Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Un dimanche comme les autres.

15 Mars 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

La maisonnée a commencé à s’éveiller vers 6 heures, Ivan ayant décidé qu’il n’avait fait un gros dodo. Pour la première fois depuis de longs mois, nos deux grands sont venus dans le lit parental pour un câlin d’au moins…pfoufff… 7 minutes. Gabriel, prenant son rôle d’aîné à cœur, il tenait à donner les consignes à son frère pour descendre en veillant à ne pas réveiller Colin.

 

Pour eux, c’est déjà une super journée… cet après-midi, on va chez Ferdinand et ça… depuis le temps que Gabriel nous le réclame.

 

Hier après-midi, Marianne fait un saut sur Paris, motif de ce déplacement éclair, une sélection pour intégrer la formation du CAFDES. Bien entendu, elle a été brillamment reçue. A n’en pas douter, les prochaines années connaîtront des évolutions significatives ; la région deviendra probablement trop petite.

 

Vendredi, lors d’une formation FO, on m’a proposé un mi-temps en détachement syndical (dans un établissement de 2500 agents). Si le challenge est intéressant, il pose différents problèmes. De fait, une évolution professionnelle plus erratique surtout si je réussis mon concours d’ingénieur territorial.  Une perception assez peu valorisante de ce type de boulot…

 

Je ne suis pas naïf, déjà représentant syndical, ce n’est pas ça alors permanent, je ne vous dit que ça. Rien de tel pour se cramer définitivement et faire une croix sur tout changement de collectivité et de boulot… à 38 ans, c’est un peu raide à avaler ; dans mon esprit, ce type de truc, c’est 5 ans et après faut passer à autre chose (un peu comme assistant parlementaire). C’est dommage, le challenge me paraissait intéressant, pas mal de boulot à faire, des échéances à 3 ans (avec le renouvellement anticipé des instances paritaires) mais je n’ai pas spécialement envie d’être doublement marqué au fer rouge surtout si avec Marianne, nous sommes amenés à bouger… permanent syndical détaché… c’est mort…

Et dernier point, c’est un fil à la patte, j’ai quitté volontairement le monde politique pour éviter cela, ce n’est pas pour m’en imposer un autre.

 

Enfin, cela traduit quelque part l’état de nos sociétés, un peu comme pour le congé maternité… tu payes d’une façon ou d’une autre.

 

Bon… Ce n’est pas que je m’ennuie mais interclub de tennis à 9 heures.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BA 15/03/2009 22:20

Connaissez-vous le milliardaire Roberto Hernandez Ramirez ?
Voici un extrait de l’article « Roberto Hernandez Ramirez » dans Wikipedia :
« En 1999, un journal local mexicain, Por Esto ! , édité par Mario Menéndez Rodríguez, a publié un article alléguant que Roberto Hernandez Ramirez aurait été impliqué dans du trafic de drogue et du blanchiment d'argent. Selon ce journal, « les marécages côtiers achetés par Roberto Hernandez Ramirez  vers la fin des années 80 et le début des années 90 étaient le port de débarquement pour les volumes massifs de cocaïne livrés dans de petits hors-bords colombiens. ». En 2007, Roberto Hernandez Ramirez a de nouveau accueilli, à Mérida, une réunion entre États-Unis et Mexique entre George W. Bush et Felipe Calderón.
Le journal Por Esto ! a également porté plainte au Mexique contre Roberto Hernandez Ramirez  pour trafic de drogue, vol de trésors archéologiques nationaux (ses propriétés incluent les ruines mayas antiques de Chac Mool), et pour la destruction environnementale provoquée par les opérations de traitement de drogue au parc national de Si-ngan Ka'an.
Après plusieurs articles, Ramirez et sa banque, Banco Nacional De Mexique, ont déposé un recours contre Por Esto ! et Al Giordano, l'expert en matière de drogue à l'origine de ces allégations. Le Mexique et la Cour Suprême de l'État de New York ont désavoué Ramirez. »
http://fr.wikipedia.org/wiki/Roberto_Hernandez_Ramirez
Nicolas Sarkozy et son épouse ont passé les nuits du 6 et 7 mars dans un superbe complexe hôtelier : El Tamarindo Beach and Golf Resort. Celui-ci est géré par le beau-fils d'un milliardaire mexicain à la réputation que d'aucuns qualifient de sulfureuse, Roberto Hernandez Ramirez, ami du président mexicain Felipe Calderon. Il semblerait que les frais de ce séjour se soient élevés, sécurité comprise, à la somme non négligeable de 50 000 euros.
Le dimanche 8 mars, le couple présidentiel a retrouvé le président mexicain Felipe Calderon. Le lendemain, un dîner officiel a été offert par ce dernier, et Roberto Hernandez Ramirez y assistait.
Qui a payé les frais du séjour privé ? Au fil des informations contradictoires, sous la pression notamment d'un opposant socialiste mexicain qui a exigé des informations des services de la Présidence,  on peut tenir pour acquis aujourd'hui que le chef de l'Etat mexicain n'a rien déboursé, mais que des « entrepreneurs » mexicains ont réglé les dépenses personnelles de « notre » couple présidentiel. En l'occurrence, ces entrepreneurs paraissent se réduire à un seul : Roberto Hernandez Ramirez.
http://www.marianne2.fr/Nicolas-Sarkozy-est-il-digne-de-la-fonction_a177202.html
 

olympe 15/03/2009 09:36

félicitations Marianne; bon dimanche