Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Que faire de 2 millions ?

30 Janvier 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

link 

 

Malgré la traditionnelle bataille d’épiciers, cette journée de mobilisation fut une réelle réussite. Cependant, vu la manière dont Sarkozy traite ceux qui n’arrivent pas à juguler les manifestants, on peut imaginer que les services du ministère de l’intérieur n’ont eu de cesse de tartouiller les chiffres pour minimiser l’affront fait à notre sainteté (ce n’est certainement pas le préfet limogé qui me démentira)

 

Mais au-delà des chiffres, 1 millions, 2 millions ou plus, une seule question se pose ce matin, que faire de cette marée humaine, quelles perspectives peuvent-elles être donnés pour faire face à l’ampleur de cette angoisse sociale ?

 

Une évidence, Sarkozy n’entend rien et promet, par la voix de ses pantins,  au contraire de continuer ses réformes ; tout juste si il ne dit pas qu’il va accélérer leur rythme… c’est à ça aussi qu’on reconnaît l’homme de droite borné.

 

Hélas en face de cet autisme destructeur, quelles sont à ce jour les réponses apportées et par qui ? Si le mouvement social d’hier fut dense et compacte, ces réceptacles syndicaux et politiques offrent à l’inverse un émiettement et des rangs pour le moins clairsemés.

 

La division syndicale n’est pas nouvelle, cependant qu’on le veuille ou non, celle-ci est un avantage non négligeable pour l’exécutif en place, lui offrant toute latitude pour accentuer encore cette fragmentation à travers une volonté de négocier pour le moins douteuse et des accords tout aussi boiteux… Et même si l’unité était de mise hier, il y a fort à parier que ce front ne résistera pas longtemps tant les différentes centrales continuent à se regarder, en forçant le trait, en chiens de faïence.

 

A cette faiblesse structurelle et historique du syndicalisme français, s’ajoute désormais une offre politique (à gauche) pour le moins troublée et inaudible. Une présence résiduelle du PCF, un Parti Socialiste fort de ses baronnies et de ses élus mais manquant cruellement de militants et pour couronner le tout, une constellation de partis et rassemblements embryonnaires où chacun entend réunir sous sa bannière la gauche de la gauche.

 

La conjonction de ces deux phénomènes accentue encore davantage cette impression de vide. Aucun projet de société cohérent et crédible ne parvient à émerger… et ce n’est pas faire œuvre de mauvais socialiste que de dire que son plan de relance, du seul parti en mesure de représenter une alternance, n’a eu qu’un très faible écho auprès des citoyens.

 

Alors que faire ?

 

Peut-être appartient-il aux syndicats de se grandir un peu et oser des rapprochements structurels révolutionnaires pour offrir à ce mouvement social un espace de débats et de combats. Pour enfin négocier d’égal à égal avec le gouvernement et le Medef.

 

Sur la question des partis politiques… je n’ai rien à dire de particulier à la gauche de la gauche mais il me revient en tête ces mots de Lénine « le gauchisme, maladie infantile du communisme »… il y a quelque chose comme ça dans l’époque actuelle. Pour le PS, ma famille et même si certains en doutent, je crois qu’il est plus que temps de se remettre au travail. Pour l’heure, je ne suis pas certain qu’une motion de censure et un plan sans conséquence (nous ne sommes pas au pouvoir) ou faire feu de tout bois dans les manifs (c'est le minimun syndical non ?) soit à la hauteur des enjeux de demain et de la société. Hors de propos, quoique, y a-t-il un afflux d’adhérents ?

 

Alors ce matin, je suis dans l’expectative voire dans le doute et ce malgré une belle journée.


Sous les pavés, la plage mais la mer est encore loin... 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

la fourmi rouge 03/02/2009 12:35

BIZ ma petite momo douce et unitaire.Voici le lien du chat que j'ai omis de noter :http://www.lemonde.fr/web/chat/0,46-0@2-3224,55-1147338,0.html

Monique Ayrault 02/02/2009 15:34

Marcun bon article comme Dab et la fourmi aussi...Si on veut l'union il faut pour cela construire un projet qui soit commun et laisser dehors des capacités intellectuelles comme le fait l'actuel BN c'est une hérésie et nous les militants nous nous sentons volé...Ce qui ne nous a pas empêché de défiler tous ensemble même avec le Parti de Gauche derrière les syndicats et pas quelques petites minutes...tout l'après-midi !!!

la fourmi rouge 01/02/2009 11:31

extrait :
RACHID : Que répondez-vous à l'argument selon lequel une relance par la consommation serait inefficace puisqu'elle ne ferait que favoriser les importations ?
Je ne sais pas où on a été pêcher (......faut vérifier mon pote !) que quand les Français achetaient, ils ne consommaient que des produits étrangers, alors qu'aujourd'hui 75 % des produits et services consommés par les Français sont des produits ou services produits en France.
C'est un argument de l'UMP (... revoir la déclaration de Pierre Mauroy lui-même) pour justifier son refus de baisser la TVA. Mais c'est un argument économique irrecevable au regard de ce qu'est la structure de la consommation des ménages français.
J'ajoute que soutenir le pouvoir d'achat des Français, c'est renforcer la consommation, c'est remplir le carnet de commandes des entreprises, et donc à terme créer des emplois. Une langue de bois en ébène pétrifié !Que c'est léger tout ça !!!

la fourmi rouge 01/02/2009 11:19

Comme d'habitude, je suis en phase avec le commentaire de socialo (post n° 13) et donc du billet de Marc.@ Antoine (post n°7)" Mais si les camarades le désigne, et bien, tant pis, il faudra faire avec et défendre le programme du parti socialiste, parce que c'est quand même là l'essentiel (sic)..." Crois-tu ? Le profond désir de renouvellement exprimé en novembre par les militants (et par nos électeurs, au regard des enquêtes d'opinion, comme des gens que nous cotoyons sur notre lieu de travail, ou dans notre environnent de quartier d'habitation) est incarné par Gilles Pargneaux ? Je regrette, mais la Direction finit de nous démontrer que l'on a "le changement dans la continuité". Et tant pis si le parti se consume à petit feu...C'est d'ailleurs pourquoi je partage entièrement l'affirmation de Marc (post n°10) :" désolé mais pour moi les idées ne sont pas indépendantes de ceux qui les défendent..."On ne peut pas écrire plus clair !et sa réponse au post n°6.@ dedalus (posts n°1, 9 puis 12)Si, si, bien sûr que si, tu as fortement évolué dans ton discours depuis Reims. Comme d'autres de votre courant.Relis-toi : "la critique (...) malintentionnée, elle n'est que dénigrement... et , en l'occurrence, elle ne sert de fait que les intérêts de la droite..." !!!On insinue illico.Critiquer ne peut être que dénigrer. Et allez donc !De façon lancinante et outrancière, sur tous les blogs on retrouve cet amalgame " critique de propositions de la Direction actuelle du PS = pro-sarkozy = démolir le PS ".Pis, on entend ou lit des explications de ton porte-parole préféré, au mieux ridicules puisqu'à 100 lieues de ce qu'affirmerait un élève de lycée en 1ère ES en économie (si !) ou tout citoyen-électeur ayant en tête l'Histoire toute récente de la France, sous les gouvernements de gauche.Je pense là par exemple, au tchat dans le Monde.fr pas plus tard de ce 30 janvier (avec Jean-Michel NORMAND).B.Hamon répond à un internaute, fort légèrement, oubliant que la relance sous Mauroy en 81, a amené les Français qui pouvaient consommer, à acheter TV, et autres produits importés du Japon, de Corée... Là nous aurions ceux provenant de Chine, en prime !Ainsi ce fut le GROS échec du gouvernement de l'époque.Alors critiquer de telles mesures concoctées dans le plus grand secret, par une poignée de fidèles de Martine Aubry, (piétinant une fois de plus la démocratie la plus élémentaire de surcroit) n'est en rien une volonté de déstabilisation du PS. Un peu d'autocritique et de modestie ne seraient pas de trop !C'est un peu fort de café, ce procés d'intention. Mais on constate la ligne de défense pauvre parce que démunis finalement, que certains préfèrent :l'attaque et l'agression caractérisée des "minoritaires-majoritaires", plutôt qu'une défense argumentée et construite !

Jacques 31/01/2009 22:38

"un Parti Socialiste fort de ses baronnies et de ses élus mais manquant cruellement de militants"Suis pas trop d'accord avec cette affirmation.Jeudi, au Chef-lieu de mon département, j'ai participé à la manif.Le Ps, baderolle et drapeaux était là.Quelques élus avec leur écharpe ou pas. J'en ai reconnu cinq, dont deux Vice-président du Conseil Général PS.En revanche, aucun élu de ma ville, pourtant PS, sise à 50Kms de là.Mais derrière de "beau monde", une foule nombreuse d'inconnus défilait derrière la banderole du PS, devant le PCF, lui aussi très nombreux. Plus de cent personnes, à mon avis, pour chacun de ces partis.Mais "Les Verts", point, du moins ni banderolle, ni drapeau.. Je connais pourtant certains de leurs élus. Ils n'étaient pas là. Mais peut-être n'ai-je pas vu tout le monde, nous étions 20 000 SELON LA POLICE...jf.