Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Ségolène Royal, même pas morte mais…

7 Novembre 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

Les militants ont envoyé un message clair, Ségolène Royal n’est pas morte, pis c’est sa motion qui vire nettement en tête à l’issue de ce premier round. Son cas ne pourra être passé par pertes et profits, si son leadership n’est pas incontestable, il ne peut pour autant être contesté.

 

Pour moi c’est une bonne nouvelle, non parce que je la vois comme un messie simplement parce qu’elle porte des valeurs dans lesquelles je me reconnais et aussi parce qu’elle a eu cette intuition importante à mes yeux… celle de la démocratie participative et de l’intelligence collective et ce même si on est encore loin de la perfection.

 

Autre point de satisfaction, avec le score de la motion Hamon, Pierre (Larrouturou) devrait intégrer le Conseil National. Au regard du résultat enregistré par le Pôle Ecologique, je dois l’avouer, il a eu raison de faire ce choix. Comme je l’ai dit en septembre, je suis toujours disponible pour lui et pour Nouvelle Gauche.

 

A ce stade, je vois un autre probable gagnant, Julien Dray… dans la configuration issue des urnes, il m’apparaît plus que jamais comme le plus petit dénominateur commun entre les différentes motions. Je pense qu’il lui revient de prendre la tête du parti et d’impulser la dynamique de changement portée par Ségolène Royal.

 

Voilà pour les points positifs car hélas de nombreux points noirs subsistent.

 

Au premier rang… le Parti Socialiste n’a plus d’adhérents ou si peu.  Certains pourront toujours dirent que 100% des adhérents ont voté ;  pour ma part, je vois un Parti qui peine à mobiliser ses militants. Le vote sur la déclaration de principes avait déjà révélé ce phénomène, au  point qu’il est quasiment impossible de connaître le taux de participation pour ce vote. Hier malgré un enjeu fort, un médiatisation forte et un rappel des troupes conséquent, nous ne dépassons de justesse les 55% de participation… c’est inquiétant, cela donne l’image d’un parti en mal d’adhérents et une implication fort relative qui traduit sans nul doute que le PS va mal et plus mal que le discours officiel…. Moins de 130.000 adhérents ce qui est fort peu pour le principal parti d’opposition.

 

Deuxième source d’inquiétude pour moi, la balkanisation du PS. En effet, j’ai énormément de mal à comprendre, ou trop bien, les écarts à la moyenne des différentes motions dans certaines fédérations… Bouches du Rhône, Nord, Pas de Calais, la liste est longue où ces écarts sont supérieurs à 30%... pour moi ce n’est pas une bizarrerie ou la faute à pas de chance ;  c’est le signe d’une démocratie interne qui va mal très mal et la trop grande prégnance des élus et des potentats locaux. Si j’ai un peu de temps et si on me fait parvenir les résultats de toutes fédérations, je suis en mesure de faire une jolie carte mettant en avant ce phénomène de balkanisation.

 

Voilà rapidement, mon sentiment après ce 6 novembre et dans l’attente d’informations supplémentaires.

 

Un Espoir mais le Parti Socialiste est loin d’être guéri… et j’espère que nos leaders auront la sagesse de tirer les enseignements de ce scrutin en évitant de transformer le congrès de Reims en une tragédie dont nous aurions beaucoup de mal à nous remettre.

 

Les alliances doivent se faire mais dans la plus grande clarté en respectant les militants.

PS : désolé, j'ai fait vite... 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

John Ricci 10/11/2008 03:11

Hmm. Ca fait 20 ans que j'habite aux Etats-Unis, et je n'ai pas suivi l'evolution de la politique en France de tres pres, mais il me semble inevitable que le spectre politique dans la plupart des pays "riches" se dirige vers un duopole: centre droit versus centre gauche. Apres tout il n'ya plus de place dans le monde actual pour des utopies etatistes, qu'elles soient appelees communistes ou socialistes. Le discours se tiendrait plutot dans les spheres de l'economie, le role de l'etat, les taux d'imposition, les acquis sociaux, l'ecologie, l'education. Il semble evident -mais bon p't'etre pas pour tout le monde- que des citoyens puissent etre en desaccord d'opinions, mais pas au point d'avoir une majorite de gauche vraiment a gauche, Si donc l'avenir est dans un positionnement de centre gauche, avec peut-etre une philosophie presque ou plus conservatrice dans les domaines de la morale (marriage, valeurs familiales), de la defense et meme de l'economie, mais liberale dans les domaines des droits civiques, de l'integration et des depenses d'infrastructure et d'education, pourquoi mais pourquoi donc faut-il au PS tant de temps pour achever sa metamorphose? Peut-eter le parti doit-il mourrir telle une chenille pour se reconstiture en papillon? Ou alors la nature meme dune telle organisation demande a ce q'on attende la find d'une generation

ruel pierre 09/11/2008 10:34

Bravo Cher Marc, je suis un lecteur de vos articles, c'est bien ce que vous écrivez sur Madame Royal, et pourtant je ne suis inscrit à aucun parti ni droite ni gauche, mais si vous ou Madame Royal vous sortez de ce panier de crabes ........je parle de ces gens du parti socialiste,qui n'ont pas envie de faire bloc pour que nous le peuple laissé pour compte nous soyons vraiment entendu,n'oublions pas notre constitution 1789!! la France est gouvernée pour et par LE PEUPLE.......helas ou les représentants Elus par le Peuple perdent la mémoire "APRES" leur élection........ou leurs objectifs était de nous prendre pour des cons?????  je ne le comprends pas venant de la droite, mais venant de la gauche,et du Socialisme c'est devenu écoeurant,! j'espere que vous serez élu, et surtout si vous etes élu, j'espere que vous continuerez à écrire? à vous battre? et que vous soutiendrez celle qui incarne le nouveau futur.........qui est :UNE FRANCE POUR LE PEUPLE , merci et bon courage à vous !Pierre Ruel  

chris 08/11/2008 10:06

Et si tu arrêtais, Marc, de faire des pronostics pour faire acte de propositions? Non?(En toute amitié! Ne prends pas ça sêchement. Par écrit on n'a pas le temps toujours de trouver le temps du ton...)                    _________________________
Vous avez pu lire et vous lirez encore dans de nombreux quotidiens que l' arrivée en tête de la motion E, et donc le "retour" (elle était partie??) de Ségolène Royal, serait la meilleure des nouvelles pour la droite et pour Sarkozy qui, aux dires de ses deux créateurs de polémiques (Paillé/Lefebvre), se réjouirait de l'avoir face à lui en 2012, certian qu'il est de la battre.
Alors d'abord, on voit bien ici le double objectif visé par la droite:
1- brouiller l'image de Ségolène Royal; en faire une opposante acceptable, pas très douée.
2- l'enfermer dans un cadre étroit de l'"opposante choisie" et ainsi affaiblir son influence à l'intérieur de notre parti. L'exposer aux coups en interne pour, tout en l'amenant vers la candidature, en faire une adversaire épuisée et peu soutenue
Et là, je crains quand même que ces messieurs, pourtant rompus aux joutes politiques, stratèges émérites, font des projections pour le moins hasardeuses. Le PS d'abord n'a pour le moment ni nouveau 1er Secrétaire, encore moins un candidat pour la présidentielle. C'est à nous, militants socialistes, d'imposer de voir s'installer une vraie stratégie, et une stratégie fondée sur des éléments/bases incontornables:
1- des propositions alternatives dans tous les domaines2- un parti rangé derrière son (sa) 1er(e) Secrétaire du 20 novembre à mai 2012 (et au-delà...)3- un parti de masse, participatif (on peut quand même s'inquiéter des 45% de nos camarades qui n'ont pas voté jeudi...)4- la transparence totale en interne et la mise en relation:
- des militants- des sections- des fédérations- des bureaux et conseils nationaux
(+ une transversalité entre chaque étage)
5- la dotation des sections en moyens de communication, de pédagogie politique (tout s'apprend)6- une information permanente des militants par les moyens et outils modernes de communication7- une discipline respectée par tous une fois les décisions prises. Tout manquement devra être sanctionné. Y compris par l'exclusion pure et simple! On débat avant; on prend la décision; on défend cette décision ensemble après. Il en va de la crédibilité et donc de la force du message. Il est intolérable qu'à la même heure sur deux plateaux de télévision différents, des leaders nationaux se contredisent.8- des statuts simplifiés, lisibles facilitant l'organisation, accélérant les prises de décision, permettant une réactivité immédiate devant tel ou tel problême, n'offrant aucune prise à une quelconque double-lecture.9- un magazine PS dont la maquette devra être revue, dont le contenu devra donner la parole aux sections, aux militants, au concret, à la vie tel qu'elle est. Mais aussi aux expériences réussies, à cette "politique par la preuve".
Un magazine qui devra se doubler d'un site Internet modernisé, interactif, dynamique.
10- tout cela renforcé par une Démocratie participative active, pédagogiquement apprise, maîtrisée.
Tout cela peut se faire en quelques semaines. Pas en deux ans!
Donc que Mrs Paillé et Lefebvre continuent de savonner les planches. Nous, nous sommes plus sérieux que cela et les pièges tendus sont tellement grossiers que nous préférons en rire. En tout cas, le travail qui attend les socialistes est autrement plus enthousiasmant que de répondre à ces deux personnes.
Amitiés
Chris

marc d Here 08/11/2008 07:36

Le nombre de votants n’a pas été élevé (moins de 130.000 semble-t-il), malgré l’importance de l’enjeu et la dramatisation des derniers jours. Cela confirme que le parti socialiste  a perdu la quasi-totalité des nouveaux militants qui l’avaient rejoint lors de la présidentielle et que son déclin s’affirme. On s’en doutait mais cette faible participation en est une illustration.
            Le grand perdant de cette consultation est Bertrand Delanoë. C’est bien sûr une défaite personnelle pour le maire de Paris  dont le seul talent, celui de la communication, ne peut cacher la cruelle absence d’idées ou de propositions.  Alors qu’avec son arrogance habituelle il pensait recueillir 50%, des voix, il n’en regroupe que la moitié (à peine plus d’un tiers à Paris même). Défaite personnelle donc, mais aussi défaite collective de la vieille sociale démocratie, incapable de sortir de ses schémas usés et de ses dogmes dépassés. Le soutien apporté par les apparatchiks passéistes que sont Jospin, Hollande, Guigou, Eyraud  (et malheureusement aussi Rocard qui n’avait rien à faire dans cette galère…), ne l’a pas aidé. Pour eux aussi c’est un désaveu. Sauront-ils le comprendre et l’admette ?
            Ségolène Royal remporte la première manche. Elle termine en tête, mais avec un score moitié moindre que celui qu’elle avait obtenu lors de la consultation des militants pour la présidentielle.  Elle suscite trop d’oppositions internes, elle  divise trop le parti pour pouvoir être élue « premier secrétaire » (sauf combinaisons particulièrement obscures, qui, ne sont pas totalement impossibles).
            C’est peut-être Martine Aubry (autour de 25% elle aussi, comme Delanoë) qui pourrait tirer les marrons du feu, si elle abandonne sa rigidité naturelle  et parvient à un accord avec Benoît Hamon, qui, représentant la « gauche » du parti approche les 20%. Ce score, particulièrement élevé, et l’obstination dont fera certainement preuve Hamon (même si le départ annoncé de Mélenchon, de Dolez et de leurs amis l’affaiblit quelque peu), sont une garantie de l’impossible rénovation du parti.
            En effet, divisé comme il ne l’a jamais été, balkanisé en courants ou chapelles de force comparables, avec une gauche qui pèsera en interne, et une autre qui le concurrencera en externe et dont il recherchera l’alliance, le parti n’a aucune chance de pouvoir se moderniser.  Quel que soit le vainqueur, celui-ci  (ou celle-ci), vivra les mois et les années à venir soumis à une surenchère continuelle de gauche.  Sous le regard et le discours  attentif de ses « camarades », chaque proposition de rénovation sera critiquée et démolie. Le conservatisme et l’immobilisme continueront, sous un discours de gauche, à s’imposer, et les défaites à représenter l’avenir électoral de ce qui a été un grand parti.
Sans leader reconnu, sans projet affirmé, sans propositions fortes et avec de moins en moins de militants, le  déclin du parti socialiste est inéluctable.

PeutMieuxFaire 08/11/2008 03:24

Marc plagié par le journaliste de "La Voix du Nord" ?Sous le titre "Ségo même pas mal..." !!http://elections.blogs.lavoixdunord.fr/archive/2008/11/07/au-ps-they-can-2.html