Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Crédulité et foutages de gueule…

1 Décembre 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

 

 

Début de semaine chargée, trop d’actualité pouvant tuer l’actualité, j’ai décidé de faire un condensé des choses qui m’interpellent.

 

Crédulité des journalistes : ce week-end, un journaliste de Rue89 s’est posé une question existentielle sur cette fameuse commission de récolement qui a donné 102 voix d’avance à Martine Aubry. En effet, notre gars s’interroge sur le fait qu’aucun chiffre autre que ce 102 n’ai été donné… Il ne voudrait tout de même que ce soit transparent non plus… n’oublions pas qu’il s’est agit avant tout de petits arrangements entre amis jospino-fabusien. Au fond, je ne suis pas surpris de la grande crédulité dans cette affaire dont on fait preuve nos journalistes et c’est bien dans la blogosphère qu’on a eu les papiers les plus intéressants.

 

Bon, je passe aux foutages de gueule de ce lundi matin.

 

Carla Bruni-Sarkozy : donc la première dame de France, celle-qui-fait-moins-que-Bernadette-chez-Drucker, celle-qui-reste-de-gauche-parce-que-les-miséreux-cest-pas-beau, a décidé de s’engager dans la lutte contre le Sida à l’échelle du monde… trop de la balle de mettre sa notoriété nue au service d’une grande cause. Avec une précision importante à apporter, elle compte également le faire à notre petit niveau franco-français… madame est trop bonne.  Tiens elle pourrait en profiter pour glisser à son mari de Président que les premiers à subir les francises médicales sont notamment les malades en trithérapie… Tiens, j’apprends à l’instant que les programmes sida du Fonds Mondial vont connaître des coupes sombres… ben oui c’est la crise.

 

De Kyoto à Postdam : vous avez aimé la grande farce sur l’environnement avec les accords de Kyoto, vous aimerez tout autant Postdam. Dans la série, on doit boire le Bush jusqu’à la lie… c’est bien l’administration de ce dernier qui sera chargée de donner la ligne de conduite américaine. Doit-on attendre le prochain sommet pour connaître les visées de Barack Obama dans ce domaine. Notez sur le graphique la politique éminemment volontariste de la France en la matière, c’est tout bonnement phénoménal…  Tiens, souvent en temps de crise, on peut penser que ces questions passent souvent au second plan, on prend les paris ? Mais rassurons-nous, nos dirigeants nous ferons de jolis discours lénifiants.

 

Le RMI est mort, vive le RSA : pas la peine de revenir sur son financement qui épargnera nos pauvres riches mais comme le dit Martin Hirsch, ce n’est que justice. Non ce qui m’interpelle c’est la fonction même du dispositif, en effet ce revenu de « solidarité active » a pour but d’aider à la reprise d’une activité… Juste une petite chose en passant… qui dit activité, dit selon notre modèle à l’agonie croissance… Il se passe quoi en attendant…ben oui, jusqu’à preuve du contraire nous sommes en crise… on laisse crever les pauvres ? C’est une question que je poserai à notre Haut Commissaire par l’intermédiaire de Ronald qui doit l’interviewer prochainement.

 

Frédéric Lefebvre : RAS… mais il est encore tôt…

Edit 11h40 : Le Frédéric Lefebvre a frappé "«Moi, je souhaite qu'on aille même sans doute un peu plus loin», sur «la question de la détection précoce des comportements», a-t-il ajouté. «Cela a été dans beaucoup de rapports. On dit qu'il faut le faire dès l'âge de trois ans pour être efficace», a-t-il relevé. A quand une curatel pour les députés récidivistes en matière de conneries ?

Bien entendu, il a d’autres trucs tout aussi intéressants mais je reste subjectif et partial.

 

PS : sur le RSA, je vous invite à lire sur le site de Politique.net : 

Adoption du RSA : les médias oublient encore d'évoquer que l'Etat va récupérer 1 milliard d'euros en 2009
La face cachée de la taxe du RSA, ou comment l'Etat va récupérer 1 milliard d'euros pour ses caisses en 2009

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

François Tremblay, Montréal 02/12/2008 05:18

J'interviens èa l'improviste sur votre blog. Québécois, la soixantaine,je me suis toujours intéressé a la politique françcaise...depuis l'ancêtre de Gaulle! J'ai le coeur a gauche et je me suis surpris a aimer autant Mitterand que le grand Charles.
Mais depuis lors, mon impression de la politique françcaise est allée descendant jusqu'a ne plus m'intéresser aujourd'hui. Ma seule lecture hebdomadaire est le Canard. C'est sûr qu'il y a encore du bon quelque part, mais je n'arrive plus a le voir...
Le coup de grâce pour moi a été la main mise de Sarko sur l'information. Tous les tj me semblent émaner plus ou moins directement de l'Elysée, donc sans intéret pour moi. Ici j'ai accèes a TF1, Fr 2 et Fr 3 (nul,nul,nul). Y a-t-il une chaîne vraiment libre de s'exprimer en France, et qui meme ferait la part des choses? Je serais anxieux de le savoir.
Pour les hommes et femmes politiques, on dirait qu'ils sont la plupart parfaitement irresponsables (Sarko, Dati, Royall, Aubry...) jusqu'a Mélanchon qui semble vouloir fonder encore un parti. Chacun a sa petite chapelle  et travaille pour ses poches et pour cultiver son ego. Il semble ne plus rester de place pour penser a la France qui en aurait bien besoin.
Ou la tâche est-elle devenue trop lourde que personne ne se sent capable de l'affronter? Comment me recommandez vous de regarder la situation pour reprendre goût a votre grand pays qui me semble bien mal en point?
Sincèrement
Françcois Tremblay, Montréal

BA 01/12/2008 18:14

La crise financière fait apparaître en France une catégorie de "nouveaux pauvres" - cadres, commerçants ou petits patrons -, qui viennent à leur tour frapper à la porte des associations caritatives.
Ce phénomène alarme Julien Lauprêtre, le président du Secours populaire, qui y voit le signe d'une aggravation d'une précarité amorcée il y a plusieurs mois, et qui se traduit à présent par une hausse de 15 % à 20 % des demandes d'aides.
"Dans le Calvados, nos permanents ont vu arriver à quatre reprises, en octobre 2008, des cadres ou chefs d'entreprises avec leur 4X4, leur cravate et qui n'ont plus les moyens de se nourrir", dit-il à Reuters.
Pour Julien Lauprêtre, il ne s'agit pas de cas isolés et un grand nombre de personnes issues de milieux aisés rejoignent la cohorte des jeunes, travailleurs pauvres, mères célibataires ou retraités se tournant vers les Organisations Non Gouvernementales.
Lors de la Journée mondiale du refus de la misère, le mois dernier, le nombre de personnes vivant en France en-dessous du seuil de pauvreté a été évalué à 7,1 millions.
A Paris, des bénévoles ont vu arriver ces dernières semaines, lors de distributions de repas pour sans-abri, des retraités, parfois propriétaires de leur logement et qui ne peuvent plus joindre les deux bouts.
Pour le président du Secours populaire, la plongée de cadres et petits patrons dans la pauvreté est "directement liée à la crise", la plupart étant victimes de refus de prêts ou d'une mise en liquidation judiciaire.
"Pour ces gens-là, c'est la descente aux enfers, ce qui frappe, c'est la rapidité de la chute. Nous sommes effrayés par ce développement", dit-il.
"Ces gens qui vivaient bien, qui ne comptaient pas et se préparaient à avoir un Noël somptueux, sont maintenant obligés de compter sur tout, au point de venir au Secours populaire", ajoute-t-il.
Marie-José Joly, responsable pour le Calvados, confirme l'arrivée dans des permanences de l'association en octobre de quatre cadres licenciés ou chefs d'entreprise en liquidation judiciaire.
"Ce sont des choses qui arrivaient à titre exceptionnel et qui maintenant se multiplient", dit-elle.
Marie-José Joly cite le cas du patron d'une petite scierie, qui a fait faillite, du gérant d'une agence immobilière et d'un commerçant, tous deux en liquidation judiciaire, ainsi que du cadre d'une entreprise de tourisme lâchée par sa banque.
"Lorsqu'il y a liquidation judiciaire, tout est bloqué et les dirigeants doivent attendre une décision de justice avant de faire des demandes d'aide sociale comme le RMI", explique-t-elle.
"Ces gens-là ont du mal à admettre qu'ils ont tout perdu, non seulement leur entreprise mais leurs biens personnels", ajoute la responsable.
Le Secours populaire, qui était venu en aide à 1,6 million de personnes en 2007-2008, s'attend à devoir aider 2 millions de personnes en situation précaire en 2008-2009.
Pour Julien Lauprêtre, la question est de savoir si, compte tenu de la crise, les dons vont suivre.
 
 
http://www.liberation.fr/depeches/0101269055-la-crise-cree-de-nouveaux-pauvres-dont-des-petits-patrons

mag 01/12/2008 17:55

pour lefebvre, tu avais raison, il était encore trop tôt
http://actualite.aol.fr/lefebvre-ump-pour-une-detection-des/article/20081201050747643773716

marie laure 01/12/2008 13:25

Post pas gai chez moi ce matin, Gaël me met un lien en réponse et je tombe sur ici avec encore de quoi m'achever un peu plus :(
Alors, on prend les porte-voix pour se jeter dans la rue, on achète tranquillement une poupée vaudou et un manuel de magie noire ou bien on se cache au fond d'un trou en attendant 2012 ?

Isabelle 01/12/2008 11:34

Tu voulais des nouvelles de frédéric Lefèvre...

Tout vient à point qui sait attendre :

http://www.20minutes.fr/article/277180/France-Delinquance-des-mineurs-detecter-les-troubles-du-comportement-des-3-ans.php