril royal »…

 

Avec des passages truculents farcis d’une bonne vieille haine probablement héritée du fameux Congrès de Rennes où ses deux mentors s’étaient fait un malin plaisir à détruire durablement le PS.

 

Extrait : « Alors que Lionel Jospin a abandonné le parti en piteux état en 2002, l’action du premier secrétaire qu’il a installé - François Hollande - a encore aggravé la crise. Aucun véritable bilan du jospinisme n’a été établi. Pis, faute de stature politique, de vision à long terme et d’épaisseur intellectuelle, François Hollande n’a jamais réussi à établir une crédibilité politique. »

 

Notre homme n’est pas en reste sur Ségolène Royal par contre, il ne semble jamais lui être venu à l’esprit que l’échec de Jospin en 2002 était peut être aussi l’échec de DSK et Fabius…

 

Grand dieu non « elle propose de mettre à la retraite les "éléphants" - au premier chef Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn -, alors que ce sont eux qui ont permis au PS de rester, malgré tout, un lieu de réflexion et de proposition depuis 2002. Ce n’est pas un hasard si l’essentiel du contenu du projet provient d’eux et de leurs équipes. ». Pour rappel nos deux champions ont été parmi les plus fervents partisans et pratiquant d’une déréglementation social libéral quand ils étaient ministre de l’économie.

 

Donc, je ne suis pas dupe de la sortie de l’ancien Premier Secrétaire du PS mais je ne suis également pas dupe de l’arrivée d’Alexis Dalem.

 

La guerre (il faut appeler les choses par leur nom) pour les Présidentielles de 2012 est ouverte, elle sera dure, sans concession et avec un proche de Bartolone au sommet, j’ai bien peur que l’idée même d’une rénovation du PS soit déjà à passer au compte des pertes et profits. Et redescendre sur le pavé ne suffira certainement pas pour au PS pour redonner du crédit au PS.

 

Bayrou peut attendre tranquillement, contrairement à ce que pense François Lamy qui manifestement vit sur une autre planète politique (au moins en terme d’arithmétique) quand il déclare : « il se pourrait que l’addition des voix du PS et des autres forces de gauche (écologistes compris) ».

 

Préempter le vote Europe-Ecologie, asseoir son raisonnement sur une forte abstention qui plus est sur un scrutin éminemment protestataire… Ca cogite fort à Solférino.

 

Le dernier sondage IPSOS (lundi 4 mai) donne PS -23%-, NPA -7%-,  PdG -6%-, Europe-Ecologie -10%-... ça fait court au sens le plus étroit en comptant large avec NPA, ça donne 36% pour la Gauche, ouais... En incluant Europe-Ecologie ce qui me parait aller vite en besogne, 46%... marche pas non plus....

Lire la suite

Ségolène Royal, une mauvaise stratégie oui... et alors?

20 Avril 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Pour le coup, je et je l’ai dit ce week-end, je ne suis pas certain que la stratégie de repentence ait été adapté pour cette fois. Autant concernant son discours de Dakar, je pense que le propos était bienvenue, autant sur les sarkonneries, il n’était pas nécessaire de renouveler le procédé.

 

Aujourd’hui, la presse française, se lance dans une nouvelle saillie anti-royaliste avec ce gros avantage, éviter de parler de l’Autre et des dommages qu’il a fait subir à la France à travers le monde. On peut d’ailleurs se poser la question de savoir si l’UMP n’a pas cornaqué certaines rédactions.

 

Il convient de rappeler la chronologie des faits, c’est bien les déclarations irresponsables de ce qui fait office de Président qui ont déclenché cette vague de protestations (hors territoire français). Où d’ailleurs, les amabilités vis-à-vis de Zapatero ne sont que l’arbre qui cache cette forêt d’arrogance sarkozienne.

 

Il est dommage qu’une fois encore le Parti Socialiste n’ait servi à rien dans cette affaire et constater que nous avons bien un bon à rien à la tête du Pays… car loin de cette autosatisfaction, Sarkozy a une nouvelle fois démontré qu’il n’est bon qu’à une chose, une autoévaluation perpétuelle et  flatteuse de sa petite personne.

 

Donner des leçons de développement durable à Obama alors que dans le même temps, le grenelle de l’environnement n’en finit pas de se transformer en serpent de mer… d’ailleurs, ils ont créé un grenelle de la mer pour noyer à nouveau le poisson.

 

Je n’ose même pas aborder  la question économique et sociale quand on voit des conflits sociaux toujours dans l’impasse (Caterpillard, Toyota), des centaines de milliers de nouveaux chômeurs en fin d’année. Pour une crise qui devait épargner la France suite à des déclarations d’août 2007, c’est effectivement une confirmation de sa hauteur de vue.

 

Alors, Ségolène Royal, si pour le coup, elle n’a pas été dès plus inspirée, il n’en demeure pas moins qu’elle pointe avec une justesse les errements chroniques de Sarkozy… Et, car il faut le rappeler, ce qui fait scandale au plan international, ce n'est pas les déclarations de Ségolène Royal, ce sont celles de Nicolas Sarkozy... certains ayant tendance à l'oublier un peu vite.

 

Cependant et à la décharge de cette dernière, elle doit tout à la fois jouer le rôle d’opposante mais aussi… d’organe de presse…

 

A lire, la presse de ce jour, cette dernière ne sort pas grandie de cette triste histoire qui risque d’avoir des conséquences néfastes et durables pour la diplomatie française et l’image de la France dans le monde… mais pour nos médias, c’est sans intérêt manifestement…

 

Si l’UMP tente d’allumer à un contre-feu, grâce à des journaux bienveillants, en traînant une fois de plus Royal dans la boue ; cette violence ne saurait pourtant masquer un certain désarroi au sein de cette formation, désarroi qui confine à la haine vis-à-vis d’elle.

Lire la suite

Barack Obama et tripatouillage électoral…

13 Avril 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

C’est l’affaire du week-end, celle qui permet à l’opposition d’exister comme jamais, d’apparaître vent debout contre l’injustice… c’est les fuites sur le prochain charcutage électoral… là c’est grave… pensez donc, il se fait, d’après certaines fuites, au détriment des seuls socialistes… En un mot, c’est la politique qu’on assassine.

 

Je vous prie d’excuser cette légère acidité sur cet « évènement » majeur mais j’ai l’impression qu’une fois de plus le Parti Socialiste est à contre-courant dans cette affaire. Je ne suis pas certain que les citoyens soient particulièrement sensibles à ce genre de trucs réservés aux seuls spécialistes. Non que je nie la volonté de l’Autre dans ce domaine cependant la réaction me paraît un peu disproportionnée, avec cette vague impression que le PS donne de lui l’image d’un syndicat d’intérêts particuliers davantage que celle d’un parti politique… mais bon, je peux me tromper.

 

Cependant, n’aurait-il pas davantage à gagner à proposer la mise en place d’une commission électorale indépendant des politiques avec un double objectif : tenter de poser des règles claires et faire des propositions de redécoupage. D’autre part, au lendemain d’un vote calamiteux pour l’image des députés (36 présents lors du rejet de la loi hadopi), la question du cumul des mandats demeure une problématique majeure et le PS se grandirait à être révolutionnaire sur ce sujet.

 

Vous aurez compris qu’il n’y a aucun lien entre ce premier point et Barack Obama quoique peut-être au chapitre des illusions perdues.

 

Alors ce matin, je suis carrément en joie d’apprendre que les filles du président se sont vues offrir un clébard… j’ai explosé d’allégresse à cette fabuleuse nouvelle qui a fait la Une du Washington Post…

 

Non en fait, ce matin, je me faisais la réflexion suivante : Joseph Stiglitz avait fait son mea-culpa sur l’orientation économique sous l’ère clinton donnant la part belle aux délires des financiers et à la déréglementation ; on aurait pu penser que fort de cette expérience, le Président démocrate aurait échappé à ce syndrome des financiers fous… Non c’est déjà raté, du plan Geithner, aux nouvelles normes comptables qui gonflent mécaniquement les résultats des établissements financiers américains (nos banquiers vont vouloir les mêmes…), Wall Street garde la haute main sur les orientations politiques avec les brillants résultats qu’on connaît.

 

Le pli est pris, Obama a choisi de conforter les mêmes pratiques sous couvert de discours généreux et inventifs… hélas, ils ne résistent guère aux faits. Enfin, on est rassuré tous ces doctes dirigeants, nous disent que la sortie de crise c’est pour 2010… pour eux…

 

 Bon week-end Pascal.

Si le feuilleton d'Henin Beaumont  ou comment le FN va gagner une mairie dans le Nord Pas de Calais vous intéresse, vous pouvez aller là.

Lire la suite

Ségolène Royal irresponsable et illégitime.

8 Avril 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

C’est entendu pour nos charmants représentants de la majorité et pour son Premier Sinistre, la France a été bafouée, humiliée à deux reprises en l’espace de quelques jours par celle qui n’est plus rien.

 

Soit, au-delà des mots employés, plus proches d’un langage vulgaire dont on peine à voir les limites, on peut comprendre le jeu politicien, c’est de « bonne » guerre.

 

Cependant, j’ai pu constater à travers les lectures de certains de mes confrères qui se piquent d’intelligence, de hauteur de vue conférées par leur bardage de diplômes tout aussi pompeux les uns que les autres, … Oui souvent, les mêmes vont tenir le discours misérabiliste du « ce n’est plus ce que c’était »… en même, effectivement on ne peut que constater l’ampleur de ce déclin. Donc, disais-je, j’ai pu constater un même unanimisme sur cette question de la légitimité, de l’irresponsabilité. Bien sûr, ces savants de la chose publique ne font que poser leur regard aiguisé… eux… Moi, n’étant pas un sachant savant du fait de diplômes écornés, non achevés, moins glamours (c’est pas ça l’informatique), mes écrits ne valent pas tripettes.

 

Cependant, il semble percevoir, chez eux, comme un effet chiffon rouge à la seule vue du nom Royal. Je n’ose pousser la comparaison au taureau… cela serait insultant pour ce dernier d’être comparé à des cerveaux dont la mémoire ne dépasse pas le temps de l’éphémère. En effet, du haut de leur belvédère, ils n’ont de cesse de mettre en exergue l’irresponsabilité de Royal et plus particulièrement sur le fait qu’elle pouvait comprendre la détresse sociale qui pouvait mener à des gestes « violents »…

 

Hé… les gars… j’aurais bien aimé lire ça quand Nicolas Sarkozy disait peu ou prou la même  chose à propos des pécheurs… Donc, soit vous avez oublié et donc j’en reviens à mes deux points évoqués précédemment, soit vous êtes tout simplement malhonnêtes… mais en aucun crédible pour donner des leçons de responsabilité à qui que se soit. A la rigueur, la mémoire ça peut se travailler, j’ai vu ça dans des maisons de retraite.

 

Ah oui… je précise sur cette question de la responsabilité… j’ai du stock concernant Nicolas Sarkozy. Maintenant, si vous le voulez bien, on va passer au point deux, celui de la déclaration de Ségolène Royal à Dakar. Plus difficile à défendre… oui et non, en fait… c’est toujours pareil, on doit faire preuve d’une certaine mémoire. Cependant cela ne saurait suffire pour parler de politique, celle-ci étant aussi un mélange subtil de faits, de symboles et de volonté. Toutes ces petites choses que certains blogueurs semblent avoir définitivement oublié ou pas, c’est selon.

 

Donc sur cette problématique de légitimité ou non de Ségolène Royal à parler au nom de la France, effectivement il y a matière à débat sur ce point. Cependant, donner son avis en se fondant sur le seul résultat de mai 2007… c’est faire montre d’une certaine paresse intellectuelle. D’ailleurs, la plupart n’ont même pas évoqué le fond du discours de Royal, juste l’écume de quelques mots volés d’une texte jugé de bonne facture par ceux qui ont pris la peine d’aller au-delà de la forme. Mais revenons en à « l’affaire » qui nous occupe.

 

Indéniablement, dans l’esprit des pères fondateurs de notre constitution, nous sommes d’ailleurs encore sous la Vème qu’on le veuille ou non, l’élection présidentielle confère au vainqueur une stature particulière, celle de la rencontre d’un homme ou d’une femme et du peuple. D’ailleurs son mode d’élection (à moins d’une bipolarisation totale) fait qu’au deuxième tour, chacun des protagonistes dépasse son socle partisan initial. En ce sens, et à moins de n’avoir rien compris au peu d’histoire et de droit constitutionnel que j’ai fait, le Président se situe au dessus des partis, renforcé par le fait qu’il est le garant de la constitution. La présence d’un Premier Ministre n’est d’ailleurs pas un hasard puisque celui a vocation à représenter le parti majoritaire issu de l’assemblée nationale.

 

Ce petit point étant rappelé, jusqu’en 2007, les Présidents ont toujours veillé à respecter à minima cet esprit. Même si, je ne suis pas complètement demeuré, ils étaient au fait de la vie de leur famille politique dont ils étaient issus.  Cependant, nous sommes bien dans l’aspect essentiel, celui du symbole et des « gages » donnés, non pour amuser la galerie mais pour garder une certaine solennité à la fonction, une certaine légitimité… faire vivre ce « Président de tous les français ».

 

Au fond, Ségolène Royal en s’exprimant au nom de la France, pose un autre problème que celui de sa légitimité… elle pose celui de Nicolas Sarkozy qui au court du mois d’octobre 2007 a rompu ce lien qui l’unissait aux Français, à la France. En siégeant ouvertement au bureau politique de l’UMP, il a de facto tourné le dos à 47% de citoyens voire davantage. A ce moment, et oui nous sommes dans le symbole, et oui la politique est aussi une question de symboles et de formes, il ne pouvait plus ce prévaloir d’être le Président des Français, il n’était plus que le président de la droite, de l’UMP.

 

De fait, consciemment il a fracturé la France, coupé le lien qui l’unissait au peuple français dans sa diversité.

 

Aussi, aujourd’hui, cela ne me choque pas que Ségolène Royal s’exprime au nom de la France, d’une des deux Frances créée par Nicolas Sarkozy. Ce dernier n'est pas mon président.

 

Merci à vous pour ces billets :

 

http://jeunesdemocratesduhavr.hautetfort.com/archive/2009/04/07/oui-les-francais-demandent-pardon-aux-africains.html

 

http://www.peuples.net/post/Kouchner-dans-l-oeil-du-cyclone%2C-l-UMP-r%C3%A9gresse-en-tapant-sur-Royal

 

http://frednetick.fr/04/2009/ouaf-ouaf-ouaf-ouaf-couchee-sale-bete/

 

 A lire même si : http://careagit.blogspot.com/2009/04/la-france-ce-hochet-de-mme-royal.html

Pour ceux là…

 

http://www.nickcarraway.fr/2009/04/07/madame-je-sais-tout/

 

http://authueil.orgtb.php?id=1289

http://www.koztoujours.fr/?p=3846

 

Bonus track (sarkozy faisant l'apologie de la violence)


Quand Nicolas Sarkozy faisait l'aplogie de la violence
par dagrouik

Bonus track  (sarkozy au BP de l'UMP en octobre 2007) : c'est là.

Lire la suite

Henin-Beaumont : vers un nouveau Vitrolles ?

7 Avril 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

C’est un vaudeville dont la région se serait bien se passée, celui de la mairie socialiste d’Henin Beaumont qui est à nouveau le théâtre d’évènements qui pourraient coûter chers aux socialistes locaux.

 

Sur de nombreux points, on peut dire que cette situation rappelle étrangement celle de Vitrolles quand celle-ci est tombée dans l’escarcelle du Front National après des errements avérés par le maire socialiste de l’époque.

 

Et dans ces deux « affaires », les fédérations socialistes auront eu un silence coupable. Alors aujourd’hui, Catherine Génisson (qui n’est d’ailleurs pas responsable de la reconduction du maire en place), a beau frapper un peu mollement du poing sur la table, le mal est fait.

 

Qu’on le veuille ou non, cela fait de nombreux mois que des citoyens, des militants, des partenaires avaient prévenu d’une situation qui se dégradait très sérieusement. Et si aujourd’hui, Marie-Noëlle Lienemann a décidé de prendre ses distances, il y a des photos qui risquent de faire mal si des élections municipales partielles devaient se tenir dans les prochains mois.

 

En son temps, à Vitrolles, le PS avait également fait le choix de la « stabilité » avant de connaître un tsunami électoral.

 

Et on apprend que le Maire monsieur Dalongeville est placé en garde à vue au lendemain d’un conseil municipal houleux.

 

Tout semble se mettre en place pour Marine Lepen…

 

Henin Beaumont est une ville sociologiquement à gauche ; si demain un scrutin était convoqué, les citoyens de gauche réagiront-ils de la même manière que quelques mois auparavant pour barrer la route au Front National ?

 

Rien n’est moins sûr et au risque de choquer, devrions nous les condamner… très sincèrement je ne le pense pas.

Edit : petit passage d'un article de Nord Eclair qui résume assez bien ce qu'est la fédé du Pas de Calais (ou a été). "Par le jeu des chaises musicales, Jean-Bernard Deshayes devient premier adjoint et Jean-Pierre Chruszez devient le dixième adjoint. Il travaillait auprès de Jacques Mellick, à Béthune, au moment de la tourmente judiciaire béthunoise. « La dream-team... » ironise un observateur effondré."

Lire la suite

Social-démocrate en SarkoFrance?

3 Avril 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Grâce à Philippe Val et à quelques uns de mes commentateurs, j’ai pu réfléchir, à ma façon, à ce qu’ait être social-démocrate en SarkoFrance. A se demander d’ailleurs, si au fond… tant qu’à faire… Nicolas Sarkozy et son gouvernement n’étaient pas eux même des sociaux-démocrates… certains l’affirment…

 

Notez déjà, le truc assez intéressant de ce glissement, le FN de Jean-Marie Lepen n’est plus qu’à droite et le PS franchit allégrement la barrière de l’extrême-gauche…

 

Maintenant, intéressons-nous aux individus…

 

En somme le cas de Val est très classique… venu pratiquement de l’ultra-gauche (sic) désormais il gère son indignation en bon père de famille avec la rente que lui procure Charlie-Hebdo. Indignation qui tranquillement est devenue à géométrie variable pour s’échoir sur le mode monomaniaque en débusquant de l’antisémitisme à chaque détour de phrases, à chaque crobar couché sur un coin de table. Le problème, c’est que la frontière devient un peu floue avec quelques relents racistes où tout musulman est un terroriste en puissance…

 

Bref pour chacun de ces individus, on assiste à une sorte de glissement nonchalant, de liquéfaction cérébrale vers un abime où les mots, les idées sont dépecés de leur sens… à l’instar de leur nouveau leader-minimo, véritable maître à penser de cette novlangue.

 

Bien entendu, ce premier état ne saurait donner sa pleine mesure sans une attirance certaine pour le pouvoir et la reconnaissance du chef… Besson, Amara, Bockel et tant d’autres à des sous-strapontins moindres en témoignent tous les jours. Il n’est pas nécessaire d’être « utile » à la collectivité, l’essentiel réside dans la satisfaction de bénéficier de l’oreille du chef et de l’apparat qui ne saurait faire défaut en cette cour comme dans d’autres en des temps plus reculés.

 

Et ce d’autant plus facilement, que Sarkozy, en voie dechiraquisation accélérée du fait de la crise, se plait à entonner les postures contre l’establishment, les puissances de l’argent, la défense des plus humbles, sans à aucun moment mettre son discours en adéquation avec ses actes (dernier exemple, ce fameux décret sur les rémunérations). En ce sens et par dénaturation du sens, il y a bien un verbe social-démocrate chez votre président mais ce verbe n’est pas celui de l’action.

 

Dernière espèce de cette social-démocratie en Sarkoland… doit-on pour autant avoir quelques mansuétudes « pitiéreuses »… ceux qui craignent de disparaître de la vie médiatique et des sphères du pouvoir… Des noms… Rocard missionné chez les pingouins, Séguéla… et bien entendu, Jack Lang parti chercher le cigare pour le compte de Sarkozy… à noter que je connais pas mal de socialistes silencieux sur ce dernier… on ne saurait mieux faire dans la lang bois…Pas grave…

 

Non cela participe juste à entretenir une confusion des esprits et ce d’autant plus que parfois les silences et l’absence de propositions sortant du seul cadre des slogans sympathiques justifie d’être social-démocrate en Sarkofrance.

La seule chose  intéressante, c'est que nos néocons (Les Sarkozy, Lellouche) ont recentré leur discours en matière de "géopolitique"... Ils ont abandonné l'idée de bombarder l'Iran (hier soir...)... Néocons... c'est has-been.

 

Edit : Pour un avis différent sur Val, je vous conseille le papier de Romain Blachier.

Lire la suite

APPEL A LA METAMORPHOSE DU MONDE

2 Avril 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Pour certains  blogueurs influents... Edgar Morin est désormais dépassé, en somme un vieux con... Pour moi, c'est l'un des derniers grands penseurs. Je vous mets son appel dans l'intégralité (ben oui, il y a plusieurs pages...)


APPEL A LA METAMORPHOSE DU MONDE

Adresse aux artistes

par Edgar Morin, Pierre Gonod et Paskua

 

 Chers amis,

 

Permettez nous de vous saluer et de vous féliciter pour votre initiative de former le groupe « Métamorphose ». Nous ne nous étonnons pas que les premiers à s’engager dans ce combat pour le futur soient des artistes. Ils ressentent plus profondément et  plus vite que les autres la souffrance et les espérances du monde, leurs œuvres libèrent des forces génératrices – créatives. Nous vous invitons à mettre vos talents au service du vaste mouvement pour la métamorphose du monde dont vous serez les pionniers. L’œuvre singulière de notre ami Paskua en incarne l’avant-garde.

 

Vous êtes témoins et acteurs de la crise du monde qui affecte toutes les sphères. Une analyse systémique montre  qu’elle est le résultat de  l’enchevêtrement de multiples composants, des relations et rétroactions innombrables qui se tissent entre des processus extrêmement divers ayant pour sièges les systèmes économiques, sociaux, démographiques, politiques, idéologiques, religieux, l’éthique, la pensée, le mode de vie, l’écosystème, tous en crise.


Le vaisseau spatial terre n’a pas de pilote. Ses quatre moteurs, la science, la technique, l’économie, le profit, sont, chacun incontrôlé. En l’absence d’une gouvernance mondiale, le vaisseau va vers la catastrophe. C’est l’hypothèse la plus probable.


L’improbable c’est la capacité d’une guidance en temps utile pour suivre un autre itinéraire permettant de traiter les problèmes vitaux pour l’humanité, en premier lieu la dégradation de la biosphère sans oublier les menaces nucléaires qui ne sont pas disparues.


Il faudrait une métamorphose, qui dans l’état de conscience actuelle est une hypothèse improbable, quoique non nulle. Mais qu’est, au fait, une métamorphose ? Sinon le changement d’une forme en une autre, et, en biologie, une transformation importante du corps et du mode vie au cours du développement de certains animaux comme les batraciens et certains insectes. Ainsi on parle des métamorphoses du papillon ou des grenouilles. Ici l’auto-destruction est en même temps auto-construction, une identité maintenue  dans l’altérité.


Plus généralement la naissance de la vie est une métamorphose d’une organisation chimico-physique. Les sociétés historiques le sont devenues à partir d’un agrégat de sociétés archaïques. Vie et société sont le produit de métamorphoses. Elles sont en danger. L’histoire c’est aussi l’issue tragique du développement d’une capacité à détruire l’humanité. Il y a donc la nécessité vitale d’une meta-histoire. Il n’a pas de fin de l’histoire, contrairement à la thèse de Fukuyama qui avait tiré du triomphe du capitalisme la conclusion de sa pérennité. Les capacités créatrices ne sont pas épuisées. Une autre histoire est possible.

                            

Il y a des raisons d’espérer.

 

L’Homme Générique  de Marx exprime ses vertus génératrices et créatrices inhérentes à l’humanité. Il y a toujours en lui  ces capacités. On peut user de la métaphore des cellules souches dormantes dans l’organisme adulte et que la biologie moderne  a révélées. De même, il y a dans les sociétés normalisées, stabilisées, rigidifiées, des forces génératrices-créatrices qui se manifestent. : « International art movement for the metamorphosis of the world » en est la preuve.

 

La crise financière et économique pousse actuellement nombre de dirigeants et d’économistes réveillés de leur torpeur à « réformer le capitalisme ». C’est une nécessité que certains considèrent encore comme une contrainte conjoncturelle. Mais il s’agit d’une crise systémique, beaucoup plus large et profonde, la crise planétaire multidimensionnelle. Et avec elle est concerné l’ensemble des peuples. C’est dans leur sein que vont s’éveiller des forces créatrices et une volonté transformatrice. Si une hirondelle ne fait pas le printemps, des signes forts sont apparus.


Ainsi, de Seattle à Porto Alegre s’est manifestée une volonté de répondre à la mondialisation techno-économique par le développement d’autres formes de mondialisation, allant vers l’élaboration d’une véritable « politique de l’humanité », qui devrait dépasser l’idée de développement.

Nul ne peut faire l’impasse sur l’aspiration multimillénaire de l’humanité à l’harmonie, qu’elle prenne la forme du paradis, des utopies, des idéologies libertaire, socialiste, communiste, puis des révoltes juvéniles des années 60 (Peace-Love). Cette aspiration n’a pas disparu. Elle se manifeste par des myriades de pensées, d’initiatives, d’actions multiples dispersées dans la société civile et qui sont ignorées par les structures politiques et administratives sclérosées.


Les grands mouvements de transformation commencent toujours de façon marginale, déviante, modeste, voire invisible. Il en a été ainsi des religions, de Bouddha, Jésus, Mahomet, du capitalisme, de la science moderne, du socialisme. Aujourd’hui l’alter-mondisme devient un terme à prendre à la lettre : l’aspiration à un autre monde.


Des centaines de propositions ont vu le jour, cela ne suffit pas à en faire un projet sociétal cohérent, alternatif, réaliste et visionnaire. C’est ce « supplément d’âme » que nous proposons avec les « 7 réformes fondatrices » d’une « Voie nouvelle ».


À cette fin, 7 orientations principales sont proposées : la réforme politique, politique de l’humanité et de civilisation ; réformes économiques ; réformes sociales ; réforme de la pensée ; réforme de l’éducation ; réforme de vie ; réforme morale
.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>