Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Réduire le temps de travail… une solution à la crise ?

27 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Dans le débat actuel sur les solutions apportées à la crise à coût de milliards d’euros, dont une bonne partie pour effacer les jeux dangereux par nos brillants financiers ; une proposition n’a pratiquement pas été abordée, c’est celle de la réduction du temps de travail.

 

Oui… vous savez ce machin qui a honteusement coûté moitié moins (et encore sans tenir compte de calcul plus fin qui permettrait de démontrer que c’est bien moins. On inclut dans calcul les subventions au travail à temps partiel préexistant au 35h)… pour créer 400.000 emplois… Le travailler plus pour gagner plus est assez intéressant puisque lui est carrément prohibitif et que de surcroît il détruit de l’emploi.

 

Donc, tous ces fameux plans de relance ne stopperont pas l’hémorragie, au point d’espérer qu’on arrive pas au chiffre de 1.000.000 d’emplois détruits pour la seule année 2009 rien que pour notre pays…  Résultat particulièrement brillant n’est-il pas ?

 

Aussi on aurait pu penser que cette question revienne dans le débat public or force est de constater son absence quasi-complète. Même, le PS n’a pas osé le mettre dans son fameux plan de relance, ce qui à mon sens est fort dommageable. Ni même les syndicats, ce qui pose une autre problématique, sont-ils seulement les défenseurs des salariés menacés ou de l’ensemble des salariés en place ou potentiel ?

 

Depuis quelques années, seul Pierre Larrouturou ose encore brandir haut et fort ce concept, il est vrai le montage proposé est assez éloigné de la deuxième loi sur les 35 heures.

 

Et surprise, la Confédération Européenne des Syndicats (CES) a osé franchir le pas dans un texte où cette dernière demande un plan extraordinaire de réduction du temps de travail dans tous les pays européens.

 

Au-delà de cette proposition, la confédération met en avant une autre réalité du capitalisme. En effet si ce dernier a exercé une pression accrue sur des rémunérations depuis près de 30 ans ; on oublie un peu vite une précarisation accélérée des travailleurs depuis une bonne décennie. En 2003, 63 millions de travailleurs avaient un statut qualifié de "précaire". Fin 2008, 124 millions d'Européens rentraient dans cette catégorie.

 

J’en conviens pour toute personne « libérale » ces mots sont effrayants (réduction du temps de travail) ou ignorés (montée de la précarisation des salariés), j’aimerai juste qu’elle me dise en quoi le fait d’injecter des montants pharaoniques pour tenter de sauver leur système qu’il nous imposte depuis Reagan est utile.

 

Bien sûr, je comprends qu’on veuille sauver de la misère quelques hauts dirigeants et hauts cadres mais en quoi est ce à la société de payer le prix de leur turpitude, de leur cupidité… Ne venez pas me parler du petit actionnaire, lui il est ruiné et n’a plus que ces bouts de papiers pour s’essuyez les larmes.

 

Alors si on reparlait réduction du temps de travail sans dogmatisme idéologique ? D'ailleur, comme me l'a fort justement fait remarquer un commentateur, le chômage partiel de Sarkozy n'est-il pas une réduction de travail... à la différence c'est qu'elle est imposée sans concertation et de manière unilatérale.

 

PS : pour plus de précision sur un mécanisme plus efficient en matière de réduction du temps de travail : Nouvelle Gauche (la contribution) ou le livre de Pierre Larrrouturou "Le livre noir du libéralisme".

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Petirmaje 27/03/2009 22:35

OK, je regarderai le dispositif sur le site. Ca a l'air effectivement moins rigide que le truc façon Aubry.Ceci étant, j'ai largement passé l'âge de croire au pére Noël et aux solutions miracles.Mon exemple sur le 35 X 9 au lieu de 32 X 10 n'est pas incompatible avec ce que tu dit. Il y a effectivement une baisse de la quantité de travail mais elle se fait grace à l'augmentation de la productivité (une personne donnée fait la même chose qu'il y a 5 ans en moins de temps). Mois je dit qu'à un jour donné on ne peut pas remplacer facilement 9 personnes bossant 35 heures par 10 personnes bossant 32 heures. Sauf pour des boulots très répétitifs.

Adonf2toi 27/03/2009 21:40

@petimaje,Je vous recommande chaudement le site de nouvelle gauche pour comprendre dans le détail le mécanisme de RTT proposé par Pierre Larrouturou. Quelques idées reçues sur la RTT :* Ca augmente les coûts de production. C'est faux ! Pas si cette RTT est corrélée avec une baisse de charge (exonération des cotisation chomage) et une baisse des plus hauts salaires. Pour que ça fonctionne il faut : que la "manip" se fasse à masse salariale constante pour l'entreprise. L'exonération de charge ne se fait que sous condition d'embauche. La baisse des plus hauts salaires permets d'ajuster la masse salariale globale. Il est IMPERATIF que la RTT s'accompagne d'une reflexion de l'organisation de travail pour accroitre la productivité. Comment ? La RTT ne doit pas être rigide. Ca peut être 4 jours de travail par semaine. Des semaines de 5 jours alternées avec des semaines de 3. Le jour de repos peut être "volant" (pas nécessairement le même jour de la semaine), ça peut être une semaine de repos toutes les 4 semaines, un mois tous les 4 mois, une année tous les 4 ans. Bref rien n'est "figé". Pour l'état l'opération est "neutre" aussi car la baisse des charges est financée par l'ASSEDIC (et moins de chomeurs c'est des gens qui passent de l'état de dépendants à l'état de cotisants)* Ca ne crée pas d'emploi : faux. Contrairrment à ce qui à été fait (ou plutôt pas fait) pour la mise en place des 35h, le mécanisme proposé ici impose l'embauche pour pouvoir être exonéré de cotisation.* Pour que ça marche il faut que ça soit fait partout : faux ! Depuis 15 ans, 400 entreprises de toute tailles en France appliquent ce mécanisme avec succés. Certaines (Mamie Nova par exemple) sont très concurentielles à l'international. * Dans une société comme la notre ça n'est pas facile de passer de 9 personnes à 35h à 10 au 32h : faux ! C'est exactement ce que l'on vit depuis desdécénies. Le temps de travail moyen (nombres d'heures travaillées totales sur le nombre d'actifs total) est en constante baisse. On travaillait en moyenne 32,9h par semaine aux USA avant la crise. Partout dans le monde occidental on vit une gigantesque baisse du temps de travail sauf qu'elle se fait de manière forcé par l'imposition des emplois à temps partiel non voulus.* Moins on travaille, moins on a besoin de services : sur ce point je pense que tu as probablement raison. Il faut cependant aussi tenir compte du fait que des services nouveaux vont aussi apparaitres (plus accés sur les loisirs).Le point principal est d'offrir un "guide" = on va vers 4 jours par semaines mais de le faire dans la discussion et la négociation entreprise par entreprise.

marc vasseur 27/03/2009 21:06

@Petimajeoui sur certains points je partage ntt sur le "profit" des cadres et une flexibilité accrue pour les autres... le PS a merdé pour une raison relativement simple (à mon sens)... la réduction du temps de travail a été perçu comme un gadget electoralement porteur non comme un choix de sociétéPour le reste comment considerez vous le chomage partiel ??? une douce négociation avec les salariés ?

Petirmaje 27/03/2009 19:33

C'est toujours la même problèmatique, celle qui a fait que, quoiqu'en dise Marc, calà n'a pas été une réussite en France. Le PS le sait, et c'est pour çà qu'il fait le mort.Les arguments opposés à ce type de réduction (pour partie repris par Ségoléne Royal) :

 Réduire le temps de travail de 35h à 32h conduit grosso modo à augmenter les couts de production de 9%. Je doute que les entreprises mal en point actuellement puissent se le permettre. Ou alors il faut baisser les salaires (ce que DSK n'excluait pas dans son pré-projet) !! Ou alors faire comme le patronat, bloquer les évolutions pendant plusieurs années.


Donc çà ne crée pas d'emploi. Mais çà peut, eventuellement, de façon défensive, en sauvegarder. Alors, çà ressemble au chomage partiel, sauf que celui-ci est plus facilement réversible.



Si çà n'augmente pas les salaires, çà ne profite qu'aux cadres, sous forme de RTT. Comme du temps de Jospin et qu'avait dénonçé Ségoléne.


pour que çà ait une chance de marcher il faut que ce soit fait partout, or çà ne sera jamais fait dans les marchés émergents. Donc la concurrence de ces pays à bas salaire va continuer à supprimer des emplois chez nous.
Dans une société évoluée comme la notre le temps de travail est de moins en moins le facteur le plus important et l'on ne peut pas si facilement remplacer 9 personnes travaillant 35 heures par 10 travaillant 32
Moins on travaille, moins on a besoin de services, donc plus tout un tas d'emplois de services actuels risquent de disparaitre.
On a eu les 35 h du PS qui devaient permettre de revenir au plein emploi dans un cadre autoritaire. Ca a eu plus d'inconvénients que d'avantages à mon sens. On s'en est sorti. Puis on a eu les 'travailler plus pour gagner plus", qui n'a rien créé comme emploi bien sur, et surtout couté de l'argent au budget de l'état. J'espère qu'on va en sortir Arretons de jouer avec le temps de travail et de croire qu'il y a des solutions miracles yakafokon

Bien sur, dans le cadre d'une autre société, plus branchée sur l'environnement durable, la croissance riche en emploi, ces idées restent pertinentes et il ne faut pas les écarter. Mais on n'y est pas.

jeandelaXR 27/03/2009 19:06

Tu te souviens de ce bouquin sorti dans les années 70 : "Travailler deux heures par jour" ?