Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

ENFIN !!!

24 Avril 2007 , Rédigé par MarcoV Publié dans #Archives- Présidentielles 2007 -

Enfin, Ségolène a osé s’affranchir de nos sacro-saintes alliances « naturelles ». Plus qu’un appel aux électeurs centristes, elle lance une démarche claire en direction de François Bayrou.
Certes, on peut espérer que cette discussion dépasse le seul cadre d’un Etat impartial mais l’essentiel est fait. Je ne veux présager de la réaction de Bayrou, et de toutes les façons, il importe désormais de se projeter dans un après, victorieux ou non.
Oui, je crois qu’on peut reconnaître au leader centriste et à une grosse majorité de électeurs d’avoir fait bouger les lignes au moment opportun.
On doit également reconnaître à Ségolène Royal de sortir de la logique dangereuse du Tout Sauf Sarkozy dans laquelle certains voulaient nous enfermer.

Nous sommes encore loin d’une maison commune à l’italienne cependant un pas important vient d’être franchi et il reviendra au Parti Socialiste, par la suite, de clarifier cette démarche lourde de sens.
Face à une UMP qui propose une sorte de plateforme conservatrice multipolaire hégémonique …cherchez l’erreur ; il importe qu’un pole puisse se constituer sur la base du respect de chacun et du dialogue permanent.
Au fond, est ce que cela ne constituerait pas la traduction des aspirations d’un certain nombre de citoyens qui ne veulent plus être considérés comme de simples électeurs mais bel et bien comme des acteurs à part entière d’une vie démocratique profondément renouvelée.
Des divergences demeurent entre le projet porté par Ségolène Royal et celui de François Bayrou et c’est tant mieux car c’est par le débat qu’on peut tirer des solutions qui permettent à la société de tirer vers le haut.
Loin d’être une bleusaille, je suis également conscient des réalités qui peuvent constituer des obstacles importants pour la « mise en œuvre » d’un tel pôle démocrate et humanistes. Cela implique de part et d’autre, pour les élus en premier lieu, pour les militants, une remise en question profonde des pratiques héritées de la Vième où la mise à mort du plus petit est une fin en soi.
Dans un monde multipolaire, complexe et instable, ce prédicat n’est plus viable d’une part parce qu’il simplifie jusqu’à la caricature les problématiques et les solutions à mettre en œuvre mais également parce qu’il tend à laisser le citoyen à la seule place de spectateur et au mieux d’arbitre.
Or de nombreux exemples témoignent du regain de vitalité d’une certaine « conscience citoyenne » vis-à-vis des défis qui se présentent à nous pour les prochaines décennies. C’est vrai en France où la participation du 22 avril en est un élément tangible mais c’est également vrai dans bon nombre de pays.
Emporté par un certain lyrisme, je serais tenté de penser que nous sommes à un tournant crucial de la vie démocratique : soit nous nous laissons gouverner par un conglomérat politico-économique ou par je ne sais quel(le) homme  ou femme providentiel(le) ; soit nous, citoyens, reprenons collectivement notre destin en main.
L’enjeu du second tour est également là !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article