Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Appel citoyen pour une primaire populaire à gauche

26 Août 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

Je soutiens cet appel et vous invite à le signer.


Nous appelons à une primaire populaire, ouverte au vote des sympathisants, afin que les citoyens de gauche et de progrès puissent choisir leur candidat à l’élection présidentielle.

La primaire est d’abord un élément de la refondation de la gauche.

Elle est une réponse à l’une des crises qui paralysent le parti socialiste et la gauche : la crise de leadership. Sept ans après son départ, la succession de Lionel Jospin n’est toujours pas assurée. Cette vacance au sommet a progressivement déstructuré la gauche et menace son avenir. La primaire apporte une solution institutionnelle à une carence institutionnelle : l’absence de procédure adaptée pour désigner le leader.
En 2012, la gauche n’aura plus gagné l’élection présidentielle depuis vingt-quatre ans. Elle n’a fourni, sous la Ve République, qu’un seul président à la France, contre cinq pour les conservateurs. La primaire peut contribuer à sa reconquête. En associant des millions de citoyens – 4 millions en Italie pour Romano Prodi, 35 millions aux Etats-Unis pour Barack Obama – à sa désignation, elle offre au candidat une formidable dynamique électorale, militante, citoyenne.

Mais la primaire est avant tout porteuse d’un puissant élan de modernisation de notre vie démocratique nationale.

La démocratie actuelle permet aux citoyens de répondre à la question : « Qui sera élu ? ». La primaire permet un approfondissement démocratique en leur donnant la possibilité de répondre d’abord à la question : « Qui sera notre candidat ? ». Cette prise de pouvoir des citoyens sur le choix de leur représentant participe du nouvel âge démocratique qui s’annonce et d’une nouvelle construction de la légitimité politique.
La démocratisation engagée par la primaire ne s’arrête pas au choix du candidat à la présidentielle. Elle concerne aussi l’offre politique. Aujourd’hui, les projets sont décidés « en chambre ». Avec la primaire, le choix passe dans les mains des citoyens : ils y votent en effet, non seulement pour une personnalité, mais aussi pour la ligne politique qu’elle défend. A terme, le projet sera co-produit avec eux, dans le cadre de procédures de démocratie participative.

Au final, c’est la conception même des partis politiques que la primaire revisite. De boîtes noires, ils pourraient se transformer en moteurs d’une nouvelle révolution démocratique.

C’est pourquoi nous, citoyens de gauche, demandons au parti socialiste, ainsi qu’aux autres partis progressistes, d’adopter un système de primaire populaire pour désigner notre candidat à la présidentielle. Les propositions sont sur la table. Les modalités sont encore à discuter. Naturellement, le périmètre politique de la primaire ne pourra être arrêté qu’à l’issue d’un travail préalable sur le fond, permettant d’élaborer des fondements idéologiques communs. Mais le principe doit être arrêté dès maintenant, sereinement, et non dans l’urgence pré-électorale.

Il en va de l’avenir de la gauche et de notre démocratie.

 

Je signe ici.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

COLLECTIF TROTSKYSTE 27/08/2009 11:48

"Primaire" à "gôôôche" ou "Guerre de classe" ?
Primaire" à "gôôôche" ou "Guerre de classe" ? Quelle est l'urgence face à la crise?
Face à la crise,"Primaire" à "gôôôche" ou "Guerre de classe" ? Quelle urgence pour le prolétariat ?

Pour stopper les licenciements, résoudre la crise du capitalisme, faut-il se presser dans le piège de l'organisation de "Primaires" à « gôôôôche » où bien se préparer à une « guerre de classe » décisive?


Faut il se faire pièger par une « n-ième mascarade électorale » où bien organiser une grande « Grève générale » ? Quelles sont les urgences du moment? Telles sont les questions qui se posent à la majorité des salariés touchés par la crise du système capitaliste?


La bourgeoisie sait de puis fort longtemps que la « social démocratie » est son meilleur pilier pour assurer la pérennité de sa domination. Cette « social démocratie » est composée aujourd’hui de multiples partis et de politiciens habiles, des professionnels de la communication, qui utilisent une palette vaste d’étiquettes « séduisantes », avec des programmes « humanistes », qui se gardent bien sûr de remettre en cause la propriété privé du capital et le pouvoir de leurs maitres, la classe capitaliste…Il y en a pour tout les goûts. Des causes justes sont souvent instrumentalisées pour enrichir cette palette, notamment celui du thème de l’écologie, une contrainte impossible à respecter dans un système ou règne la recherche du taux de profit maximum à atteindre pour la plus grande satisfaction des actionnaires.. .


Et comme à l’habitude, ces politiciens habiles de "gôôôche" font appel aux bons sentiments du peuple, à l’union de tous les « progressistes » de la gauche, « gauche » étant devenue une étiquette quasiment sacralisée… comme l'est la figure de la « Vierge Marie »…Bien évidemment, ces politiciens « bobos » « écolos », de "gauche", comme ils aiment à se définir, se gardent bien de préciser qu’ils sont clairement et en réalité pour le maintien de la propriété du capital, base même de l’esclavagisme salarié et source de toutes les catastrophes humanitaires.


Alors, ces larbins du capital, de « gauche », n'ont pas peur du ridicule, face à la crise du capitalisme qui nous promet le pire, l'indigence, la précarité sociale la plus dure, il nous proposent d'attendre sagement les prochaines élections, de préparer contentieusement la nomination d’un homme providentiel censé être notre sauveur, histoire de patienter jusqu’en 2012, dans la croyance en une n’ième alternance de gauche dont on sait d’avance qu’elle en sera les résultats... La majorité des salariés n’ont -il pas en mémoire les déceptions récurrentes et les trahisons historiques de la "social démocratie", la "Gauche"....: de l’assassinat de « Rosa LUXEMBOURG et Karl LIEBKNECHT » à nos jours, de Mitterand, à Jospin, de Prodi (Italie) à Zapatero (Espagne) aujourd'hui! Est il crédible de croire, pour ces salariés que cette promesse d'alternance de "Gauche", tant espéré par cette bandes d’arrivistes professionnels, puisse réellement constituer un espoir face à la pression qu’exerce la classe capitaliste…


Oui, nous, les communistes authentiques, trotskystes, marxistes révolutionnaires, réaffirmons avec force: ce n’est surement pas plus par des journées d'actions ponctuelles « bidons », grève d'une journée, organisées par les directions syndicales "jaunes" à la solde du patronat, que par l’organisation de grandes messes électorales, des « primaires » pour désigner le prochain singe, le plus qualifié pour être à la tête de la « pseudo-démocratie bourgeoise », un singe de « gauche », « beau parleur » qui foulera au pieds des promesses électorales vagues comme à l’accoutumé, en France et partout dans le monde, qui peuvent soulager le sort des millions de travailleurs!


Pour mémoire, les seules fois ou des conquêtes sociales significatives ont été obtenu, elles l’ont été par la mobilisation générale du prolétariat, et bien souvent arraché sous un gouvernement bourgeois de droite comme chacun sait et comme l'on vécu nos ainés qui ont connus les évenements de mai 68…Rappelons aussi, que la grande spécialité de ces soit-disants « humanistes » « progressistes » de « gôôôche », pardon de « gauche », c'est précisément de revenir sur toutes ces maigres concessions précaires, obtenus par la lutte des salariés, en abusant de la confiance de leurs électeurs abusés par ces étiquettes, logos et divers marketing de "gôôôche"!


La priorité du moment, n’est-elle pas plutôt pour les millions de salariés, les chômeurs, les centaines de milliers de jeunes, les étudiants, le prolétariat dans son ensemble, la préparation active d’un mouvement d’ensemble, d’une grève générale, comparable au mouvement de "mai 68", le seul moyen qui a fait ses preuves dans le passé, le seul moyen crédible pour créer un véritable rapport de forces, créant les conditions d’une remise en cause durable du pouvoir capitaliste! Oui, le seul espoir, ce n’est surement pas une n-ième mascarade électorale, mais la préparation d’une véritable insurrection, l’insurrection communiste, communiste car seul le programme du communisme révolutionnaire permettra de s’attaquer aux racines du mal. Seul l’application du programme communiste assure une réorganisation rationnelle de l’économie en tenant compte tout à la fois des besoins colossaux de la population, et des contraintes écologiques que personnes ne peut ignorer! N’ayons pas peur des mots, le programme communiste, c’est avant tout la prise du pouvoir dans les usines par les salariés, c’est aussi l’éviction « manu-militari » des actionnaires, peuvent stopper les licenciements, et mettre fin à l’absurdité du chômage inhérent à un système à bout de souffle.


Nul besoin de réinventer la poudre en ce début du troisième millénaire ! Déjà en 1938, Léon Trotsky, figure historique du mouvement communiste, héros de la révolution russe d’Octobre 1917, au côté de Lénine, écrivait un guide d’action, le « Programme de Transition » ! Un guide d’actions et un ensemble de mesures, qui restent plus de 70 ans après, pour l’essentiel toujours d’actualité !



Oui, pour stopper l’énormité des catastrophes écologiques, les gâchis colossaux humains, les guerres fratricides engendrées par le capitalisme, l’urgence ce n’est pas les primaires de la « gauche » bourgeoise, mais la constitution de conseils démocratiques dans les usines et les quartiers, des conseils qui mandateront des élus REVOCABLES ! Il s’agit de désigner des travailleurs, qui seront eux, contrôlés réellement par leurs électeurs, car mandatés et révocables, à l’inverse de nos actuels élus, devenus pour la plupart les larbins serviles du capital. Des larbins qui n’hésitent pas à user de leurs qualités d’orateurs pour faire croire aux meilleures des mondes durant des campagnes électorales, mais des larbins sans aucun contrôles, grassement payés par leurs maitres, car non révocables dans les institutions bourgeoises…et quand bien même ils se réclament des étiquettes séduisantes et populaires "socialiste", "écolo", "nouveau centre", etc,..., voir «communiste» pour certains staliniens, reconvertis à la sauce « social démocrate » et « chauvine»…Les dirigeants du PCF, ou « ex » PCF tel que le cocasse « Robert Hue », en sont de parfaits et tristes exemples…


Bref, disons que l’urgence du moment, c’est plutôt et surtout de passer à l’action, à l’unification des luttes, le blocage de l’économie! Donnons nous enfin les moyens d’agir, construisons ensemble les prémisses d’une nouvelle république, une république dirigée par la classe salariée, créons partout des conseils! Courcircuitons cette « pseudo-démocratie » bourgeoise, chassons enfin et ceux, définitivement nos illusions sur des institutions « à la solde des pourris et des corrompus, des capitalistes…Et enfin n’oublions pas qu’en mai 68, une occasion a été sans doute manqué d’en finir avec ce système…durablement! Ces mêmes capitalistes, eux, sont loin d’êtres bêtes, car ils ont acquis un savoir faire inégalé pour nous manipuler, nous faire accepter volontairement le pire! Contrairement à la majorité d’entre nous, nous les prolétaires, les capitalistes ont une réelle conscience de leurs intérêts de classe et la façon de les pérenniser aux travers de cette fiction idéologique: "la démocratie bourgeoise" ! A nous de faire mieux, de mieux comprendre nos intérêts, et pour se faire d'acquérir des compétences minimum dans l'études du socialisme scientifique, les oeuvres majeures du marxisme.



Alors, oui, face à la crise, notre seule issue, c’est l’expropriation, la socialisation et la planification de l’économie!


Face à la crise, notre seule espoir, comme en Octobre 1917, ce n’est surement pas des « primaires » de « gauche », mais l’insurrection communiste!


Dans les usines et les cités, brandissons le drapeau rouge du prolétariat jusqu’à la victoire !


Vive le communisme révolutionnaire, l’avenir et l’espoir de l’humanité !


Vive Marx, Engels, Lénine et Trotsky !
Par COLLECTIF TROTSKYSTE

PeutMieuxFaire 27/08/2009 11:12

Les "primaires ouvertes" vont se faire... Plus précisément elles vont être engagées, sans que l'on puisse dire exactement à quoi cela va aboutir. Remue-ménage (et scènes de ménage ?) il y aura encore !

Comme Petitmaje je ne vois pas les personnalités qu'il cite jouer le jeu des primaires. Pourtant cela ne retire rien à l'intérêt d'un tel exercice :
- au sein du PS les primaires fermées c'était rejouer à coup sûr ou presque la division du congrès.
- autour du PS, des forces d'appoint comme le PRG ou le MRC pourront faire entendre leur différence sans le risque 2002...
J'ai le sentiment d'ailleurs que Christiane Taubira pourrait élargir son audience.
Reste le cas du PG (Mélenchon) qui semble regretter cette initiative. Je ne vois pas quelle stratégie il envisage : est-ce qu'il fera acte de candidature aux présidentielles quoi qu'il arrive ?

Et surtout, au point où en est le PS de mise en scène de ses divisions (sur les personnes), la nécessité de convaincre le plus largement possible l'électorat (de gauche) devrait conduire à mettre en avant ce qui unit plus qu'à souligner ce qui divise. Mais peut-être suis-je là trop optimiste ?

Petitmaje 27/08/2009 08:32

Je pense comme Fabius que tout le monde se dit "qu'il faut y passer" mais que çà ne se fera pas.

Au moins pas avec des candidats autres que PS.

Donc tout le monde dit qu'il est pour, mais tout le monde fera en sorte que çà capote. Entre autres, excusez du peu :

. DSK
. DCB
. Bayrou

DSK a bien dit qu'il ne serait candidat que s'il était seul en lice. Il joue les recours au dernier moment, comme d'hab.

DCB a sorti son "manifeste pour l'espoir" bien certain que cela suffira à faire capoter le tout et à montrer que seul Europe Ecologie a un programme novateur. Il joue l'union pour faire valoir son programme Pendant ce temps il va engranger aux régionales.

Toute la stratégie de Bayrou depuis 10 ans montre qu'il veut être candidat. Il ne va pas se mettre au milieu de ce ring maintenant.

Quand aux autres dirigeants du PS ils sont obligés d'être pour pour continuer à exister.

Vaste jeu de poker menteur qui se finira par des primaires au sein du PS + sympathisants proches.

Kerri 27/08/2009 00:35

@nico Komo: Les primaires permettraient au candidat unique choisit par les courant de gauche participant de faire le plein de ses voix dès le premier tour, quel intérêt? Qu'est-ce que cela change qu'un candidat socialiste reçoive 40% des suffrages dès le premier tour, ou qu'il reçoive 30% des suffrages et le reste de la gauche "modérée" (parti de gauche,...) en reçoivent 10%? Ces voix se seraient de toute façon reportées sur lui au second tour. Du coup, je ne vois pas en quoi ces primaires seraient une solution miracle pour être élu. Je n'ai rien contre le principe, mais pour moi ça reste une question de forme qui ne devrait pas avoir l'importance qu'on lui donne aujourd'hui.

Marc 26/08/2009 23:15

Je vais me fendre d'un truc plus complet :) je suis encore en vacances.
Enfin pour moi ces primaires ne sont pas un talisman juste un outil