Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Articles avec #archives congres ps tag

Delanoë est Libéral…

21 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 


Ce matin en me rasant… j’écoute d’une oreille distraite, les commentaires sur le bouquin de Bertrand Delanoë

Bon… il se voulait audacieux… j’ai davantage l’impression qu’il s'est situé dans le renoncement.

 

Il est d’ailleurs intéressant qu’il ait eu besoin de faire une exégèse du mot libéral pour convaincre qu’au fond ce n’était pas une grossièreté… pour moi et je le revendique je ne suis pas libéral…. Je suis et je demeure un social démocrate.

 

Etiquette désuète, antinomique avec cette modernité qu’on nous vend à tous les étages… cette modernité qui voit ressurgir les émeutes de la faim, de nouvelles formes d’esclavage, des conflits de misère sous de sombres apparences religieuses un peu partout dans le monde, de prochaines guerres pour quelques gouttes d’eau potable…

 

Donc définitivement, je reste social démocrate car pour moi elle représente un point d’équilibre entre l’individu dans sa dimension égoïste et la société dans sa part totalisante.

 

Alors oui… aujourd’hui, la social-démocratie est en crise (demain promis, je m'y consacre), elle demande à être réinventée pour redevenir un pôle d’inventions des possibles… mais ce n’est certainement pas en glissant dans ce no man’s land de la pensée politique… dans ce social libéralisme, sorte de nouvelle misère philosophique pour politique en mal de questionnement du présent, en incapacité à se projeter dans un futur incertain et non  fini.

 

Alors… non, je ne pourrais voter pour un dirigeant qui accepte la fatalité d’un monde toujours plus injuste…

Non le renoncement n’est pas une audace.


Petite citation du Delanoë : "Si les socialistes du XXIe siècle acceptent enfin pleinement la libéralisme, s'ils ne tiennent plus les termes de 'concurrence' et de 'compétition' pour des gros mots, c'est tout l'humanisme libéral qui entrera de plein droit dans leur corpus idéologique".



PS : Pas le temps de faire mieux ce matin... désolé.

PS2 : Pour signaler l'article de Malakine sur Delanoë et le PS... le pire c'est que je partage son propos à 90%...  extrait : "Après Manuel Valls qui nous a expliqué pendant un an que la modernité pour le PS consistait à s’aligner sur le discours qui a fait élire Sarkozy, Delanoë tente désormais d’exister dans le champ du débat d’idées en exhumant le libéralisme politique des penseurs du siècle des lumières. Quelle audace !"

Lire la suite

Un congrès socialiste très première gauche.

20 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

 

Pourvu d’une modeste expérience du Parti Socialiste, deux choses me frappent dans ce congrès, outre l’absence encore patente d’un vrai débat de fond, c’est la victoire totale de la ligne sociale-démocrate. Et ce au moment même où celle-ci est moribonde (papier toujours en cours de rédaction).

 

La seconde réflexion, plus interne à la France c’est de voir un congrès dominé par la 1er Gauche alors qu’après 35 ans, la 2eme gauche a enfin gagné la bataille idéologique.

 

Alors vous me direz c’est loin tout ça… et bien non… car il est difficile d’oublier que celles-ci étaient respectivement incarnées par François Mitterrand et Michel Rocard.

 

Au fond Rocard avait raison dès le congrès de Metz (1979) et pourtant… si on fait une filiation de cette fracture à notre congrès de Reims… la deuxième gauche est sortie du jeu... définitivement ? 

 

De Fabius à Delanoë, de Royal à Moscovici, tous son héritier à leur façon de l’héritage mitterrandien… Ultime victoire posthume de notre machiavel de gauche.

 

N’oublions pas que les deux fils naturels de l’unique Président de gauche de la Vème sont Jospin et Fabius et ces deux là s’étaient affrontés à Rennes… avec cependant un ennemi commun Michel Rocard.

 

Or DSK et Delanoë ne sont que deux branches de la jospinie. La trajectoire de Ségolène Royal est certes un peu moins nette et certains seraient tentés de penser qu’avec les clubs deloristes, on pourrait la rattacher à cette deuxième gauche sauf que Jacques Delors s’est toujours bien gardé de se revendiquer ouvertement de cette proximité.

 

Quelle importance me direz vous ?

Pour moi elle est essentielle, les figures de cette 2eme gauche (Mendes, Rocard, Maire…) n’ont eu de cesse d’explorer les champs des possibles, dans le sens où la prise en compte de la réalité n’empêche pas la créativité et l’innovation. Un autre élément me parait tout aussi important,la curiosité,  l’écoute, le dialogue avec les acteurs de la société. Il n’est d’ailleurs pas anodin que Michel Rocard ait porté avec talent et conviction  la question des logiciels libres au niveau européen… pourtant ce n’est pas à priori son domaine de prédilection…  

 

Caricaturale… je vous invite à un petit retour en arrière sur la mise en place de la seconde loi sur les 35h… mais aussi au cours des deux premiers septennats, je ne suis pas certain que les partenaires sociaux aient un souvenir impérissable du dialogue social de l’époque… Je ne parle pas non plus la lente dégradation des rapports entre le parti socialiste et les intellectuels mais d’éminents universitaires l’attestent.

 

Alors oui, je reste persuadé qu’aujourd’hui, si la 2eme gauche a gagné le débat  économique ; pour la première gauche, la question de la pratique politique reste un sujet… j’ose le mot… tabou. Au fond une conception très pyramidale, très jacobine de la politique.


Alors aujourd’hui, oui j’aime l’agilité intellectuelle et la capacité à sortir des idées d’un DSK (en même temps, j’ai l’impression qu’il s’est un peu émoussé), comme je donne crédit à Ségolène Royal son intuition sur la démocratie participative même si, à mon sens, elle est encore en gestation.

 

Cependant, nous avons perdu 30 ans et aujourd’hui nous avons devant nous une social-démocratie à bout de souffle, dans une sorte d’incapacité à penser un monde global et local, replié et ouvert… mais c’est le sujet d’un autre article.

Lire la suite

Comme un trop plein, comme une lassitude.

19 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS


Ce matin… comme tous les matins, j’ouvre mon Word, commence un article un peu plus fouillé pour faire un tri dans ma réflexion de boucher (pour certains)… pour une fois je laisse infuser… je bosse…

Et sur le coup de 11h… un mail de 20minutes… motif « heu… z’avez pas un truc suite à ce week-end »… Etonnant et révélateur… je crois que les militants ont mal à leur parti.

 

Alors, rapidement en 10 minutes… j’écris mon malaise (sympa… il est placé en Une sur leur site…).

 

Comme un trop plein, comme une lassitude.

 

Voilà… comme les journaux nous le rappellent depuis samedi matin… avec l’entrée en lice de Ségolène Royal, le congrès débute.

 

Pour tout dire… et paradoxalement, ça reste pour moi un non-évènement comme le sera tout autant l’annonce de Bertrand Delanoë… Au fond, ce matin, je suis un militant lassé.

 

Lassé d’apprendre les candidatures de chacun avant de connaître leurs propositions qui vont au-delà de l’exercice convenu.

 

Lassé, de regarder les uns et les autres se positionner pour exister avant de faire vivre des idées.

 

Lassé d’entendre certains faire  la leçon en oubliant qu’eux même participent à ce concours de chef des socialistes.

 

Ce week-end comme les semaines précédentes se ressemblent… on fourbit les armes, on montre les muscles à travers les signataires, les  fédérations...

 

Juste pour vous dire messieurs, mesdames… je m’en fous… ça fait belle lurette que j’ai appris à « penser » par moi-même. Ca fait également quelques années que j’ai arrêté de croire en la femme ou en l’homme providentiel.

 

Qui à ce jour en a d’ailleurs l’étoffe, le charisme, la vision… sans faire injure à nos dirigeants actuels… aucun.

 

Alors… oui quelques autres vont nous dire que le congrès commence de la pire des façons… c’est une évidence… mais une fois la chose dite… on fait quoi… Eux-mêmes vont y participer malgré tout… sans aller davantage au fond des choses.

 

Un congrès pour rien… un congrès du rien… juste un bal de prétendants… pendant ce temps… le militant s’en va, sans un bruit.

 

Alors… ce matin… je dois être comme beaucoup de mes camarades… je suis désabusé… avec un drôle de sentiment… un trop plein par absence de débats, d’idées.

 

Alors, il restera bien des militants fiers de leur candidat… je les respecte… mais respectés aussi ceux qui à cette heure s’interrogent encore… et je crois que ces derniers sont nombreux dans le PS d’aujourd’hui.

Edit : gros niveau... d'un dirigeant... par charité je ne donne pas le nom de l'auteur de cette déclaration : "«Quand un pâtissier essaie de monter une pièce montée (...) pour une communion, un mariage, il y a la petite figurine au-dessus, elle est importante. Est-ce que le pâtissier commence à faire la figurine d'abord ? Non, en général, il commence à construire la pyramide. Il associe les choses». «Ce qui est valable en pâtisserie est un peu valable en politique",

Lire la suite

Pierre Larrouturou : des proposition d'action

17 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

Une fois encore, je relaye Pierre Larrouturou et pour tout dire, je m'en sens de plus en plus proche et ce malgré la déclaration de Ségolène Royal hier soir. Donc sa démarche ci-dessous.

Bonjour à tous et toutes,

 

Suite aux blocages constatés à Solférino, une réunion était organisée mardi soir pour faire le point sur notre initiative et réfléchir au meilleur moyen d’agir avant que ne commence vraiment le processus du Congrès.

 

La seule solution que nous avons trouvée pour apporter vraiment un « plus » et essayer d’influer sur la nature du débat est de déposer très vite un texte qui liste 10 ou 15 questions concrètes auxquelles toutes les motions seraient invités à répondre.

 

Le 25 mars, au Conseil National, presque tous les orateurs ont dit que le Congrès de 2008 devrait être vraiment différent des Congrès qui l’ont précédé.

 

Pour limiter le risque de combats fratricides et pour que ce Congrès débouche sur un vrai renouveau politique, plusieurs ont suggéré qu’on élabore une liste de 10 ou 15 questions qui seraient posées à tous ceux qui vont rédiger des motions.

 

Figures libres et figures imposées

« C’est comme en patinage artistique, explique un militant. Avant les figures libres, il y a les figures imposées. Ce serait bien que toutes les motions aient quelques figures imposées et qu’elles répondent aux questions concrètes que se posent les militants (et la plupart des Français).» 

 

Notre pétition a été refusée par la direction du PS et nous n’avons rien pu faire car les statuts du PS sont totalement flous concernant une pétition. Par contre, maintenant qu’une Convention nationale est convoquée en bonne et due forme pour le 14 juin, un texte signé par 5.000 militants sera forcément inscrit à l’ordre du jour et envoyé à tous les militants pour être soumis à leur vote.

 

Si notre proposition reçoit d’ici là le soutien d’une majorité des militants, le 14 juin, le PS adoptera trois textes :

1 > la nouvelle Déclaration de principe.

2 > les modifications apportées à nos statuts.

3 > une grille de questions auxquelles les motions seront invitées à répondre.

 

Aucune ambiguïté

Pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté, précisons que ce texte que nous voulons déposer sera signé par des militants et des élus de toutes sensibilités.

 

La pétition lancée en décembre rassemblait des élus et des militants de toutes les sensibilités du parti. Ce nouveau texte sera signé lui aussi par des élus et des militants de sensibilités diverses qui savent déjà qu’ils signeront des motions différentes. Mardi, autour de la table, il y a avait des élus et des militants de courants différents. Nul n’a caché ses préférences ou ses questionnements. Cela ne nous empêche pas de réfléchir et d’agir ensemble pour favoriser le renouveau du PS. 

 

* * * *

 

J’ai été désigné volontaire pour rédiger un projet de texte.

 

Vu les délais extrêmement courts (le vote sur les textes est prévu pour le 29 mai…), nous n’avons pas le temps d’une vraie élaboration collective. Malgré tout, malgré tous les risques de frustration que cela entraîne, nous invitons tous ceux et celles qui le veulent à nous envoyer des textes courts (maximum 1 page) d’ici samedi soir.

 

Quelle est la question ou les 2 ou 3 questions concrètes que vous voudriez que les différentes motions soient invitées à traiter ?

 

Que vous soyez au PS ou que vous n’y soyez pas,

toutes vos propositions sont les bienvenues.

 

Bien cordialement

Pierre LARROUTUROU

Lire la suite

Parti Socialiste… congrès à Reims.

14 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS


C’est un peu comme pour les OGM (Organismes Congressistes Modifiée)… on pensait que tout était plié pour faire ça au soleil en terrasse… ben non… on va le faire ça sous la flotte et en polaire. Enfin quand je dis on… traduisez ils… A moins qu’au final, nos dirigeants se disent… « Tiens, pour faire moderne, ouvert, on va inviter des blogueurs mal léchés ».

 

Enfin, une chose est certain c’est que manifestement tout est prétexte à déchirement sur des détails… syndrome ordinaire du PS… comme il n’est pas bon de débattre du fond, empoignons-nous sur le rien… les conséquences sont infimes puisqu’elles tendent à montrer que le parti n’est toujours pas sorti de sa maladie infantile du ridicule après 10 ans…

 

On ne va tout de même pas, du jour au lendemain, débattre de déclaration de principes, de statuts et tutti quanti.

 

En parlant de rien, Boris a résumé la nouvelle pensée de Valls…

 

Je profite de ce papier… au sans grand intérêt même si je suis en verve… pour lancer un appel aux camarades FEMMES. Hier, le monsieur de 20minutes m’a proposé d’être co-administrateur du blog consacré à la rénovation et comme je trouve qu’il manque cruellement d’élément féminin… genre 0 sur 8… Donc si vous êtes du sexe faible, socialiste et que vous avez un peu de temps pour écrire sur notre beau parti et bien n’hésitez pas à me faire parvenir vos textes.

 

Autre nouvelle, je ne dis pas bonne, Congrès Socialiste (blog initié par quelques camarades) commence à redémarrer avec des contributions sur l’économie, sur les retraites (normalement en ligne dans la journée), sur les salaires… Forcément, c’est moins crédible que l’aréopage de Terra Nova mais pourquoi réserver la parole aux seuls experts certifiés.

 

Sur ce truc… ma religion n’est pas encore faite même si le premier texte sur la révision constitutionnelle me laisse dubitatif cependant contrairement à Ronald… j’attends de voir et de lire… quoique 20€ pour un PDF…

 

Bon… j’en termine… j’ai d’autres bricoles sur le feu…

 

Et surtout, j’attends la fin de semaine avec une certaine impatience… Ségolène Royal doit normalement lever un coin de voile sur ses propositions censées prendre en compte les propositions militantes… Allons nous enfin entrer dans une phase active pour ce congrès ?

Lire la suite

Parti Socialiste : coma dépassé ?

11 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS


Bon... forcément... il n'y a rien de neuf au PS... c'est le contraire qui serait révolutionnaire.

On s'accomode avec l'UMP pour une révision déconstituionnelle... On attend toujours un débat que les nouveaux principes (j'ai beau m'y retrouver, je suis aussi un démocrate...)... et sur la question des statuts... rien... si ce n'est un texte vide de sens, d'ambtition... en un mot parfait pour en rester au socialisme municipal... Et là.... La fin de non recevoir à Larrouturou pour seulement débattre (pour rappel son appel)... belle fin de carrière pour l'autiste François Hollande... Je vous la livre :

En lançant cette initiative, nous voulions réunir le soutien de 5.000 militants PS et de 50.000 citoyens "non-PS". L’un des objectifs est largement atteint. Pour l’autre, sans doute n’avons nous pas su expliquer assez clairement que ce qui se passe au PS concerne l’ensemble des citoyens. Sans doute aussi, beaucoup de ceux qui ne sont pas au PS ont une image tellement dégradée du parti qu’ils pensent inutile de signer une pétition…

 

Hélas (c’est la mauvaise nouvelle), le blocage du côté de Solférino est toujours le même. François Hollande est son équipe refusent absolument le débat sur notre proposition. Il faudra un jour que François Hollande nous explique pourquoi il refuse même de nous recevoir… Il pense finir son mandat en beauté, en faisant voter à l’unanimité une nouvelle Déclaration de principe, mais un nombre croissant de militants et d’élus sont furieux de voir que le PS est inaudible (ou presque) alors que la droite annonce chaque semaine une nouvelle "réforme".

 

"Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Si on recommence à fuir le débat de fond comme on l’a fait depuis 1997, qui nous dit que 2012 sera pour la gauche un meilleur cru que 2002 ou 2007 ?" s’interroge un élu de l’Ouest.

 

Et dans Le Nouvel Observateur, alors que François Hollande était souvent désigné par le surnom sympathique de Culbuto (il se relève après chaque défaite), il apparaît maintenant comme Le Grand Etouffeur. "Le grand étouffeur vous salue bien ! " écrit Le Nouvel Observateur du 3 avril en rendant compte de la stratégie de François Hollande après les municipales.

 

Que pouvons-nous faire ?

Face à ce blocage, que pouvons-nous faire ? Certains ont trouvé que notre tribune dans Le Monde était trop soft, trop gentille… Certains d’entre vous, depuis 2 semaines, proposent que nous organisions un sitting devant Solférino pour faire savoir le scandale et faire pression sur la direction.

 

Personnellement, j’ai parfois envie d’être plus dur. Je trouve absolument scandaleux ce refus du débat. Mais en parlant avec bon nombre de signataires, nous pensons qu’une action façon "sitting" serait contre-productive.

 

Mardi 13 mai à 18 heures, à l’initiative de trois parlementaires (Geneviève Gaillard, Claude Saunier et Pierre-Yves Collombat), une réunion est organisée au Sénat pour réfléchir au(x) meilleur(s) moyen(s) d’agir.

 

Cette réunion a été organisée très vite et la seule salle disponible est une petite salle. Nous ne pouvons donc pas inviter tous les signataires. Désolé !

 

1 > on organisera sans doute une rencontre ouverte à tous d’ici l’été.

2 > d’ici mardi soir, merci de nous faire remonter toutes vos idées. Que pouvons-nous faire d’ici la fin juin pour mettre de l’intelligence et du concret dans le débat ?

 

A partir du 1er juillet, avec le dépôt des contributions, le temps du Congrès sera pleinement ouvert. Mais d’ici là (il reste encore 7 semaines et le mois de mai va être chaud) que pouvons-nous faire ?

 

Que vous soyez au PS ou que vous n’y soyez pas,

toutes vos propositions sont les bienvenues.

 

Bien cordialement

Pierre LARROUTUROU

Lire la suite

L'avenir du PS. (Redif)

8 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS


J’exhume ce post datant du 22 mars 2007 pour la bonne raison que le site du Nouvel Obs l’a mis en lien hier … A l’époque voue étiez 80 à l’avoir lu… A la relecture, il reste d’actualité.



C’est un exercice inutile mais particulièrement jubilatoire pour « l’auteur » de se livrer à des prospectives improbables en tentant de s’appuyer sur son ressenti, ses expériences au sein du PS. Je m’excuse de refaire un petit tour du propriétaire mais il y a des évènements qui conditionnent le devenir du PS.

Le PS a désormais passé les 35 ans d’age… j’avoue que cette longévité l’échelle de la vie politique française est étonnante surtout que ses fondations repose essentiellement sur un homme, un contexte et un corpus idéologique particulièrement flou. A contrario des grands partis sociaux démocrates, le PS n’a jamais tranché de manière claire sa relation à l’économie… oscillant au gré des périodes de pouvoir et d’opposition. A cela, on doit ajouter une structuration et un fonctionnement de l’appareil qui n’a guère évolué depuis ses débuts… hormis l’introduction du vote nominal sur le 1er secrétaire au niveau national et fédéral, on ne peut pas dire qu’il y ait eu une réflexion soutenue pour prendre en compte les évolutions de la société.

A mon sens, le PS ne pourra se sortir de ses difficultés actuelles sans s’épargner un débat de fond sur ces deux éléments.
Sur les questions liées à l’appareil, les militants semblent avoir une longueur d’avance sur les dirigeants… ces derniers ont fait preuve d’une grande cécité en deux dates 1993 et 2004. En 93, à la suite de la débâcle électorale alors que déjà les militants avaient déjà le sentiment que les élus et dirigeants (qui sont très souvent les mêmes) étaient coupés des réalités de la vie quotidienne, rien n’a changé… on a redistribué les cartes sommairement et roule ma poule… Cinq ans plus tard, dans les sections, beaucoup de militants qui tentaient de faire remonter du terrain la mise en pratique de certaines de nos réformes phares avaient à nouveau le sentiment de ne pas être entendu… on connaît la suite… et surtout, hormis coller la responsabilité de la défaite sur les autres… ben toujours rien. En 10 ans, le PS est passé d’un socle électoral de 30% à 20%. Pourtant dès 2001, les résultats de municipales auraient dû interpeller plus d’un dirigeant (seul Mauroy demandait de prendre garde à ses résultats en trompe l’œil), le PS a perdu quantité de ville moyenne mais heureusement Paris et Lyon sauvaient les apparences… hélas !!

Autre évènement, plus heureux, les régionales de 2004… divine surprise pour nos dirigeants… et je crois que, paradoxalement c’est ce qui a aidé de convaincre bon nombre de militants de s’affranchir de la tutelle « bienveillante » des notables du parti
, au moment des votes internes.


Première épisode, le référendum interne et son résultat qui en première lecture peut sembler dans l’ordre des choses… or quand on connaît un peu le fonctionnement du Parti, le résultat interne est inespéré pour les partisans du « Non »… mais au-delà du chiffre, il y a eu un débat fort dans les sections qui a transcender les courants traditionnels… les débats convenus et souvent préréglés ont, dans beaucoup de sections, laissé place  à une confrontation d’idées entre Militants… c’est la première fois que la démocratie s’est exprimée avec autant de force en son sein. Ca aussi, c’est passé un peu inaperçu dans les bureaux feutrés des grandes instances.

A vrai dire, mais je dois me tromper, je crois que Ségolène Royal a compris ces deux mouvements issues de la base : besoin de s’exprimer et volonté de sortir d’une forme de dépendance à l’égard des dirigeants.

Certains pensent que SR doit son investiture aux médias… pour moi c’est faire insulte à l’intelligence des militants… DSK et Fabius sont avant tout représentatifs de ces « dirigeants éternels et infaillibles », au-delà des qualités respectives de chacun. D’autre part la réalité du site désir d’avenir n’est pas le fruit des médias mais bien de son appropriation par un certain nombre de militants… c’est en fin de course que certains « éléphants » ont rejoint Royal. Et à la décharge de cette dernière, sa capacité à s’affranchir de certains sujets sensibles ou tabous.
Ces deux votes et les débats internes qui ont précédés, sont des moments importants, voire fondateurs, d’une nouvelle aspiration des militants : ils existent, ils réfléchissent, ils votent… en somme, une prise de conscience collective sur le poids qu’ils peuvent avoir dans le parti, et ce sentiment je crois qu’il est désormais fortement ancré chez la plupart des militants.

De cela, j’en tire plusieurs conséquences pour l’après.

Le PS ne pourra faire l’économie d’un débat de fond, quelque soit le résultat, devant les militants anciens et nouveaux… si ils sont encore là après cette campagne de « mauvaise grâce ». Au cœur de celui-ci, l’économie (j’y reviendrai par la suite) et comment peut on faire fonctionner un grand parti en ce début de XXI sc. Sur ce deuxième point, plusieurs interrogations demeurent : peut on encore associer mandat électif et instances dirigeantes ; comment garder les nouveaux adhérents et donc, sous quelles formes les associer aux débats internes ; comment renouer des liens avec les syndicats (nous sommes le seul parti socialiste, je n’utilise pas volontairement le terme social démocrate, a avoir des relations aussi distantes avec les syndicats), les « intellectuels » ; la relance du processus européen pour qu’on ne peut laisser sans réponse.

Ces questionnements ne sont pas anecdotiques, ils conditionnent pour bonne part les orientations générales du Parti Socialistes mais aussi de la prise en compte du réel dans ses choix programmatiques
.

Couplé à l’économie, au malaise persistant entre militants et dirigeants, aux non-choix dont on mesure l’impact électoral, tous les ingrédients d’une recomposition sont dans l’entonnoir… mais… il y a un « mais » qu’a parfaitement posé Malakine… à un an d’élection locale… quid des élus ? Alors que ces derniers influencent encore fortement le PS... Cependant  le Parti Socialiste et ses militants peuvent-il encore attendre cette refondation dont il a grand besoin ?

Lire la suite

Le PS en mode web -2.0.

7 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

 

 

Clarté, courage, créativité… c’est par ces mots que Bertrand Delanoë se lance dans la bataille du congrès et par là dans la course au leadership. Pour se faire, il a lui aussi sorti son site Internet.

Et pour être honnête… il est d’une tristesse et d’une ergonomie confondante… certains diraient austère…

A ce stade vous vous dites… ouais il roule pour Ségo donc fatalement… tout le reste est nul… raté… pour l’heure et avec le recul nécessaire, le fameux
congrès utile et serein est tout aussi mauvais sur la forme. Certes, à titre personnel et d’un point de vue du design, ce site me plait un peu plus mais ça s’arrête là.

Dans les deux cas, en terme d’interactivité, de fonctionnalités, c’est à rire ou à pleurer. D’un coté on télécharge des documents au format pdf, de l’autre on a un empilement de contributions militantes dont on se demande si elles auront une quelconque utilité si ce n’est de faire plaisir à leur auteur.

On a la fâcheuse impression de sites Internet créés à la hâte, un peu sur le mode du « ah putain fait chier on est obligé de faire un truc pour faire moderne » avec un résultat assez médiocre.

Au moment du lancement de congrès utile et serein, je pensais avoir sur mon écran une version béta et espérer le voir évoluer, avec une ligne éditoriale plus affirmée, une ergonomie plus en phase avec ce qu’est capable de faire les outils… web 2.0… et rien n’a changé… on reste dans la participation virtuelle.

Chez Delanoë les choses sont plus claires, c’est lui qui cause dans le poste, il nous met la liste des signataires et basta… bon tu peux réagir… quand tu seras enregistré mais déjà tu ne peux visiblement avoir accès aux commentaires sans ce sésame… alors… pas d’inscription pour moi.

Lundi, je me suis moqué des
jeunes populaires avec leur marketing pour débattre avec la Glucksman compagnie ciblant les plus « zinfluents » des blogueurs cependant ce n’était pas une mauvaise idée… ils auraient peut être dû cibler un peu plus

Avec des deux sites, le blog de Hollande… le Parti Socialiste et nos leaders prennent plusieurs trains de retard sur le terrain de la e-politique.

Seul certitude… le décor est planté pour le prochain congrès… nous allons vers un duel Delanoë/Royal… question en suspend pour moi… quand sera enclenchée l’opération TSS…

Car ce matin reste-t-il un espace pour les Moscovici, Cambadélis, Dray, Fabius ?
Lire la suite

Radiographie du Parti Socialiste.

5 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

 

Ce que vous allez lire provient d’extraits (en italique) d’un article de Stéphane Alliès sur le site MédiaPart d’Edwy Plenel. J’en profite pour m’excuser auprès de lui mais le net n’est pas un média étanche, c’est un peu le souci d’un modèle payant alors qu’émerge « un nouveau petit pouvoir »… mais là n’est pas mon propos.

 

  Donc notre journaliste s’est procuré le fichier des adhérents du PS. Au 31 décembre 2007 on en comptait 162.970, avec le principe de régularisation de la cotisation ke jour du vote le chiffre est estimait à 238.520 soit un reflux de 73.437 cotisants

Outre les fédérations historiques, Pas-de-Calais (15.000) et Paris (passé de 20.000 à 9.087), Nord (8.472), Bouches-du-Rhône (6.684) et quelques unes atteignent le chiffre symbolique des 5. 000 Hérault (légèrement à la baisse, 4.784), Haute-Garonne (5.159) et Gironde (5.049
). A elles seules, ces treize fédérations départementales (sur 107 au total) représentent environ 45% du nombre de cartes à jour du parti.


Au-delà des chiffres déjà intéressants… 40 % d’adhérents perdus… Le plus intéressant réside dans les appréciations de nos dirigeants… et là… manifestement, le constat est partagé même ici… mais plus grave… on ne change rien (cf les
propositions de statuts)…


«Le parti s'est urbanisé»
, constate de son côté Patrick Bloche. D'après ce proche de Bertrand Delanoë, «ce sont les départements à gros centres urbains qui ont surtout profité de l'afflux des nouveaux adhérents. C'est une question d'évolution des cultures et aussi de rapport à l'Internet». Pour rappel, je proposais une fédération Internet et j’avais déjà soulevé cette problématique rurale/urbain après les présidentielles (je n’ai pas inventé le fil à couper le beurre... j'ai la flemme de retrouver le lien).


«Le parti compte de plus en plus d'élus et, du coup, de plus en plus d'aspirants élus
en la personne de leurs collaborateurs» , analyse-t-il. De quoi entretenir le “verrouillage” des sections et accroître le contrôle du recrutement militant. «Aujourd'hui, l'alternative à ce malthusianisme, c'est le clientélisme, comme dans les Bouches-du-Rhône ou dans l'Hérault. Où le recrutement est basé sur les employés municipaux…»… ben merde, c’est dit de façon plus intelligente mais je pense avoir déjà dit la même chose sur ce blog… certes il épargne d’autres fédés mais faut pas se fâcher… surtout avec les grosses…, analyse-t-il.

"De quoi entretenir le “verrouillage” des sections et accroître le contrôle du recrutement militant.
«Aujourd'hui, l'alternative à ce malthusianisme, c'est le clientélisme, comme dans les Bouches-du-Rhône ou dans l'Hérault. Où le recrutement est basé sur les employés municipaux…»… ben merde, c’est dit de façon plus intelligente mais je pense avoir déjà dit la même chose sur ce blog… certes il épargne d’autres fédés mais faut pas se fâcher… surtout avec les grosses…


«On a un problème d'animation»
, reconnaît Jean-Christophe Cambadélis. Le député de Paris, proche de Dominique Strauss-Kahn, pense que «le parti ne sait pas comment garder ses troupes». Selon les chiffres, on remarque qu'une vingtaine de fédérations ont perdu plus de 30% de leurs effectifs.«Aussi bien chez les bobos de Paris que chez les prolos du Doubs», explique-t-il. «La question, c'est comment être un petit parti de masse?” On n'a aucun plan de formation et on a tendance à faire de
nos adhérents des gens latents, en les réduisant à des désignateurs de chef et des préparateurs de congrès.»… ben débattre, causer, être écouté, être pris en compte… non ??

Et par rapport au congrès de novembre … Patrick Bloche estime que «le congrès est une bouteille jetée à la mer. N'ayant aucune visibilité, ceux qui fonctionnent sur des réseaux établis sont tentés de retrouver l'équilibre du congrès du Mans. Or, s'il n'y a pas d'enjeu enthousiasmant, il n'y aura pas de mobilisation. Mais il n'y a plus rien de comparable avec 2005, tant les courants ont explosé depuis».

 

Voilà où en est… à se poser des questions sans chercher à apporter des réponses… en fait la copie Rebsamen c’est le résultat de chiens de faïence… ou encore le premier qui bouge a peur de mourir…

 

Chose qui me rassure… je ne dis pas que des conneries… enfin, je crois…

Lire la suite

Statuts du PS… quelle audace !!

3 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

 

 

Voilà la commission Théodule au doux nom de « vivre ensemble » sous la présidence de François  Rebsamen vient de pondre sa copie sur la modification des statuts du parti socialiste.

 

Alors une chose semble déjà acquise… on ne risque pas de passer des nuits blanches à lire le document… grosso-modo… il y a une et une seule modification majeure… la création d’un conseil des territoires.  

 

En somme le PS fait un décalque des institutions de la Veme puisque qu’on a coutume de dire que le conseil national est le Parlement, demain on dira que ce conseil des territoires est le Sénat.

 

Il est vrai que nos élus étaient drastiquement sous représentés dans l’appareil voire inaudibles…

 

Sinon ben pas grand-chose, on va désormais calquer les congrès sur le rythme des présidentielles, pourquoi pas ; autre avancée majeure, un accord semble être intervenu sur les fameux adhérents à 20 €, sur le principe de la primo adhésion… et… c’est tout.

 

On est loin mais alors très loin du grand soir statutaire… de l’unique papier disponible relatant ces propositions… pas un mot sur le cumul des mandats, sur le fonctionnement des motions, sur la prise en compte de l’e-démocratie… non rien de tout cela.

 

Enfin, très honnêtement, il ne pouvait en être autrement… les militants ont été purement mis de coté pour réfléchir à la modification des statuts.

 

Je me revois encore, fébrile, à tapoter mes propositions… en pure perte…

 

Donc… je vous le dis entre nous… je voterai NON à ce texte insipide, en complet décalage avec l’idée que je me fais d’un parti politique moderne et démocratique.

 

Manifestement, nos dirigeants ont choisi de rester en vase clos… grand bien leur fasse mais cela augure mal des prochaines échéances… enfin, on est certain d’une chose, le grand parti de masse, ce n’est pas pour demain.

 

Le mal du Parti Socialise est profond, l’autisme une maladie partagée par une écrasante majorité de nos dignitaires… la dégénérescence le guette… une chance pour lui… pour l’heure, il n’y a pas d’offre alternative… mais quelle tristesse et quelle misère.

Lire la suite
<< < 10 11 12 > >>