Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Et de trois…

31 Juillet 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

Bon… à se demander si la question ne résidait pas dans le quand… Colin est… comme ses frères, « Moi aussi » dirait Ivan… hospitalisé. Après quelques heures d’inquiétude, c’est au final une pyélonéphrite bénigne d’après les médecins.

 

Nous avons déjà connu ça avec Gabriel mais en version plus aiguë, à la différence notable que celle-ci avait été diagnostiquée pratiquement dans la seconde par notre pédiatre et confirmée dans la foulée de son admission aux urgences.

 

Dans le cas de Colin, il a fallu attendre… attendre… le résultat des cultures. Le soulagement est là… on se dit super, nous sommes dans la statistique, 2/3 des jeunes enfants connaissent ce problème à des degrés divers… ça tombe bien… sur nos trois petits gars, deux l’ont faite…

 

Oui le soulagement est là… car le « mal » est posé, maintenant, il nous faut gérer et attendre le retour de Marianne et de Colin, Dimanche dans l’après midi.

 

Le plus éprouvant c’est encore  ma compagne qui le subit étant, moi, dans l’incapacité de donner le lait maternel. Et patienter…  dans une chambre quelque délavée dans une chaleur étouffante (ça arrive même sur Roubaix).

 

Et par la suite, se rendre, durant quelques jours, à l’hôpital pour recevoir l’antibiotique… c’est déplaisant mais au fond… ce n’est pas grand-chose… Colin, comme Gabriel et Ivan avant lui, a cette chance d’avoir des parents qui l’entourent et ce dans un environnement relativement privilégié.

 

Alors pour lui, du haut de ces 20 jours de présence parmi nous… cela n’aura aucune conséquence, juste un peu de temps sans les rires, cris, disputes incessantes de ses frères… ça lui manque déjà peut être un peu… ils ont toujours étaient là.

 

Connaissant un peu ma ville, sa pauvreté toujours plus présente, sa détresse morale et culturelle, je ne sais pas si pour un autre enfant à son étage, les choses seront aussi faciles… il n’est décidemment pas aisé de grandir dans ce monde, ici et ailleurs…

 

En tout cas merci à tout l’équipe du service pédiatrie de l’Hôpital public Victor Provot… et pour les sous-entendus, j’y reviendrai… là, j’ai à m’occuper de mes pirates.

 

Et vivement dimanche… c’est un peu vide à la maison.

Lire la suite

Des JO en bas débit…

30 Juillet 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses


A quelques jours de l’ouverture des jeux de la XXIXe  Olympiade, on sent les autorités chinoises à l’aise dans leurs tongs et qu’ils n’ont même plus besoin de se faire chier à faire semblant sur les droits de l’Homme, la liberté d’expression, toussa, toussa quoi.

 

Vous me direz, la chose est anodine. Au départ le comité d’organisation avait promis un accès complet à la toile et chemin faisant, probablement le fait d’infrastructures défaillantes, le résultat est de donner un accès suffisant… là vous pouvez traduire par contrôlé et limité.

 

D’ailleurs, tout est prévu avec notamment une étroite surveillance des hôtels internationaux et pour que cela soit bien compris de tous, une petite a été envoyée rappelant les peines encourues si par malheur ceux-ci hébergeaient des internautes rétifs à cette liberté dirigée  … le gouvernement chinois n’est jamais trop prudent.

 

Et on peut penser que la notion de sites subversifs ne recouvre pas la même réalité pour les droits de l’hommiste que pour le pouvoir chinois… enfin, je m’avance peut être un peu là.

 

L’affaire semble même prise au sérieux par le CIO… un signe qui ne trompe pas… puisque ce dernier s’est fendu d’une déclaration assez musclée, par l’intermédiaire de son représentant australien… ouais faut pas déconner non plus, on est entre gens du monde… sur le thème d’une « censure assez décevante ».

 

Dans ces conditions, on peut légitimement se demander ce que va devenir la petite liste de Dany placée dans la poche arrière du futal de Nicolas Sarkozy, surtout avec un président dont la première des qualités n’est certainement pas la mémoire… j’ai bien ma petite idée mais bon.

 

Enfin comme qui dirait l’autre l’essentiel c’est de participer et qu’on ne va pas se laisser emmerder par quelques menus détails susceptibles de gâcher ce moment de fraternité et d’harmonie planétaire. En plus comme il y a une résurgence terroriste ces derniers jours dans une province chinoise, on peut comprendre cette légère entorse à la liberté d’expression…

 

Et je suis tenté de dire qui plus est à un moment où la Chine est entrain de perdre son statut, envié, de première usine à ciel ouvert de la planète pour cause de salaires trop élevés voire indécents.

 

Tiens, ça me fait penser qu’au lieu de nous inspirer de la Chine, on aura toujours un temps de retard, notre gouvernement devrait aller puiser du coté du Laos, du Cambodge en matière de productivité et de coût du travail. Gouverner c’est prévoir c’est anticiper… pas vrai ?

 

Enfin dans le même temps, avec une directive européenne qui autorise, sous certains conditions…, les 65 heures hebdomadaire et une limite à 282 jours travaillés pour les cadres en France… on s’en approche bien…


Edit : le Comité international olympique a accepté, mercredi 30 juillet, que la Chine limite l'accès des journalistes présents à Pékin à certains sites internet source NouvelObs.com. Merci aux vieux cons du CIO, faut surtout pas changer, y a trop de pognon en jeux..  et Les valeurs, vous avez raison on s'en branle.
 

Votez pour
cet article :
  

Lire la suite

Parti Socialiste : deux poids, deux mesures...

29 Juillet 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

Depuis maintenant quelques années, je l’avoue, le Parti Socialiste ne parvient plus à me surprendre. Le dernier épisode en date n’est donc au fond que la énième péripétie d’une organisation en déliquescence.

 

Après l’épisode Lang et même si certains estiment qu’il y a eu lynchage, je me permets juste de rappeler ce passage tiré de son livre « Changer » : « Personne ne leur demandait leurs convictions mais ils avaient le devoir de se plier à la règle de la majorité…Le collectif, dans un parti, est tout". A cela s’ajoute n’en déplaisent aux esprits chagrins, la contribution de Martine Aubry qui sur la nature collective de la décision, est on ne peut plus claire (pour rappel, il a signé ce texte). En lieu et place d’un lynchage, il y a tout simplement le rappel au fonctionnement d’un parti qui s’applique à tous.

 

Or ce « tous » a été mis à mal au cours de ces derniers jours par la direction socialiste et semble pour le moins à géométrie variable selon que « tu sois fort ou faible » à l’interne.

 

Donc, manifestement l’ancien ministre de la culture perpétuelle s’est vu mollement reproché son attitude avec cette antienne du « il s’est exclu lui-même du mouvement », j’avoue qu’en militant de base voire basique j’attendais autre de chose. Jusqu’à preuve du contraire, nous n’avons pas demandé à ce qu’il remette son mandat, simplement que soient tirées les conséquences de son vote et de son attitude des derniers mois et dernières semaines… C’est tout.

 

A contrario, mon coté stalinien pavlovien sans doute, je suis proprement stupéfait qu’on ait retiré les fonctions de Vice Président du groupe socialiste à Gaëtan Gorce à suite à sa tribune dans le Monde.

 

Et ce alors que je ne partage en rien son analyse néanmoins elle fait partie d’une pièce livrée au débat. En l’espèce, nos 4 députés ont juste fait valoir un point de vue et votés conformément à la décision prise par le Parti Socialiste.

 

A quelques mois d’un congrès important, j’y vois là un signe particulièrement négatif envoyé aux militants où manifestement la limite du débat, à défaut d’un projet cohérent et novateur, ne doit pas au-delà du seuil fixé par nos dirigeants les plus haut dans la hiérarchie, sans que l’on sache d’ailleurs comment « ce seuil de tolérance » est arrêté… et pour qui.

 

Alors oui, cet épisode de conservatisme constitutionnel laisse des traces au sein du PS mais après tout à qui la faute ? A un aucun moment, il n’a été jugé opportun de proposer une alternative claire au texte imposé par Nicolas Sarkozy. ¨La responsabilité de ce désastre mediatico-politique revient en premier lieu à deux personnes : François Hollande et Jean-Marc Ayrault. Et qu’on ne vienne pas me parler de dénonciation, ils ont voulu des responsabilités, ils les ont, la moindre des choses qu’on puisse leurs demander c’est simplement de les assumer.

 

Ici, ailleurs, des militants depuis des mois ont tiré la sonnette d’alarme sur cette révision avec des propositions… comme sur d’autres sujets… avec comme seul résultat, la vision d’un bateau poursuivant sa route dans le mur annoncé.

Aussi, sommes nous en droit d’attendre d’un parti qu’il ose enfin sortir de ce marasme qui risque de nous condamner pour de longues, très longues années si nous continuons sur cette voie des synthèses molles… Et aujourd’hui le risque est grand de se retrouver dans une telle situation.

 

PS : sur les contributions, notre groupe continue son travail de synthèse avec le document admirable de Jon sur la thématique de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Votez pour
cet article :
 

 

 

Lire la suite

Soulfly - Conquer- nouvel album.

29 Juillet 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Bouquin-Musique

 

Ahhh, il est dans les bacs le dernier opus du poète Max Cavalera (ex Sépultura). Et comme il ne bénéficiera pas de la même couverture médiatique de la première dame de France, j’en fais la promotion ici.

 

Autant le dire tout de suite aux anciens, si le seul mot Hard Rock vous faisiez vous interroger sur la notion de musique… n’appuyez surtout pas sur le bouton play du lecteur vidéo en dessous, de même si pour vous Carla Bruni est le summum musical, vous pouvez passer votre chemin.

 

Non avec Soulfly, on rentre dans du brutal… on est dans les derniers stations avant le point de non retour pour vivre des expériences « étonnantes » avec des groupes comme Nasum, Napalm Death… bref la quintessence d’un genre trop méconnu, le Grindcore…

 

Certains, et même parmi mes amis, sont parfois tentés de mettre en cause les capacités auditives détériorées pour l’écrivaillon de ce blog… Que nenni… et pour vous en rendre, et pour vous remettre du présent extrait , la vidéo d’hier apportera un démenti formel et sans appel à ces allégations.

 

Avant d’écouter… je vous conseille d’écarter les enfants de l’écran…

Lire la suite

Carla Bruni en téléchargement illégal.

28 Juillet 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Bouquin-Musique


Nan... c''est une blague, simplement, Libération m'a passablement énervé en titrant sur ses fluxs cette "info" dont tout le monde se fout, à savoir que la dame a offert son CD à tous les ministres. Ok, manifestement, France 2 n'a pas lésiné non plus sur les images...

Et moi je teste les mots clefs.

Va-t-on imposer Carla Bruni dans les programmes de musique l'année prochaine... je crois que la question peut se poser...

Bon plus sérieusement... je vous propose pour sortir un peu de la musique officielle qui sévit dans notre Royaume, un petit gars au talent fort modeste comparé à notre star mondialement connue, c'est Rabih Abou Khalil... bon, c'est pas mal avec son oud (presque 10 mn)... J'aime beaucoup aussi quand il joue avec
Joachim Khun..







Votez pour
cet article :
 
Lire la suite

De la politique de civilisation à la politique de l’obsession (1).

28 Juillet 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

 

 

Il y a 7 mois, Nicolas Sarkozy nous avait fait part de sa volonté de bâtir avec son gouvernement une politique de civilisation.

 

Si on ne peut que souscrire à ce nouveau paradigme présidentiel, on est, malgré tout, en droit de s’interroger, à la lumière de cette première année de législature, sur la mise en œuvre de cette politique et son adéquation avec les faits.

 

Ainsi, parler civilisation c’est de facto s’interroger sur la notion de temps,  sans entrer dans un débat pour lequel je n’ai aucune compétence. Toutfois, les notions de temps long et temps court semblent être ignorés par notre Président.

 

On peut même s’accorder pour dire qu’il y a désormais un temps « sarkozy » qui repose sur une déformation d’une unité de mesure pourtant acceptée par tous. Cette déformation correspond indéniablement à une contraction temporelle forte.

 

Siècle, décennie, année, mois, semaine, jour… tout cela n’a plus cours dans cette remise en cause de la temporalité avec une autre constante plus pernicieuse: alors que le temps porte aussi le concept de mémoire, le temps sarkozy semble préférer celui de l’oubli.

 

Les exemples pour appuyer cette thèse ne manquent pas, le dernier en date remonte à une quinzaine de jours. Au lendemain du 14 Juillet et avant de se rendre en Irlande, Nicolas Sarkozy confie qu’il faudrait faire revoter les Irlandais or le lendemain, en déplacement dans ce pays, cette déclaration n’est plus d’actualité.

 

Au fond, en relisant Joêl de Rosnay, je suis convaincu que le temps de Nicolas Sarkozy n’est qu’un temps court ou plus exactement un temps médiatique. La définition que nous en donne de Rosnay résume assez bien cette réalité sarkozienne puiqu’il «s'agit d'une succession d'instants dont chacun est un flash procurant du plaisir. C'est le temps médiatique du zapping, du replay, du surfing qui plait tellement aux plus jeunes. »

 

Ce retour sur cette notion de temps, me paraissait un préalable avant de revenir sur la thèse que je veux défendre, et l'imposture qui la sous-tend : Nicolas Sarkozy est een réalité responsable du glissement actuel d’une politique civilisationnelle  vers une politique obsessionnelle. On ne peut venir impunément sur ce terrain sans au préalable s’interroger sur la durée, sur nos héritages, sur la mémoire collective, en somme tout ce qui semble étranger à la culture de Nicolas Sarkozy. Et ce d’autant plus, que c’est bien lui-même qui se place dans cette spirale temporelle de surmédiatisation amnésique.

 

Et à ce stade, la contradiction est déjà grande entre la volonté présidentielle émise en janvier… une éternité… et la réalité de son rapport au temps et à l’action. Et à ce premier écueil, s'ajoute  un deuxième, tout aussi tragique. 

 

On ne peut en effet, emprunter cette voie d’une politique de civilisation sans faire référence à son auteur Edgar Morin pour tenter de comprendre l’ampleur que revêt cette expression puisqu’en résumant grossièrement, « Une politique de civilisation viserait à régénérer les cités, à réanimer les solidarités, à susciter ou ressusciter des convivialités, à régénérer l'éducation ».

 

(Fin de la première partie)

Votez pour
cet article :
 

Lire la suite

Nokia, Joffrin...

27 Juillet 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

 

Préalable important, et même si cela semble devenir une mode pour certains blogueurs, ceci n’est pas un billet sponsorisé par Nokia.

 

Donc, hier j’entendu l’information selon laquelle l’entreprise Nokia se voyait contraindre par la justice allemande de reverser les 40 millions que l’entreprise avait reçus lors de son installation à Bochum à la fin des années 90. Cette décision fait suite à l’annonce de la fermeture de ce site (2.500 employés sur le carreau) pour cause de délocalisation en Roumanie. Décision remarquable d’autant que l’entreprise se prévalait d’avoir investie 350 millions sur ce site. Alors je suis conscient que cela va à l’encontre du sacro-saint libéralisme mais pour le coup j’y vois là un certain bon sens et il serait intéressant de voir dans ce cas d’école une forme de jurisprudence, cela dénote aussi une volonté politique de la part du land puisque c’est son gouvernement qui a porté l’affaire devant le tribunal.

 

Sans aucun rapport, depuis vendredi, je me pose la question de avoir si Laurent Joffrin doit quitter la tête de Libération après son dérapage incontrôlé sur les races dans sa tribune parue dans ans ce même quotidien.

C’est Guy Birenbaum qui a soulevé
le lièvre avec ce petit plus assez rigolo. Notre éditorialiste toujours prompt à dénoncer les dérives d’Internet a néanmoins pu goûter aux joies de ce dernier puisqu’il a su rectifier le tir… trop tard… sur l’édition Internet. Sans penser une seconde que le sieur Joffrin puisse désormais être considéré comme un adepte des théories raciales de Gobineau, j’estime néanmoins que c’est bien sa crédibilité sort en lambeaux.

 

Toute cette histoire autour du supposé antisémitisme de Siné me rappel une autre affaire de ce genre… toute proportion gardée, j’ai toujours préféré le second au premier… celle où Edgar Morin avait lui-même été traité d’antisémite et poursuivi comme tel.

Dans ces deux cas, je ne peux que vous conseiller la lecture de deux tribunes d’Esther Benbassa (
Edgar Morin, Siné) avec pour ma part un constat assez atterrant… peut on encore faire la moindre critique sur le communauté juive ou sur le gouvernement israélien sans encourir les foudres d’une certaine intelligentsia.

En sautant du coq à l’âne, ce matin je tombe sur ce
titre du site Internet du Nouvel Obs « Direction du PS : Delanoë plébiscité devant Royal », sur le coup, je me dis, l’écart se creuse… tu m’étonnes… 31- 29… est ce que le journaliste qui a écrit cet article connaît le sens du mot « plébiscite »… franchement, je pense être en droit de m’interroger (edit 11h42 : dans l'interval le mot a été changé pour "préfèré")

PS : bonne semaine pour mon ego. Voilà que
Marianne2 va reprendre quelques uns de mes papiers au titre des blogeurs associés et que j’ai été repris par Le Post, Mediapart et Libé (et cette fois sur la version Internet du contre Journal).



Votez pour
cet article :
 

Lire la suite

Merci Monsieur Bayrou... mais bon...

25 Juillet 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

Ca m'arrive... Un copié/collé mais l'affaire me parait révélatrice du climat démocratique dans lequel nous évoluons depuis un an et ce n'est pas fini.

A
près la décision du tribunal arbitral donnant raison à Bernard Tapie contre l'Etat, François Bayrou a dénoncé "la collusion entre Nicolas Sarkozy et Bernard Tapie". Interrogé dans Le Monde du 22 juillet, Bernard Tapie avait rétorqué : "Bayrou, la seule chose qu'il sait faire, c'est répéter qu'il est un martyr, que les médias et les puissances d'argent ne l'aiment pas, que tout le monde est à mettre dans le même sac et qu'il se battra seul contre tous. C'est la même posture populiste que Le Pen, sans les idées. Du Le Pen propre".

Les insultes proférées par M. Tapie à mon encontre (on comprend bien pourquoi) ne changeront rien aux dix affirmations suivantes, qui permettront à chacun de se faire une opinion.

1) Si M. Tapie a gain de cause, c'est le contribuable qui va payer. Le CDR (consortium de réalisation), structure destinée à liquider les actifs douteux du Crédit lyonnais, dont la quasi-totalité des activités ont cessé au 31 décembre 2006, n'a aucune autonomie financière. Son financement est assuré par l'EPFR (établissement public de financement et de restructuration), alimenté par les crédits budgétaires de l'Etat, donc par le contribuable.

2) Il n'y a pas eu de décision de justice. C'est une décision politique. La procédure d'arbitrage est une procédure privée destinée au monde des affaires. Qand les intérêts de l'Etat et du contribuable sont en jeu, c'est un principe absolu du droit que l'arbitrage est interdit; seules les juridictions instaurées par la loi sont compétentes.

3) Les principes de l'Etat de droit sont foulés aux pieds. C'est par crainte de décisions de justice défavorables à M.Tapie que le sommet de l'Etat a imposé une telle procédure d'arbitrage, sans appel possible. La seule décision favorable à M.Tapie a été cassée en des termes d'une dureté inhabituelle par la Cour de cassation, plus haute juridiction de l'ordre judiciaire français, réunie exceptionnellement en formation plénière, sous la présidence de son premier président. Que l'Etat ait pu décider de renoncer à un tel avantage juridique et moral est sans précédent. Il faut noter qu'un autre principe général du droit est mis en cause : il ne peut y avoir de justice que contradictoire, or M. Tapie a été entendu, mais pas ses contradicteurs, ni Jean Peyrelevade qui a redressé le Crédit lyonnais, ni Jean-Pierre Aubert, président du CDR, jusqu'à la clôture de ses activités.

4) Dans la vente d'Adidas, M. Tapie n'a pas été perdant, il a été gagnant. D'ailleurs, c'est lui-même qui a fixé le prix de vente. Adidas a été acheté en 1990 avec un prêt à court terme de 1,6milliard de francs, à échéance en 1992. A cette date, l'entreprise mal gérée est en situation dramatique. Ne pouvant assurer son échéance, M. Tapie, ancien et bientôt nouveau ministre de la ville, décide alors de la vendre. Il cherche à en obtenir 2 milliards de francs mais l'acheteur (Pentland), découvrant l'étendue des dégâts, retire son offre. C'est alors que M. Tapie donne mandat à la banque de vendre l'entreprise, pour une somme d'un peu plus de 2 milliards de francs qu'il a lui-même fixée. Opération qui lui rapportera au total, si l'on en croit une expertise et une ordonnance judiciaire de l'époque, la somme de 200 millions de francs.

5) L'Etat va prendre à sa charge les dettes de M. Tapie. Contrairement à ce qui est répété en boucle, l'Etat ne va rien récupérer de ses créances. C'est lui qui va payer pour les dettes du groupe Tapie, totalement extérieures à l'affaire Adidas, et qui n'ont jamais été honorées. En particulier, le groupe de M.Tapie a depuis des années des millions de dettes fiscales et sociales vis-à-vis de l'Etat et de l'Urssaf. "Qui paye ses dettes s'enrichit." Ici, c'est l'Etat qui paye les dettes de M. Tapie et celui-ci qui s'enrichit.

6) 285 millions d'euros, c'est l'équivalent de la totalité des salaires annuels des 11000 postes d'enseignants supprimés cette année. C'est une somme tellement astronomique que le citoyen ne peut pas s'en faire une idée. Traduite en salaires d'enseignant, c'est plus de 11000 postes à l'année. Si on y adjoint les intérêts, on atteint 400millions, cela représente une somme suffisante pour effacer l'essentiel du déficit des hôpitaux publics du pays.

7) 45millions pour "préjudice moral", c'est une insulte. A l'intérieur de cette addition, les 45 millions d'euros pour "préjudice moral" (le mot ne manque pas de sel) sont une insulte pour le citoyen. Quelques comparaisons pour en prendre la mesure : cette somme est l'équivalent de 4000 années de travail au smic. Et l'indemnité moyenne pour une veuve après la mort d'un conjoint victime de l'amiante est de 45000euros, soit mille fois moins.

8) Tout était fait pour que l'affaire passe inaperçue. La décision d'arbitrage, dont le principe avait été décidé en catimini, largement orientée à l'avance par des montants d'indemnisation définis noir sur blanc, a été annoncée à un moment bien choisi : le vendredi soir ouvrant le week-end du 14 juillet à 17h30, pour que toutes les procédures soient entérinées avant le 15 août.

9) Pendant ce temps, on pressure les pauvres gens jusqu'au dernier centime. On va supprimer les allocations aux chômeurs qui refuseront un emploi trop éloigné de chez eux ou sous-payé. Je connais une jeune femme qui a été contrainte de rembourser une année de RMI parce qu'elle avait fait quelques heures de ménage sans les déclarer. Les faibles sont sans défense, mais le pouvoir enrichit avec complaisance ses affidés.

10) Le problème, ce n'est pas M. Tapie, c'est l'Etat et ceux qui sont à sa tête. Il y a toujours eu, il y aura toujours, des aventuriers qui se jouent des banques, du fisc, de la loi. Mais en principe l'Etat est là pour faire respecter les règles de droit et l'argent public. Ici, au contraire par le fait du prince, parce qu'il s'agit de soutiens ou de complices dans un certain nombre d'opérations politiques, passées, présentes ou à venir, l'Etat protège et enrichit ceux qui se moquent de sa loi. Le message est clair : sous ce régime, "qui n'est pas avec moi est contre moi", et qui est avec moi est protégé et peut sabler le champagne. L'affaire Tapie donne la mesure de l'abaissement de l'Etat.

 

Lire la suite

Lire, écouter.

25 Juillet 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Au gré des Liens

 

Ivan_Colin_GabrielAvant toute chose, je voulais vous inviter à lire ce texte de Balmeyer. Le papa de trois petits bonhommes a été ému. Cet ami est d’une grande constance dans ces textes.

Mais celui-ci, à mes yeux, fait partie de ces perles, de ces trésors. Il parle de la relation du père à son enfant, de cette toute-puissance masculine sur un être encore sexuée d’innocence.

 

J’ai laissé ça en commentaire : « Vire les commentaires, le texte se suffit à lui-même. Je vous aime bien les copains mais parfois le plaisir est solitaire, égoïste ».

 

Je voulais aussi vous faire découvrir le nouveau projet musical « Gris Fusil » de mon pote Ivan (celui qui a le tee-shirt d’Arsenal). Message perso : Bob, je mène 2-1 depuis mercredi.

Lire la suite

Quizz Socialiste.

24 Juillet 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS


On ne va pas y passer la nuit, un petit jeu suite à notre initiative suite à l’attitude de Jack Lang.

 

Qui a écrit ça : "La liberté de débat au sein du Parti a pour corollaire le respect des décisions lorsqu'elles sont prises. Lorsque nous avons adopté une ligne, le Parti socialiste doit parler d'une seule voix. Sans cela, il n'y a pas de parti."

 

Un indice, c’est extrait des contributions.

 

Mon nouveau statut de stalinien vous donnera la réponse demain.

C'est tiré de la contribution de Martine Aubry avec dJack comme signataire.

Lire la suite
1 2 3 4 > >>