Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Le 1er Licencieur de France... Nicolas Sarkozy !!

30 Juin 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

On vit une époque formidable où un président et un premier ministre donnent des leçons à la terre entière sans bien évidemment se retourner sur leur propre action.

Ils ont souvent le verbe haut... patrons voyous, casse toi pauv' con... et des décisions inversement proportionnelles aux intentions affichées.

Dernier exemple en date...

Alors que nous traversons une crise sans précédent dont la sortie reste assez hypothétique et que des milliers de français sont touchés par un chômage qui lui ne connait pas la crise; nos deux gourvernants en chef, enfin surtout l'Autre, n'ont rien trouvé de mieux que de licencier 30.000 personnes... et on ne parle pas des fonctionnaires non remplacés... Non, là c'est du bon vieil emploi précaire, du CDD.

Ce cynisme ne m'étonne plus... et je reste poli, je n'ai guère envie d'être poursuivi par une justice zélée mais je n'en pense pas moins...

Au fait, il en est où avec Karachi, le petit roi ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

PeutMieuxFaire 01/07/2009 10:10

Certes ces AVS ou EVS ont signé un CAE et ont pour employeur une collectivité territoriale qui a elle-même signé une convention avec l'ANPE (aujourd'hui "pôle Emploi"), sans compter le rôle joué par la DDTEFP... [Pas clair : tant pis !]
Et donc elles n'ont même pas à se plaindre : tout était prévu pour les "non-renouveler" (comprendre : les virer sans indemnités, c'est plus clair !) mais aussi sans contact simple (et hiérarchique) avec les gestionnaires de ces "ressources" [oserai-je dire "humaines" tant ce terme est en réalité absent de ces dispositifs] ; personne pour représenter la froideur et la cruauté du dispositif au bout de 2 ou 3 ans.

Je crois que personne ne peut se satisfaire de cette situation. Pas moi en tout cas !

Alors, qui faut-il rendre responsable : le directeur d'école, le maire, le conseiller de "pôle emploi", le fonctionnaire du direction départementale du travail, le président de région qui s'est inscrit dan le dispositif, le ministre qui a créé ce type d'emploi en 2006 ou même le Président de la République ?

Remarquons que si tout cela fonctionne sans humanité mais aussi avec une si faible efficacité c'est que tout cela tourne autour d'un énorme corps administratif non adapté aux services qu'il prétend rendre.

Deux types de personnels perdre aujourd'hui leur boulot :
- ceux qui s'étaient adaptés à ce boulot, qui le faisaient avec cœur, voire dévouement, et qui donnaient donc satisfaction. Là c'est du gâchis. Pensez qu'il y a souvent un enfant en grande difficulté sociale ou handicapé qui avait trouvé soutien et recours auprès de cet assistant.
- il y a aussi, celui qui n'avait jamais su s'adapter à ce boulot parce qu'il n'en avait ni la compétence ni le le goût mais qui n'avait jamais rencontré quelqu'un pour le lui dire et surtout quelqu'un en mesure de l'aider à se professionnaliser. Dans ce second cas, que l'on envisage au bout de 2 à 3 ans de proposer ce salaire de misère (de l'ordre de 700€) à quelqu'un d'autre parmi les nombreuses personnes qui ont du mal à trouver du travail c'est pas très choquant, qu'on le fasse pour tous parce que c'est la "convention" prévue ou parce que la branche de l'administration chargée d'appliquer la convention n'est pas apte à juger de la compétence, voilà qui m'insupporte.

Pour répondre à Jeeb, voilà aussi pourquoi il peut y avoir, et heureusement, des personnes qui laissent un espoir d'une issue différente à ces collaborateurs et facilitateurs d'un système trop absurde quand il n'est régi que par ses propres règles.
N'empêche que le nombre de "sauvetages" sera infime et qu'en salle des maitres, en septembre prochain, les regrets de ne pas retrouver tel ou telle seront légion !
Bon vent à ceux qui les remplaceront jusqu'en 2011 ou 2012... Tiens 2012, en se débrouillant bien ils pourraient obtenir quelques promesses...

jeeb 30/06/2009 20:21

OK Marc,

Ravi que tu ais lu mon commentaire.
Je lis trés régulièrement ton blog.
Mes opinions politiques ne sont pas les mêmes.

Ce que j'apprécie c'est ta franchise et ta lucidité sur certains sujets.
Ce que je n'apprécie pas, c'est parfois ton manque d'objectivité, notamment vis à vis du président, élu par les français.

Pour en revenir à ta remarque, c'est possible en effet.
Le fait que cela soit possible doit-il se transcrire nécessairement en procès d'intention ?

Trés cordialement,

jeeb

marc vasseur 30/06/2009 19:49

jeeb
les evs sont supprimés... ils devraient être remplacés à la rentrée... ce qui n'est pas une certitude

jeeb 30/06/2009 19:42

Certes, nous ne pouvons que déplorer la perte d'emploi, cependant il est également précisé que ces contrats ne devaient pas exceder 3 ans, sont destinés aux personnes en fin de droits ou allocataires du RMI, et que d'autres personnes bénéficieront à la place de ce dispositif proche de l'insertion.

De plus, (source : wikipedia), en droit du travail, le licenciement est synonyme d'une rupture du contrat de travail à l'initiative de l'employeur. Elle s'oppose à la démission ou à l'autolicenciement qui constitue une rupture du contrat de travail à l'initiative du salarié.

Il ne s'agit pas en l'occurence, d'un licenciement, mais d'un non-renouvellement, comme le stipule à trés juste titre "Le monde".

Bref, il m'apparaît que ces personnes n'ont pas été "pris en traître". Donc qui leur a fait espérer une issue différente ? certainement pas les syndicats. Donc qui ?

cordialement,

jeeb


PS : la différence entre "non-renouvellement" et "licenciement" ou entre les notions de "émotif" et "factuel" pourrait expliquer aussi la différence de traitement entre "journaliste" et "blogueur". Ce n'est juste qu'une piste à creuser.

BA 30/06/2009 14:30

Comment empêcher l’Assemblée Nationale d’enquêter sur l’attentat de Karachi ?

Comment étouffer le Watergate français ?

Réponse : il suffit de confier la mission d’information à la commission de la Défense. Le patron des députés PS Jean-Marc Ayrault est d’ailleurs scandalisé de cette décision.

Cette commission de la Défense est constituée de 60 députés en tout. Sur ces 60 députés :

- 36 députés sont membres de l’UMP.

- 3 députés sont membres du Nouveau Centre (le parti du ministre de la Défense Hervé Morin, qui travaillait déjà au ministère de la Défense de 1993 à 1995, quand le contrat de vente des sous-marins a été signé).

- il y a seulement 20 députés de gauche dans cette commission, et 1 député non-inscrit !

Je vous laisse imaginer l’impartialité de la commission de la Défense !

Je parie que la commission de la Défense va conclure que tout s’est passé dans les règles !

Lisez cet article :

Une mission va être confiée à la commission de la Défense et non, comme le réclamaient les députés PS, à la conférence des présidents de l'Assemblée nationale.

Il y aura bien une mission d'information sur l'attentat de Karachi de 2002. Elle sera mise en place par la commission de la Défense, a-t-on appris mardi 30 juin. Réclamée par les députés PS, la mission d'information ne sera toutefois pas, comme ils l'avaient demandé, confiée à la conférence des présidents de l'Assemblée nationale.

Ce travail parlementaire revêtira donc un aspect beaucoup moins solennel, au grand dam du patron des députés PS. Jean-Marc Ayrault a en effet jugé "choquant", étant donné "la gravité des faits", que cette mission ne soit pas du ressort de la conférence des présidents.

"Pour les questions de société, comme le port de la burqa, les missions d'information sont décidées par la conférence des présidents. Pour tout ce qui est plus spécialisé, les missions relèvent des commissions compétentes", a fait valoir le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP).

Selon les juges chargés de l'enquête sur l'attentat de Karachi, cités par un avocat, cet attentat contre un bus de la Direction des chantiers navals (DCN) qui avait fait 14 morts, dont 11 Français en 2002, pourrait être lié à l'arrêt du versement de commissions, voire à des rétrocommissions illégales, en marge de la vente de sous-marins au Pakistan.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090630.OBS2518/une_mission_dinformation_sur_lattentat_de_karachi.html