Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Lettre ouverte à Martine Aubry

8 Juin 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #ArchivesEuropéennes 2009

Je reprends ici la lettre ouverte à Martine Aubry par le blog Jeune Garde 87, pour la simple est bonne raison que je partage l'essentiel du propos. Comme d'habitude, et notre première secrétaire nous l'a confirmé ce matin sur France Info... ça ne servira à rien mais au moins on peut le faire...

Voilà, c’était annoncé, prévu, envisagé : le PS a réussi son score le plus pitoyable hier lors des élections européennes. Ce parti européen, internationaliste n’a pas réussi à catalyser les voix des électeurs de gauche, car le parti socialiste n’apparaît plus aujourd’hui comme un débouché politique pour le peuple de gauche. Où est passé le PS de Jaurès, de Blum, de Mitterrand ? Où est passée la force d’un programme de gauche permettant d’offrir espoir et alternative à la droite ? L’heure est grave, et même s’il y a de l’espoir en germe dans le score d’Europe Ecologie ou du Front de Gauche, le Parti Socialiste, traditionnellement premier parti de gouvernement à gauche, ce parti est malade.


Cette maladie est en germe depuis longtemps. Depuis le 21 avril 2002, tout est là : les contradictions, les non-dits, la rupture entre une élite d’apparatchiks à Solférino et la base, les militants, le “peuple de gauche” auquel s’adresse le parti socialiste. Que s’est-il passé depuis 2002 ? Y a-t-il eu une profonde prise de conscience chez les socialistes? Y-a-t-il eu une révolution copernicienne permettant de retrouver les fondamentaux socialistes? Non, et c’est bien là le problème.


Où sont passé les héritiers de Jaurès, de Badinter, défenseurs des libertés publiques ? Même ce champ intimement lié à l’identité socialiste a été abandonné par le cénacle de dirigeants du PS aujourd’hui … Il n’y a qu’à voir le triste exemple de la loi HADOPI ou encore l’affaire Julien Coupat : quels engagements a pris le PS ? quelle bataille a-t-il menée sur ces fronts? Quelle “utopie”, quel projet de société au sens le plus noble du terme le Parti Socialiste a -t-il construit et proposé aux citoyens du 21ème siècle ? Quelle vision socialiste offre-t-on aux Français et aux européens d’aujourd’hui ?


Sarkozy ne peut et ne doit pas être une excuse à cet échec. Sarkozy est excellent, il dirige d’une main de fer l’UMP et a su rassembler son électorat. Cela ne peut pas être une excuse. L’échec du parti socialiste n’est dû qu’à lui-même, oui, comme l’a dit Martine Aurby hier soir “je ne cherche pas de raison à cet échec en-dehors du Parti Socialiste”. Mais après ? Le diagnostic est posé, il l’est depuis longtemps : dès 2007 le diagnostic était le même. Quelles solutions, quel débouché ? Taper sur François Hollande ou les dirigeants d’hier du PS n’est pas admissible. Les responsabilités sont collectives, mais il faut que la direction du parti en prenne toute la mesure.


Etre un parti d’élus c’est bien, c’est indispensable. Mais être à l’écoute de la base, faire vivre la démocratie du parti, proposer un idéal socialiste, c’est encore mieux. Comment croire que les dirigeants du PS croient à leurs discours social quand ils apparaissent comme une élite coupée du peuple et de ses réalités, sans comprendre en aucune manière les souffrances et les enjeux du “petit peuple”. Il n’est pas ici question de faire du populisme, mais de retrouver l’essence même du socialisme ! Où sont passés les “rénovateurs” du NPS ? Que dire quand on voit aujourd’hui Montebourg devenir la caricature de ce qu’il dénonçait hier ?


Le Congrès de Reims a été un faux Congrès : aucune ligne politique n’en est sortie. Ce Congrès n’a pas tranché, le PS est empêtré dans ses contradictions, plus préoccupé des égo de ses dirigeants que des idées politiques à proposer. Quand  le PS renouera-t-il avec les artistes, les intellectuels, mais aussi les citoyens ? Quand les “éléphants” cesseront de penser davantage à leur carrière qu’à leurs convictions et leurs engagements? Quand aura-t-on des élus socialistes qui ne seront plus des “professionnels” de la politique ?


Il n’est pas possible que rien ne se passe aujourd’hui. Il n’est pas possible que des etats généraux ou un Congrès exceptionnel ne soient organisés. L’heure est grave, le désespoir des militants et des électeurs du Parti Socialiste est immense. Il n’est pas possible que cela ne débouche sur rien, que cela ne trouve aucun débouché. La défaite d’hier doit aboutir à de profonds changements. Il ne faut plus confondre la fin et les moyens. La question des alliances (Modem, gauche…) est un moyen, cela ne peut pas être l’objet d’un Congrès (comme à Reims). Où sont passés les débats sur la fin, sur le but du socialisme? Relisez Jaurès, revenez aux fondamentaux. S’il le faut, une scission ne pourra être évitée, Mélenchon l’a compris depuis longtemps. Le PS ne peut plus se voiler la face : “trancher” est aujourd’hui indispensable.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

patrick profit 09/06/2009 16:17

Je suis d'accord avec toi et en plus j'aime ton humour décalé, la seul chose qui éventuellement pourrait effectivement faire bouger nos "baronnies" c'est de les montrer du doigt... J'aime le concept des "désobéissants" et je trouve que parfois on devrait effectivement reprendre leur principe... Comme par exemple la manifestation du premier mai où enfin le PS à re souhaiter se mélanger aux syndicats, j'ai été tenter de venir dans la manif du groupe PS et pourquoi pas avec la complicité de certains médias de déplier une banderole au moment ou le cortège s'élance du type "non aux cumuls des mandats et des fonctions", il est sur que l'on se serait fait virer par les gros bras, mais ça peut avoir une certaine gueule... Et par souvenir commun regarde le ramdam de Pierre devant Solfé, si on avait été au bout...

patrick profit 09/06/2009 15:51

Merci Fabrice, de rectifier et de reprendre les stat. qui bien souvent nous arrange. Pour Marc que je connait depuis longtemps, ta lettre ouverte est des plus intéressante mais n'as tu pas l'impression "d'une redite", désolé de te le dire mais j'ai l'impression de vivre un remake du film "un jour sans fin" depuis quelques temps et il suffit d'aller sur la majorité des différentes "archives" des blogs pour retrouver après chaque défaite, chaque couleuvre avalé, les mêmes propos... Alors parfois au fond de moi-même, je me dis juste est-ce que ça sert à quelque chose ? Ou ne devrions nous pas trouver d'autres moyens pour faire vraiment "entendre" ces messages ??

Marc 09/06/2009 15:59


Patrick
bien sur que je doute de l'impact (à cette heure, on va rajouter qq noms... et puis rien), bien sur qu'il y a de la redite, redite depuis 93 pour moi, avant pour d'autres, et le plus inquiétant ces
défaites sont de plus en plus importantes.
La seule différence avec 2002 ou 93... les blogs... ce n'est rien de plus mais c'est déjà ça...

Que faire d'autre ? une manif devant les fédés... combien de militantss réels dans le parti aujourd'hui... et des gens comme toi, comme moi et d'autres... on les montre du doigt : attention mauvais
militant, militant haineux, aigri ou je ne sais quoi...

Pdt ce temps nos potentats racontent les pires inepties mais ça ce n'est pas grave... eux sont chefs, donc bons militants et comme ils sont en responsabilités... irresponsables car la défaite est
collective... c'est plus tranquille pour s'éxonérer d'un revers de main


Fabrice 09/06/2009 11:42

Je rebondis sur le commentaire de BA sur l'analyse des chiffres.

Ces petits calculs peuvent aussi bien s'appliquer sur les résultats du PS.

Listes du PS : 2 837 789 voix, soit 16,48 % des suffrages exprimés, soit 6,40 % des électeurs inscrits.

Comparons avec l’année 2007 :

- le 22 avril 2007, au 1er tour de l’élection présidentielle, 9 500 112 électeurs avaient voté pour la candidate PS.

- le 10 juin 2007, au 1er tour des élections législatives, 6 436 520 électeurs avaient voté pour les candidats PS.

Deux ans plus tard, les listes PS n’obtiennent que 2 837 789 voix.

Conclusion :

- par rapport au 1er tour des élections législatives, en deux ans, le PS a perdu 55,91 % de ses électeurs.

- par rapport au 1er tour de l’élection présidentielle, en deux ans, le PS a perdu 70,13 % de ses électeurs

http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/resultats-elections/PR2007/FE.html

Bref, je ne pense pas que qu'il faille trouver un argument à la déroute PS sur simple analyse des résultats du camp adverse... L'érosion des voix est tout aussi notable à gauche.

marc d'HERE 09/06/2009 09:31

Le déclin du PS se poursuit, tout naturellement, et je ne vois pas ce qui pourrait l'interrompre. Les socialistes ne peuvent s'en sortir car ils sont pris en tenaille: soit ils rénovent leur projet dans un sens plus réaliste, plus social-libéral et alors ils sont conduits à choisir une politique proche de celle de Sarkozy, ce qui les empêche de représenter une véritable alternative...Soit ils se tournent vers la gauche radicale et ils perdent toute crédibilité et tous leurs électeurs de tendance sociale
démocrate . Ils ne peuvent s'échapper de ce piège, c'est pourquoi le déclin est inéluctable.

A cela s'ajoute évidemment la division, ou plutôt le déchirement du parti qui s'arrêtera d'autant moins, qu'il n'y a pas de personnalité capable d'assurer le leader ship. ...Et les militants continuent à quitter le bateau.

La mort du PS est d'ores et déjà programmée, même si son agonie sera peut-être longue....

temps 09/06/2009 06:37

Est-ce que le vingt-et-unième siècle est encore compatible avec un système pyramidal construit par et pour une royauté ? Un qui pense et une multitude qui obéit c'était à la mode du temps des pharaons. Le je revient trop souvent dans les déclarations.
cordialement