Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Appel du 2 Mai !

3 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

Pierre LARROUTUROU –Economiste-, Cécile DUFLOT -Secrétaire Nationale des Verts-, Alain TRAUTMANN -Chercheur, fondateur de Sauvons La Recherche-, Patrick PELLOUX -Médecin, ancien président de l'AMUF-, Eric HALPHEN –Juge-, Marie BLANDIN -Ancienne présidente de la région Nord-Pas de Calais, sénatrice-, Noël MAMERE -Député de Gironde-, l'hebdomadaire MARIANNE, Manuel DOMERGUE -Membre du collectif Génération Précaire-, Louis WEBER -Président de l'Institut de Recherche de la FSU-, Olivier FERRAND -Président de la Fondation Terra Nova-, Corinne LEPAGE -Ancienne ministre de l’Environnement-, Emmanuelle PERREUX -Présidente du Syndicat de la Magistrature-, Jean-Paul HUCHON -Président de la région Île-de-France-, Ismaïla WANE -Conseiller général des Yvelines-, Marielle de SARNEZ -Députée européenne -, José BOVE…

 

Le point commun… ils ont signé l’Appel du 2 mai…

800 000 chômeurs de plus d'ici fin 2010 ?


Il y a déjà 3,7 millions de chômeurs inscrits au Pôle Emploi et l’OFCE annonce 800.000 chômeurs supplémentaires en France d’ici fin 2010 !


Hélas, dans la lutte contre le chômage, depuis deux ans qu’il est élu, Nicolas Sarkozy n’a rien fait. Rien de sérieux ! C’est la première fois depuis 30 ans qu’une équipe arrive au pouvoir et affiche une telle désinvolture sur cette question.


Le 5 février, lors de son intervention télévisée, Nicolas Sarkozy a dit qu’il envisageait de réunir un Grenelle social. Vu la gravité de la situation, il ne suffit pas l’envisager. Il faut le faire. Et vite !

Nous, signataires de cet Appel, nous exigeons du Président de la République la convocation immédiate d’Etats généraux de l’emploi. Ces Etats généraux de l’emploi doivent rassembler tous ceux et celles qui peuvent faire des propositions contre le chômage et la précarité : syndicats, patronats, économistes, mouvements de chômeurs, collectivités, élus issus de toutes les forces politiques du pays, associations…

Pour que les résultats de ces Etats généraux soient à la hauteur des enjeux et ne déçoivent pas les citoyens, il faut que toutes les forces en présence se fixent un objectif mobilisateur et qu’elles acceptent de travailler ensemble aussi longtemps qu’il le faudra pour construire un nouveau Pacte social permettant de diviser par deux le chômage.

Créer 2 millions d’emplois

Oui, voilà l’objectif : créer 2 millions d’emplois -de vrais emplois- pour diviser par 2 le chômage, rééquilibrer le partage salaires / bénéfices et redonner du pouvoir d’achat à l’ensemble des ménages.


Le 19 février, le conseiller social de Nicolas Sarkozy, Raymond Soubie, a insisté sur le "caractère ponctuel des mesures sociales" annoncées la veille par le Président. "Ce sont des mesures pour 2009. Ce ne sont pas des mesures qui ont vocation à être reconduites."


Nous ne pensons pas qu’on pourra sortir de la crise uniquement avec des mesures ponctuelles. Nous pensons au contraire que la crise doit être l’occasion d’un véritable sursaut collectif, l’occasion de construire un nouveau pacte social.


En 1982, à Waasenar aux Pays-Bas, les partenaires sociaux ont pris quelques mois pour négocier un nouveau contrat social : temps de travail, formation, fiscalité, aides aux PME, code du travail, politique de recherche, indemnisation des chômeurs, financement des retraites… Tout a été mis sur la table, sereinement, afin d’arriver à un ensemble de propositions qui a permis, en quelques années, de diviser par deux le chômage et la précarité.


De même, en France, au bout de 30 ans de crise, il est temps de "prendre la taureau par les cornes" et de réunir pendant deux ou trois mois tous les acteurs concernés, afin de construire un nouveau contrat social qui permettra de diviser par deux le chômage et la précarité.


Pour atteindre cet objectif, les Etats généraux devront étudier sans tabou ni exclusive toutes les propositions présentes dans le débat public, y compris –notamment- les 7 propositions du collectif
Nouvelle Donne.

Le 5 février, lors de son intervention télévisée, Nicolas Sarkozy a dit qu’il envisageait de réunir un Grenelle social. Vu la gravité de la situation, il ne suffit pas l’envisager. Il faut le faire. Et vite ! Il en va de l’avenir de notre République.

JE SIGNE L'APPEL

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BA 04/05/2009 14:55

Les prévisions de la Commission européenne étaient déjà plutôt moroses pour les années 2009-2010 ; lundi 4 mai, elles ont été révisées dans un sens tout à fait opposé à l'optimisme, ce qui ne laisse pas espérer de sortie de crise dans un horizon prévisible.
L'exécutif communautaire, qui publiait ses prévisions de printemps, a dit anticiper un recul de l'activité de 4 % dans l'ensemble de l'Union européenne, ainsi qu'un fort creusement des déficits et une importante augmentation du chômage sur le continent.
Sur l'ensemble de la zone euro, le taux de chômage, déjà révisé à la hausse pour 2009 (à 9,9 %, contre 9,3% précédemment) devrait bondir à 11,5 % en 2010 (contre 10,2 % lors des précédentes prévisions).
Concernant spécifiquement la France, la Commission européenne a, là aussi, nettement dégradé ses prévisions en tablant désormais sur un recul du Produit Intérieur Brut de 3 % cette année puis sur une nouvelle contraction de 0,2 % l'an prochain. A titre de comparaison, à la mi-janvier, Bruxelles tablait sur un recul du PIB de 1,8 % en 2009, puis sur une légère croissance de 0,4 % en 2010.
La Commission Européenne s'attend logiquement à ce que cette dégradation de la situation économique s'accompagne, là encore, d'une forte augmentation du taux de chômage en France, qui devrait passer de 7,8 % en 2008 à 9,6 % en 2009, et à 10,7 % en 2010.


http://tf1.lci.fr/infos/economie/social/0,,4401997,00-bruxelles-anticipe-une-vague-de-chomage-en-europe-.html

BA 04/05/2009 09:05

63 % des Français jugent le bilan de Nicolas Sarkozy négatif.

Deux ans après l'élection de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, plus de six Français sur dix jugent le bilan du président négatif et décevant, selon un sondage TNS Sofres/Logica pour Metro.

D'après cette enquête réalisée les 23 et 24 avril auprès de 1.000 personnes âgées de 18 ans et plus, 63 % des sondés jugent le bilan du chef de l'Etat "plutôt négatif".

Ils sont 28 % à penser le contraire, et 9 % ne se prononcent pas.

http://www.lexpress.fr/actualites/2/63-pourcent-des-francais-jugent-le-bilan-de-nicolas-sarkozy-negatif_758153.html

marc+vasseur 03/05/2009 21:23

tu signes un truc avec Lepage et De sarnez ?

gauchedecombat 03/05/2009 15:12

merci pour ce lien. je signe les yeux fermés. Il est effectivement urgent d'agir, sous peine d'explosion sociale non contrôlable.