Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Hénin-Beaumont : Un sursaut citoyen ? à défaut d’une révolte socialiste…

5 Juillet 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Rénovation Progressiste

null J'ai écrit ce post dans la salle des fêtes de Hénin-Beaumont., le front républicain n'a pas perdu... c'est la seule chose à dire quand on ne veut tirer aucune conséquence de ce scrutin.

 

Dès 18h, la victoire de Duquenne semblait acquise, outre une participation en hausse, les premières tendances donnaient un revers frontiste en cette ancienne terre socialiste.

 

En républicain, on ne peut que se féliciter de ce petit sursaut démocratique à défaut de pouvoir en quelques heures éradiquer le désarroi citoyen d’une ville sinistrée pour cause de faillite morale de ses édiles.

 

Peut-on tirer un enseignement de ce résultat où au-delà de la présence surmédiatisée de Marine Lepen. On peut le penser car outre une implantation locale forte et réelle de sa tête de liste officielle, la dynamique du Front National de cette élection semble démontrer que celle-ci va au au-delà sa seule et historique influence délétère sur un scrutin.

 

Henin-Beaumont est une ville populaire où la misère sociale a fait son lit sur une crise économique qui n’a pas commencé à l’été 2007 mais à la fin des années 70. Le Parti Socialiste qui gère sans discontinuité ce territoire n’a jamais été en mesure d’apporter d’autre horizon que ses édiles costumés… les mêmes ou presque depuis près de 3 décennies.

 

Le vote frontiste, le vote socialiste sont dramatiquement similaires, celui d’un de salariés déclassés, cassés ou pour ceux encore en activité, l’inquiétude permanente est toujours présente pour les leurs. Distinguer un bureau de vote d’un autre relève de la gageure.

 

Si la gauche l’emporte ce soir, le Parti Socialiste ne peut se l’approprier ni hier, encore moins demain.

 

A la lecture du résultat final, la stratégie du front républicain montre aussi de réelles limites puisque qu’il apparaît clairement que d’une part, il n’est pas parvenu à faire le plein des reports et que d’autre part, le Front National parvient à gagner des électeurs. La hausse modeste de la participation montre que lui aussi est désormais capable de mobiliser une partie de l’électorat abstentionniste.

 

Ce signe, encore parcellaire du fait de cette situation particulière, a été entendu par Marine Lepen. Présent au siège du Front National, trois éléments m’ont particulièrement marqué : elle revendique la captation d’une partie non négligeable l’électorat traditionnellement de gauche sur font de crise sociale. A aucun moment, elle n’a parlé de l’immigration. Enfin, elle veut faire sienne la nécessaire remise en cause des pratiques politiques au-delà, du seul « tous pourris ».

 

L’analyse de Marine Lepen ne sera pas sans conséquence sur l’avenir du Front National, manifestement ce soir, elle a voulu préempter l’héritage politique de son père. Faire main basse sur l’appareil mais bien moins au niveau du discours.

 

Le laboratoire héninois peut faire apparaître un nouveau Front National en profitant de la lente déliquescence du PS à travers un discours tourné davantage vers l’électorat populaire. Celui-là même qui après avoir transité un temps vers Nicolas Sarkozy, peut demain se tourner, plus durablement et à nouveau vers le FN. En somme transformer le poste protestataire des années 90 en vote d’adhésion.

 

Et le Parti Socialiste ?… on le ménage comme on ménage les grands malades.

(Article écrit initialement pour l'Express. Heureusement, ils ont corrigé les fautes... merci à eux)

 

 

 

 

Lire la suite

Henin-Beaumont ou les carences du PS (2)

3 Juillet 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Rénovation Progressiste

Dans la première partie, j’ai tenté de décrire à grands traits le système qui a conduit à cette situation. Si à cette heure, on ne connaît pas la résultat du vote, j’ai néanmoins quelques inquiétudes sur l’issue de celui-ci. En effet, le sondage de 2ème tour donnait 52% pour la liste menée par Duquesnes or comme je l’ai déjà, ce type d’enquête est incapable de traduire une dynamique enclenchée par un 1er tour. Force est de constater qu’avec près de 20 points en faveur de Marine Lepen, elle est clairement en sa faveur. J’espère juste me tromper.

 

Au-delà cette municipale partielle, et des responsabilités du PS tant au niveau local, fédéral et national depuis plus de 10 ans, une question se pose : Martine Aubry est-elle en mesure de changer radicalement cette déliquescence avérée du Parti Socialiste ?

 

Tout d’abord c’est un secret de polichinelle de dire que Martine Aubry traîne les pieds pour se rendre deux jours par semaine à Solférino et probablement davantage encore après le résultat désastreux des européennes. Au regard de l’état dans lequel se trouvait le parti, ça remise en route pour être probante imposait un peu plus qu’un quart temps. C’était déjà vrai en décembre, ça l’est encore plus aujourd’hui.

 

Autre problème, la personnalité et le management de la Première Secrétaire. En effet et ce n’est pas trahir un secret, Martine Aubry veut tout contrôler or la gestion d’un parti n’est pas celle d’une collectivité ou d’un ministère. Si il y a bien des objectifs opérationnelles (les élections), un parti est, à mes yeux, un producteur d’idées avec comme corollaire  l’animation du débat avec les experts mais aussi les militants… encore faut-il faire confiance à ces derniers et peut-être aussi accepter qu’ils peuvent apporter autre chose que leur seule force de collage.

 

(J’espère qu’à ce stade, on ne viendra pas me parler d’un quelconque ressentiment ou de haine… certains le pensent… vis-à-vis de Martine Aubry… oui, je suis un passionné mais aussi un animal à sang froid dans l’analyse… en tout cas je l’espère).

 

Outre l’aspect « psychologique », il y a bien évidemment des raisons de fond à son incapacité à refonder le Parti Socialiste.

 

Tordons d’abord le cou à cette fable qui veut qu’elle y soit allée contrainte et forcée. Quand Martine Aubry a déposé sa contribution pour le Congrès en juin 2008, cette dernière s’est appuyée d’emblée sur les hommes forts des fédérations du Nord et du Pas de Calais. Ce qui pour une simple contribution apparaît déjà comme une stratégie plus qu’affirmée de peser fortement et durablement sur le parti et donc de viser autre chose que le simple fait d’exister par les seules idées.

 

Cette réalité n’est d’ailleurs pas sans conséquence sur l’immobilisme voire le repli sur soi que nous connaissons depuis décembre. En effet comment sortir du conservatisme, de ce socialisme féodal en s’appuyant sur deux des fédérations les plus emblématiques de ses pratiques d’un autre âge. Les pesanteurs d’un appareil sont suffisamment lourdes pour qu’on n’en rajoute pas dès le départ.

 

D’autre part, je m’interroge sur cette volonté de Martine Aubry sur quelques points importants quand on veut refonder (cumul et limite dans le temps, des mandats, prise en compte des militants). N’y voyez pas un procès d’intention juste une interrogation que je crois légitime, je n’ai pas oublié qu’elle n’était pas particulièrement convaincu par la réduction du temps de travail même si elle a fait les 35h. 

   

Adepte du A4, j’en termine là pour cette seconde partie, la troisième c’est pour lundi.

Lire la suite

Nouvel Observateur… tu peux arrêter ton abonnement.

2 Juillet 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

 

nullIl y a quelques années, tu t’étais abonné à ce newsweek (ouais ça fait plus classe à l’inglich), pensant que tu allais lire des trucs plutôt de gauche. Rapidement, tu avais bien eu quelques doutes quand tous les 6 mois, on te ressortait les marroniers sur le vrai prix de l’immobilier, le classement des écoles… enfin toutes ces conneries dont tu n’avais rien à battre.

 

Mais bon de guerre lasse à tenter de résilier ton prélèvement automatique et au final, tu avais malgré tout un programme télé… un peu chèro, je vous l’accorde.

 

Il y a un peu plus d’un an, tu avais eu de grosses bouffés de chaleur à ta gauche quand tu avais appris qu’un certain Olivennes reprenait le canard de tes parents. Outre une amitié poussée avec Carla Bruni Sarkozy, tu doutais sur ce gugus qui avait pondu un texte sur l’Internet visant à foutre tes enfants en prison (à défaut de leur couper la main) pour avoir télécharger un album de Michael Jackson.

 

Et cette semaine après 15 pages sur les Sarkozy… tu as franchi le pas... tu as appelé la pauvre standardiste (tel : 01.40.26.86.13 c'est le bon numéro du service abonnement)… pour lui dire que désormais Olivennes pouvait aller se faire foutre avec son torchon sarkoziste…

 

Ce moment fut d’ailleurs plus facile que tu ne le pensais… déjà tu ne lisais plus ce canard aux idées fripées et tu plains juste ses journalistes sincères… un « capitaine » d’industrie est à sa tête, tu n’en attendais rien d’autre, et jusqu’à présent tu avas retardé ce geste… par habitude du néant…

 

Si d’aventure Sarkozy était encore président en 2012… tu aimerais juste pouvoir cracher sur la tombe d’Olivennes.

Et si pour lui l’Internet est le tout à
l’égout de la démocratie… lui n’est qu’un bac à chiotte du sarkozysme… ah oui, il attend les subsides de l’Etat suite aux Etats Généraux de la Presse Sarkozienne.

 

Bon rassurez vous, il y a Vendredi maintenant chez votre marchand de journaux.

 

 

 

 

 

Lire la suite

Henin-Beaumont ou les carences du PS… (1)

1 Juillet 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Rénovation Progressiste

nullComme préalable et au risque de choquer,  je veux dédouaner les citoyens d’Hénin-Beaumont si par malheur, dimanche ils plaçaient le FN à la tête de cette collectivité du bassin minier.

 

Davantage que la victoire de Marine Lepen, c’est bien un Parti Socialiste déliquescent qui serait durement et justement sanctionné. Comme trop souvent, on ne manquera pas d’ajouter que tout cela est local… ah cette fameuse immunité du local qui permet avant tout de se dispenser de toute réflexion de fond sur nos pratiques, sur nos idées.

 

Pourtant, le système mis en place à Henin-Beaumont est révélateur de ce que devient le Parti Socialiste depuis plusieurs années.

 

Un parti dont les pratiques rappellent désormais les heures les plus sombres du socialisme municipal de la défunte SFIO. Un conglomérat de notables dont le lien avec les réalités se distend à mesure de l’érosion militante ; le résultat en est un clientélisme qui devient la « seule matrice idéologique ».

 

Vidé de tout contenu, de toute ambition, les sections sont devenues des vases clos grisonnants où quelques "lionsots" peuvent s’ébattre pour devenir dans un premier temps des apparatchiks et dans un second temps, si ils ont bien servi leur maître, devenir à leur tour des notables. Ce phénomène est d’autant plus commode que le jeu de l’alternance démocratique externe est quasi nulle et le débat interne ne peut plus exister puisque vicié par un réseau d’obligés bien installé. En un mot, quiconque serait tenté de s’opposer aux hommes en place, n’aurait non pas le choix de vaincre ou de périr mais de se plier ou de périr. Dans certaines communes, le clientélisme atteint un tel paroxysme qu’on ne s’étonne plus de voir des taux d’adhésion à un parti politique (le PS en l’occurrence) sans commune mesure avec le reste du pays, et notamment dans le personnel municipal.

 

Le tableau s’assombrit encore un peu plus quand on aborde la question du réseau plus restreint des notables. Celui-ci est parfaitement installé où chacun se tient gentiment avec des jeux de chaises musicales parfaitement rodés. On se souvient des soutiens répétés de la Fédération du Pas de Calais à des personnages encombrants (et Dalongueville n’est pas un cas isolé).

 

Institutionnalisé, cette « gouvernance » est malheureusement validée par la direction du PS et aurait peut-être même tendance à faire école. C’est ce fameux repliement sur le local considéré comme la seule ligne qui vaille. Cette réalité n’est pas le fait de Martine Aubry, c’est une tendance qu’on observe déjà sous Hollande.

 

Hélas, la Première Secrétaire loin d’infléchir ce mouvement tend à le renforcer et par conséquent les déviances qui en découlent (clientélisme, féodalisme, clanisme…). Les propos de Catherine Génisson sont à cet égard révélateurs puisqu’elle considère que «le problème central d'Hénin-Beaumont, c'est surtout la déviance d'un individu et le climat délétère d'une commune. Cela fait un terreau idéal pour le FN. Mais la division du parti a commencé dès 2001, quand un directeur de cabinet se présente contre son maire» (source Médiapart) or c’est bien le système mis en place dans le Pas de Calais depuis des lustres qui fait qu’on en est arrivé là.

 

Pour ceux qui douteraient, je ne peux que vous conseiller la lecture de l’article très complet de Médiapart avec ce commentaire du journalist qui a fait l’enquête « Beaucoup de témoignages de militants et élus locaux d'Hénin-Beaumont et du Pas-de-Calais ont été recueillis sous couvert d'anonymat. Toutes les personnes citées ont été jointes mardi, par téléphone ». Et moi, je ne mets pas de noms car je préfère me préserver…

 

J’en termine ici ma première partie. Demain, je la consacre aux incapacités de Martine Aubry à changer la donne dans le Pas de Calais comme ailleurs.

Lire la suite

Patrick Balkany... l'inégibilité à vie en question ?

1 Juillet 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Cet homme est un des proches de Nicolas Sarkozy... une fois de plus, il est à nouveau épinglé par la cour des comptes.

Pour moi, il est évident que cela fait bien partie des us et coutumes du système mis en place par ce qui nous sert de président. Une chose simple pourrait être faite, supprimer la cour des comptes.

Plus sérieusement, je suis de plus en plus favorable à l'inégibilité à vie avec la fin du cumul des mandats et de la limite dans le temps...

Pour pleurer sur le sort réservé à la démocratie, cette vidéo réalisée par Rue89.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4