Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

La presse peut crever… hélas ?

2 Juin 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

nullComme chaque matin, j’observe à la lettre mon rituel, je parcours l’ensemble de mes flux (blogs, sites d’info) et note quelques idées dans un coin de neurone et le cas échéant j’en prolonge un pour une lecture en diagonale.

 

Ce matin, c’est le blog du Journaliste Jean Quatermer qui m’interpelle, logique nous sommes en pleine saison migratoire au Parlement Européen, avec ce titre « Ségolène Royal plaide pour les Etats-Unis d’Europe dans l’indifférence médiatique ».

 

Et oui là est le problème, le fond n’intéresse plus la presse la plus visible ; celle-ci pour le meeting de Rezé ne s’est intéressée qu’à la réconciliation de Ségolène Royal et de Martine Aubry… le reste… qu’une ancienne candidate à la Présidentielle pose enfin un propos qui tente de redonner une perspective à une Europe politique moribonde… pfoufff alors si en plus ça vient de Royal, à quoi bon.

 

Ce phénomène n’est hélas pas nouveau, nos fleurons de la presse nationale ont depuis quelques années déserté les chemins escarpés et arides du débat. Aujourd’hui, celui-ci se trouve davantage sur Internet, à ce titre les problématiques économiques sont assez révélatrices de cet état de fait.

 

Une pensée iconoclaste comme celle de Paul Jorion n’a jamais eu droit aux honneurs du Monde ou du Figaro… ceux-ci préférant se reposer sur des valeurs sûres comme Eric Le Boucher, Jacques Marseille… Pourtant, c’est bien quelqu’un comme Jorion, qui a expliqué bien avant la crise des subprimes, les processus en œuvre et leurs conséquences. On peut d’ailleurs légitimement s’interroger si sans le net, ce dernier aurait eu un quelconque écho, lui comme d’autres d’ailleurs, je pense à un Frédéric Lordon, .

 

Il m’avait pourtant semblé que la presse écrite avait cet avantage vis-à-vis de l’audiovisuel, celui de prendre du recul, de traiter l’information avec ce temps de recul nécessaire pour mieux appréhender la complexité du monde pour nous la rendre plus intelligible…

 

Au lieu de cela, elle accepte sans broncher les propos cyniques d’un Nicolas Sarkozy, de se compromettre dans les bras malveillants d’un grenelle de la presse, pour assurer sa survie…

 

Alors certains se battent, Vendredi, Témoignage Chrétien, j’en oublie… pour tenter de redonner du souffle à ce secteur sinistré mais il est difficile pour eux d’exister dans la revue de presse d’Ivan Levaï au contenu préformaté et insipide. Quand les premiers et minoritaires jouent leur existence en misant sur le contenu, les seconds multiplient les partenariats de publi-reportage cachés ou avoués ( pour participer à telle ou telle loterie).

 

Si depuis quelques jours, un microsome s’étripe joyeusement sur la place des journalistes dans la presse, dans les médias… de quel poids pèsent-ils dans la ligne éditoriale des grands groupes… Ce matin, vous aurez droit à la tragédie de l’airbus et forcément Gaël Monfils… du fait divers et du sport, en somme le quotidien dont on nous abreuve sans modération au nom, bien entendu, de l’information.

 

Il y a quelques jours Amnesty International remettait son rapport annuel sur les droits humains, je vous laisse méditer sur ce qui aurait peut être dû mobiliser notre bonne presse :

"Le monde est assis sur une bombe à retardement sociale, politique et économique alimentée par une crise des droits humains.
Derrière la crise économique se cache une crise des droits humains prête à exploser.
La récession a aggravé les atteintes aux droits humains, détourné l’attention de celles-ci et créé de nouveaux problèmes."
Au nom de la sécurité, les droits humains ont été foulés aux pieds. Aujourd’hui, au nom de la reprise économique, ils sont relégués au second plan. »


Alors oui, une certaine presse peut crever… mais qu’on ne reporte pas la responsabilité, comme il est d’usage désormais ; sur le « consommateur », la bien pensance et le néodonformisme en seront plus certainement les vrais responsables. Et si un code déontologie voulue et écrit par l’Elysée peut la sauver… Grand bien leur fasse.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Eric 03/06/2009 23:34

"Une pensée iconoclaste comme celle de Paul Jorion n’a jamais eu droit aux honneurs du Monde ou du Figaro…"

Faux: Le Monde l'a publié plusieurs fois.
Cela n'enlève rien à ta démonstration, qui est juste.

la+fourmi+rouge 03/06/2009 15:27

oui J4M est bien comme journaliste. Il sait prendre du recul, faire des analyses...un plaisir !

Vraiment bon billet Marc aussi.

Et je rejoins Robert :
excellent commentaire, et si vrai sur Rue89 :
enfin quelqu'un d'autre qui le pense et
l'écrit !!!

Dominik 02/06/2009 13:52

Oui, la presse va mal et comme tu le soulignes, elle y est pour beaucoup. Et puis, comment pousser les gens à acheter un journal en lui rabachant ce qu'on lui donne ne pature à la télé comme l'histoire du crash alors qu'on en a bouffé jusqu'à plus soif pendant tout le week-end ?
On semble courir après le lecteur lambda qui regarde les jeux débiles sur TF1. Mais qui dit que ce gus là achètera un journal un jour (mis à part l'équipe ou Voici) ?

robert 02/06/2009 10:55

Grégory : Royal devait faire un discours Bateau parce qu'elle était là juste pour la photo ?

Pour le diplo : oui il est le seul journal a avoir prévu la crise financière depuis près de 10 ans et bizarrement Baverez est toujours aussi publié et on continue à nous mentir qu'on "ne pouvait pas la voir venir" (cette crise)..

Sinon Marc, je suis totalement d'accord.
Je me souviens quand Libé a failli mourir : tout les lecteurs se sont mobilisés, il fallait sauver Libé malgré les trahisons, malgré la perte de qualité etc...

Et puis quoi ?

et puis c'est Rotschild, BHL, Minc et consort qui débarquent... et franchement aujourd'hui Libé disparaitrait, je ne verserais pas une larme.

Un peu comme le Charlie de Val... ce sont des journaux-Zombis, morts depuis longtemps.

Le journalisme français est sinistre.

Regardez les journaux en ligne ?

lequel est aussi rebelle qu'un Acrimed ?
lequel est aussi pugnace qu'une bande de blogueur ?

Franchement ?
Bakchich tombe à coté une fois sur deux et méprise son lectorat, Rue89 est à gauche surtout dans ses commentaires, NouvelObs est là pour nous vendre de l'Olivenne etc.

Et ils ne cessent d'expliquer partout qu'ils sont indispensables.

je le crois.

Mais à l'évidence ils oublient qu'ils sont chargé de rendre cette "vérité" évidente à nos yeux.

Nous ne leur devons pas allégeance, ils nous doivent une information indépendante.

Pourquoi aucun journaux en france n'a réclamé la démission d'Albanel ? qu'en aurait il été aux USA, en GB (même en Italie !!) après un scandale comme une violation du secret de la correspondance ?
non ils préfèrent s'ils sont à gauche donner des tribunes à la droite (au nom de la qualité du débat), faire semblant d'être mollement à gauche et éviter les vrais questions de gauche.

Bref la presse va mal et elle l'a bien cherché.

mais pas de quoi se réjouir.

Grégory Bozonnet 02/06/2009 10:08

Je me posais une question, notamment dans un précédent billet sur mon blog, sur l'opportunité de Ségolène Royal d'avoir annoncé du fond dans un meeting où l'on attendait que de la forme.
Je suis véritablement enclin à applaudir l'idée de la création des "Etats-Unis d'Europe", mais je me demande pourquoi l'avoir annoncé à ce moment là. Le meeting a lieu dix jours avant une élection, les programmes sont déjà imprimés, le manifesto peine déjà à se faire connaître et on apporte une nouvelle idée au risque de créer la confusion dans les esprits. Pourquoi Ségolène Royal n'a pas abordé plus tôt cette idée, elle aurait pu susciter un vrai débat national et aurait pu coincer l'UMP sur le sujet en les forçant à prendre part au débat. Je ne suis pas sûr que pour le coup la presse soit vraiment coupable, il me semble que le sujet arrive aussi un peu tard...