Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Karouchi, Hadopi... sortez les pitres !!

9 Avril 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

Coup de tonnerre à l'Assemblée Nationale, la loi Hadopi... ce machin datant du siècle dernier et innaplicable techniquement... a été rejetée ce jour...

Bravo aux Députés conscients du ridicule de la situation, au fond c'est un beau service rendu à Christine Albanel.

Sinon Roger Karouchi n'a pas hésité une seule seconde la frontière du ridicule et de la bêtise en déconçant "des actes de flibuste de la gauche, qui consistent à cacher des parlementaires"...  Là, j'avoue je suis plié en deux... le coup du ""y sont pas gentils, ils ont joué à cache-cache"... c'est fort en terme d'argumentation politique.

Monsieur Karouchi pouvez-vous seulement vous poser la question de l'absence des parlementaires de votre majorité... Ne traduit-elle pas un léger problème sur le fond de cette loi ?

Enfin l'autisme du gouvernement était la chose la plus pratiquée depuis de nombreux mois... il est toujours plus simple d'accuser un chien d'avoir la rage.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jacques 09/04/2009 23:15

Karoutchi et consorts sont effectivement des pitres car lorsque dans le schéma inverse, sous le gouvernement Jospin, ils avaient été plus nombreux que les députés de gauche (la honte pour eux), ils ne s'étaient pas privés, au RPR, de retoquer le projet de loi sur le Pacs et de s'en gargariser pendant quelques semaines !jf.

Alcibiade 09/04/2009 15:55

méfiance!!! Rien, en effet n'est plus dangereux qu'un animal blessé! Et là, ils sont blessés les "pitres"!!!Ca va secouer ferme au chateau! Les menaces, invectives et carottes électorales vont pleuvoir!

BA 09/04/2009 15:31

Aux Etats-Unis, sous la pression des banquiers américains, le Congrès a adopté une nouvelle norme comptable, la FAS 157-e. Cette nouvelle norme comptable permet d’améliorer de 20 % en moyenne les résultats des banques, comme ça, du jour au lendemain, comme par miracle !
Lisez cet article de François Leclerc :
 
AU PAYS DES MIRACLES COMPTABLES.
Le 2 avril ne sera peut-être pas reconnu, plus tard dans les livres d’histoire, comme la date d’un sommet international décisif des chefs d’Etat, mais comme celle de l’adoption de la réglementation FAS 157-e par le Congrès américain. Résultat d’un travail de lobbying intense et de longue haleine, tardif mais salutaire aux yeux de certains, aux lourdes conséquences aux yeux d’autres. L’œuvre de l’action déterminée de la US Chamber of Commerce et de l’American Bankers Association, ces deux fleurons de l’Amérique.
Arthur Levitt, ancien président de la SEC, vient de déclarer à ce propos : « Ce qui me perturbe le plus à propos de l’initiative de la FASB (l’organisme qui fixe les règles en matière de comptabilité, à l’origine de la nouvelle réglementation) est qu’elle semble résulter de menaces indignes de membres du Congrès, qui sont redevables à des représentants d’entreprises ». D’après l’agence Bloomberg, Robert Herz, responsable de la FASB, a récemment déclaré à un groupe d’avocats : « J’ai reçu des appels téléphoniques et eu des visites de certaines de ces institutions qui sont dorénavant dans les mains du gouvernement, à peu près deux semaines avant qu’elles ne soient récupérées, essayant de modifier leurs comptes ». Fort de cette nouvelle réglementation FAS 157-e, les banques vont désormais pouvoir « retravailler leur bilan » et s’installer légalement dans une situation jusqu’alors inconfortable, dissimulant la vérité de leurs comptes.
Paul Volcker, ex président de la Fed, considérait dernièrement, du haut de son autorité et afin de favoriser l’adoption de cette nouvelle réglementation, que « les principes et standards de valorisation devraient être réévalués, en vue d’adopter des directives plus réalistes afin de traiter des instruments peu liquides sur des marchés affaiblis ». Conséquence désormais acquise, les résultats des banques vont être « dopés », leur évitant de procéder à des dépréciations et des recapitalisations.
Robert Willens, un ancien directeur de Lehman Brothers Holdings Inc. considère que l’application de cette nouvelle norme va en effet améliorer de 20 % en moyenne les résultats des banques. François Leclerc. http://www.pauljorion.com/blog/?p=2638