Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Le réarmement idéologique de la Social-démocratie…

19 Juillet 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Rénovation Progressiste

nullOn peut être rassuré, après la déroute sans précédent de la Social-démocratie européenne, ses dirigeants semblent avoir pleinement pris conscience de l’ampleur de la tâche pour se reconstruire.

 

Après avoir déposé les armes sur l’autel du capitalisme dans les années 90, tous ont commencé ce travail de réarmement idéologique pour tenter de répondre à la triple crise qui se profile devant nous : crise sociale, crise écologique, crise démocratique n’ont qu’à bien se tenir.

 

Aussi on ne peut que se féliciter de la profusion des techniques employées pour y parvenir. A certains qui privilégient la méthode des lettres de cachet, d’autres préfèrent s’essayer à la modernité en privilégiant des vecteurs plus modernes.

 

Le SPD (le parti social-démocrate allemand) a choisi une modernité affirmée… Et autant vous le dire tout de suite, les conservateurs allemands et européens n’ont qu’à bien se tenir car c’est du lourd, du très lourd.

 

Bien entendu, ces derniers ont choisi la voie de la démocratie participative  en organisant des débats. Le premier d’entre eux porte sur la question de l’éducation et de la famille et pour se faire, le patron du SPD a fait appel à une personnalité à la compétence bien établie pour les animer ; la dame s’appelle Atharina Saalfrank,  musicothérapeuthe de 37 ans, diplômée en pédagogie…

 

A première vue, elle ne vous dit rien… en fait si on pouvait faire un parallèle, c’est l’équivalent de notre Super Nanni qui sévit sur M6 (une nounou qui vous redresse vos enfants, la famille en 72h chrono)… Ouais, ouais, nos camarades allemands ont fait le choix de la télé réalité pour commencer son réarmement idéologique…

 

Non, contrairement aux apparences, ce papier n’a rien d’ironique et franchement, je ne vois pas pourquoi la presse d’Outre-rhin semble dubitative sur cette expérience. Bon même si on peut faire un parallèle avec l’accueil réservé aux missives envoyés par la patronne du PS tant par ses partenaires traditionnelles et la presse ; le temps des interrogations est bel et bien terminé… faut se mettre au boulot et seul compte le résultat… le reste n’est « qu’aigritude » de la part de certains.

 

Je ne sais pas pourquoi, j’ai comme un doute sur le résultat escompté… ou alors… le citoyen y viendra non par conviction mais par simple « besoin » d’alternance…

 

Petit rappel, chez nous, la gauche n’a jamais réussi à enchaîner deux législatures à la suite… et il ne suffira d’en appeler aux militants ou au fameux Peuple de Gauche pour que cela change, en France comme en Europe.

 

 

Article écrit dans le cadre d’un partenariat avec Courrier International.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

romain blachier 20/07/2009 13:26

putain super nanni au ps...aaaaaaaaaaaaaaaaah...une sorte de Martine Aubry façon show télé.

Nemo 20/07/2009 11:37

Je reproduis mon commentaire posté chez le sieur Laurdendeau:
La question reste et demeure: les ennemis du libéralisme accepteront-ils à nouveau de s’associer avec les socio-démocrates au sein du PS?
Cette alliance qui a fait exploser plus d’un parti socialiste à travers le monde est-elle naturelle?

marc vasseur 20/07/2009 11:21

Paul
mais encore ? se payer de mots ne suffira pas pour que le citoyen revienne gentiment au bercail

Paul Laurendeau 20/07/2009 11:20

La Social-Démocratie doit simplement revenir aux racines du socialisme

http://ysengrimus.wordpress.com/2008/05/06/le-socialisme-n%E2%80%99est-pas-un-programme-politique-mais-une-tendance-sociale/

Des rendez-vous l’attendent encore, s’il le fait.
Paul Laurendeau

Paul Laurendeau 20/07/2009 11:19

La Social-Démocratie doit simplement revenir aux racines du socialisme

http://ysengrimus.wordpress.com/2008/05/06/le-socialisme-n%E2%80%99est-pas-un-programme-politique-mais-une-tendance-sociale/

Des rendez-vous l’attendent encore, s’il le fait.
Paul Laurendeau