Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

La parité et un peu plus…

19 Février 2007 , Rédigé par Marco Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Samedi matin, Marianne et moi étions invités à participer à une table ronde à Emmerin (près de  Lille) sur le thème de la parité et la difficulté de concilier vie professionnelle, vie prive et mandat. Organisé par le collectif Elles aussi, ce dernier avait également invité  le député/conseiller régional UMP Sébastien Huygue (le tombeur de Aubry), la conseillère régionale verte Myriam Cau, le maire d’Haubourdin Monsieur Delaby. Moi j’étais là en qualité de « homme de » et accessoirement en tant qu’élu.
Ce qu’il y a d’intéressant c’est de constater des clivages qui restent vivaces même sur une thématique relativement « œcuménique ». Cependant, je pense que cette question transcende les partis traditionnels.
En ce sens, les propos de monsieur Huygues sont dans la droite ligne d’un certain conservatisme avec deux leitmotivs, « c’est dommage de passer par une loi » et « le cumul mandat local/national permet de garder un contact avec les vrais gens »… on a aussi au PS des élus qui pensent ça.
Au-delà de mon féminisme affirmé, je crois que notre système connaît une crise sans précédent, certes j’enfonce une porte ouverte mais pour moi cette réalité se construit sur le fait qu’on est passé d’une démocratie représentative à une démocratie de la représentation où l’élu s’est mué en super assistante social qui le confine à courir et à être vu par le citoyen. C’est d’autant plus vrai avec la possibilité de faire n-mandats sans limite de temps et d’age. Oui, nous n’en avons pas fini avec la monarchie et le centralisme jacobin ; « phénomène » auto-entretenu par l’élu mais aussi par le citoyen, ce dernier ne peut être exonéré de toute responsabilité dans ce processus. Symptomatique également le discours des « cumulards » qui plaident cette nécessité pour être entendu à Paris… est ce à dire que la notion de bien commun a disparu ?
A l’instar de madame Cau, je crois qu’on ne peut se sortir de cette situation sans une remise en cause profonde du système : mandat unique, limité à 2 ou 3, limite d’age, limitation des fonctions (parti/institution…) et parallèlement la mise en place d’un statut de l’élu (VAE, protection de son emploi…). Ce choc aurait pour conséquence d’ouvrir les « places » à tous et à toutes.
Voilà sur le volet institutionnel, concernant la parité j’ai défendu l’idée que les partis politiques n’ont pas pris la mesure du mouvement (révolution ?) qu’a constitué l’émancipation féminine des années 60. Les partis ont été créés par des hommes et pour des hommes… la chose est loin d’être neutre. Un exemple récent illustre pour moi ce fait. Je regardais ces jours-ci, la publication fédérale de mon parti (pas bien… je ne devrais pas le dire), sur 26 photos de représentants… j’ai compté deux femmes… plus que jamais la parité demeure un combat actuel…. C’est vrai pour les femmes et ce l’est d’autant plus pour les « minorités visibles ».
Enfin, j’ai également évoqué la non prise en compte de la révolution informationnelle par les partis de manière général… à la notable exception de Ségolène Royal qui avec Désirs d’Avenir a plutôt bien compris cette nouvelle réalité… au moins dans de domaine… Ce nouveau paradigme communicationnelle change radicalement notre relation à la structure qui de facto s’aplati pour devenir plus horizontale (et ça c’est difficile à admettre pour les élus)… c’est une autre problématique mais elle s’inscrit dans ce cadre plus général de la représentation politique des citoyens.
Voilà, c’est trop long et c’est trop court, un rapide résumé de mes propos et du colloque de samedi… très sympa mais hélas avec une moyenne d’age assez élevée…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article