Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Les Présidentielles 2012 ouvertes ??...

18 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

nullCertains s’offusquent d’une compétition déjà ouverte pour les présidentielles de 2012, telles ces vierges effarouchées (j’espère que Guy Birenbaum ne m’en voudra pas) qui découvrent le viol du système politique français.

Pourtant, cette réalité était préalablement inscrite au premier jour de la Vème République et davantage encore quand il a fallu élire le Premier des Français par le seul suffrage des Français.

 

Faut-il rappeler que cette de la vie politique était en marche, placer le Président au centre du jeu visait  justement de mettre à mal « la dictature » des partis issue de la IVème République.

 

Et pour une fois, on peut exonérer Nicolas Sarkozy de toute responsabilité dans ce processus. Deux modifications concomitantes ont définitivement changé la donne.

 

La première fut le fait de Jacques Chirac qui en réduisant le mandat de présidentiel à 5 ans au lieu de 7 ans a de facto accéléré le temps politique et donc fait de cette élection, une campagne quasi-permanente.

 

La deuxième, n’en déplaise à mes amis socialistes, est l’inversion de calendrier voulue par Lionel Jospin avec les élections législatives arrivant nécessairement après l’élection suprême. Cette inversion a réduit encore un peu plus le poids des partis dans la vie politique.

 

Alors, aujourd’hui, il n’est pas anormal de voir les ambitions de chacun s’affirmer aussi tôt, c’est même une obligation pour eux. Nicolas Sarkozy l’avait d’ailleurs parfaitement compris puisque lui-même avait pratiquement fait acte de candidature au lendemain de la réélection de Jacques Chirac.

 

D’autre part, si un candidat ne peut espérer gagner sans un appareil, il ne peut non plus se permettre d’attendre ce dernier dans une désignation intervenant quelques mois avant l’échéance. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder depuis plus d’une dizaine d’années l’émiettement chronique du corps électoral.

 

Si le PS et la droite conservatrice rêve d’une bipolarisation depuis au moins une décennie, force est de constater que c’est l’inverse qui se produit dans les faits, scrutin après scrutin. Même si l’Assemblée National fausse définitivement cette réalité.

 

Pour tenter de l’emporter, il est désormais nécessaire de s’adresser au-delà de son socle initial, non pas dans l’entre deux tours mais bien de manière continue. Sans présager du résultat des européennes de juin, il semble de plus en plus probable qu’aucun parti et donc qu’aucun des présidentiables putatifs ne pèse à lui seul plus de 30%. C’est vrai du président en exercice, ça l’est encore plus pour ses challengers déclarés ou non.

 

L’objet de ce papier n’est pas de dire que cette situation est merveilleuse, c’est simplement dire qu’en l’état, il ne peut en être autrement. Et, je veux mettre en garde le PS d’attendre 2011 pour désigner son candidat… il sera déjà trop tard et je veux rappeler aussi une chose… Pour changer les choses, il est nécessaire de gagner une élection…

 

En attendant, il faut faire contre mauvaise fortune, bon cœur et donc faire avec cette personnalisation et cette présidentialisation.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

presidentielles 2012 06/09/2009 18:11

les critiques fusent avant le départ de la campagnes... attention aux hypothèses mal placées...

Marcel 20/05/2009 10:17

D'accord avec votre memo. Je compléterais votre conclusion : si un(e) candidat(e) PS gagne la présidentielle, c'est que par définition il(elle) à assimiler et est à l'aise avec ces institutions, par conséquent il (elle) ne les changera pas : cfre Mitterand en 1981 : il n'a même pas retiré l'article 16 de la constitution.

Made 19/05/2009 21:43

C'est vrai que c'est insupportable pour les chômeurs que l'on balade de pôle emploi au truc qui sert à rien et qui va jusqu'à auto-entrepreneur.Il y a aussi celui qui doit chercher dans les poubelles mais quelle importance ?

Jospin a inversé le calendrier parce qu'il n'avait aucune vision pour la France. Son arrogance l'a conduit à la trappe en 2002.Rien à dire : normal.

Avec les manoeuvres de jospin et de dsk ont évincé Ségolène Royal au congès de Reims et à présent, il n' y a plus ni candidat et il n'y aura pas de programme pour gagner. Il est absolument nécessaire que le ou la candidate s'imprègne de programme car il faudra convaincre sans les médias qui sont tout acquis à sarkosi à commence par barembaum qui lui cire les"pompes" de façons éhontées d'ailleurs il ne s'en aperçoit même plus.

De plus sa spécialité dont il est le plus fier est de jeter "Ségolène Royal" en pâture.

Pamphile 19/05/2009 18:04

Tout cela est bel et bon ! Mais Larrouturou a fait des propositions économiques au PS ; on en a pas discuté ?? On lit toujours que le PS manque cruellement de projet.
Il serait préférable de prouver le contraire sinon on appelle au "vote utile"...

superpado 18/05/2009 18:31

Bon, ça reste raisonnable...pour l'instant.
Tu a bien raison de dire qu'avec le PS (d'aujourd'hui) il faut rappeler les évidences, lorsque j'entends Désir répondre à tous ces sondages que les Français se passionnent pour ces européennes j'ai envie de pleurer.
Tiens je vais un peu m'épancher, il fallait donc éviter Royal pour que le parti soit enfin réunis (70%) autour d'une première secrétaire efficace, travailleuse et responsable.
C'est fait! Comme disait Hollande ces jours ci, martine travaille, c'est à elle de s'occuper des Européennes, lui et quelques autres sont là pour parler politique à tous les Français, en gros quelle se démerde, c'est pas elle le leader naturel.
Et voilà, on change de stratégie comme de chemise, à chaque changement on perd deux points et dans les coulisses se préparent déjà les communiqués assassins d'après l'élection.
Bravo, effectivement il fallait éviter Royal, nous aurions risqué d'intéresser de nouveau les Français au PS, c'était un risque que nous ne pouvions nous permettre, là tout va bien, les chances de tout le monde sont préservées, même le concierge de Solférino pourra jouer à la désignation, comme le disait un de tes commentateurs "le plus sérieux l'emportera" pour perdre au second tour dans le meilleur des cas.
Mais comme le dit si bien dedalus dans un autre commentaire, il ne faut pas se complaire dans le défaitisme et/ou le reniement, je me demande si ce n’est pas Coué et sa méthode que l’on a élus en novembre à Reims.