Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Le PS est il nul ?... ben…

28 Septembre 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS



J’ai enfin pris le temps de lire l’article de François Bazin « 
Le PS est il nul ? » du 18 septembre. Et en ces temps de postures, chausse-trappes et autres petites phrases, Bazin resitue parfaitement les enjeux mais aussi 30 ans de parti. Un véritable tour de force que je conseille en lecture à tous les militants.

 

En conclusion… Reims… ben… c’est mal barré… mais au fond, est ce que la volonté de transformation sociale est réservée au seul PS… Après tout, il n’est qu’un outil et comme tout outil, un jour il faut en changer pour cause d’usure.

 

Quelques extraits :

 

« Les dirigeants du PS ont confondu rupture et parenthèse. Il y a plus de vingt ans que ça dure. Dans ce genre d'aventure, il faut toujours revenir à la faute originelle. En 1983, lors du grand tournant de la rigueur, sous contrainte européenne, les éléphants n'ont pas voulu reconnaître que le logiciel qui les avait portés au pouvoir était précisé ment celui qui les emmenait dans le mur. La suite est celle d'une résignation. On s'adaptait. Sans passion. Mais on n'inventait rien. Bref, on ne gérait plus que des cycles avec l'espoir, à courte vue, que l'habileté politique viendrait maquiller cette lente faillite idéologique. »

 

« Fin du cycle Mitterrand, lors des législatives en 1993, ce désastre autant électoral que moral. Début du cycle Jospin, dont la présence au second tour de la présidentielle de 1995 apparaît comme une divine surprise aux allures de défaite régénératrice. Puis est venu le tremblement de terre de 2002. La machine PS a survécu, tant bien que mal. Elle était désormais sans tête mais elle continuait à courir, et même à gagner toutes les élections locales. C'est le propre des héritiers de dilapider le capital. »

 

« Les deux clarifications des années 2002-2008 ont été le référendum interne sur la Constitution européenne et la primaire de désignation du candidat socialiste à la présidentielle. A chaque fois, le verdict militant a été sans appel. Le oui l'a emporté aussi nettement que Ségolène Royal. Ni l'un ni l'autre n'ont été respectés. »

 

« Derrière tout cela, il y a la grande sécession des couches populaires qui prive la gauche de ses bases électorales traditionnelles. Abstention, tentation extrémiste, séduction des projets de style bonapartiste (Sarkozy, Berlusconi...). Les formules gagnantes dans les urnes ne sont plus celles qui lui ont permis d'appliquer, au gouvernement, son projet réformiste. L'équation française, en ce sens, cumule un échec et une impasse. A court terme, cela laisse peu de chances au PS. Elle ouvre, en revanche, la voie à ceux qui, dans sa périphérie, auront l'énergie, le talent et la patience d'inventer le plus difficile : le neuf et le gagnant, en même temps. ».

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

marc d Here 29/09/2008 13:51

C'est quoi les idées économiques de 1988...puisque vous avez l'air savant? 

Adonf2toi 28/09/2008 18:47

@Marc d'Heré,La gauche moderne c'est celle qui veut appliquer les idées économiques d'il y a vingt ans, c'est ca ?

jon 28/09/2008 18:27

Un mec de "gauche" qui se félicite de la fin de la maternelle ! Faudra nous le présenter :) Bref, "Ni l'un ni l'autre n'ont été respectés." c'est un peu le gros problème du PS non ? Est-ce que changer ses statuts pour aller vers moins de représentation proportionnelle ne pourrait pas aider à sortir de ces logiques de chapelles, de concurrences larvées et donc d'immobilismes. 

marc 28/09/2008 14:57

@Marc d'hereQuand je parle transformation sociale, je parle au sens large de la réduction des inagalités... ça ne vous concerne plus. Vous êtes de droite autant le faire décomplexé.Enfin... dans qq mois vous vous féliciteez de la fin de l'école maternelle entre autres choses qui participeront à une société toujours plus inégalitaire

ciboulette 28/09/2008 14:18

c'est un fin analyste François Bazin que j'aime lire, même si je ne partage pas tout, ce qui est normal. Il fait partie de ces grands journalistes, qui font avancer la réflexion. Il n'y en a pas des tonnes !