Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Articles récents

Parfois… on attend…

23 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

Oui… je philosophe fort… mais il y des jours où l’attente domine votre corps… elle n’est plus tapie dans votre inconscient, elle vous occupe tout au long de la journée, sur de grandes choses comme sur de petites choses.

 

Voilà, Marianne commence son congé maternité… dans un mois et demi… un troisième bonhomme viendra se joindre à notre petite tribue… en fait, il est déjà là… je ne compte plus les fois où en montant coucher Gabriel et Ivan, en bon petit dernier, il cavale déjà dans l’escalier pour tenter de rattraper ses frères… où invariablement, Gabriel, en aîné, se doit d’arriver le premier en criant au bout de sa course « J’ai gagné !!»… Alors oui… on t’attend avec une certaine impatience.

 

Ce matin, en me levant, j’attendais de pouvoir jeter un œil sur le Libé du jour… la veille, j’avais été prévenu de la reprise de mon article sur Delanoë… bon… ça fait deux fois cette semaine (je vais mettre une pastille et un compteur « lu dans Libé »)… Même si ça paraît vain, au moins ça fait plaisir mais pour le coup il n’y a pas l’attente d’un ego hypertrophié… d’un blog à sa parution dans un canard, son influence est proche du zéro…

 

Doux, un peu ensoleillé… une idée m’est venue… normalement, Nils Petter Molvaer profite souvent de la belle saison pour sortir un album… j’en connais deux qui attendent cela avec impatience… moi et Nick…  

 

Quoi d’autre… ah si… il me tarde d’être ce soir… Bernard, un copain, un fort en gueule, vient manger à la maison… le temps, des liens qui se distendent… et cette putain de maladie… ça faisait un bail, entre deux portes, entre deux soirs d’élection… enfin du temps… toujours trop peu… pour échanger… faut prendre ces moments.

 

J’attends aussi le jour où quelqu’un osera dire à Laurence Parisot qu’elle est complètement folle… … aujourd’hui, elle nous dit « ben quoi 63,5 ans pour la retraite c’est bien»… demain ce sera 65 et après demain… dans un cercueil.

 

Et après une attente insoutenable… j’apprends… que « nul ne peut être élu plus de deux fois consécutivement » à la tête de l’Etat... et le premier qui ose émettre un doute sur l’utilité de cette avancée salutaire pour notre démocratie est prié de prendre la porte « conservateur ennemi de la modernité ».

 

 

PS : Ah…il semble que Marylise Lebranchu soit tombée sur mon blog… elle a déposé un commentaire. C’est bien de prendre acte d’une « connerie », si c’est elle, j’espère que sa contribution sera moins alambiquée. Tiens… toujours rien de François Hollande… c’est bête.

Lire la suite

Pascal Lamy… à la limite du point Godwin…

23 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

 

 

Ce matin… dans les rues de Lille me menant au boulot… je parcours rapidement Libération…

 

Et je tombe sur l’interview de Pascal Lamy, notre directeur de l’OMC officiellement classé à gauche… et pleine page je lis ceci : « Il y a une dose de xénophobie dans le protectionnisme »…

 

Bien… encore un peu et on était bon pour le fameux point Godwin dont je vous rappelle la définition : loi de Godwin est un adage, partie du folklore Usenet, énoncé en 1990 par Mike Godwin : « Plus une discussion sur Usenet dure longtemps, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les Nazis ou Hitler s'approche de 1.» Dans un débat, donner un point Godwin revient à signifier à son interlocuteur qu'il vient de se discréditer en vérifiant la loi de Godwin  (wikipédia).

 

Monsieur Lamy… il ne fallait pas hésiter… et même dire que les protectionnistes, les gens qui mettent en doute le capitalisme sont les fossoyeurs de l’Humanité… tant qu’à faire….

 

Enfin… en bon social libéral… il va de soi que les émeutes de la faim ne traduisent guère plus qu’une anomalie dans le système… il ne nécessite que quelques corrections mineures… tout est si merveilleux dans votre monde où le salaire moyen se compte en dizaines de milliers d’euros…

 

Pauvre type.



 Signer l'appel http://www.ensemblepourunesantesolidaire.fr/ 

Lire la suite

Constitution ou comment entretenir la confusion.

22 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

 

 

Malheureux télescopage de l’actualité, au lendemain du coming-out en modernité de Delanoë… ben oui, d’après mes copains, socdem ça ne veut plus rien dire… faut passer à libéral de gauche… voilà que surgit du fond de l’hémicycle des députés socialistes modernes appelant à voter la réforme constitutionnelle voulue par Sarkozy. Faut-il préciser que toutes les propositions conservatrices du PS ont été rejetées (introduction d’une dose de proportionnelle, vague tentative contre la prolifération des mandats..).

 

Alors, c’est vrai… à défaut d’avoir un contre-projet crédible, le PS va encore passer pour l’opposant stérile… ben oui… si on avait eu notre congrès plus tôt, on n’en serait peut être pas là.

 

Donc 17 parlementaires, investis par les militants et élus par ces citoyens de gauche, vont tranquillement et manifestement sans remord approuvé une réforme qui n’apporte rien ou presque à nos institutions… Malgré les grandes tirades de Sarkozy en son temps, on est loin du grand soir institutionnel et du saut dans la modernité.

 

Et si pour vous, inscrire le principe de l’équilibre budgétaire constitue une avancée significative, elle pourrait s’avérer tragique pour l’avenir même des investissements en matière de recherche, d’éducation…ah merde… il y a encore une part de keynésianisme chez moi… 

 

Pourquoi je relie cette attitude à Delanoë, tout simplement parce que cela ne manquera pas d’ajouter encore un peu plus de confusion ambiante d’un parti à la dérive. Je crois que le débat politique nécessite une certaine clarté…

 

Il serait d’ailleurs intéressant de connaître les positions de nos différents prétendants sur cette question institutionnelle… pour l’heure, je n’ai rien trouvé…

 

De même, comme Ronald, je pense qu’il devient urgent de mettre en œuvre au sein du parti des consultations internes sur ce type de sujet qui touche à la structuration de notre espace démocratique.

 

Enfin… un avantage malgré tout… depuis quelques semaines… comme adhérent du PS, j’ai souvent la gueule de bois au réveil sans même avoir picolé.

La liste des 17 neurones :  Patricia Adam, députée du Finistère; Patrick Bloche, député de Paris; Jean-Christophe Cambadélis, député de Paris; Christophe Caresche, député de Paris; René Dosière, député de l'Aisne; Paul Giacobbi, député de Haute-Corse; Guillaume Garot, député de la Mayenne; Jean-Patrick Gille, député d'Indre-et-Loire; Gaëtan Gorce, député de la Nièvre; Danièle Hoffman-Rispal, députée de Paris; Jean-Marie Le Guen, député de Paris; Armand Jung, député du Bas-Rhin; Sandrine Mazetier, députée de Paris;Didier Migaud, député de l'Isère; Dominique Raimbourg, député de Loire-Atlantique; Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère; Manuel Valls, député de l'Essonne.

Lire la suite

Social-libéral… si vous voulez

22 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

 

Donc nous y sommes… à en croire certains, il faut entrer dans la modernité… ne pas avoir peur de se revendiquer libéral… enfin attention… philosophiquement parlant… Naïvement, je pensais que cette question avait été réglée… il y a quelques décennies voir un bon siècle.

 

Autant vous le dire cette modernité me fait assez sourire… c’est un peu comme si en tant que Sapiens Sapiens… je devais me poser la question de savoir si j’étais sapiens…

 

Alors moi je veux bien qu’à présent on se définisse comme Libéral avant d’être socialiste ou social démocrate… le problème qui se pose à moi, c’est de savoir où on s’arrête ?

 

On fait comme les partis de gauche européens… on se rend avec armes et bagages au libéralisme économique qui fait la joie des familles avec les résultats électoraux qu’on connaît ? Et surtout l’abandon en rase campagne de notions comme solidarité, redistribution…

 

Aussi, je ne suis pas dupe, la démarche politique est relativement claire, il s’agit de changer ce parti pour se conformer au social libéralisme triomphant… nouvelle panacée parait-il mais dont j’ai encore du mal à trouver la trace de ces grandes victoires… si ce n’est un décrochage généralisé de l’électorat traditionnellement à gauche…

 

Que Delanoë et d’autres veulent aller dans cette voie… très bien… mais qu’on ne me demande pas d’accepter ça sans réaction et surtout cette réponse me semble bien en deçà des enjeux auxquels les générations futures vont être confrontés…

 

Je maintiens ce que j’ai dit hier le social libéralisme est un renoncement et une paresse intellectuelle mais au moins cette évolution, si elle s’impose, ne manquera pas de satisfaire les tenants de la pensée unique.

 

Mais ça sera sans moi....sinon y a aussi Gauche Moderne qui s'en réclame.

Lire la suite

Delanoë est Libéral…

21 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 


Ce matin en me rasant… j’écoute d’une oreille distraite, les commentaires sur le bouquin de Bertrand Delanoë

Bon… il se voulait audacieux… j’ai davantage l’impression qu’il s'est situé dans le renoncement.

 

Il est d’ailleurs intéressant qu’il ait eu besoin de faire une exégèse du mot libéral pour convaincre qu’au fond ce n’était pas une grossièreté… pour moi et je le revendique je ne suis pas libéral…. Je suis et je demeure un social démocrate.

 

Etiquette désuète, antinomique avec cette modernité qu’on nous vend à tous les étages… cette modernité qui voit ressurgir les émeutes de la faim, de nouvelles formes d’esclavage, des conflits de misère sous de sombres apparences religieuses un peu partout dans le monde, de prochaines guerres pour quelques gouttes d’eau potable…

 

Donc définitivement, je reste social démocrate car pour moi elle représente un point d’équilibre entre l’individu dans sa dimension égoïste et la société dans sa part totalisante.

 

Alors oui… aujourd’hui, la social-démocratie est en crise (demain promis, je m'y consacre), elle demande à être réinventée pour redevenir un pôle d’inventions des possibles… mais ce n’est certainement pas en glissant dans ce no man’s land de la pensée politique… dans ce social libéralisme, sorte de nouvelle misère philosophique pour politique en mal de questionnement du présent, en incapacité à se projeter dans un futur incertain et non  fini.

 

Alors… non, je ne pourrais voter pour un dirigeant qui accepte la fatalité d’un monde toujours plus injuste…

Non le renoncement n’est pas une audace.


Petite citation du Delanoë : "Si les socialistes du XXIe siècle acceptent enfin pleinement la libéralisme, s'ils ne tiennent plus les termes de 'concurrence' et de 'compétition' pour des gros mots, c'est tout l'humanisme libéral qui entrera de plein droit dans leur corpus idéologique".



PS : Pas le temps de faire mieux ce matin... désolé.

PS2 : Pour signaler l'article de Malakine sur Delanoë et le PS... le pire c'est que je partage son propos à 90%...  extrait : "Après Manuel Valls qui nous a expliqué pendant un an que la modernité pour le PS consistait à s’aligner sur le discours qui a fait élire Sarkozy, Delanoë tente désormais d’exister dans le champ du débat d’idées en exhumant le libéralisme politique des penseurs du siècle des lumières. Quelle audace !"

Lire la suite

Frédéric Lefebvre dans toute sa splendeur...

21 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique


Cet éminent député de l'UMP manie la langue de bois complètement décomplexée, au mépris du temps, des réalités économiques… mais bon, on s’habitue… depuis mai 2007… la France EST le paradis sur terre.




Frédéric Lefebvre pratique la langue de bûche
envoyé par ZappeurLePost
Lire la suite

Un congrès socialiste très première gauche.

20 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

 

Pourvu d’une modeste expérience du Parti Socialiste, deux choses me frappent dans ce congrès, outre l’absence encore patente d’un vrai débat de fond, c’est la victoire totale de la ligne sociale-démocrate. Et ce au moment même où celle-ci est moribonde (papier toujours en cours de rédaction).

 

La seconde réflexion, plus interne à la France c’est de voir un congrès dominé par la 1er Gauche alors qu’après 35 ans, la 2eme gauche a enfin gagné la bataille idéologique.

 

Alors vous me direz c’est loin tout ça… et bien non… car il est difficile d’oublier que celles-ci étaient respectivement incarnées par François Mitterrand et Michel Rocard.

 

Au fond Rocard avait raison dès le congrès de Metz (1979) et pourtant… si on fait une filiation de cette fracture à notre congrès de Reims… la deuxième gauche est sortie du jeu... définitivement ? 

 

De Fabius à Delanoë, de Royal à Moscovici, tous son héritier à leur façon de l’héritage mitterrandien… Ultime victoire posthume de notre machiavel de gauche.

 

N’oublions pas que les deux fils naturels de l’unique Président de gauche de la Vème sont Jospin et Fabius et ces deux là s’étaient affrontés à Rennes… avec cependant un ennemi commun Michel Rocard.

 

Or DSK et Delanoë ne sont que deux branches de la jospinie. La trajectoire de Ségolène Royal est certes un peu moins nette et certains seraient tentés de penser qu’avec les clubs deloristes, on pourrait la rattacher à cette deuxième gauche sauf que Jacques Delors s’est toujours bien gardé de se revendiquer ouvertement de cette proximité.

 

Quelle importance me direz vous ?

Pour moi elle est essentielle, les figures de cette 2eme gauche (Mendes, Rocard, Maire…) n’ont eu de cesse d’explorer les champs des possibles, dans le sens où la prise en compte de la réalité n’empêche pas la créativité et l’innovation. Un autre élément me parait tout aussi important,la curiosité,  l’écoute, le dialogue avec les acteurs de la société. Il n’est d’ailleurs pas anodin que Michel Rocard ait porté avec talent et conviction  la question des logiciels libres au niveau européen… pourtant ce n’est pas à priori son domaine de prédilection…  

 

Caricaturale… je vous invite à un petit retour en arrière sur la mise en place de la seconde loi sur les 35h… mais aussi au cours des deux premiers septennats, je ne suis pas certain que les partenaires sociaux aient un souvenir impérissable du dialogue social de l’époque… Je ne parle pas non plus la lente dégradation des rapports entre le parti socialiste et les intellectuels mais d’éminents universitaires l’attestent.

 

Alors oui, je reste persuadé qu’aujourd’hui, si la 2eme gauche a gagné le débat  économique ; pour la première gauche, la question de la pratique politique reste un sujet… j’ose le mot… tabou. Au fond une conception très pyramidale, très jacobine de la politique.


Alors aujourd’hui, oui j’aime l’agilité intellectuelle et la capacité à sortir des idées d’un DSK (en même temps, j’ai l’impression qu’il s’est un peu émoussé), comme je donne crédit à Ségolène Royal son intuition sur la démocratie participative même si, à mon sens, elle est encore en gestation.

 

Cependant, nous avons perdu 30 ans et aujourd’hui nous avons devant nous une social-démocratie à bout de souffle, dans une sorte d’incapacité à penser un monde global et local, replié et ouvert… mais c’est le sujet d’un autre article.

Lire la suite

Pourquoi…. Parce que…

20 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

 


Voilà, notre Gabriel franchit un nouveau cap… du haut de ses 2 ans et 10 mois, il arrive à l’age des pourquoi…

C’est marrant, ces choses là débarquent d’une jour à l’autre d’une nuit à l’autre.

 

C’est dimanche, il me tend une petit lampe et là, il me questionne « Pourquoi ça marche pas ? »… un peu comme sa maman avec la machine à laver « Mon chéri, j’ai mis un machine mais j’ai pas réussi à la mettre en route… pourquoi ? »… oui, ça se passe comme ça chez nous… la sagesse, la connaissance émane du papa…

 

Donc avec patience, j’ai expliqué à Gabriel que les piles étaient disposées dans le mauvais sens ; à Marianne qu’il y a avait un bouton marche…

 

Hier, c’était en prenant le bain… « Papa, Pourquoi il n’y a plus de lumière »… nous avons un dôme dans la salle de bain… et un nuage venait de passer devant le soleil… J’avais eu droit aussi au « Pourquoi on ne voit pas la Lune ? »… Gabriel aime bien la lune, il l’a déjà photographiée.

 

Nos bonhommes grandissent, ils gagnent en assurance, en complicité, en autonomie. Ivan aussi se lance dans les mots… avec une constante manifestement, ils ont tous les deux une détermination certaine… « Je veux pas » est pour Ivan un leitmotiv…

 

Sinon ce matin, Gabriel m’a posé un autre pourquoi : « Pourquoi t’as la sensation d’être orphelin pour ce congrès ?»…

PS : une autre lecture sur l"annonce de Devedjian, c'est chez Peuples.

Lire la suite

Démantèlement des 35 heures… ahhh !!!

19 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique


La semaine dernière, je vous faisais un
petit crobar sur le temps de travail et sur cette croyance que les maux de la France résidaient dans les 35h…

Certains vous sortent des chiffres qui disent que c’est pas vrai… ben oui… ils s’arrêtent à la durée légale et non à la durée réel… Alors dès lors vous pouvez sortir vos trucs d’un institut gauchiste comme Eurostat ou l’OCDE… vous avez tout faux…

 

Manifestement, Patrick Devedjian préfère les premiers et donc toute en non idéologie… oui il est de droite, lui il fait dans le pragmatisme… il demande «  démantèlement définitif des 35h, et que la durée du travail soit contractuelle, entreprise par entreprise »… Bon, j’attends avec impatience la cohorte de nos casimirs libéraux sur le thème… « ah ben c’est bien, c’est la liberté  »… bien sur surtout pour le chef d’entreprise…

 

Oui dans leur pays merveilleux… chacun est l’égal de l’autre… ou encore comme j’ai pu lire de Jean Marc Sylvestre à propos du Libéralisme… de tête… « le problème c’est les hommes pas le système »… ben oui et comme chacun sait… le système est une émanation a-temporelle, immatérielle, une force divine… en aucun cas le fruit d’une interaction des individus et de la société et d’une quelconque boucle entropique… nan trop simple…

 

Pour la bonne bouche aussi… il se dit pour des syndicats plus forts… oui vous avez bien lu… vous savez ces machin à qui on dit pour toute négociation "C’est ça et c’est pas autrement".

 

Bon… le truc logique qui en découle, c’est la fin de la durée légale du travail (heureusement avec un maximum de 48 heures du fait de la législation européenne).

 

Autre victime collatérale… la fin du slogan de campagne d’un certain Nicolas Sarkozy… « Travaillez plus pour gagner plus » et même si ce dernier est déjà clopin-clopant… dans ce non cadre… il aurait encore moins de sens.

 

Mais tout ça doit être une mesure de gauche que ne manqueront pas de soutenir les Besson, Kouchner, Bockel, Amara et Hirsch…. Vous pouvez vous rendormir.

Signer l'appel http://www.ensemblepourunesantesolidaire.fr/

Lire la suite

Comme un trop plein, comme une lassitude.

19 Mai 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS


Ce matin… comme tous les matins, j’ouvre mon Word, commence un article un peu plus fouillé pour faire un tri dans ma réflexion de boucher (pour certains)… pour une fois je laisse infuser… je bosse…

Et sur le coup de 11h… un mail de 20minutes… motif « heu… z’avez pas un truc suite à ce week-end »… Etonnant et révélateur… je crois que les militants ont mal à leur parti.

 

Alors, rapidement en 10 minutes… j’écris mon malaise (sympa… il est placé en Une sur leur site…).

 

Comme un trop plein, comme une lassitude.

 

Voilà… comme les journaux nous le rappellent depuis samedi matin… avec l’entrée en lice de Ségolène Royal, le congrès débute.

 

Pour tout dire… et paradoxalement, ça reste pour moi un non-évènement comme le sera tout autant l’annonce de Bertrand Delanoë… Au fond, ce matin, je suis un militant lassé.

 

Lassé d’apprendre les candidatures de chacun avant de connaître leurs propositions qui vont au-delà de l’exercice convenu.

 

Lassé, de regarder les uns et les autres se positionner pour exister avant de faire vivre des idées.

 

Lassé d’entendre certains faire  la leçon en oubliant qu’eux même participent à ce concours de chef des socialistes.

 

Ce week-end comme les semaines précédentes se ressemblent… on fourbit les armes, on montre les muscles à travers les signataires, les  fédérations...

 

Juste pour vous dire messieurs, mesdames… je m’en fous… ça fait belle lurette que j’ai appris à « penser » par moi-même. Ca fait également quelques années que j’ai arrêté de croire en la femme ou en l’homme providentiel.

 

Qui à ce jour en a d’ailleurs l’étoffe, le charisme, la vision… sans faire injure à nos dirigeants actuels… aucun.

 

Alors… oui quelques autres vont nous dire que le congrès commence de la pire des façons… c’est une évidence… mais une fois la chose dite… on fait quoi… Eux-mêmes vont y participer malgré tout… sans aller davantage au fond des choses.

 

Un congrès pour rien… un congrès du rien… juste un bal de prétendants… pendant ce temps… le militant s’en va, sans un bruit.

 

Alors… ce matin… je dois être comme beaucoup de mes camarades… je suis désabusé… avec un drôle de sentiment… un trop plein par absence de débats, d’idées.

 

Alors, il restera bien des militants fiers de leur candidat… je les respecte… mais respectés aussi ceux qui à cette heure s’interrogent encore… et je crois que ces derniers sont nombreux dans le PS d’aujourd’hui.

Edit : gros niveau... d'un dirigeant... par charité je ne donne pas le nom de l'auteur de cette déclaration : "«Quand un pâtissier essaie de monter une pièce montée (...) pour une communion, un mariage, il y a la petite figurine au-dessus, elle est importante. Est-ce que le pâtissier commence à faire la figurine d'abord ? Non, en général, il commence à construire la pyramide. Il associe les choses». «Ce qui est valable en pâtisserie est un peu valable en politique",

Lire la suite