Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Pierre Larrouturou : "Pour un chèque carbone"

11 Septembre 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Pour apporter, un élément au débat en essayent de sortir de l'impasse sarkozienne dans laquelle sont tombés les Verts, et le PS, je vous propose le texte de Pierre Larrouturou disposnible sur le blog de Nouvelle Gauche.

La solution : le chèque carbone.


Pour éviter qu’un débat confus ne débouche sur l’adoption de demi-mesures, il faut garder en tête ce qu’affirmait le chef économiste de l’Agence Internationale de l’Energie le 3 août dernier : « Les réserves de pétrole s’épuisent plus rapidement que prévu. Le temps du pétrole bon marché sera très bientôt derrière nous.» La production mondiale de pétrole devrait atteindre un maximum dans une dizaine d’années. La pénurie devrait se traduire par une augmentation forte et durable du prix du baril car la demande augmente et devrait dépasser l’offre disponible “dès 2010″.


Le pétrole était à 15 dollars le baril en 1998. L’an dernier, il est monté à 150 dollars avant que la crise ne fasse chuter le prix de toutes les matières premières, mais il a déjà recommencé à augmenter et une majorité d’économistes pensent qu’on n’échappera pas à une flambée des prix dans les dix prochaines années. En 2005 déjà, Patrick Artus, Directeur des études à la Caisse des Dépôts, affirmait que le prix du baril pourrait atteindre 300 euros en 2015 et que « la croissance mondiale pourrait s’arrêter en raison de la hausse très forte du prix des matières premières énergétiques


Le débat n’est donc pas “Pour ou contre une augmentation du prix de l’énergie ?” puisque de toutes façons le prix de l’énergie va fortement augmenter dans les prochaines années. La vraie question est “Quelle augmentation ?” : une augmentation progressive, compensée et gérée collectivement ou une augmentation un peu plus tardive mais nettement plus violente, dévastatrice pour les plus faibles revenus et pour l’ensemble de notre économie ?


Et si les prix augmentent, où ira l’argent ? Sur les comptes en banque des actionnaires des compagnies pétrolières et des dirigeants des états pétroliers ou ces sommes resteront-elles sur le territoire européen pour financer des investissements d’avenir et donc créer de l’emploi ?


C’est un point fondamental à rappeler : si nous voulons éviter un choc pétrolier dévastateur, nous devons radicalement changer nos modes de vie. Une course de vitesse est engagée pour sortir de notre dépendance au pétrole.


Deuxième point fondamental : ce n’est pas parce que Nicolas Sarkozy a relancé le débat de façon assez “politicienne” que nous devons oublier la gravité du dérèglement climatique. Le Président du Groupe International d’Etude du Climat (GIEC), Rajendra Pachaury, est venu à Paris il y a quelques mois pour présenter des études récentes qui, toutes, confirment que le dérèglement climatique est plus grave et plus rapide que ne le prévoyaient les scénarios les plus pessimistes.


La fonte des glaciers est une vraie “bombe à retardement” : les glaciers de l’Himalaya fondent de plus en plus tôt au printemps, ce qui signifie que, en été, les cours d’eau que ces glaciers alimentaient sont vides (ou n’ont qu’un très faible débit) lorsque des millions d’habitants ont besoin d’eau pour leur alimentation et pour les cultures. Dans certaines zones, les glaciers de petite taille pourraient avoir complètement disparu dans 30 ans, et ainsi une source très sûre d’eau potable pourrait disparaître. Or ce sont souvent dans ces zones subtropicales, où vit déjà 70 % de la population mondiale, que la population va continuer de croître à un rythme rapide.


De moins en moins d’eau disponible pour une population de plus en plus importante… Si le dérèglement climatique se poursuit, combien de centaines de millions d’hommes, de femmes et d’enfants vont devoir quitter ces territoires ? Et pour aller où ? Que faire si les zones côtières, elles aussi très peuplées, deviennent nettement moins hospitalières à cause de la montée des eaux et des ouragans de plus en plus nombreux ?


Pour éviter que le dérèglement climatique ne débouche sur des conflits majeurs (guerre de l’eau ou conflit pour les territoires habitables), le GIEC a montré que les pays occidentaux doivent diviser par 4 leur production de gaz à effet de serre.


Eviter un choc pétrolier et éviter l’aggravation du dérèglement climatique : tel est le double objectif (la double course de vitesse) que doivent en permanence avoir en tête les dirigeants chargés de trancher le débat sur la fiscalité Carbone.


Avec la proposition de François Fillon d’une taxe carbone fixée l’an prochain à 14 euros par tonne de CO2, le système perd toute efficacité. Comme l’ont expliqué Cécile Duflot et Jean-Paul Besset en quittant l’Elysée la semaine dernière, “une contribution aussi faible va alourdir la facture des plus modestes sans dissuader les comportements les plus énergivores de ceux qui ont les moyens”.


Le rapport Rocard avait retenu l’idée d’une taxation de 32 euros par tonne de CO2 en 2010. Ce chiffre était déjà le fruit d’un compromis. Il semble impossible de créer une taxe plus faible. Et pour qu’une taxe d’un tel niveau soit acceptable politiquement et socialement, la meilleure solution est de créer d’abord un Chèque Carbone : avant tout nouveau prélèvement, il faut que chaque ménage reçoive en janvier prochain un chèque de 150 euros.


Le système de compensation que propose François Fillon est tardif (l’Etat rembourse après coup les sommes prélevées) et très peu lisible (une petite baisse des cotisations par ci, une petite baisse des impôts par là, un peu plus de prime à la cuve…). Avec une telle complexité et une telle opacité, nombreux seront les citoyens qui penseront que, une fois encore, on leur a menti et qu’on les a taxés de façon indue. Du coup, en 2011, un an avant la Présidentielle, nul ne prendra le risque d’augmenter le niveau de la taxe. Si l’on s’en tient au projet de François Fillon, la taxe est créée à un niveau trop faible pour être efficace et, faute de soutien populaire, elle restera durablement à ce niveau.


Par contre, si la même semaine, en janvier prochain, nous recevons tous un chèque de 150 euros alors qu’aucune nouvelle taxe n’a encore été créée, nul ne pourra contester l’honnêteté du dispositif. Dans tous nos immeubles, tous nos quartiers et tous nos villages, un débat s’amorcera entre voisins sur le thème « On va vraiment vers une crise majeure (sinon, ils ne nous auraient pas envoyé ce chèque). Comment utiliser ces 150 euros pour diminuer notre consommation et notre facture ? »


Avec un Chèque Carbone reçu en début d’année, tous ceux et celles qui feront des efforts pour diminuer leur consommation d’énergie sauront qu’ils sont gagnants en terme de pouvoir d’achat. Seuls seront perdants ceux qui continueront à rouler plus pour consommer plus…


Si l’on crée un Chèque Carbone avant de créer la taxe Carbone, l’augmentation progressive de la taxe devient tout à fait possible. Et pourquoi ne pas imaginer que chaque année, au moment où les citoyens reçoivent leur Chèque Carbone, un débat au Parlement et une soirée de débat sur une des chaines publiques de télévision permettent de faire le point sur l’état d’avancement de notre combat collectif contre le dérèglement climatique ?


Comment financer ce Chèque carbone ? Les travaux de la Fondation Hulot et de la Commission Rocard montrent que ce chèque pourrait être intégralement financé par le fruit de la taxe Carbone si l’on retient l’idée d’une taxe à 32 euros par tonne de CO2 produit (en Suède, la taxe est de 100 euros par tonne).


Toutes les enquêtes montrent qu’une majorité de Français ont conscience de la gravité de la crise climatique et que si l’intégralité de la future “contribution climat-énergie” était reversée aux ménages par le biais d’un chèque, seule une minorité s’opposerait à sa création.


En mai 1961, dans un discours resté célèbre, John F. Kennedy affirmait que les Etats-Unis se donnaient comme objectif d’envoyer des hommes sur la lune avant la fin de la décennie. Huit ans plus tard, le rêve devenait réalité… Aujourd’hui, nous sommes des millions à rêver que notre pays prenne enfin au sérieux la question de l’énergie et du climat et que tous ensemble, nous nous donnions les moyens d’être les pionniers qui prouveront, grandeur nature, qu’il est possible de diviser par 4 notre production de gaz à effet de serre sans renoncer -au contraire !- à une certaine qualité de vie. Pour y parvenir, il n’y pas de solution magique. Agir sur la fiscalité ne suffira pas. Mais la création d’un Chèque Carbone d’abord et d’une Contribution Climat ensuite, serait un premier pas très important.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Made 11/09/2009 20:18

Si l'on revient aux fondamentaux, pour le congrès de Reims dans la Motion E (les autres je ne me souviens plus), il était question de la remise en cause de la fiscalité.

Mais de toutes façons, le PS a applaudit des deux mains la taxe carbone. Aubry a été à l'Elysée pour plébisciter sarkosi. Point barre.

J'ai vu dans la presse, que la taxe carbone était un double échec pour sarkosi mais aussi pour les Verts et le PS.

En ce qui concerne la fiscalité, comme toutes les idées de SR sont reprises, il faut attendre un peu cela va arriver...ou pas .

Marc 11/09/2009 18:17

Judith
oui c'est une manip de sarko.
Pour la mise à plat de la fiscalité..; ben oui mais bizarrement personne ne veut aborder la question... fainénatisme, peur du politiquement incorrect , rien à battre ?
On met en exergue les pays scandinaves... ouais... sauf que... comparons ce qui est comparable et notre système de redistribution et d'imposition n'a rien à voir... mais ce n'est pas grave c'est si simple de simplifier

judith 11/09/2009 18:09

surtout que ces gens qui sont locatires sont directement dépendant du bon vouloir de leur bailleur.; si celui ci ne veut pas améliorer le système de chauffage et l'isolation, les locataires paieront plein pot( et si par hasard, le bailleur fait les travaux, les loyers seront augmentés.;) dans tous les cas de figure, ces pauvres gens sont perdants...effectivement l'écologie vue comme ça, c'est le meilleur moyen de dégouter les gens simples pour un bon moment..
mais n'est ce pas une manoeuvre machiavélique de l'Autre, pour discréditer l'écologie? avec lui, on peut s'attendre à tout. d'autant que sa taxe, finalement est indolore pour sa clientèle, enfin une partie de sa clientèle, les autres n'y comprennent rien, et la plupart des gens éructent contre les écolos bobos.. ce en quoi ils n'ont pas tout à fait tort.; on doit penser l'écologie dans un système global, remettre la fiscalité à plat et intégrer le cout écologique dans tous les compartiments fiscaux.de plus il s'agit de penser à développer la production de produits écologiques en France , plutôt que de filer des primes pour acheter des panneaux solaires allemands( pas encore d'usine en France, bientôt, mais pas pour le moment),et faire diminuer le cout de ces produits, pour que chacun puisse y accéder,en aidant bien sur les personnes en difficulté..c'est le principe d'égalité qui doit primer..

Marc 11/09/2009 17:49

oui et avant de parler populisme et démagogie, il ne faudrait peut être pas oublier un petit chiffre... 50% des ménages vivent avec moins de 2200euros par mois... je vais faire un billet la dessus... une stat insee qu'on oublie un peu souvent.

Sinon, je ne partage que très moyennement la proposition de Pierre pour une simple raison... depuis 20 de combien est le transfert de valeurs des salariés vers le "capital"...

Made 11/09/2009 17:20

Entièrement d'accord avec Marc.Les gens qui habitent dans des "HLM" disons "périmés" et qui vivent avec le RMI (parce que bien sûr fainéants) vont participer activement à la taxe carbone pour leur chauffage.

Vous allez m'objecter que c'est du "populisme", je vous répondrais NON parce que la grande majorité ne vote pas. Est-ce une raison de les abandonner?

Je redirais que cette taxe est la pire des choses pour l'écologie car les gens repensent que les Verts et autres sont bien des "bobos"...qui ont les moyens.Il suffit de repenser à duflot sur le perron de l'Elysée.