Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Martine Aubry : « les classes sociales, je pense que c'est largement dépassé »..

19 Septembre 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Voilà aussi une des raisons pour laquelle j’ai quitté le Parti Socialise (avec Moscovici qui voit la réduction du temps de travail comme une réponse du passé). Pourtant, je ne suis pas un gauchiste, un futur adhérent du PdG de Mélenchon, simplement toutes les études sur le revenu et/ou le patrimoine qu’au contraire elles n’ont jamais été aussi présente malgré les discours de la droite et des libéraux.


Cette phrase a été prononcé lors d’une réunion pour renouer avec les intellectuels.


Un autre passage de Martine Aubry témoigne de la bunkerisation dont j'ai parlé mardi, du lien définitivement coupé avec les… gens… ceux qui se posent la question de savoir comment faire pour terminer le mois quand il ne se termine pas au 10.


« Ensemble, il faut que nous soyons capables de nous poser la question : de quelle société voulons-nous ? Quand on est au chômage, on veut être en CDD ; quand on est en CDD, on veut être en CDI. Est-ce que c'est de cette course effrénée dont on veut vraiment ? ».


Désolé, ancien camarade, mais ces problématiques sont centrales dans ma définition du progrès social, à ce stade, hélas, on n’est plus très loin de la pensée de Laurence Parisot qui justifié la précarité par le fait que l’amour est précaire.


Certains me diront que je n’ai pas compris la dimension utopique de cette envolée… probablement mais l’utopie c’est peut être aussi remettre du concret dans le quotidien de millions de citoyens. Après, on s’étonnera qu’en 2002, après les 35h, les ouvriers aient déserté le Parti Socialiste malgré ce beau cadeau ou tout au moins considéré comme tel par ses dirigeants.

 

Après, on pourra décerner des brevets de gauche dans l'éventualité de virer Sarkozy en 2012... Faire des congrès à gauche toute...

 

Zut, j'ai gaché le concours de Ronald... ce gars qui coure après un CDD, un CDI... faut être utopiste mon ami.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Petitmaje 23/09/2009 08:44


C'est étonnant de voir tous ces débats sur la lutte de classes sans que personne ne se pose de questions pour savoir ou sont les classes.

Je vous conseille, moi qui ai délaissé depuis longtemps le marxisme, très bon, comme nos économistes actuels, pour analyser le passé, mais aussi pauvre pour prévoir le futur, de le relire.

La lutte des classes, ce n'est pas la lutte des pauvres contre les riches, c'est la lutte d'un groupe d'individus exploités, qui se reconnaissent collectivement comme appartenant à un groupe, et
qui veulent prendre le pouvoir (version révolutionnaire) ou partager le gateau avec le capital (version social-démocrate)

En ce sens, la classe ouvrière n'existant plus, Martine a raison de dire que la lutte de classe que l'on connait (ouvriére contre bourgeoise) est dépassée.
Reste à trouver quelle est la nouvelle porteuse d'avenir et si cette recherche à un sens.

Dans ce cadre, la sociologie actuelle du PS me parait un obstacle à toute avançée.


robert 22/09/2009 14:55


Dedalus, un jour il faudra que vous essayer à un peu moins de mauvaise foi. C'est pas mal non plus.

En quoi est ce contradictoire ?

Elle va au delà en s'y ancrant, est ce si dur à comprendre ?

Avez vous déjà entendu Aubry parler correctement du temps partiel subi ?

Avez vous déjà entendu Aubry défendre correctement des ouvriers ?

Bien sur qu'on peut miser sur une utopie encore faut il savoir d'où l'on parle.


dedalus 22/09/2009 14:15


"On culpabilise les gens, on les traite comme des privilégiés parce qu’ils ont un CDI, comme si c’était un luxe" - Ségolène Royal, Montpellier.


Marc, une réaction ?


PeutMieuxFaire 22/09/2009 10:21

Deladus - Marc : 1-1 !

Ici 2 phrases (même si elles sont ambiguës sorties de leur contexte) pour enfoncer MA, chez Deladus un faux (fake ^^) pour caricaturer (plus encore ?) SR : désespérant ! Ne peut-on pas sortir de ce jeu de massacre ?

Et pourtant chacun de regretter (en y contribuant à chaque occasion) que le PS soit "sorti de la lutte des classes pour se consacrer à la lutte des places"...

@Ely, je n'ai rien contre les bonnes raisons de P. Bergé d'avoir de bonnes causes...
Quand ce sont des "salariés" qui veulent au moins être payés comme des stars ou des joueurs de foot qui sont à la tête des entreprises du CAC40 et que les vrais entrepreneurs seront plus de 70000 à déposer leur bilan cette année, j'ai du mal à définir au niveau français la classe dominante. Rien de plus.

robert 22/09/2009 09:19

Marc,
je pense que Dedalus n'a pas tout à fait tort mais qu'il noie le poisson et que vous tombez dans son piège grossier.

Ce que vous souligniez à très juste titre c'est cette manière très "neo socialisme" de faire semblant de penser plus haut plus loin tout en méprisant la réalité du quotidien, tout en ayant RIEN COMPRIS à la réalité d'aujourd'hui.

Oui bien sur, Dedalus, qu'il faut espérer mieux et autre chose, que l'Utopie c'est important... mais pour ça ce qui serait bien ce serait d'avoir conscience de la réalité de notre actualité.

Royal voit l'usine, la lutte, Aubry n'a rien compris si elle pense réellement que la lutte des classe c'est dépassé.
Certe ce n'est pas l'horizon idéologique indépassable, mais c'est la base plus vraie que jamais de ce qu'est notre système.

Un syteme ou on multiplie par plus de 1000 le plus bas salaire pour avoir une vague idée du plus haut.
Où ceux qui réclame la précarité des autres sont surprotégés et où les autres sont réduits comme vous le dites si bien à des survivants.

Faire semblant que ça ça n'est pas une lutte des classes qu'il faut révéiller pour précisemment faire de l'Utopie valable, pertinente c'est n'avoir rien compris à notre univers politique.

C'est faire plaisir à Joffrin et à Olivennes mais c'est ruiner les espoirs en la gauche de tout le reste de la population.

Et comme dit Made, même amoureuse et un peu ridicule, comme un Mitterrand avant elle, oui oui, Royal sait parler des ouvriers, leur parler (espérons qu'elle n'ai pas l'intention, comme Mitterrand avant elle de trop les trahir)

Aubry n'a rien compris. en fait.

et c'est alarmant.

Et ce sont vos amis, si prompt alors à dégainer la secte, qui ici sont totalement déconnecté d'une réalité vécue, vivent dans un monde dorée vaguement intellectualisé où ils croient penser le monde quand ils ne pensent qu'eux même, alors oui, ça peut ressembler à une secte (là) et oui Marc peut bien vous renvoyer le compliment.