Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Européennes 2009 : de l’absence du duopole (UMPPS), à l’émergence des sans-grades.

4 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #ArchivesEuropéennes 2009

A un mois de ce scrutin, plusieurs constats peuvent déjà être faits :

 

Le lancement effectif de la campagne et des débats est toujours reporté au lendemain par les deux principaux partis de notre vie politique, avec en prime des enjeux européennes qui disparaissent pour faire place à un pseudo plébiscite ou non de l’action de Nicolas Sarkozy.

 

Pire, ce dernier a vainement tenté il y a près de quinze jours d’imposer à nouveau la question de l’insécurité ; aujourd’hui, l’UMP prend pour seul argument le bilan de la présidence française… omettant sciemment de dire que celle-ci s’inscrit dans un cadre dépassant les seuls 6 mois de présidence tournante. Ce positionnement est semble se confirmer par le Premier Ministre lui-même, ce dernier refuse tout débat et jette en pâture son habituel ritournelle du « les autres n’ont rien à proposer ». D’ailleurs, s’aventurer sur ce terrain des propositions peut être une situation périlleuse quand la Commission,  bien à droite, tente de faire passer aux forceps une directive de confort pour les hedges funds alors que dans le même temps Sarkozy veut défendre un capitalisme moralisé…

 

Le PS, quant à lui, après avoir tenté de mettre en avant le Manifesto du PSE (si c’est un progrès significatif pour les sociaux démocrates européens, il y a cependant des décalages sensibles entre le texte initial et sa traduction finale), semble s’être laissé prendre au piège du pour ou contre Sarkozy. Ce glissement peut constituer une erreur stratégique majeure avec comme principal dommage, le fait de n’être qu’un parti d’opposition incapable de proposer une alternative tant au niveau européen (et la cacophonie sur Manuel Barroso au niveau du PSE n’est pas là pour rassurer… même si tout le monde s’en fout…) qu’un niveau national. Alors si au final, le Parti Socialiste bat à nouveau le pavé, sa convalescence est encore loin d’être entamée voire commencée au niveau de son corpus idéologique. Sans parler de cette rumeur de plus en plus insistante qui place DSK comme remplaçant d’un Fillon fantomatique. Ce n’est qu’une rumeur mais nul doute qu’elle risque d’être montée en sauce dans les prochaines semaines, alimentée en sous-main par un Président « bienveillant ».

 

Dans ce contexte « sous-européanisé », les petits partis tentent d’élever le niveau du débat avec à la clef des convergences pour le moins inattendues comme cet appel du 2 mai qui bien qu’essentiellement franco-français sur la forme et entre bel et bien dans le champ européen. En effet, sur les premiers signataires, on compte trois têtes de liste pour les élections de juin avec Corinne Lepage, Marielle de Sarnez, José Bové. D’autre part, l’initiateur de cet appel n’est autre que Pierre Larrouturou, connu pour son militantisme pour la semaine des 4 jours mais aussi pour avoir lancé, il y a quelques années, l’idée d’un Traité Social Européen cosigné par Stéphane Hessel, Michel Rocard, Borislaw Geremek ou encore Enrique Baron Crespo….

 

D’autre part, cet appel appuie sa démarche avec son site Nouvelle Donne où il apparaît que la problématique européenne est au cœur de cette convergence des hommes, des femmes et des idées. Si il est repris un nécessaire traité social européen ; le développement durable y tient une place importante où l’environnement est par essence transfrontalière, transnationale.

 

Au-delà des solutions proposées par cet attelage, pour le moins hétéroclite et pour le moins surprenant quand on regarde de près certaines signatures, on ne peut constater que la crise actuelle a ébranlé de nombreuses certitudes et de nombreuses têtes.

 

Encore faut-il espérer qu’elle puisse durablement modifier les comportements boutiquiers et que cet appel ne reste pas comme lettre morte dans un monde finissant.

 

Au fond, cette campagne des européennes apparaît comme un révélateur de pratiques caduques pour notre duopole arcbouté sur ses derniers carrés de fidèles ; de l’autre, petits et sans-grades tentent de réorganiser le débat politique…

 

Mais un appel fait-il le printemps ?

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

atone 25/05/2009 14:35

Quelle est vraiment la difference entre le PS et l'UMP dans cette election ?
Ils sont tous les deux pour une plus forte integration politique europeene, et ils se sont tous les deux felicités d'etre passés au dessus de la tete des electeurs en faisant passer par voix parlementaire un traité qui avait ete democratiquement rejetté par les francais par referendum (c'est le meme texte, avec le meme esprit, raccourci).
Il n'y a donc aucune difference.
Et ils s'en trouvent encore pour parler de democratie concernant ces deux formations ? On se fout vraiment de notre gueulle.
A partir du moment ou la democratie a ete jetée à la poubelle en ce funeste jour de 2007, pourquoi voulez vous que les gens s'interessent a l'europe, les actes nous ont montrés que la democratie n'avait pas de place concernant l'Europe, alors a quoi ryhme le cirque actuel autour de ces "elections". En gros, c'est votez bien ou on passera au dessus de vos tetes...

Le vrai debat concernant l'Europe c'est entre une plus forte integration, ou pas. L'UMP et le PS etant d'accord la dessus, tous les deux pour une plus forte integration, il n'y a aucune difference.
Et les seuls partis qui marquent cette difference (souverainistes d'un maniere ou d'une autre) sont laissés en marge de la campagne.
Le plus tragique est que ceux qui deplorent le manque d'interet 'democratique' pour ces elections ne veulent surtout pas qu'on rentre dans le vrai debat, plus forte integraiton ou pas. Ils veulent juste les apparences de la democratie, mais rien de plus.

Petitmaje 04/05/2009 21:18

Il faudra bien qu'un jour le printemps revienne, que l'on remette au gout du jour des notions périmées comme L'Europe, l'intérêt général, la démocratie, le pragmatisme, le consensus, la compétence.

Que les vieilles boutiques ferment définitivement, que les privilégiés de tout poil se retrouvent à poil.

Sur que l'on peut voir des convergences surprenantes se faire jour mais ce ne serait pas pour me déplaire.

Il faut vraiment se choisir une petite liste et la faire monter haut.
Pour moi ce sera Europe Ecologie.