Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Articles avec #petites et grandes choses tag

Manuel Valls encore...

15 Juin 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

Grosse polémique autour de 2 secondes d'un reportage... Reconnaissons qu'il y a plus malin...

Cependant, dans le reste de l'entretien... je trouve comme je le disais dans mon post précédent que Manuel Valls pose de vraies questions sur lesquelles la Gauche et le PS peinent à répondre, à prendre position et surtout peinent à proposer des solutions.

Et vous, vous en pensez quoi ? Avant de réagir, écoutez les 2mn 30...






Lire la suite

Vendredi part en vacances !

12 Juin 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

Vendredi, l'hebdo qui réunit régulièrement la fine fleur de la blogosphère (pour tout dire, j'en suis rarement), publie son dernier numéro de sa 1ère saison.

Pour la peine, Jacques Rosselin vous a concocté un numéro spécial de 92 pages au prix incroyable de 5 € (un peu moins cher que l'achat d'un joueur de foot...).

En plus, la couverture est réussie... Si vous avez un cadeau à faire ou à vous faire... c'est Vendredi !!

Lire la suite

Kaka + C. Ronaldo = 150 millions d'euros... sont fou(t)s..

11 Juin 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

nullJ'aime le sport, moi-même sportif, et le foot et le tennis en particulier.

Mais là, j'avoue ma perplexité... le Real de Madrid aura, en quelques jours, dépensé plus de 150 millions d'euros pour le Brésilien Kaka (60 millions) et le Portugais C. Ronaldo (94 millions)...

1 Milliard de nos Francs pour deux guguss qui vont courir dans un prés après un ballon...

Sinon le monde tourne rond...

Y a-t-il quelqu'un pour remettre un peu de raison ici bas...

Lire la suite

Un militant socialiste de base...

11 Juin 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

Je l'avoue, j'ai piqué ce texte chez Guy Birenbaum... je sais c'est mal mais comme la loi Hadopi a été remisée par le Conseil Constitutionnel... je ne n'aurai pas mon Internet coupé.

Plus sérieusement, ce témoignage n'est hélas pas carricatural... il est le Parti Socialiste, à tous les niveaux, dans l'immense majorité des fédérations... Sinon dans 6 mois... on nous dira que tout va bien mais en fait rien n'aura changé...

Pour un militant socialiste, les résultats de ce scrutin sont tout, sauf une surprise.


Le parti est un navire qui tangue depuis 2002 et ne tardera pas à chavirer.


Si vraiment un journaliste veut comprendre la manière dont le parti fonctionne ou plutôt ne fonctionne pas, alors il lui suffit de se rendre en réunion de section. Pas une fois, seulement, comme ça, pour voir, mais de manière répétée, plusieurs années de suite. Et il aura là, devant lui, le spectacle le plus magnifique de la force d'inertie dans toute sa splendeur.


"Il faut que tout change pour que rien ne change."
a écrit Lampedusa dans Le Guépard, c’est la devise de tous les premiers secrétaires depuis 10 ans, c'est-à-dire de François Hollande.


1. La section cu-culture… C’est cucul, c'est gnagnan, c'est la section culture.


J'ai été inscrit pendant plusieurs années (2000-2006) à la section culture qui se réunit rue de Solférino.

Eh oui, vous l'ignorez peut être, et la direction du parti sûrement, le parti possède en son sein une section culture. C'est sûr, vous ne l'avez pas beaucoup entendue pendant le débat sur le statut des intermittents, ni, dernièrement, au sujet du vote sur la loi Hadopi.


C'était sympa, on y croisait Danielle Evenou, ou même Dominique Besnehard qui y passait parfois en ami… Et dans les réunions, on y parlait de tout et de rien, plutôt fiers de se rendre au siège du parti et d'y discuter une petite heure.

Le secrétaire de section est de bonne volonté et essaie de motiver les troupes pour les faire travailler. Bon la section n'est pas très active mais elle est surtout totalement oubliée de la direction nationale car ce n'est pas une section de terrain. Alors en haut, dans les hautes instances du parti, on s'en fout de la section culture, en dépit du nombre de ses adhérents.


De souvenir, la section avait élaboré des propositions pour la culture qui devait servir pour le programme de la campagne de Jospin en 2002, mais Jospin avait fait son programme en vase clos avec quelques-uns, dont Moscovici, je crois, et on n'avait pas retrouvé beaucoup de nos propositions dans le texte final.

Premier exemple d'une section qui pédale dans le vide.


Et puis j'ai déménagé, et ne travaillant plus dans le secteur culturel, j'ai décidé d'adhérer à la section de ma ville, Meaux. La section de Meaux est une photographie exemplaire d'un parti en train de dépérir
.

2. Meaux…Un an d'attente pour adhérer au parti, qui dit mieux ?


Je suis donc passé un samedi matin de mars 2008 dans le petit local exigu et riquiqui près de la place du marché à Meaux. J'ai laissé mon numéro de téléphone pour que le secrétaire de section me rappelle. Et puis rien, pendant une semaine, rien…


Alors je suis repassé et j'ai vu le secrétaire de section qui s'est excusé de ne pas m'avoir rappelé.


J'ai demandé à adhérer et pendant un an, j'ai attendu qu'on s'occupe de moi.

Comme j'étais avant adhérent à la section culture, le secrétaire de section m'avait demandé à ce que je fasse le nécessaire pour que je m'occupe moi-même de mon transfert. J'ai appris que j'avais été radié de la section culture, j'en ai donc informé le secrétaire de section qui a demandé à la trésorière de me transmettre un formulaire d'inscription et vous savez quoi ? Toute cette procédure a mis un an sans que cela inquiète le secrétaire de section. Un an, incroyable non ? Tout va bien au parti socialiste.


Lors d'une récente réunion, le secrétaire de section a émis le souhait de faire le tour de lycées pour recruter de nouveaux adhérents. Par email, je lui ai indiqué que si les prochains nouveaux adhérents devaient attendre un an pour adhérer, ils perdraient sans doute patience. Ce à quoi, il m'a été répondu, “Mais si tu veux adhérer plus vite, tu peux le faire sur internet.”


Voilà, j'ai attendu un an pour qu'on me dise : "Ben t'as qu'à t'inscrire sur Internet" …. Youpi, quelle efficacité!


3. Le fonctionnement de la section à Meaux : mon grille pain fonctionne mieux.


Comme on dit au Lido, "c'est magnifique".


Déjà ce qui me frappe, c'est qu'il n'y a plus que des "vieux", on se croirait dans une section du parti communiste dans les années 90. J'ai 35 ans et je suis le plus jeune, je crois.

En plus, Meaux se paie le luxe d’avoir deux sections, héritage de querelles passées. Dans cette section, il faut le savoir, les militants quittent le navire mais ça n'inquiète personne.


Avant que j’arrive, il y avait un jeune assez dynamique qui avait essayé de faire bouger les choses, sans succès. Le secrétaire de section moque encore les adhésions spontanées qu'il avait amené et Jean-François Copé, maire de Meaux, n'a eu aucun mal à recruter ce jeune homme plein de bonne volonté dans son équipe, pour jouer, lui aussi, la sérénade de l’ouverture.


Dernièrement, après le congrès de Reims, nous avons assisté au départ de cinq membres : le trésorier, deux militants historiques et de la tête de liste aux dernières élections municipales. Ces défections ne sont pas anodines : ce sont des cadres qui partent et ce qui se passe à Meaux se passe ailleurs.


Où sont-ils partis ? Chez Mélenchon. Et quelle personnalité est venue rendre visite en 3 ans à la section PS de Meaux ? Mélenchon.


Ah ben, c'est bizarre quand même…


La section ressemble à une salle des fêtes triste qui se vide doucement.
Et il n'y a qu'à se pencher pour ramasser les adhérents déçus. Bayrou l'a compris en 2007 et Cohn-Bendit n'a pas eu de mal à en récupérer d'autres.

Alors je vous vois venir, vous vous dîtes : "ouaiiis mais c'est la section de Meaux, Copé règne en maître dans sa ville, c'est normal…"

J'ai parlé à un ami militant à la section d'Orléans. Il m’a confié que cela fonctionne de moins en moins bien aussi, les militants ne viennent plus autant qu’avant et c'est même la guerre entre deux clans.

A Orléans, on trouve une ancienne vedette, le sénateur tout puissant qu’on ne nomme plus, et une guerre larvée entre les soi disant héritiers de ce baron local et une partie de la section qui veut se débarrasser de ce fantôme encombrant dont l'immobilisme et la crispation leur a déjà fait perdre la mairie. Bref, c'est pareil là bas aussi et d'autres causes provoquent les mêmes effets : démobilisation, démotivation, abandon…


4. Qu'est ce qu'on fait en section alors ? Ben pas grand-chose…


Le secrétaire de section s'intéresse principalement aux échéances électorales intermédiaires du type cantonales, là où on a le plus de chances : pas les municipales, elles sont perdues d'avance tant que Copé est là, voilà ce qu'on nous dit...


Donc, depuis que j'y suis, on y parle surtout du parti et de ses problèmes, de la guerre des chefs. Le secrétaire de section lance du "Il faudrait que… "si "quelqu'un pouvait… ", voilà, il lance des idées.

Il est très fort en idées mais il a un métier et autre chose à faire. Et puis, il est pessimiste, il sait que l’avenir est loin d’être rose. Alors pourquoi s’épuiser, surtout à Meaux ? Il est secondé par une femme active mais qui ne sait plus comment faire pour mobiliser les troupes vieillissantes.


L'autre jour Alain Richard, l’ancien ministre de la défense de Lionel Jospin, est venu nous voir pour défendre sa place, 5ème sur la liste en Île-de-France. Il y avait un peu de monde. Les militants étaient contents de voir enfin une "vedette" se déplacer à Meaux, pour une fois…


Mais là, j'ai pu constater le décalage énorme entre nos responsables et la base
: voilà un énarque, irréprochable professionnellement, mais complètement à côté de la plaque : lorsqu'il nous dit que c'est à nous que revient la responsabilité de faire des réunions d'appartements, de faire le tractage sur les marchés. Ah ah, la bonne blague ! J'ai envie de lui dire qu'il faut qu'il atterrisse : "tu vas venir à Meaux nous aider à tracter peut être ?" Qui va faire des réunions d'appartements à Meaux ? Faut qu'il revienne sur terre on est plus dans les années 80 à faire des réunions d'apparts en costume pied de poule autour d'une Tourtel et trois chips !


Et surtout, à quoi sert Internet au fait ? Qu'a fait le parti socialiste avec Internet depuis dix ans ? Pas grand-chose….


Voilà, ce n'est qu'un aperçu mais qui vous donnera une idée de ce qu'est le parti socialiste aujourd'hui.

Un parti miné par l'ambition d'anciens responsables, déconnectés de la réalité, qui, s'ils avaient un peu d'honneur, démissionneraient de leur mandat, au lieu de croire que la loi de l'alternance les portera de toute façon un jour au pouvoir.


Un parti qui n'a plus rien à proposer n'a pas à exister
: beaucoup pensent qu'une dissolution pour une reconstruction serait beaucoup plus enthousiasmante, dynamisante qu'une énième et illusoire réconciliation.

Quant au siège du PS, c’est une devenu une citadelle où même les militants n'ont plus le droit de se promener. Des vigiles vous en chassent dès que vous avez le tort de traîner dix minutes de trop. Il ne s'y passe rien : ce devrait être un lieu de vie, de débats, de spectacle, pourquoi pas ?


Depuis que Monsieur Jospin est parti avec son orgueil et ses valises, c’est un désert bourgeois
, un château aux antichambres, où on fait des plans sur la comète, un couteau dissimulé  derrière des sourires (avant les élections) ou des mines déconfites (après les élections).


Les solutions ? Il n’y en a pas 2, pas 3. Mais 10 000 !


Pour peu qu'on demande vraiment leur avis aux militants.


Demandez moi, j'en ai au moins 100, et tous les militants en ont aussi au moins 10 chacun.

Déjà, que le contre programme de crise d’Aubry ne mette pas en exergue les thèmes de l’Europe et de l’Ecologie m’avait semblé une erreur monumentale. Maintenant, elle ressasse les mêmes paroles que ses prédécesseurs: rénovation, refondation…


J’ai envie de lui dire : "Ben pousse-toi, t’es sur le chantier Martine, tu nous empêches de bosser. Retourne à Lille, tu ne veux pas quitter ta ville sous prétexte de ne pas vouloir perdre le contact avec le terrain. Mais si tu faisais le tour des sections, tu ne le perdrais pas ce contact avec le terrain et tu te rendrais compte du désastre…"


Au lieu de se ruer à nouveau sur l'idée débile, stupide de la désignation d'un candidat pour 2012
, demandons nous d'abord quel projet nous souhaitons, qu’est ce qui nous rassemble ?

Être socialiste veut-il vraiment dire quelque chose aujourd’hui ?


Et si nos chers responsables ne le font pas, alors nous irons ailleurs, ressassant notre nostalgie, comme nos anciens voisins communistes.


Au fait, je n’ai toujours pas repris ma carte...

Lire la suite

Concert gratuit de Johnny Hallyday le 14 Juillet... sauf pour lui...

6 Juin 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

nullExilé en Suisse pour cause fiscale, le chanteur ne cachetonne pas moins tranquille au budget de l'Etat...
Cette information n'a fait aucun bruit pourtant elle remonte au 25 mars.

Républiques des coquins et des copains quand tu nous tiens.

J'ai reçu ça en mail (j'ai aussi une source le figaro).... Ah oui, il y avait eu la même chose pour un concert dans le canton de Madame Chirac.

PARIS Pour le traditionnel concert du 14 juillet, Nicolas Sarkozy a choisi d'offrir aux Français un spectacle gratuit de Johnny Hallyday. Jusque-là, rien d'anormal. Surtout lorsqu'on sait que les deux hommes entretiennent une amitié de longue date.

 
Sauf que cette récréation coûtera 1 million d'euros à l'État français et que la moitié de cette somme est destinée à la rémunération du chanteur. Johnny Hallyday devrait ainsi toucher 500.000 euros. pour 3h de spectacle ! ... 

Smicards, chômeurs soyez cons ... allez l'applaudir ... il s'en tape de vos misères !
 

Un comble qu'il reçoive cet argent français alors qu'il a choisi de s'exiler en Suisse pour payer moins d'impôts! "Je suis d'accord de payer des impôts, mais il y a une limite", déclarait-il il y a peu. L'hôpital se foutrait-il de la charité ? 

Deux ans après le concert exceptionnel de Michel Polnareff qui avait réuni un million de spectateurs sous la tour Eiffel le soir du 14 juillet, Johnny, vivant en Suisse, fêtera la Fête nationale française ! 
Ce concert sera bien plus lucratif pour Johnny que les autres dates de sa tournée d'adieux. En effet, il ne touchera que 200.000 euros par date. La tournée lui permettra toutefois d'empocher 20 millions d'euros. Un beau petit pactole pour son départ à la retraite ! 
Lire la suite

Home… et les bons sentiments à la maison.

5 Juin 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

nullCe soir, tout le monde sera dans son petit chez soi pour regarder en famille les belles images de notre Yann Artus Bertrand national aidé de Luc Besson, on peine à se souvenir d’un de ses derniers films. Le tout est financé par le philanthropique François Pinault qui s’achète pour un prix modique une belle image et une bonne campagne de communication…la vie est belle non.

 

Cette générosité doit nous faire prendre conscience que polluer c’est mal, que polluer ce n’est pas bien. D’ailleurs, Home a reçu l’adoubement de notre Président, c’est vous dire si c’est du sérieux.

 

Alors moi je vais vous dire… ça me fait chier ces bons sentiments qui vont dégouliner de la petite lucarne ce soir… Parce qu’une partie de notre classe politique entonnera son couplet du « on a compris, on va faire » et  rien ne sera fait ou si peu.

 

Un exemple, une des conséquences du réchauffement climatique sera des transformations radicales des conditions de vie pour certaines populations et donc l’apparition de la notion de « réfugiés climatiques ». Comme pour la pauvreté, les guerres, ces réfugiés viendront des pays du sud.

 

Juste une question on pense sécuriser les pays du nord et sélectionner les bons et les mauvais réfugiés  et se laver les mains des autres ? Manifestement c’est le scénario vers lequel on s’oriente en France comme en Europe.

 

L’humanité n’est pas divisible, les droits humains non plus alors avant de nous faire couler notre petite larme sur des biens beaux paysages dévastés essentiellement par l’action des pays développés…

 

Alors YAB, je m’en fous… au fait combien a coûté ce film en CO2 ?

 

Eric Mainville n’est pas tout à fait de mon avis.

 

 

 

Lire la suite

Henin-Beaumont : un boulevard pour le Front National ?

2 Juin 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

nullOn sait désormais que les élections municipales anticipées auront lieu la dernière semaine de juin pour cause de faits présumés délictueux de l’ancien maire, Gérard Dalongueville.

 

Par ailleurs, il ne faut pas être grand clerc pour penser que Marine Lepen fait de cette élection un objectif majeur pour elle et lancer ainsi sur de bons rails sa conquête du Front National. La dame est intelligente, s’est jouée des médias et cerise sur le gâteau, évite avec tout dérapage intempestif qui pourrait rappeler une filiation trop directe avec son père. A se demander, si les européennes constituent une véritable enjeu pour elle… comme d’autres, les Présidentielles de 2012 ne doivent pas être loin… et Henin-Beaumont une prise de choix pour y parvenir vis-à-vis de ses concurrents frontistes.

 

En face, on va retrouver Marie-Noëlle Lienneman déjà en course, ancienne adjointe du maire en délicatesse avec la justice et qui a pris ses distances assez tardivement comme les socialistes du Pas de Calais.… Et déjà à ce stade, les affaires se corsent. Comment en effet prétendre pour cette dernière qu’elle n’était au courant de rien sur les affaires municipales et une gestion pour le moins hasardeuse ? Cette gestion ne date certainement pas des derniers mois… loin de là.

 

Pour tenter de rompre avec cette image de « proximité », fatalement, on ressort ce qui a si bien marché par le passé… le fameux front républicain embarquant le MoDem. Assez curieusement, je pensais pourtant que ce genre d’alliance n’était pas du goût de MNL qui avait enfourché gaillardement, lors du congrès socialiste de Reims, le canasson de la vraie gauche pour mettre à mal toute tentative de discussion avec le grand satan MoDemiste… Suis-je bête aussi nous sommes dans une configuration strictement locale… ah ben oui…

 

Parée de l’ornement républicain, on ne peut lui reprocher de s’asseoir sur les déclarations enflammées un soir de novembre devant un parterre de militants… non, non.

 

Et bien moi si… j’en marre des donneurs de leçons qui changent de discours à la moindre difficulté ou pour satisfaire sa seule personne. Car dans cette affaire je ne suis pas dupe… l’accoutrement républicain cache difficilement le fait que Marie Noëlle Lienneman ne sera plus Députée Européenne et qu’il faut retrouver un mandat assez rapidement.

 

Et une fois encore, le PS va se satisfaire de cette situation… comme il s’était accommodé, en son temps, de l’épisode de Vitrolles. Dans le même temps, le Parti Socialiste est-il encore capable de renouveler ses pratiques, ses militants, ses élus ?

 

J’en doute toujours un peu plus… jusqu’à quand ?

Lire la suite

Le tennis français… du sarkozisme…

1 Juin 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

nullJ’aime le tennis, j’y joue 2 à 3 fois par semaine et chaque année, c’est la même rengaine… Un français va gagner Roland Garros cette année et d’ailleurs notre quotidien sportif de référence, l’Equipe, nous conforte dans cette évidence.

 

Et chaque année, ça déchante sévère. Alors ce soir… Monfils a gagné, brillamment c’est un fait, donc demain on peut s’attendre à des trucs dhityrambiques du type : « Un génie est né », « Pas la peine de jouer la finale, c’est Monfils »… bref les mêmes titres que pour Tsonga ou Simon, il y a encore 24 heures.

 

Entre-temps, l’illusion a été dissipée, on a confondu coup d’éclat et constance dans le jeu. Simon est sorti déjà avant ; Tsonga l’ouragan après sa victoire sèche sur Roccus, a sombré corps et bien.

 

Pour celui qui suit la saison tout au long de l’année, ce n’est pas une surprise, seul L’Equipe les surcôte. Et comme souvent, c’est notre bon vieux syndrome cocardier qui l’emporte. Tellement que lors de son élimination à Madrid, il y a 15 jours, Tsonga pour excuser une défaite peu glorieuse avait mis ça sur le compte d’une terre facétieuse et des bruits des appareils photos… génial.

 

Qu’on dise une fois pour toute que nous avons d’honnêtes joueurs capable de coups d’éclat, point barre. Et qu’on arrête de parler de joueurs d’avenirs (les Tsonga, Simon et Monfis) quand ils ont le même âge qu’un Raphaël Nadal et un palmarès qu’à eux trois ils ne peuvent approcher. l

 

Que l’un d’eux gagne quelques gros tournois après on pourra écrire « fantastique, de géant, énorme », enfin bref d’utiliser des superlatifs en rapport avec les résultats obtenus.

 

Alors oui, le tennis français ressemble assez au sarkozysme : beaucoup de promesses, de l’esbroufe et au final… pas grand-chose.

 

 

Lire la suite

Ségolène Royal, meilleure communicante !

28 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

nullDans ma boite mail ce matin, j’ai reçu une étude Vae Solis Corporate auprès d’une quarantaine de journaliste politique… et au terme de cette enquête, il apparaît que de Ségolène Royal est perçue comme la meilleure communicante.

 

Manifestement, ce n’est pas le succès de la retransmission du meeting de Rezé qui infirmera cette réalité puisque pour la première fois, le PS a vu ses serveurs sautés du fait d’un trop grand nombre de connexions.

 

Sinon, le classement donne ça sur 37 personnalités :

 


1- Ségolène Royal

2 - Olivier Besancenot

3-4 Xavier Bertrand et Jean-François Copé (ex aequo)

5 - François Bayrou

 


Les avis sur madame Royal :


Ségolène Royal : « Surprenante »

 

STYLE :

« Comme Sarkozy, elle concilie image, personnage et message. Elle parvient à surprendre et, du coup, la presse

s’y arrête et s’y intéresse (mais) c’est une escroquerie déroutante, elle est superficielle et trop show-bizz… »

 

MESSAGE :

 

« 2012 ? C’est demain ! Elle aimante les foules, qui ont besoin de croire aux politiques pour se sortir du quotidien. Elle passe de coups en coups. C’est très fort (mais) elle n’a aucune cohérence, n’avance aucune idée sur le long terme, tourne souvent le dos aux valeurs de gauche et ne dit rien sur le fond. »

 

MÉTHODE & OUTILS :

« Elle a une intuition extraordinaire. Impossible de parler d’elle sans évoquer la blogosphère ou la Ségosphère. Elle est la candidate du temps médiatique (mais) elle ne sait pas théoriser son intuition pour la rendre efficace. Sans compter que son élocution n’est pas bonne et son timbre de voix passe mal en meeting. »


Je vous les livre bruts, mais sur quelques aspects, je crois malgré tout que certains devraient lire un peu plus ses discours… mais ce n’est que mon avis. Dans le même temps, ce n’est pas une nouveauté, il est toujours plus facile de se contenter des petites phrases de l’AFP que de se taper une lecture intégrale d’un texte. Qui avait lu la contribution de Ségolène Royal pour le congrès de Reims…

Lire la suite

Sarkozy et Rafale sont sur un bateau, qui tombe à l'EAU...

28 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

nullEntre deux saillies sécuritaires pour remettre le Français par trop sévère sur son incapacité à apporter une réponse viable à la crise sociale et économique, Nicolas Sarkozy entendait bien se refaire une santé sur le plan diplomatique.

 

En ce début de semaine notre Saint homme devait se rendre dans les Emirats arabes unis (EAU). Bon, je dois le reconnaître, il semble que d’après le quotidien The National, notre président bénéficie d’une certaine crédibilité… si, si… chez les riches, il n’a aucun soucis d’acclimatation… mieux si j’en crois ce journal issu d’une démocratie exemplaire et pluraliste : « Dans la région, Sarkozy a conforté sa crédibilité en adoptant une attitude sans compromis à l’égard de l’Iran ». Alors c’est vrai ce n’est pas forcément le cas de l’opinion arabe mais ça on s’en fout, les palos et autres gueux comptent pour peu et surtout, ils ne peuvent pas acheter de Rafales… ok, même ceux qui pourraient n’en veulent pas.

 

Et déjà là, notre super diplomatie sarkozienne bat de l’aile (je vous signale la petite note d’humour). Courroucé par la difficulté de passer ne serait ce qu’un seul malheureux contrat pour Dassault (un très cher ami), Sarkozy a décidé de réduire la durée de son séjour. Coutumier de la vitesse éclaire, il ne resta que 24 heures, nul doute que ce geste saura être interprété comme il se doit… celui d’une certaine arrogance française.

 

D’ailleurs, à la lecture de cet article du National, on peut lire entre les lignes que personne n’est dupe sur les intentions commercialesréelles de l’Autre. Au-delà de l’inauguration d’une base militaire aux Emirats Arabes, l’essentiel était de refourguer nos zingues dont personne ne veut mais sauf le contribuable français… Bref, de la grande diplomatie.

 

Même si la question des Rafales n’est pas mise clairement sur la table, l’auteur ne manque pas quelques tacles bien sentis à l’égard de notre sérénissime et plus particulièrement sur la grande affaire de la présidence français et disparu corps et biens dans la plus totale indifférence… la fameuse Union pour la Méditerranée. En langage diplomatique ça donne « Aujourd’hui, cette dernière a perdu de sa superbe et se résume essentiellement à de louables projets de développement dépourvus de toute cohérence politique ».


Et c'est sans compter sur son habileté désormais reconnue par tous, en "oubliant" de convier la "petite reine" pour les commémorations du 6 juin avec son potos Barack Obama...


En clair, une fois encore, à l’étranger, la France apparaît comme arrogante, incohérente et somme toute peu intéressée au reste du monde… Vendre sans même y mettre les formes. Une politique toute en rupture.

 

Article de partenariat avec Courrier International.

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>