Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Hadopi : La deuxième mort d'Arnaud Montebourg.

12 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

Arnaud Montebourg fait parti de ces hommes politiques aux reniements faciles.

Créateur de la 6eme République, ardent défenseur de la lutte contre le cumul des mandats, il a pourtant une journée de décembre décidé de s'asseoir sans plus de considération sur des valeurs qu'il a défendu pendant près de 10 ans.

Du jour au lendemain, il est devenu Député, Président du Conseil Général au nom bien sûr des intérêts supérieurs de la nation... dans ces cas là, l'emphase boursouflée est plus que nécessaire probablement pour mieux s'en convaincre soi-même.

De même, on a bien compris ses atermoiements pour le congrès socialiste de Reims, le tout était de trouver une jolie place dans la direction... il a gagné les galons de rénovateur en chef, depuis il rénove dans son coin.

Aujourd'hui, après un débat qui a eu lieu au sein du Groupe Socialiste... enfin, on l'espère... après avoir écouté une jeunesse qu'il se fait fort de comprendre qui pour certains sont aussi socialistes, donc aujourd'hui, il a préféré s'abstenir sur la loi Hadopi.

Bien évidemment, il argumente son abstention... mais comme pour la question du cumul, on est en droit de douter de la force de ses conviction et ce d'autant plus que sa femme, Hortense de Labriffe, est  déléguée générale de l'Association des Producteurs Indépendants (API), et de l'Union des Cinémas (UniCiné), deux lobbys du cinéma.

Arnaud Montebourg est donc mort une deuxième fois au cours de la journée du 12 mai 2009.

Le plus grave, c'est que ce secrétaire national du Parti Socialiste porte un coup grave au Parti Socialiste déjà en mal de crédibilité.

La question de la décomposition du PS est plus que jamais d'actualité. Au fait, c'était quand le printemps des Libertés, j'ai bien peur que les européennes annoncent un été meurtrier...
Lire la suite

Laurent Wauquiez et les foyers modestes...

12 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

nullGrâce à nos outils à fond web 2.0 à droite en sortant du couloir, j'ai la chance de suivre en temps réel, le sémillant Laurent wauquiez et sa non moins sémillante intelligence.

Aujourd'hui, il nous a encre gratifié d'une jolie pensée sur les foyers modestes...

Fort bien mais dans sa définition c'est quoi un foyer modeste ? quel niveau de revenus ?

1000€, 1500€, 2500 davantage encore ? 

Non que je veuille faire preuve d'une mauvaise foi assez légendaire mais en ce qui concerne l'utilisation des chèques emplois-services, je m'interroge juste sur leur utilisation par ces foyers modestes...
Lire la suite

Hadopi : "l'antisarkozysme systématique peut nous faire perdre le bon sens".

12 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

On savait Jack Lang en plein désarroi politique ne sachant plus très bien où il se situe politiquement, oubliant les conseils qu’il ne cesse de prodiguer aux autres comme par exemple la nécessaire discipline au sein d’un parti.


Faut-il d’ailleurs préciser qu’il avait soutenu la motion de Martine Aubry qui insistait lourdement sur ce point…


Avec la loi Hadopi qu’il adoptera cet après-midi, on se rend compte qu’en réalié le mal est plus profond et ce dernier semble touché par une forme de dégénérescence cérébrale plus communément appelé, sénilité… Maladie somme toute courante chez les personnes agées.


En effet ce dernier ne manque pas de déclarer au Nouvel Observateur que « l'antisarkozysme systématique peut nous faire perdre le bon sens. ».


Jack, la lutte contre Hadopi n’est pas une question d’antisarkozysme c’est juste la convergence des libertés individuelles (le flicage), du droit (en France, jusqu’à présent on ne peut être condamné à priori), de la technique (cette loi est déjà caduque).


Sinon, j’attends toujours de la part de Martine Aubry une réaction  vis-à-vis de Jack Lang... si les paroles s'envolent, les écrits restens même si on connait la vacuîté d'un d'un texte de congrès. C'est bien de répondre rapidement à quatres artistes mais très honnêtement qui les a entendus ?

Lire la suite

Européennes 2009 : à la louche 400 personnes concernées….

11 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #ArchivesEuropéennes 2009

nullC’est peu de dire que ce scrutin intéresse personnes ou presque… j’ai déjà fait un billet dans ce sens en pointant la responsabilité de l’UMP et du PS dans ce processusde « dé-démocratisation ». Pour rappel, à l’époque, j’avais pointé la tentation de l’UMP de transformer cette élection en un espèce de référendum Pour ou Contre Sarkozy. L’UMP s’en défend mais à mettre l’Autre sur ses affiches, ou ce dernier établissant au final ses listes, il est somme toute difficile de faire penser autrement.

 

Tellement difficile que le PS s’y engouffrer tête baissée au point qu’on peut déjà annoncer le vainqueur stricto français du 7 juin : L’UMP… et un battu, le Parti Socialiste quelque soit le score par ailleurs. La nature de l’élection, le contexte, la personnalisation et ses sondages catastrophiques font qu’on se demande comment le parti de l’opposition peut arriver deuxième, ce qui sera pourtant le cas.

 

Bref, toute cette mise en scène favorise une seule chose, le désintérêt quasi-total des citoyens pour cette échéance presque française. Cependant et contrairement à ce que certains laissent entendre, ce n’est pas nouveau. Au contraire, c’est une tendance lourde des toutes les élections depuis une trentaine d’années, hormis la Présidentielles de 2007, manifestation isolée de l’électeur en attente d’une alternative.

 

Donc, je dis bien quasi-total car il reste malgré tout un carré d’irréductibles…

 

Ils sont 400… si si… c’est déjà énorme.

 

Les 72 potentiels élus (j’ai vérifié le nombre sur wikipédia)… ensuite fatalement les assistants parlementaires, grosso modo 72*2.5, soit 180 gugus ; les quelques blogueurs politiques qui s’y intéressent un peu plus que la moyenne, 50 ? et pour finir les malheureux journalistes qui ont été tirés au sort dans les différents médias, on dira aussi 50… et enfin… les conjoints de nos peut-être députés européens qui se demandent quand cette campagne fantôme se termine. Certains doutent d’ailleurs de la véracité des déplacements…


Heureusement, ce soir, on apprend que Bernard Kouchtoilà votera au final UMP... vache, ça va mobiliser les foules une info de cette importance. Quand la presse fait ses gros titres la-dessus, c'est vous dire si tout le monde ou presque s'en fout.
 

Bon, sinon… je vous conseille la vidéo d’Europe-Ecologie, c’est franchement très bien fait et rafraîchissant… c’est gentil pour les chroniqueurs, merci beaucoup.

Edit : c'est bêta, j'ai oublié la centaine de personnes qui en vivent... les boites de communication... bon en même temps, est-ce qu'ils voient ça différemment qu'une crème de nuit ?...

 


Lipdub Europe Écologie
par EuropeEcologie
Lire la suite

Hadopi : le summum de la bargitude...

11 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

On croyait avoir tout vu avec la loi Hadopi pour laquelle je suis de plus en plus persuadé qu'elle ne constitue qu'un galop d'essai pour un contrôle sévère de l'espace Internet...

Cependant, la manière dont s'accroche le gouvernement montre déjà que nous avons à faire à un gouvernement de barges...

Exemple par
Pc Impact :

"D'une part, la Commission pourra imposer à l’abonné qui n’a pas sécurisé son accès d’installer ce surveillant numérique, en tant que sanction d’un défaut de sécurisation (son adresse IP a été repérée sur les réseaux, en phase de téléchargement de contenu illicite).

D’autre part, le « bon père de famille » comprendra vite que la preuve de l’installation et de l’usage du logiciel de sécurisation sera la seule voie pour échapper à la sanction de coupure jusqu’à un an. Puisque c'est la loi qui le dit ! Avant la coupure, l'abonné pourra dire "j'ai bien sécurisé mon accès internet puisque à l'instant du flashage sur les réseaux P2P, j'avais utilisé le logiciel de sécurisation". Sans cela, aucune chance."

et surtout ce mouchard ne sera pas interopérable... une hérésie à notre époque...

"L’Assemblée a également repoussé une brochette d’amendements qui visaient à exonérer l’abonné si son système informatique n’est pas interopérable avec le logiciel de sécurisation, avec pour hypothèse première qu’il utilise un système trop ancien. Un « vieux » Windows avec des progiciels couteux installés dessus, par exemple. Ou un logiciel libre...

Un amendement visait ainsi à tuer dans l’œuf le risque de discrimination technologique ou financière sur fond d’interopérabilité (« « les moyens de sécurisation, mis gratuitement à la disposition des consommateurs, sont interopérables »). Mais là encore, il a été rejeté implacablement par le rapporteur Franck Riester et la ministre de la Culture, Christine Albanel."

Rien que pour cela, je me reproduis la lettre d'Irène Delse : "Le mouchard d’Hadopi, non merci !"

Je tiens à informer les député(e)s qui se prononceront mardi 12 mai en vote solennel sur le projet de loi dit “Création et Internet”, plus connu par l’acronyme Hadopi (Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres(1) et la Protection des droits sur Internet), que quelle que soit l’issue du vote, je n’ai aucunement l’intention d’installer chez moi le prétendu “dispositif de sécurisation”, en clair: le mouchard électronique.

Même chose pour les sénateurs et sénatrices à qui l’on refilera ensuite le bébé.

Cette mesure est tellement disproportionnée par rapport à l’objectif visé, tellement porteuse de dérives liberticides, tellement contraire à l’esprit de notre constitution (qui reprend en préambule, ne l’oublions pas, la Déclaration universelle des droits de l’homme), que je m’étonne qu’il se soit trouvé une majorité de députés pour préférer suivre les mots d’ordre du parti sur ce sujet.

Ce qui prouve, encore une fois, que l’on n’a jamais tout vu. Merci à M. Sarkozy, dernier défenseur d’Hadopi – si l’on excepte quelques lobbyistes largués, accrochés au statu quo – pour en avoir fait la démonstration par l’absurde.

Lire la suite

L’infâme Eric Besson récidive…

11 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

Il y a quelques semaines, j'avais alerté sur la question de l’aide juridique dans les centres de rétention administrative et la volonté de l’ancien ministre Hortefeux de diviser l’aide pour mieux régner, en tronçonnant l’appel d’offre en plusieurs lots « régionaux ».

 

De facto, c’est bien l’état de droit qui était dépouillé de toute réalité, l’intention gouvernementale étant de virer la CIMADE et d’annihiler toute cohérence nationale dans l’aide juridique aux immigrés en situation irrégulière.

 

Son successeur n’a pas dérogé à la règle et à la volonté sarkozienne puisque Eric Besson a même poussé le vice de donner à une association satellite de l’UMP un lot, l’association Respect (tant qu’à faire… autant se marrer un peu sur le nom)… pourquoi s’emmerder avec les formes, la République Bananière étant désormais bien en place.

 

Cependant, la CIMADE avait déposé un recours et la magistrate chargé du dossier avait ordonné une suspension de la procédure pour 20 jours, le temps de démêler ce sac de merde.

 

Oui, outre Respect, les joyeux drilles de l’Ordre de Malte ont également eu un lot alors même qu’ils contrecarrent comme de leur dernier étendart de l’aspect juridique de la chose… leur truc c’est juste qu’on mette les gars dans les avions sans trop de coups… Bref la dimension  strictement « humaniste » de la chose.

 

Manque de pot, la justice manque de personnel donc l’affaire a un peu traîné pour entendre toutes les parties du dossier… de fait, la suspension courrait jusqu’au 7 mai or à cette date, la magistrate n’avait pu se consacrer au audition avant le 6. Dans ce cas on peut comprendre que certaines associations se soient plaintes du délai trop court entre le reçu de la convocation et la date du 6. Donc, l’audition a été remise au 13 mai…

 

Et c’est là que notre infâme Eric Besson passe à l’action au nom du droit, cela s’entend…

 

Notre homme a signé ce week-end les documents officialisant les associations « lauréates » avant même les résultats de l’audition… certes, il est dans son droit mais avouons tout de même qu’on est loin mais très loin de l’esprit de la loi… surtout à 48 heures…

 

C’est le même Besson qui ment sciemment à longueurs d’ondes sur le fait qu’en France on ne condamne pas pour l’aide humanitaire apportée aux clandestins… fort heureusement le parjure n’existe pas pour les ministres et le Président.

 

Eric Besson est définitivement un misérable doté d’une servilité sans borne…

Lire la suite

Ségolène Royal dite "la folle" sur Hadopi et le téléchargement

10 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

Désolé pour le titre un peu abrupt mais tant qu'à faire dans la caricature autant y aller à fond...

Sinon, Ségolène Royal s'est exprimée à de nombreuses reprises sur les questions du téléchargement et des réseaux Peer to Peer et souvent avec un certain à propos... étonnant mais on sait que certains n'ont aucune envie de dépasser le stade d'une certaine presse.

Petit Résumé (source le blog de Jocelyne)

Le 27 juillet 2004, dans une question écrite au ministre de la culture, elle explique : "Plutôt que de stigmatiser des millions de citoyens qui ne font qu’échanger gratuitement des fichiers musicaux ou vidéos sur certains sites dédiés (fichiers mp3, DivX, etc.), il est au contraire indispensable de prendre en compte ce nouveau mode de consommation, de le reconnaître comme une simple conséquence du progrès des multimédias, et de préparer une rémunération des auteurs par d’autres moyens, comme la taxation des fournisseurs d’accès, par exemple. "


Le 19 octobre 2004, nouvelle question écrite.
Cette fois, Ségolène Royal demande un moratoire sur les poursuites. "L’émergence de la technologie « peer-to-peer » pose, il est vrai, la question de la coexistence d’intérêts divergents : celui des créateurs, du public, et des maisons de disque. Cependant, on peut réellement s’interroger sur l’efficacité et la pertinence des poursuites judiciaires récentes à l’encontre de certains internautes, souvent de simples fans de musique et par ailleurs clients réguliers de l’industrie du disque, ce qui n’est en rien contradictoire. Par conséquent, elle demande au Gouvernement et aux producteurs l’application d’un moratoire sur ces poursuites et une réorientation de la lutte contre la piraterie sur l’objectif le plus sérieux : la contrefaçon de disques compacts à grande échelle réalisées à des fins commerciales."


En février 2005, elle figure parmi les 70 signataires, aux côtés de quelques (trop rares) députés socialistes
et de nombreux artistes (Manu Chao, Matthieu Chedid, Mickey 3D, Jean Louis Aubert, Jeanne Cherhal, Bénabar, Tryo, Dominique A, Yann Tiersen, Art Mengo, Debout sur le Zinc, Le peuple de l’Herbe ...) de l’appel "Libérez la musique" lancé par le Nouvel Obs et qui demande l’arrêt des poursuites contre les internautes qui téléchargent illégalement de la musique.


Le 13 avril 2006, l’occasion d’un chat sur TF1, Ségoléne Royal s’exprime avec clarté sur le projet de loi "DADVSI"
adopté par l"Assemblée et qui doit encore venir en discussion au Sénat. "C’est une loi qui est inapplicable. Internet est un formidable espace de liberté. Les amendes prévues, je ne vois pas comment on va les appliquer. Il y a sans doute des solutions plus intelligentes pour concilier la liberté des internautes, la démocratisation d’accès à la culture grâce à Internet et la juste rémunération des artistes. La loi n’est pas équilibrée, pas applicable, il faudra revenir dessus.


Mai 2006, : Alors que les opposants au projet de loi DADVSI défilent dans la rue, Ségoléne Royal appelle
, dans un communiqué de presse, "à ne pas opposer les intérêts des créateurs à ceux du public" sur ce dossier.

"Le gouvernement, encore une fois, se trompe d’époque. La rémunération de la création ne saurait justifier la généralisation du verrouillage numérique des oeuvres", estime la candidate préférée des sympathisants PS pour la présidentielle de 2007.

Pour la députée des Deux-Sèvres, "ce verrouillage aboutit à pénaliser ceux qui ont fait l’effort d’acquérir des œuvres sur des plate-formes commerciales et encourage le recours aux copies illicites débarrassées, elles, de toute contrainte technique... En renforçant juridiquement les dispositifs de contrôle d’usage (DRM), le projet de loi DADVSI menace le droit à la copie privée, bride l’innovation et porte atteinte aux libertés numériques".


En mai 2006, à l’issue d’un forum participatif consacré au téléchargement sur le site désirs d’avenir
(un forum qui a duré plusieurs semaines et qui a a suscité plusieurs centaines de contributions), Ségolène Royal présente les conclusions qu’elle retient du debat.

Dans le texte mis en ligne sur son site, Ségolène Royal déclare que "le rôle de l’Etat est de conforter la coexistence entre plusieurs modes de rémunération et de financement". Outre "les revenus directs, la vente de fichiers se substituant progressivement à la vente de CD", les ressources des auteurs pourraient provenir de "revenus indirects.... Les intermédiaires (webradios, plates-formes de P2P) reverseraient une partie de leur chiffre d’affaires aux titulaires de droits en contrepartie du droit d’exploiter commercialement les oeuvres".

S’ajouterait une troisième catégorie de ressources, "les revenus mutualisés, qu’il s’agisse de la redevance pour copie privée ou de la création, pour les échanges gratuits entre personnes, d’un système de licence globale forfaitaire... S’il est indispensable de permettre une rémunération juste des créateurs (...), il ne saurait être question de maintenir artificiellement des modèles économiques dépassés par l’évolution technique, et de maintenir un cadre légal en décalage complet avec le progrès technologique et les aspirations manifestes du public". Elle critique sévèrement la DADVSI qui réglemente strictement le téléchargement sur l’internet. Ce texte, estime-t-elle, "n’apporte rien aux créateurs (...), rogne les droits du public, avec la remise en cause larvée de l’exception pour copie privée"


Desirsdavenir.org. publie le même jour la synthèse des 780 contributions déposées sur le forum.

La réaction des représentants des industries culturelles est immédiate.Et plutôt sèche.

Côté cinéma, c’est la SACD et l’ARP qui "déplorent les déclarations de Madame Ségolène Royal en faveur de la licence globale"


Côté musique, pas moins de quatre organisations d’auteurs, de compositeurs et d’éditeurs (SACEM, le SNAC, l’UNAC, la CEMF, la CSDEM et la SEAM) interpellent vigoureusement Ségolène Royal et font part de leur "stupéfaction de la teneur de la position prise par Madame Ségolène Royal au sujet de la licence globale.

"Les créateurs français peuvent en effet espérer que leur sort ne sera pas réglé de manière hâtive et irréfléchie, ni ne résultera d’ajustements de circonstance quant au caractère optionnel ou catégoriel d’une mesure économiquement inadaptée, juridiquement illégale et culturellement nocive."

La pression est forte. Ségoléne Royal n’y céde pas.


mois apres sa désignation comme candidate du PS, en mars 2007, elle maintient le cap, à l’occasion d’une interview à l’Ordinateur individuel

"La stratégie fondée sur l’intimidation judiciaire et la sur-protection des oeuvres a échoué. La filière musicale l’a compris et propose désormais aussi des services sans DRM, des offres forfaitaires ou gratuites. Mais la droite laisse un cadre juridique dépassé et inapplicable. Au delà de la remise à plat de la loi DADVSI, il me semble nécessaire de reprendre la concertation avec les acteurs du secteur pour préserver la copie privée, moderniser la gestion collective et diversifier les modes de financement des auteurs, artistes et producteurs : droits exclusifs, licences légales, licence globale".


Elle revient sur le sujet, fin mars 2007, à l’occasion d’un interview à Internautes-Micro.

"L’annulation par le Conseil constitutionnel des dispositions de la loi DADVSI portant sur le peer-to-peer a démontré le caractère juridiquement erroné et impraticable des choix faits par le Gouvernement de droite et que j’ai dénoncés dès le mois de mai 2006. Par ailleurs, la stratégie fondée sur l’intimidation judiciaire et les DRM a échoué. La filière musicale est en train de choisir un nouveau modèle économique fondé sur des offres gratuites ou sans DRM.

Nous devrons donc reprendre ce dossier avec les acteurs du secteur, y compris les associations de consommateurs, pour moderniser la gestion collective et diversifier les modes de financement des acteurs culturels comme l’exige l’économie numérique. Nous devrons ainsi assurer les droits d’auteur et la rémunération des usages qui ne peuvent être interdits : redevance pour copie privée, et licence globale pour les téléchargements. Parallèlement, nous devrons garantir aux consommateurs l’interopérabilité."


Puis dans une interview, mi-avril 2007, dans PC Impact

"La loi DADVSI n’apporte rien aux créateurs. Elle prend le contre-pied d’une pratique massive au lieu de l’organiser intelligemment et équitablement. Cela me rappelle les radios libres : elles aussi furent un temps hors la loi avant que la gauche libère les ondes.

À chaque saut technologique, des résistances s’expriment et des peurs légitimes apparaissent. Je suis très attachée à la protection du droit d’auteur et à une juste rémunération des artistes. Mais je crois aussi que le numérique et le P2P peuvent être une chance pour la culture. Une chance de démocratiser l’accès à la culture.


Une chance de modernisation économique avec l’émergence de nouveaux services et d’entreprises innovantes. La droite a gâché une occasion ; il appartiendra à la gauche de revoir cette loi et de réfléchir sérieusement à un nouveau modèle qui préserve à la fois le droit des créateurs, les pratiques innovantes, la création d’emploi dans le secteur du numérique et le progrès technologique. Je prends l’engagement, dans la lignée du rapport Rocard, à lancer une consultation pour arriver à une nouvelle loi. Une solution est possible, plus équilibrée, plus moderne, qu’il nous appartient d’inventer."


Lire la suite

Petite manipulation entre amis...

9 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

J’avoue avoir aimé cette matinée où se mêle l’information et… une forme de manipulation. Dans ce sens, cette semaine m’aura confirmé quelques réflexions venues au cours de ces deux ans et demi de bloguing.

 

Tout d’abord, cette « fameuse » photo, je l’avais déjà vu il y a quelques jours (avec les commentaires…) et sur le moment vraie ou fausse, elle ne constituait pas pour moi un fait essentiel et jusqu’à hier, elle n’offrait même aucun intérêt.

 

Par contre, elle a pris tout son « sens » hier à la lecture de Monde sur la volonté de l’Elysée d’impulser une charte de déontologie à destination de la presse. Ce qui en l’occurrence m’apparaît tout simplement hallucinant, dans une démocratie, un pouvoir a-t-il vocation à dire à la presse comment elle doit faire et dans quel cadre. Jusqu’à preuve du contraire, et certains commentaires me l’ont fait remarquer, la justice a les outils mis à sa dispo pour trancher les cas de diffamations et d’atteinte à la vie privé.

 

Sur ce point, curieusement, je n’ai eu aucune remarque alors que comparativement cela me paraît largement plus inquiétant, d’autant plus que cette intention se double d’une déclaration au cynisme sans fard de la part de Nicolas Sarkozy faite devant les représentants de la presse.

 

Aussi, j’ai pris le parti de focaliser mon propos de ce matin sur cette photo, renforcé par le fait qu’elle apparaissait dans les flux de Marianne2, en passant volontairement au second plan cet article du Monde sur cette déontologie voulue par l’Elysée.

 

C’est probablement un procès d’intention de ma part mais quand je vois la nature de la future loi Hadopi, je m’inquiète. D’ailleurs, et en deuxième réflexion, au-delà du téléchargement c’est bien la question du contrôle de échanges qui est posée.

 

Dans le même sens, les poursuites judiciaires engagées contre Médiapart pour son enquête approfondie sur François Pérol et le scandale des Caisses d’Epargne.

 

Sans rancune je l’espère, je comprends et accepte les commentaires parfois peu aimables.

Lire la suite

Carla Bruni : la femme à quatre bras et la presse en berne.

9 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

Sur  ce cliché, on remarque un mystère de la nature, la première dame de France a quatre bras , il est vrai qu’elle vient de lancer un association qui s’est donnée pour mission de dire non à la misère, quatre bras semble donc un minimum…

 

Au-delà de l’aspect purement formel de la chose et l’usage de plus en plus systématique de photoshop pour retoucher des photos afin de les rendre plus désirables aux yeux du grand grand public, on peut s’interroger sur les journaux sérieux qui reproduisent celles-ci avec des montages aussi grossiers ? (l’Express).

 

D’autant plus que ce cliché a semble-il été remanié dans les locaux du Figaro… dans ces conditions quelle crédibilité leurs accorder sur d’autres sujets plus sensibles ?

 

Après l’histoire du journaliste de TF1 viré pour avoir oser critiquer la loi hadopi, vraisemblablement sur « recommandation » du ministère de la culture ; on est en droit de s’interroger sur l’indépendance des gros médias vis-à-vis du pouvoir et plus particulièrement du pouvoir sarkozyste.

 

Et ce, au moment où l’Elysée veut pousser à création d’uncode de déontologie de la presse… et de rappeler des propos de Sarkozy à la presse au moment de ses vœux : « «Votre indépendance, vous la mettez en berne un jour comme aujourd'hui, lorsqu'il s'agit de venir quérir des subventions» qui résonne comme une menace.


L'absence de réaction dans la presse est assez symptomatique de l'époque que nous traversons.

 

Oui, la presse est en difficulté et pas seulement d’un point de vue financier, , sur les bases même de son existence... alors, oui les blogs ont de beaux jours devant eux.

Lire la suite

Pierre Larrouturou est un Blogueur !

8 Mai 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

Je sais, j'avais dit cela il y a quelques semaines...

Et bien cette fois, c'est officiel : 12h48, ce jour, SMS de Pierre "Marc, je suis un blogueur"... je coupe un peu le message mais l'essentiel est là, Pierre blogue.

Il blogue en compagnie de Christian Saint-Etienne sur un bog créé par Le Monde :"
L'Europe à deux voix, A quoi sert l'UE face à la crise".

Je ne vous cache pas ma satisfaction de lire plus souvent Pierre. Pour rappel, il vient de sortir un livre "Crise, la solution interdite" et aussi l'appel du 2 mai qui semble prendre des proportions intéressantes.
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 > >>