Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Articles avec #archives congres ps tag

Congrès PS : Nouvelle Gauche déposera une motion.

15 Septembre 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

 

On y arrive, le dépôt des motions - sur lesquelles les militants s’exprimeront - est prévu pour le 23 septembre. Avant cela, il y a eu des discussions de forme plus que de fond. Celles-ci se sont faites dans un monde abstrait loin des viles contingences de l’économie mondiale, d’une Union Européenne en mal d’existence politique faute d’accord minimale sur l’essentiel.

 

Depuis juillet, on a entendu certains militants, certains dirigeants nous dirent en aparté, « oui Pierre Larrouturou apporte des éléments… mais… l’important n’est pas là et puis c’est trop compliqué à expliquer aux militants, aux français».

 

Nouvelle Gauche au cours de ces dernières semaines a mis en avant non pas l’intégralité de son texte mais deux points majeurs : L’Europe dans la perspective des élections européenne de 2009 et la démocratie interne.

 

Sur le premier point, l’idée est de réunir durant 3 semaines l’ensemble des partis sociaux démocrates et de se mettre d’accord sur une plateforme programmatique pour la prochaine législature qui va au-delà du seul manifeste, pour le présenter aux citoyens européens. Impensable… Le traité social européen existe et à l’époque il avait été signé par Geremek, Delors, Crespo, Gutteres… Pourquoi ce qui a été possible, il y a 5 ans, ne le serait-il plus aujourd’hui.

 

Ces élections vont constituer un enjeu important, elles seront également un test sur la crédibilité du Parti Socialiste et à cette heure, le risque est grand d’assister à une nouvelle déconvenue. Les Verts semblent se mettre en ordre de marche en dépassant leurs querelles byzantines, le MoDem parvient à attirer des « figures antisarkozistes», le ralliement de Fred Vargas (soutien indéfectible de Battisti) n’en est pas le moins symbolique.

 

Dans ce contexte, les alliances éléphantesques faites et défaites en quelques heures risquent de laisser l’électeur de gauche circonspect. Et, il n’est pas certain que la reconduction d’un « hollandisme » sans François Hollande redonne un quelconque espoir sur la capacité du PS à sortir de son immobilisme. Et il n’est pas non plus évident que l’attelage improbable porté par Martine Aubry puisse engager une dynamique d’ouverture vis-à-vis de la « vraie vie » et des citoyens.

 

Oui le PS paye, et ses militants aussi, le crachin de La Rochelle. Et si incontestablement, une partie des journalistes porte la responsabilité de ses images sans fond, la majorité de nos leaders ont aidé à alimenter celles-ci, à défaut d’alimenter le débat dans les ateliers. (dernier exemple en date, Arnaud écrit à Pierre et Martine...).

 

A travers sa contribution Urgence Sociale, Nouvelle Gauche a fourni des outils, des analyses, des propositions économiques. Sans prétendre détenir une quelconque vérité, il y avait pourtant matière à étayer une réflexion commune, à débattre au-delà de savoir qui va avec qui et pour combien de temps.

 

De même, nous portons quelques idées, quelques problématiques en matière de rénovation de pratiques militantes… Ont-elles été discutées au-delà du seul « tout le monde est d’accord ». Tout le monde est d’accord mais sur quoi ?

 

Quel sens, quelle direction donner au vide dans ce domaine où on continue de se contenter de vagues constats ou de reprendre des propositions faites lors de congrès antérieurs, sans jamais se fixer des objectifs, des échéances.

 

Voilà les quelques raisons qui ont poussé Nouvelle Gauche à déposer devant les militants une motion « Urgence Sociale, imposons le sursaut » pour qu’enfin ce parti se remette au travail durablement et dans la sérénité.

                                                             

L’enjeu n’est pas de savoir qui sera le 1er Secrétaire ou le prochain présidentiable avant le suivant mais bien de bâtir un projet de société, cohérent capable de répondre à la complexité de notre époque en proie à l’incertitude sauf pour quelques uns.

 

Lire la suite

Congrès PS : faudra-t-il des observateurs pour les votes ?

11 Septembre 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

 

 

Si le landerneau socialiste est actuellement en proie à d’insondables négociations sur le fond, comme celle de savoir si Martine Aubry a effectivement proposé à Benoit Hamon d’être le premier signataire de sa contribution, il y a déjà de réelles interrogations sur la sincérité du futur scrutin interne.

 

Dans cette perspective, lors d’une réunion récente, certains participants se sont étonnés qu’il n’y ait à ce jour aucun chiffre donné sur la participation suite à l’adoption de notre déclaration de principes. A l’époque, j’avais déjà relevé cette bizarrerie où on recoupant des chiffres éparses sur quelques grosses fédérations, on arrivait à un taux plus proche des 30% que des 50%, ce qui traduit qu’on le veuille ou non, un malaise profond chez les militants.

 

Autre sujet celui des la modification des statuts, sur même vote, il y avait une proposition de les modifier… dont acte, sauf qu’en l’état, c’est au congrès de valider une telle proposition. Or certains aimeraient déjà les appliquer alors qu’ils ne sont même pas rédigés sous leur forme juridique. Je passe sur les conditions dans lesquelles ils sont arrivés sur la table…

 

Autre étonnement en cette période de marasme militant, des microclimats perdurent… on peut s’en féliciter… mais il est pour le moins anachronique de constater des hausses impressionnantes d’adhérents dans quelques fédérations à l’approche de notre échéance. D’autres connaissent des stabilités assez remarquables… à l’unité… tant au niveau fédéral que dans les sections en cette période d’hémorragie militante avérée.

 

Par ailleurs, ce sont souvent les mêmes qui refusent de faire remonter leur fichier d’adhérent… en même temps, je peux comprendre, cela doit être dans un souci de rapprocher le militant de base à sa direction fédérale… avec, et cela est arrivé par le passé, plus de votants que d’adhérents. C’est vrai, il peut y avoir un élan spontané et sincère de dernières minutes ou… des vivants revenus de l’au-delà…les voies du congrès sont parfois impénétrables.

 

Tous ces éléments et l’histoire du PS me font déjà douter de la sincérité du scrutin, non dans ses tendances lourdes mais sur les marges et en cette période incertaine, ces marges peuvent être importantes.

 

Alors se pose une question, doit-on mettre en œuvre des observateurs pour veiller au bon déroulement de notre processus électif ?

 

Pour celles et ceux qui me trouvent trop sévère en me rappelant qu’à l’UMP c’est pire, je me permets juste de vous faire une remarque essentielle : le Parti Socialiste aspire à être un grand parti démocratique de gauche aussi il se doit de mettre tout en œuvre pour y parvenir.

 

 

Sinon, aujourd’hui c’est la commémoration de la mort de Salvador Allende. Hasta la victoria Siempre !

Lire la suite

Soirée de gala au PS du Nord.

5 Septembre 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS


Hier au Parti Socialiste, c’était fête… une soirée de présentation des contributions. Le format était simple, 7 minutes (sans vidéoprojecteur, le camion de livraison étant sur la route et pourquoi faire chier les militants avec des crobars à deux balles de l’INSEE, de l’OCDE  ou d’Eurostats… hein, je vous pose la question), sans débat. Donc la salle était pleine comme un œuf, le poussin que je suis avait chaud, 250 cerveaux fonctionnant à plein régime ça fait monter la température.

 

Sinon, vache qu’est ce que je fous là… bientôt à la tribune… à coté d’Henri Weber, David Assouline, Benoit Hamon, Marie-Noel Lienemann, Martine Aubry, Pierre Mauroy, Bernard Derosier, Marc Dolez et d’autres. Ah oui, je dois présenter la contribution Urgence Sociale de Pierre Larrouturou… pfoufff, un sans-grade, un sans cravate, ouais en plus j’avais mis un tee-shirt violet du meilleur effet.

 

Bon, ça commence… notre premier fédéral, Gilles Pargnaux nous fait son petit mot introductif, l’ambiance est plutôt bon enfant… Lors du dépôt des contributions et le hasard faisant bien les choses, c’est celle de Hollande qui commence et moi, je passe en 13… le dernier… heureusement que les 21 n’étaient pas là. Que faire comme dirait Vladimir, tiens ben prendre des notes, c’est con j’ai pas de portable, stylo, A4 à l’ancienne quoi.

 

Ah non, on commence pas… on fait de la claque aux différents responsables… cette fois, on peut y aller.

 

C’est Wulfrand Despich qui commence donc pour Holland et ses 10 questions qu’il aurait pu se poser au cours des 10 dernières années. Ensuite, c’est Jean-Michel Stievenard pour Delanöe qui nous fait un joli hommage à Martine Aubry (très tendance ce soir…)… faut le savoir, on s’aime tous dans le Nord. Arrive le tour de Martine.

 

Ca applaudit bien, en même temps , elle joue à domicile (j’y reviendrai). Hop, le nouveau hochet très tendance sur la Poste… bon… un long couplet sur le fait que le libéralisme économique c’est pas bien… ok… il faut une société plus sociale… ouais, certes et ? donc être socialiste… oulla… c’est du lourd en proposition… ah si… une nouvelle exonération de charges moyennant augmentation de salaire. Pause… regardez le crobar (part des salaires dans le PIB). Y a besoin de nouvelles exonérations ?… si c’est la mesure phare pour faire gauche, je veux bien. Après, bloquer les loyers (vu leur niveau, ça fera une belle jambe aux locataires et quid des charges).  Ahhh… la croissance, enjeu majeur de l’Union Européenne.

 

Parenthèse, je n’ai jamais autant entendu autant ce soir le mot croissance utilisé comme saint graal, plus rarement une interrogation pertinente sur la validité de ce concept.

 

Ensuite Marc Dolez. Il a bouffé du lion, je ne l’ai jamais vu comme ça, il a du choper un virus curieux à fréquenter les tribunes de l’extrême gauche. Sinon, je partage en tout point son droit d’inventaire sans concession sur nos années de gouvernement et sur le désastre de 2002. (pour le coup on peut utiliser ce mot). Il annonce enfin qu’il rejoint Jean-Luc Mélenchon.

 

Après c’est le tour d’Utopia, c’est moins bon sur la forme et je ne lui jette pas la pierre (je serais gonflé), c’est moins pro mais d’un contenu plus fouillé sur le fond avec enfin un questionnement sur la croissance dans un monde fini.

 

20h15… j’ai chaud… tite clope aussi… et zut c’est au tour de David Assouline… et j’entends ensuite un Henri Weber que j’ai déjà entendu plus inspiré. Sinon, il nous a dressé le portrait robot de la parfaite 1ère Secrétaire…

 

Ah, Benoit Hamon, je n’avais encore jamais eu l’occasion de l’entendre à une tribune. On voit qu’il sait faire mais très honnêtement, un peu le sentiment d’un discours qui tourne en rond… capitalisme en crise, plus de régulation, plus de redistribution. Discours très généraliste hormis la création d’un noyau dur européen avec des critères de convergence sur la fiscalité, le social. Je partage ce point du concept d’Europe concentrique mais le préalable est de restaurer le crédit des socialistes français auprès de nos homologues européens… et il y a du chemin à faire, ne serait-ce que d’arrêter de penser que l’essentiel de la vie politique se passe à Paris pour je ne sais quelle ambition. Il reprend par ailleurs l’idée d’Aubry sur l’exonération de charge… à la fin, notre premier fédéral lui fait des grands signes pour le féliciter… l’accord est passé, drague ouverte. J’ai vraiment le sentiment d’un discours d’attente vis-à-vis des prochaines semaines.

 

Ouf, Besoin de gauche cause un peu du fonctionnement du parti… c’est vrai qu’on a aucun soucis de ce coté là… où ai-je la tête ? Ah… son représentant en profite pour un appel à Martine.

 

On passe à la contribution de Mélenchon présentée par François Delapierre. Désolé, je lâche un gros mot. Putain, il est bon le bougre et il attaque fort. La rochelle, l’absence de politique dans ce congrès, de ce théâtre d’ombres.  Au niveau des propositions, que le prochain Parlement européen est un mandat institutionnel. Un autre point quelles alliances… François, avant de parler de ça faudrait peut être dire sur le quoi… oui on revient au débat de fond.

 

Les camarades parisiens s’éclipsent, c’est dommage, ils ne pourront pas profiter de ma prestation.

 

Au tour de Marie-Noëlle Lienemann, sans note et comment dire, je ne suis pas certain qu’en brandissant unité de la gauche, on parvienne à redonner espoir aux citoyens et de même avec la proposition d’un parti unifié.

 

Zut, elle déborde de près de 5 minutes… sympa pour les deux nanards qui terminent, ça ne met pas de stress supplémentaire… pas du tout. Je zappe le camarade du pole écologique… je tente de me concentrer.

 

C’est à moi… il est 22h09… cela fait maintenant 3 heures que le machin a commencé… je suis le dernier… trop cool. Et 10 minutes pour faire passer le message. Conscient que les gens saturent… pareil… j’accélère et boucle en 7 minutes au détriment parfois de la clarté d’élocution. Pour le contenu, vous pouvez lire en dessous. Sinon, je n’ai pas à rougir de ce que j’ai dit, j’en suis satisfait. Prochaine fois… Le congrès fédéral probablement.

 

Ah sinon… Je remercie Pierre Mauroy et Bernard Derosier (député et président du département) d’être restés jusqu’à la fin de mon propos, ce qui n’est pas le cas de tout le monde et je ne parle pas des militants de base…

 

Au final, rien de bien neuf, beaucoup de postures et quelques éléments de tactique.

Lire la suite

Urgence Sociale en fédération socialiste du Nord.

5 Septembre 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS


Après hier soir, je vous propose quelques extraits de ma présentation de la contribution Urgence Sociale devant un parterre nombreux. L’intégralité du texte  est disponible sur le blog Nouvelle Gauche Nord.

 

Je vais vous faire un compte rendu plus personnel de ce moment dans la matinée.

 

Chers amis, Chers Camarades,

 

…Au niveau local, si nous parvenons à sauvegarder nos positions ou à les améliorer,au niveau national, nous accumulons les défaites, cela n’est en aucun cas la responsabilité de tel ou de telle… Ce sont des défaites collectives, de notre incapacité à débattre, de notre renoncement à réfléchir. C’est parce que depuis quelques années, nous n’apportons plus aucune réponse concrète, sur aucun sujet. Et ce n’est certainement pas les prémices de ce congrès qui vont changer cette réalité et encore moins l’image détestable laissée par l’université de la Rochelle !...

 

…Le point de départ de notre contribution Urgence Sociale initiée par Pierre Larrouturou, c’est la gravité de la crise sociale et en particulier le déséquilibre qui se creuse entre ce qui va aux salaires et ce qui va aux bénéfices dans la richesse du pays…

 

Ce n’est pas à cause des 35 heures que le pouvoir d’achat stagne. C’est à cause du chômage et de la précarité… Voilà pourquoi, à nos yeux, la priorité absolue est de lutter radicalement contre le chômage et la précarité…

 

Certaines contributions comptent encore et toujours sur le retour de la croissance pour vaincre le chômage. Il y a 30 ans déjà, Raymond Barre expliquait qu’il fallait améliorer la recherche et la formation pour relancer la croissance. Au bout de 30 ans de crise, est-ce qu’on peut encore continuer avec les mêmes analyses et les mêmes discours ?

 

Le parti doit-il par conséquent attendre la croissance comme on attend Godot ?...

 

…Trop d’Europe… non l’enjeu est là dès aujourd’hui encore davantage demain et nous devons, par ce que nous sommes profondément européens, enfin accorder une vrai place à la problématique européenne dans nos débats avec la volonté de le faire avec nos partenaires au-delà du seul manifeste que nous exhumons à chaque élection européenne faute de mieux…

 

Pour nous, la gauche doit encore parler du temps de travail. Si la durée réelle est à 41 heures et que la plupart des nouveaux emplois que l’on crée sont à 15 heures par semaine, on ne peut pas dire que la question du temps de travail ne se pose plus… ..

 

A cette urgence sociale pour l’immense majorité, s’ajoute une autre urgence pour nous socialistes : changer le fonctionnement de notre parti. Ouvrir ses portes, ouvrir ses fenêtres aux citoyens, aux acteurs du mouvement social. Nous sommes tous d’accord sur cette nécessité. Cependant loin des incantations que nous entendons depuis des années, il nous faut passer à l’acte pour qu’enfin nous puissions devenir un parti de masse et faire des propositions concrètes… Je n’ai pas le temps d’approfondir la question des territoires et cette dichotomie grandissante entre les centres urbains et ses périphéries, la montée continue et inquiétante de l’abstention, le vieillissement du parti mais cela ne peut être balayé d’un revers de main, nos victoires ou nos défaites dépendront des réponses que nous serons capables d’apporter.

 

La gauche, le Parti Socialiste ne pourront revenir au pouvoir que par le haut, par le débat, par une réflexion approfondie sur la société dans sa globalité, dans sa complexité. C’est à nous, socialistes,  qu’il revient de donner du sens au concept « politique de civilisation » vidé par Nicolas Sarkozy…
Lire la suite

Présentation des contributions en fédération du Nord.

4 Septembre 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

 

Les détours de la vie sont bien curieux. Il y a quelques années, j’avais fait le choix d’arrêter la vie politique et j’avais trouvé le blog comme moyen d’expression au militant qui demeure fortement ancré en moi.

 

Et pourtant à cause de lui… ce soir, je replonge dans ce monde aux mœurs si particulières… et en ayant pris pas mal de recul, je n’y goûte guère, encore moins aujourd’hui qu’hier.

 

Donc ce soir, en fédération socialiste du Nord, je vais présenter la contribution d’Urgence Sociale initiée par Pierre Larrouturou. Autant le dire, j’ai toujours suivi avec intérêt ce qu’il a pu écrire par le passé et son initiative autour de la pétition invitant les socialistes à se remettre au travail (avant Aubry en somme…) cependant ce n’est pas cela qui me fait revenir dans ce théâtre d’ombres.

 

Non, c’est l’homme qui m’a convaincu de reprendre un peu le bleu de chauffe.

 

Fan ? Quiconque connaît un peu mon parcours sait que je n’ai jamais trop pratiqué le jeu de cour et entre nous se revendiquer sans honte rocardien dans notre belle fédé équivalait à une première mort politique.

 

Bref… ce soir à 19h devant un parterre de belle facture… je vais remettre les mains dans le cambouis…

 

Et pour être honnête, je suis un peu stressé…

 

Je vous laisse, je dois encore terminer ma présentation… sans slides… faudrait pas qu’on puisse soûler les gens avec des chiffres et des courbes…

Lire la suite

Parti Socialiste : Quelle Démocratie interne ? (2ème partie et fin).

3 Septembre 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

Suite de l’article publié ici.

 

Besoin de Gauche (Pierre Moscovici) : Primaire ouverte pour la présidentielle 2012. Parti réseau qui associe citoyens et associations aux définitions programmatiques du parti. Développer des services pour les militants. Initiatives ouvertes au monde de la recherche, renouer avec les conventions thématiques. Télévision Internet pour diffuser les travaux du Conseil National.

 
La Ligne Claire

 : décentraliser le fonctionnement de l’appareil avec des accords cadres et des contrats d’objectifs passés entre Solférino et des comités Régionaux. Ce sont les fédérations qui passent des accords avec les autres partis de gauche. Le Bureau National est transformé en une assemblée de représentants des coordinations régionales. Généraliser la carte à 20 euros. Conventions thématiques ouvertes. Des primaires de masse pour toutes les élections. Limitation à deux mandats et trois mandats consécutifs. Structures intercommunales élues au suffrage universel. Mise en place d’un vrai statut de l’élu.

 : décentraliser le fonctionnement de l’appareil avec des accords cadres et des contrats d’objectifs passés entre Solférino et des comités Régionaux. Ce sont les fédérations qui passent des accords avec les autres partis de gauche. Le Bureau National est transformé en une assemblée de représentants des coordinations régionales. Généraliser la carte à 20 euros. Conventions thématiques ouvertes. Des primaires de masse pour toutes les élections. Limitation à deux mandats et trois mandats consécutifs. Structures intercommunales élues au suffrage universel. Mise en place d’un vrai statut de l’élu.

 

 

Réinventer la Gauche (Jean-Luc Mélenchon) : faire fonctionner le PS comme un mouvement d’education populaire. Limiter la taille des sections à cent adhérents. Mise en place des Assises de la gauche du 21ème siècle sans exclusive.

 

Pour un socialisme du XXIème siècle : Construire un réseau de relations permanentes avec le mouvement revendicatif. Améliorer le fonctionnement des sections en distinguant secrétaire de section et animateur de réunions et en formant ces derniers. Rendre obligatoire les comptes-rendus de réunions. Possibilité de faire des consultations de masse sur des sujets précis.

 

Changer (Marie-Noelle Lienemann) : Mandat unique dès les prochaines échéances électorales. Reconnaissance des courants. Création d’un centre d’études et de recherche, chargé de rendre accessible à tous les enjeux des débats. Tenue de conventions thématiques avec vote et droit d’amendements. Mise en place d’une université populaire permanente. Renforcer les secteurs thématiques avec possibilité d’adhérer à une section territoriale mais aussi à un secteur thématique.

 

D’abord redistribuer les richesses (Gérard Filoche) : thématique non abordée.

 

Brèves de campagnes (Marylise Lebranchu) : Inciter à la structuration des sections sur la base de l’intercommunalité sauf pour les grandes villes. Redonner des moyens aux structurations par profession. Fermer le Conseil National à la presse, régionaliser pour déparisianiser sa composition toujours sur la base de la proportionnelle au niveau des régions. Inflexibilité sur les écarts de conduite individuelle.  Le Secrétariat National devra rassembler toutes les sensibilités ayant présenté une motion.

 

Pour un socialisme écologique : fil rouge du fonctionnement interne le développement durable. Si au moins 5 à 10% des militants ou du Conseil National jugent contraire une décision par rapport a la déclaration de principe, ils pourront obtenir la convocation d’un CN avec vote sur ce point. Des conventions nationales thématiques doivent se tenir régulièrement jusqu’en 2011 avec débats contradictoires, amendements et votes. Intégrer pleinement Internet dans les processus démocratiques. Eco exemplaire dans le fonctionnement et la gestion du parti avec un rapport annuel.

 

Urgence Sociale (Pierre Larrouturou) : Instauration du mandat unique pour les parlementaires et présidents d’exécutif, à tous les mandats  d’ici 10 ans. Instauration de la parité dans tous les exécutifs. Cela sans attendre des mesures législatives. Mise en place d’un statut de l’élu. Limité le poids des élus à 30% dans toutes les instances du parti. Composition de celles-ci sur la base des élections régionales pour permettre une majorité d’action. Reconnaissance des motions et donc mise à disposition de moyens pour permettre leur fonctionnement avec accès au fichier.  Utiliser Internet comme un outil de structuration du débat par thème mais aussi au niveau national, fédéral. Consulter plus régulièrement les militants par ce biais. Réfléchir à des nouvelles formes de militance plus adaptées aux modes de vie actuelle. Appliquer les statuts qui prévoient de réunir deux conventions thématiques par an en associant militants, syndicalistes, intellectuels…

 

Et si le parti restait socialiste : thématique non abordée.

 

 

J’en ai fini avec ce travail qui ne prétend pas à l’objectivité mais qui a juste pour ambition de mettre en parallèle les déclarations de chacun sur notre fonctionnement et les propositions concrètes visant à améliorer celui-ci, en un mot dépasser le seul cadre des incantations que nous entendons depuis plusieurs décennies.

Lire la suite

Parti Socialiste : rapides nouvelles du front.

2 Septembre 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

 

Je termine mon papier sur les contributions ce matin mais en attendant, j’avais quelques petites choses à dire après cette pantalonnade de La Rochelle.

 

Je présenterai ce jeudi en fédération du Nord du PS, la contribution Urgence Sociale de Nouvelle Gauche. Chacune aura droit à quelques 7 minutes, ça va être sympathique, je le sens bien. Chose marrante, j’ai demandé si il y avait un vidéo projecteur à disposition ou si on pouvait en ramener un… ben non il faut que tout le monde soit à égalité… le progrès fait rage par chez nous. Avec l’Université de rentrée du nord où sur le carton on a l’impression que c’est le show de son premier fédéral… y pas à dire, on est clairement au boulot.

 

Sinon chez Antoine, il y a une lettre de Cambadelis… clairement, j’ai été choqué par ce passage injurieux à l’égard de la candidate aux présidentielles de 2007 : « Construire le renouveau nécessite de réunir ceux qui se sont opposés dans les trois grands traumatismes du Parti Socialiste : Le Congrès de Rennes, le Référendum sur la Constitution européenne et la désignation de Ségolène Royal. »

 

C’est tout simplement scandaleux non seulement à son égard mais également à l’égard des militants qui l’ont investie !!

 

De tels propos montrent le peu de cas que fait Cambadélis de la démocratie et de la démocratie interne en particulier… Pour moi, il ne fait aucun doute que cette rénovation menée par un certain triumvirat ne peut mener qu’à une bunkérisation du parti et d’une distance encore plus grande vis-à-vis de nos concitoyens. Mais venant d’un adepte des coups les plus tordus depuis son entrée dans la vie syndicale et politique, ce n’est certainement pas une surprise.

 

Autres choses qui me chagrinent. Utopia a choisi la voie de l’isolement ou alors du ralliement à son seul panache au nom de je ne sais quelle virginité idéologique… et l’attelage de personnalités constitué par le Pôle Ecologique semble déjà monnayer des places… tout cela nous emmène bien loin…

 

Bref comme annoncé ici même à plusieurs reprises et depuis des mois, c’est mal mal barré. Autre victime collatérale probable, les blogueurs au congrès (on avait commencé à travailler la dessus)… Un signe ? A la Rochelle, il y avait les gens de terra nova… c’est fort respectable mais on est loin d’une volonté d’ouvrir les fenêtres et les portes du partis aux citoyens. En somme, c’est un congrès de l’entre soi qui se prépare.

Edit : suite à cette lettre le site du nouvel obs ose titrer "Cambadélis appelle ses amis du PS à la "sérénité"... c'est vraiment se foutre de la gueule du monde. Que la désignation de SR ait été un choc pour lui et quelqu'uns... soit mais extrapoler à l'ensemble des militants avec ujn score de 60% avec 3 candidats... c'est un procédé d'une réelle escroquerie intellectuelle et parler de sérénité tout antant... messieurs les journalistes cessez donc de prendre les lecteurs pour des cons.

Lire la suite

Parti Socialiste : quelle démocratie interne ? (partie 1).

18 Août 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS


Voilà, j’ai commencé à décortiquer les contributions sous le seul angle de la démocratie interne. C’est, je l’avoue, un de mes dadas. Pourquoi ? Je ne crois pas à la notion de chef et j’y suis même profondément allergique. Partant de ce postulat, j’estime qu’il est donc d’organiser et de structurer le débat et de permettre ainsi de faire émerger des leaders.

 

Un autre élément, propre au PS, quoique, part du constat que ce dernier connaît une crise majeure qui va au-delà de la décennie écoulée. Le parti s’est coupé durablement des citoyens, des militants et des personnalités ou « courants » alimentant la réflexion socialiste, aussi sans pour espérer reconquérir et exercer pleinement le pouvoir nous devons renouer avec cet indispensable débat. A mon sens, si défaite idéologique il y a, c’est aussi du fait de notre propre assèchement théorique résultant de cette coupure avec cette République des idées.

 

Ce dernier constat est partagé par toute les contributions cependant le poser n’est en aucun cas en avoir terminé avec cette problématique. Il me paraissait donc intéressant de recenser les propositions de chacune des contributions.

 

Dernier préalable, toutes sont peu ou proue pour une discipline de parti… dont acte.

 

Hollande : La discipline de vote est la première condition de la crédibilité du PS. Conférence militante chaque année. 3 grandes conventions d’ici 2012.

 

Delanoë : Plein de bonnes intentions aucune proposition concrète.

 

Aubry : Rien si ce n’est se mettre au travail.

 

Dolez (debout la gauche) : Un constat fort mais aucune piste si ce n’est un appel à un révolution militante.

 

Gorce : Début de réflexion sur les nouvelles formes d’adhésion. Création de sections thématiques. Vrai formation des cadres. Mise en place de mécanismes de vote individuel. Vote par thème au lieu des motions. Transformer l’université d’été en une conférence nationale avec vote.  Election du premier secrétaire avant le congrès. Fin de la proportionnelle mais reconnaissance des sensibilités par les statuts. Lancement des assises de l’Alternative ouvert aux militants politiques, associatifs…

 

Utopia : La démarche d’Utopia traversant d’autres partis, la logique est davantage transpartisanne, elle propose un cycle de conférences, des partenariats avec des cinémas indépendants, retisser le lien avec les  intellectuels et une plus grande internationalisation.

Reconstruire à Gauche (Fabius
) : Relancer le travail par des conventions nationales et représentation des sensibilités à la proportionnelle.

 

Combattre et proposer (Royal) : Articulation autour de la démocratie participative englobant militants et sympathisants, d’une plus grande décentralisation du parti en donnant davantage de moyens aux fédérations.  Droit d’interpellation et d’amendements donné aux associations, syndicats pour les congrès et conventions du parti.

 

Unité et refondations(s) (Fiterman) : Je partage son propos sur l’état du parti « Le PS se résume, dans son activité, à être un parti d’élus et d’aspirants à l’élection » mais pas de proposition.

 

Reconquêtes (Hamon, Emmanuelli) : une réelle déception pas de propositions hormis la création d’un parti de la Gauche.

 

Ayrault : contribution « localiste » et comme Reconquêtes création d’un parti de toute la gauche.

 

(La seconde partie de ce document sera disponible demain).

 

PS : si j’ai oublié des éléments (concrets), n’oubliez pas de me le signaler.

 

PS2 : Je vous invite à lire le blog de Cyrille qui a fait un travail de synthèse remarquable sur d’autres thématiques.

Votez pour
cet article :

 

Lire la suite

Parti socialiste : tout ne va pas si bien…

16 Août 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

Les vacances aidant, je ne me suis malgré toujours pas mué en un militant bisournours où nous, socialistes, vivrions dans un monde merveilleux et fantasmagorique, repliés sur notre quarteron de dirigeants adulés et enviés…

 

Hier est sorti un nouveau sondage publié par Marianne2 en reprenant la configuration de la présidentielle 2007. Après un an de sarkozysme où l’incompétence le dispute à une casse sociale idéologique sans précédent ;  Le constat est malgré tout sans appel… le Parti Socialiste s’enlise et ce malgré des municipales qui lui ont été favorables.  Aujourd’hui, c’est Ouest-France qui sort le sien, assez surprenant et pas si contradictoire qu’on peut le penser, le PS ne s’oppose pas assez.

 

Au final, à travers la lecture de ces deux instantanés de l’opinion, il nous est renvoyé l’image d’un parti peu audible tant dans ses critiques que dans ses propositions, en somme ce que de nombreux blogs et militants reprochent à nos instances.

 

Dans ces conditions, le congrès de novembre peut constituer une opportunité intéressante pour reposer les bases d’un parti politique capable de constituer une alternative solide à la main mis sarkozyste.  Cependant à l’heure actuelle, nous sommes très loin du compte surtout si on se réfère aux seules contributions des leaders autorisés. Non que les propositions concrètes manquent mais le problème me semble ailleurs et réside dans une incapacité à redéfinir un corpus idéologique solide.

 

Force est de constater que seule la contribution Utopia se situe sur ce terrain avec une réelle effort de cohérence. Comme les signataires (et j’aurais pu la signer), je pense que l’heure n’est plus à la question de l’adaptation du capitalisme mais bien de son dépassement, conviction renforcée par la prégnance  d’une crise environnementale qui n’est encore que devant nous. Une fois cette réalité fixée, c’est bien les problématiques de croissance et sa viabilité à long terme pour nos sociétés. Oui une croissance infinie dans un monde fini relève de l’équation impossible or à la lecture d’une majorité de contributions, nous sommes encore loin du compte. C’est d’ailleurs bien à travers ce prisme de la croissance et de la consommation que s’articule cette valeur travail et pour lequel les socialistes semblent pour le moins timorée. Tout juste, si on revendique encore la réduction du temps de travail comme une avancée majeure, non comme un acquis mais comme l’un des aspects d’une « vrai » politique de civilisation. On ne le répètera jamais assez, c’est sa mise en œuvre qui a été mauvaise non son principe.

 

Sans cette déconstruction/reconstruction… à laquelle je ne prétends pas participer, le Parti Socialiste ne sera pas en mesure de prétendre à gouverner la France mais aussi à devenir un rouage important dans la redéfinition d’un « modèle » social-démocrate européen voire international .

 

De même, et cela sera l’objet de mes prochains papiers, ces mêmes grosses écuries sont pour ainsi dire aphone pour avancer les bases d’un grand parti en phase avec les exigences de démocratie et de transparence qu’on est en droit d’attendre aujourd’hui. On a l’impression d’un parti qui se sanctuarise à tous ses niveaux de participation.

 

Au final, de la refondation appelée par tous au replâtrage… le risque n’a jamais été aussi grand à quelques jours de l’Université de la Rochelle et j’espère que le triste jeu de ces dernières semaines évoluera enfin dans un sens plus positif.

 

 

 

 

Lire la suite

Des majorités sur quelles bases ?

4 Août 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

 

Contributions déposées, université de la Rochelle dans 4 petites semaines, congrès dans 4 mois… malgré la torpeur estivale, les châteaux de sable tentent de s’ériger avec au final ce grand classique : on pactise avant, on discutera un jour...

 

La seule certitude qu’on ait dans ces machins, c’est qu’ils sont d’accord pour prendre la direction, sur quels bases, pour faire quoi ?… A la vérité, cela reste très vague puisque très souvent on reste dans cette vulgate fort commode qu’on entend depuis pas mal d’années et à chaque congrès… en gros ça donne ça « on est à gauche vraiment de gauche et nous on va redonner la parole aux militants »… Je ne suis pas seul à penser cela, des journalistes du Monde ont exhumé un texte de 1994 de Martine et de Pierre…

 

Au fond, on n’est pas loin de la synthèse molle du Hollandisme… et cette année, les prétendants s’appellent Aubry, Moscovici, Montebourg et Lebranchu. Bien entendu, les signataires de ce texte se défendent de cette approche politico-politicienne… eux forcément, c’est naturellement différent… sauf qu’à vouloir rassembler de Fabius à Delanoë… on est bien dans cette configuration… ça risque de grincer un peu, mais je compte sur l’habilité d’un Cambadélis pour mettre l’huile nécessaire à la bonne marche de ces rouages pour éviter la synthèse informe comme ils disent si joliment (aucun n’y a d’ailleurs jamais participé).

 

L’une des idées de base de ce texte… hyper tendance également… c’est de s’opposer à la présidentialisation du parti. Bien… pourquoi pas… seulement, la logique serait, il me semble, de dire qu’il faut remettre les législatives avant les présidentielles or aucun ne semble dire cela. Sur ce point, je ne suis pas loin de partager le propos de Gaétan Gorce (l’élection du 1er secrétaire avant les motions), avec en parallèle la mise en place d’une méthode et d’outils de gouvernance qui permettent de faire notre débat interne. C’est le deuxième écueil de cet attelage, ils appellent également à cette nouvelle gouvernance or j’ai beau avoir fouillé les contributions des signataires, je n’ai pas trouvé grand-chose sur ce thème hormis chez Moscovici des conventions thématiques (idée reprise dans ce texte)… je ne suis pas certain que la méthode Coué du « il faut se remettre au travail » y suffise d’autant qu’on l’a déjà pratiquée à de nombreuses reprises depuis 25 ans (ah, pour rappel, il y a quelques propositions ici...)

 

Toujours sur cette présidentialisation, un passage m’a interpellé « Nous ne voulons pas d'un congrès de désignation. Il y a deux moyens pour nous en assurer. D'abord par un engagement clair, inscrit dans la motion, que ce n'est pas là l'objet des années à venir ». La prochaine présidentielle est dans 4 ans… avec le congrès et les européennes, ça nous met à 3 ans.

 

Par nature, rocardien, je sais ça peut surprendre…  je suis pour une recherche d’un consensus cependant et on a parfois tendance à l’oublier, celui-ci se fait sur des éléments et propositions claires.

 

Au demeurant, il en va de même de la proposition de Julien Dray, sa candidature au poste de 1er secrétaire est légitime mais que met-il dans celle-ci, le regroupement aussi séduisant soit-il doit se faire sur un contenu et des propositions.

 

Espérons que les quelques semaines de vacances seront utilisées à produire des textes moins convenus.

 

Pour ma part, j’espère que Nouvelle Gauche déposera une motion avec d’autres si des points de convergence se font jour… notamment avec Utopia… que je vais lire de ce pas.

Votez pour
cet article :
  

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>