Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Pierre Larrouturou : Ce que Sarkozy n’a pas compris… (résumé).

14 Février 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

pibrevenus.jpgComme promis, je reviens avec un résumé rapide du texte de Larrouturou. Ca change de la chronique de Jean Marc Sylvestre sur le service public…
 
Le résumé :
 
« Je veux développer le crédit hypothécaire en France. C’est ce qui a permis de soutenir la croissance aux Etats-Unis » affirmait Nicolas Sarkozy,
 
Le moins que l’on puisse dire, c’est que Nicolas Sarkozy n’a pas franchement anticipé la crise qui fait trembler aujourd’hui tous les marchés financiers. En 2006, pourtant, de nombreux économistes tiraient déjà la sonnette d’alarme.
 
Entre 1950 et 1980, le ratio dette/PIB était parfaitement stable aux Etats-Unis. C’est seulement depuis le début des années 1980, que la dette augmente. Après guerre, pour éviter que la crise de 29 ne se reproduise, on mit en place des règles du jeu qui garantissaient une progression régulière des salaires. Ces règles "fordistes" furent à l’origine des Trente glorieuses, ces 30 années de forte croissance que connurent les Etats Unis et l’Europe…
 
Mais, en 1981, Ronald Reagan arrive à la Maison blanche avec, dans ses valises, quelques manuels de prêt-à-penser libéral. C’est à partir de là que la dette augmente : les libéraux baissent les impôts sur les plus riches, ce qui favorise la dette publique. Mais, plus fondamentalement, la dette augmente parce que la précarisation du marché du travail amène progressivement à une baisse de la part des salaires dans le PIB et qu’un nombre croissant de ménages américains sont obligés de s’endetter pour maintenir un haut niveau de consommation.
 
Si l’on en croit le dernier Rapport économique publié par la Maison blanche, il y a tellement de petits boulots aux Etats-Unis que la durée réelle moyenne du travail est tombée à 33,7 heures. Ce partage du travail qui ne dit pas son nom,amène à un partage des revenus de plus en plus inégalitaire : « Aux Etats Unis, la part des salaires dans le revenu national atteint son plus bas niveau depuis 1929» notaient Les Echos du 9 octobre 2006.
 
En France, en un quart de siècle, la part des salaires dans le PIB a diminué de 11 %. Et l’évolution est la même, peu ou prou, dans l’ensemble des pays occidentaux. Comme l’explique Patrick Artus, directeur des études de la CDC Ixis, "dans la zone euro, sur les dix dernières années, la dette privée est passée de 75 % à 145 % du PIB. Sans la hausse de la dette des ménages, la croissance de la zone euro serait nulle depuis 2002".
 
Il faut aller plus loin et s’attaquer aux racines de la crise. C’est à cause du chômage et de la précarité que la part des salaires a tant diminué. C’est à cause du chômage et de la précarité que nos économies ont tant besoin de dette. C’est seulement en s’attaquant radicalement au chômage et à la précarité, en donnant au plus grand nombre un vrai emploi et une vraie capacité de négocier des augmentations de salaire que l’on pourra sortir de la crise.
 
Rassembler la gauche et la mettre au travail, tel est l’objectif de la pétition que nous venons de lancer avec un ancien Premier Ministre et 16 parlementaires issus de toutes les tendances du parti.
 
PS : sur la précarité, je vous recommande d’aller faire un tour sur le blog Equilibre Précaire. Et un article de Rocard de décembre 2007 : "La crise mondiale est pour demain"

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article