Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Libé… toujours plus proche du Medef.

24 Février 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

Jean Paul Sartre a déjà dû se retourner plus d’une fois dans sa tombe depuis quelques années, mais là, c’est du sérieux. Un certain Grégoire Biseau l’a tué une deuxième fois dans cette fameuse rubrique « désintox ». de Libération.

 

Ah bien sûr, le journaleux ne veut s’en tenir qu’aux faits pour mettre à mal cette « mal- pensance » qui voudrait que la part des salaires dans le PIB tend à décroître au profit du capital. D’ailleurs, pour lui c’est entendu, aucun économiste de gauche ne défend cette thèse et il convoque pour brusquer sa démonstration deux citations lapidaires de Thomas Piketty et Denis Clerc. Hop, emballé c’est pesé, et le débat n’a pas lieu de se poser… circulez, y a rien à voir.

 

En somme, Libération devient de plus en plus un bon vassal du Medef et de sa patronne Laurence Parisot. Cette espèce de passionaria  d’un néo-esclavagisme revu à l’aune d’une humanité désincarné pour le seul profit de quelques-uns… ouais pour ceux qui ont réussi dans la vie et qui peuvent arborer une Rollex et un Porsche Cayenne à cinquante balais.

 

J’allais oublier dans cette fulgurante enquête en forme de publi-reportage dans l’espoir se retirer quelques deniers pour ce canard boiteux afin de ne pas crever faute de lecteurs autre que les institutionnels ; notre gars a juste oublié au passage un très mais vraiment très modeste graphique de l’OCDE (repère de gauchistes avérés) :

Monsieur Biseau, il  faut encore bosser un peu pour faire de la désintox… et surtout éviter de reprendre un dossier mal ficelé du Medef… c’est trop voyant.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ardèche 26/02/2009 17:23

Petitmaje @ ,effectivement le ratio fonds propres /dettes de citygroup n'est pas de 8.4 % mais plutôt autour de 2.5 %(BA a été optimiste).Le chiffre de 1 % que j'ai donné n'est absolument pas fantaisiste.Je suis d'accord avec vous sur le fait que ,la situation des banques américaines, est pire que celle des banques françaises.Les chiffres donnés par BA sont, sans doute,en partie, erronés pour les banques françaises.Sur les 4500 milliards d'euros d'engagements de la bnp,c'est le chiffre qui a été cité au début de la crise financière,je ne sais pas s'il était réel.En tout cas depuis octobre 2008,la bnp a sans doute réussi à diminuer leurs engagements,notamment ceux qui ne sont pas dans leurs livres.Je pense à Natixis ,qui a vendu sa filiale américaine,avec une perte de 2 milliards d'euros à la clé,mais à l'occasion de cette vente,Natixis a réussi a se defaire de 20 milliards de créances douteuses.

Aymeric 25/02/2009 14:42

Salut Adonf ! Dans vos deux commentaires, je remarque que "j'ai en partie raison" et que vous êtes "en partie en accord". C'est déjà ça de gagner ! ;-)La baisse du taux a beau être faible, quand on la ramène à la VA totale produite en France, cela fait pas mal d'argent, je suis d'accord. Quand vous dites que la situation sociale actuelle est radicalement différente (plus pénible en fait), je suis également d'accord, comment pourrais-je ne pas l'être ? Les salaires, tout au long de ses années, ont certes augmenté, mais faiblement. Tandis que les prix des biens de consommation de première nécessité ont explosé, en même temps que les loyers (et tout est fait dans ce pays pour qu'ils ne baissent jamais).En revanche, quand vous dites que les profits des entreprises ont explosé, de quelles entreprises parlez-vous ? De celles du CAC40 qui ne représentent qu'une petite partie des emplois salariés en France ? Alors que la majorité des PME et des TPE qui emploient la majorité des français (avec les administrations publiques) n'ont pas fait monts et merveilles d'après ce que je sais ?Moi je me contente juste de dire que faire des simplifications du genre "y a qu'à prendre l'argent des capitalistes et le donner aux travailleurs, et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles", c'est bon les hystériques du NPA. En revanche, pour des électeurs du principal parti de gouvernement de gauche, ça le fait moyen...

Adonf2toi 25/02/2009 13:34

Aymeric, je ne suis pas tout à fait d'accord. D'après le rapport sur l'emploi 2007 de la commission européenne (voir analyse sur le site Contre-info) la répartition était stable autour de 60% entre 1960 et 1970. Après "l'anomalie" du milieu des années 70, il y a eu un forte baisse puis une stabilisation depuis 1998 autour de 57,5%. 2,5% sur un PIB total de 2000 milliard d'euro ça n'est pas une paille. Dans le même temps le chômage à explosé, les emplois précaires également. La situation est encore pire si on regarde l'europe des 15. Le gateau est sans cesse plus gros et la part des salaires continue à baisser ! Les profits des entreprises ont aussi explosés ses dernières années. Les "vilains capitalistes" en question sont donc bien à l'origine de la pression sur les salaires (et donc sur le pouvoir d'achat) et de l'ecart sans cesse croissant entre les 1% les plus riches (pour eux les salaires augmentes !) et le reste de la population. Et que font les grosses boites quand le gateau tend à dégonfler ? 1) Ils demandent aux contribuable de payer ! 2) Ils licencient (le contribuable repaye). Jusqu'a preuve du contraire on ne voit pas vraiment de signes tangibles de modification (ou de controle) de ce système financier sans queue ni tête.

Aymeric 25/02/2009 12:05

Bonjour Marc. D'après ce que je vois (sur le bon graphique), en 1982 la taux était plutôt proche de 74% avant de retomber actuellement autour de 65%. Et justement ce taux de 65% représente la tendance historique française en ce qui concerne la partage capital-travail. Ce taux n'ayant dépassé les 70% que dans des circonstances particulières : inflation galopante associée à une indexation des salaires sur cette dernière. Indexation arrêtée sous la gauche, histoire d'être précis.Quelques remarques. Je trouve assez satisfaisant que les 2/3 de la valeur ajoutée en France aille dans la part "travail". C'est sans doute beaucoup plus que dans d'autres pays. Mais, parce qu'il y a toujours un mais, comme l'explique les blogueurs d'Optimum, cette part "travail" ne représente pas uniquement les salaires : elle prend en compte également les charges sociales et patronales qui sont (je suis sûr que vous le savez) les plus importantes de l'OCDE. Nous avons en France un modèle social considéré comme "généreux", tout cela a un coût (que nous payons). Moralité : accuser les vilains capitalistes de voler l'argent des français, c'est aller un peu trop vite en besogne.

dominn 25/02/2009 10:37

N´oublions pas que depuis 2005, Le journal appartient en partie à Edourad de Rotschild, donc on ne peut pas espérer grand chose ...