Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Urgence Sociale en fédération socialiste du Nord.

5 Septembre 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS


Après hier soir, je vous propose quelques extraits de ma présentation de la contribution Urgence Sociale devant un parterre nombreux. L’intégralité du texte  est disponible sur le blog Nouvelle Gauche Nord.

 

Je vais vous faire un compte rendu plus personnel de ce moment dans la matinée.

 

Chers amis, Chers Camarades,

 

…Au niveau local, si nous parvenons à sauvegarder nos positions ou à les améliorer,au niveau national, nous accumulons les défaites, cela n’est en aucun cas la responsabilité de tel ou de telle… Ce sont des défaites collectives, de notre incapacité à débattre, de notre renoncement à réfléchir. C’est parce que depuis quelques années, nous n’apportons plus aucune réponse concrète, sur aucun sujet. Et ce n’est certainement pas les prémices de ce congrès qui vont changer cette réalité et encore moins l’image détestable laissée par l’université de la Rochelle !...

 

…Le point de départ de notre contribution Urgence Sociale initiée par Pierre Larrouturou, c’est la gravité de la crise sociale et en particulier le déséquilibre qui se creuse entre ce qui va aux salaires et ce qui va aux bénéfices dans la richesse du pays…

 

Ce n’est pas à cause des 35 heures que le pouvoir d’achat stagne. C’est à cause du chômage et de la précarité… Voilà pourquoi, à nos yeux, la priorité absolue est de lutter radicalement contre le chômage et la précarité…

 

Certaines contributions comptent encore et toujours sur le retour de la croissance pour vaincre le chômage. Il y a 30 ans déjà, Raymond Barre expliquait qu’il fallait améliorer la recherche et la formation pour relancer la croissance. Au bout de 30 ans de crise, est-ce qu’on peut encore continuer avec les mêmes analyses et les mêmes discours ?

 

Le parti doit-il par conséquent attendre la croissance comme on attend Godot ?...

 

…Trop d’Europe… non l’enjeu est là dès aujourd’hui encore davantage demain et nous devons, par ce que nous sommes profondément européens, enfin accorder une vrai place à la problématique européenne dans nos débats avec la volonté de le faire avec nos partenaires au-delà du seul manifeste que nous exhumons à chaque élection européenne faute de mieux…

 

Pour nous, la gauche doit encore parler du temps de travail. Si la durée réelle est à 41 heures et que la plupart des nouveaux emplois que l’on crée sont à 15 heures par semaine, on ne peut pas dire que la question du temps de travail ne se pose plus… ..

 

A cette urgence sociale pour l’immense majorité, s’ajoute une autre urgence pour nous socialistes : changer le fonctionnement de notre parti. Ouvrir ses portes, ouvrir ses fenêtres aux citoyens, aux acteurs du mouvement social. Nous sommes tous d’accord sur cette nécessité. Cependant loin des incantations que nous entendons depuis des années, il nous faut passer à l’acte pour qu’enfin nous puissions devenir un parti de masse et faire des propositions concrètes… Je n’ai pas le temps d’approfondir la question des territoires et cette dichotomie grandissante entre les centres urbains et ses périphéries, la montée continue et inquiétante de l’abstention, le vieillissement du parti mais cela ne peut être balayé d’un revers de main, nos victoires ou nos défaites dépendront des réponses que nous serons capables d’apporter.

 

La gauche, le Parti Socialiste ne pourront revenir au pouvoir que par le haut, par le débat, par une réflexion approfondie sur la société dans sa globalité, dans sa complexité. C’est à nous, socialistes,  qu’il revient de donner du sens au concept « politique de civilisation » vidé par Nicolas Sarkozy…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

le coucou 05/09/2008 17:32

Bonjour. Ce devait être éprouvant de parler dans ces conditions, et on ne peut qu'approuver le petit discours. Toutefois, le béotien que je suis en politique, en général, et celle du PS en particulier (il y longtemps, très longtemps, j'ai milité au PC, il  ne m'en reste pas grand chose), le béotien ne peut s'empêcher de vous faire un léger reproche : «La gauche, le Parti Socialiste ne pourront revenir au pouvoir que par le haut», dites-vous. Ne vaudrait-il pas mieux y revenir par le bas ? Je veux dire reconnaître l'importance du citoyen de base. C'est une pirouette assez gratuite, j'en conviens, mais pour ma défense, j'avoue être obsédé de démocratie directe, et observer les débats du PS à travers ce prisme.

Icare51 05/09/2008 12:01

Voilà qui résume assez bien le fond de mes pensées. Je ne suis pas du Nord. Je ne suis pas membre du PS. Mais pas loin de Reims, il peut que pour la première fois, j'aille faire un tour du côté du Centre des Congrès cet automne

Gaël 05/09/2008 10:03

bon je sais que ça ne s'entend pas à l'oral mais t'aurais pu mette ami(e)

marc 05/09/2008 09:21

@PMFMerci. Sinon j'en profite pour répondre à Pas perdus... je ne me fais guère d'illusion surtout dans les grosses fédés comme le Nord. Déjà on sait qu'on existe, c'était le but d'hier soir. Maintenant 3% dans le Nord... ça serait très bien :)

PeutMieuxFaire 05/09/2008 09:16

Par manque d'énergie, je me suis privé du plaisir de vous entendre hier soir. Je n'aurais que plus de plaisir à vous lire ou de suivre les commentaires des militants qui auront la bonne idée de le faire.Au fait, je pense que la contribution de P. LARROUTUROU est l'une des plus lues, si j'en juge par mon expérience perso où la présence de graphiques a tout de suite attiré mon attention.Ca peut faire plaisir.  Non ? Même si, réaliste et plutôt dépité par les divisions soulignées par la presse, je pense que tout se jouera "ailleurs".Bonne continuation. PMF