Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Proposer… what else ?

9 Janvier 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

 

A entendre de vagues échos, les résolutions du PS  pour cette année ne semblent emballer personnes. Je ne doute pas une seconde qu’on me taxera de mauvais camarade mais cela n’est certainement pas une nouveauté pour l’habitué de ces lieux.

 

Donc, c’est entendu nous allons proposer… quoi… il nous faudra attendre le jour de l’investiture d’Obama pour le savoir.

 

Oui c’est un coup de génie des communicants de Solférino, le parti socialiste va exposer ses propositions le 20 janvier, soit le même jour que ce modeste évènement local où nous verrons, pour la première fois, entrer à la Maison Blanche, un noir.

 

D’avance, je n’ose prévoir les retombées journalistiques et vis à vis du citoyen lambda de notre présentation mondiale à nous pour tenter d'apporter des solutions à la crise…

 

Ca rénove mais c’est dur.  Comme dirait l'autre : "YES !! We Can".

Lire la suite

où est Arnaud Montebourg ?

8 Janvier 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

 
C
omme chacun le sait, Arnaud Montebourg, notre ex-vibrionnant défenseur de la 6ème République et défunt apôtre du non cumul des mandats, a été chargé de rénover le PS dans ses us et coutumes… Il est vrai qu’il y a de quoi faire.

 

Cependant, force est de constater le silence de notre secrétaire national depuis sa nomination, aussi, je reprends la lettre que lui a adressée l’ami Kevin pour connaître les grandes lignes de sa démarche.

 

Avec son autorisation, je l’ai mis chez moi.


Monsieur le député,


Vous avez été nommé par Martine Aubry Secrétaire national à la rénovation le 6
décembre dernier. Je souhaiterais connaître le calendrier et la méthode que vous souhaitez mettre en place.


Sur le calendrier, je n’ai trouvé aucune annonce jusqu’à ce jour. Y en a t il un ? Y en aura il un bientôt et quand précisément ?


Sur la méthode, songez vous a organiser de grandes conventions thématiques ou de simples rencontres un vendredi après midi, durant deux heures, au siège du Parti Socialiste ? Qui souhaitez vous inviter à participer à cette entreprise intellectuelle ? Par exemple souhaitez vous organiser une grande convention regroupant les 27 partis socialistes européens pour préparer l’après Manifesto ?


Dans l’attente de votre réponse, veuillez recevoir, Monsieur le député, mes salutations les plus distinguées.


Kévin PUISIEUX


Bien entendu, je m’associe à l’initiative de Kevin et vous propose d’en faire autant afin que le Parti Socialiste puisse se muer rapidement en un parti moderne, ouvert sur la société et les citoyens.

 

Lire la suite

Gaza : un corridor pour un carnage…

7 Janvier 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

 

On serait tenté de dire enfin… mais au regard des morts dans cette école de l’ONU, il n’y a aucun mot à dire.

 

Alors ici ou là, on pourra lire que Sarkozy a réussi à minima son coup avec ce corridor humanitaire mais cette acceptation d’Israël survient après la énimème « bavure » de Tsahal dans ce type de conflit et après qu’Obama ait dénié s’exprimer en regrettant les morts civils… c’est le moins qu’il pouvait dire.

 

Combien de linceuls faudra-t-il encore pour que la communauté internationale daigne faire le moins qu’on puisse lui demander… imposer un cessez le feu immédiat, la reprise des « négociations ».

 

Plus facile à dire qu’à faire… Je constate que pour nos puissances occidentales, il est plus facile de débloquer des centaines de milliards pour renter de renflouer des apprentis sorciers en déroute que d’essayer d’imposer la paix ou de permettre à des milliers de palestiniens pris en otage par deux gouvernements (Le Hamas qui quoiqu’on en dise a été élu et le gouvernement Israélien).

 

Manifestement, c’est bien l’absence de volonté qui prédomine et ce depuis plusieurs décennies.

 

700 morts, 3000 blessés palestiniens… combien d’innocents ? et pour quel résultat… une élection… car je doute que le Hamas sorte détruit ce déferlement de violence aveugle… ou simplement permettre à Al Quaïda de prendre la relève…

 

Israël a aidé le Hamas au détriment du Fatah… aujourd’hui, l’Etat Hébreu joue une nouvelle fois avec le feu… Quand on regarde les conséquences d’un pari insensé, on peut juste se dire que le terreau de nouveaux affrontements sanglants est déjà bien prévisible.

 

A qui cela profite-t-il ?

Lire la suite

Christine Lagarde : "le froid c'est une aubaine"

6 Janvier 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses


Gros début d'année pour certains politiques, Christine Lagarde ne pouvait passer à coté d'une bien belle déclaration...

Coutumière du fait, elle a néanmoins tenu à placer la barre haute voire inaccessible...

Grosso modo, le froid c'est super ça permet de vendre des manteaux... bon c'est vrai y a des pauvres....  mais c'est bon pour l'économie CQFD... en espérant que ces derniers soient faits en France et rien n'est moins sûr.

C'était sur Europe1... minutage à partir de 3 minutes 47...

Une ministre de l'économie comme ça faut lagarder :).





Lire la suite

Sarkozy – Justice - République : crions nous au loup ?

6 Janvier 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique


Ce matin, en parcourant mes flux d’actualité, je tombe sur une info du monde où Sarkozy semblerait sur le point de supprimer le juge d’instruction

 

A vrai dire, sans être, loin de là, un spécialiste du Droit, je n’ai pu m’empêcher de penser que notre autocrate en chef n’a de cesse de mettre à mal les principes fondamentaux de notre démocratie et plus particulièrement celui de l’indépendance de la Justice.

 

Avant de m’atteler à la tache d’une nouvelle saillie contre le pouvoir sarkoziste, j’ai marqué un temps d’arrêt… et si Maitre Eolas se fendait d’un billet étayé… c’est fait et c’est ici.

 

Sinon depuis des mois, certains nous accusent de crier au loup, il semble que la réalité rejoigne un peu plus chaque jour nos craintes.

 

C’est vrai dans ce domaine comme dans d’autres… hélas… ce n'est pas fini.

Lire la suite

La pilule, mère de tous les pêchés…

6 Janvier 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

 
On savait le Vatican réfractaire à tous modes de contraception, on savait le Vatican hostile à toutes formes de « vie » sexuelle au nom de la seule sacro-sainte reproduction.

 

Aujourd’hui, le Vatican franchit un pas supplémentaire en décrétant la Pilule désormais responsable des dérèglements environnementaux avec l’infertilité masculine… allons plus loin… c’est à la Pilule qu’on doit les dérèglements climatiques, la faim dans le monde, la crise économique et… bien entendu, le conflit israélo-palestinien.

 

En somme, éradiquons la Pilule et le monde ira mieux… au fond c’est si simple, la vision vaticanesque.

 

Au-delà de l’aspect tragi-comique de cette nouvelle croisade, c’est bien la question de la possibilité de l’émancipation féminine qui apparaît en filigrane. La Pilule mère de tous les pêchés et par extension la femme mère de tous les vices.

 

En somme, on assiste avec Benoit XVI a un raidissement théologique sans précédent, ce qui n’est pas particulièrement rassurant pour l’ensemble de la société.

 

Enfin, cet épisode me permet de rappeler ma  conception d’une contraception mieux partagée (cf mon article sur la vasectomie) et de vous faire découvrir le blog de Martin Winckler, sorte de grand satan de cette « théorie » et accessoirement médecin particulièrement engagé et actif, à découvrir d'urgence.

Edit : ce jour, j'apprends qu'un accord de reconnaissance des diplômes a été passé entre la France et le Vatican... ça permettre à la Recherche d'approndir cette question sur les malheurs de la Pilule...

Lire la suite

Exclusif : la nouvelle grille de France 2.

5 Janvier 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

 

Yes we can !!

 

Ce soir, nous sommes débarrassés de la publicité sur France Télévision, on pourra commencer à s’avachir dès 20h35 au lieu de 20h50… Mais déjà nous avons un aperçu de la mue qualitative des chaînes du groupe…

 

Tenez, ce week-end, nous avons eu le retour de Patrick Sabatier pour une émission à Levallois Perret… chez Monsieur et Madame Balkany… si ce n’est pas un vrai gain, faut vraiment être difficile.

 

Sinon dès demain et en exclusivité quelques morceaux de la nouvelle grille… tout est possible.

 

Donc quelques morceaux :

 

7h30 : les 4 vérités émission animée par Claude Guéant.

 

9h45 : A vous de juger animée par Rachida Dati.

 

14h : la chance aux pauvres animée par Christine Boutin et Martin Hirsch. 

 

19h59 : la minute de Monsieur S…

 

20 h : ben le 20 heures mais en direct de l’Elysée avec Carla Bruni comme présentatrice (la caution pluraliste…).


20 h 35 : Rions de la gauche animée par Laurent Gerra.
 

Sinon sur le principe, c’est plutôt pas mal, ma seule et grosse crainte réside plutôt dans le fait que le pouvoir en France a toujours eu l’œil mauvais pour l’indépendance des médias.

 

Déjà, j’ai un vieux doute sur la nécessité de France Inter d’être partenaire de l’album de Carla Bruni-Sarkozy.

 

Et ce d’autant plus avec la nomination du patron du groupe par le locataire de l’Elysée… Certes, il n’y a pas tromperie sur la marchandise mais dans le tout est possible, je ne pensais pas à la résurrection d’une Pravda à cette échelle surtout à l’heure de la diversification des médias.

 

Enfin… avec ce Président et ce gouvernement, nous ne sommes jamais au bout de nos surprises… quoique.

Lire la suite

Gaza : genèse d'une guerre ?

5 Janvier 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye


Cet article vient du site
Contre Info et a été écrit par le journalise et écrivain israelien 
Uri Avnery (militant des droits des palestiniens et pacifiste convaincu, il appartient à une tendance de la gauche israélienne).

Il me semblait important de le relayer (c'est un peu long mais au regard des innocents morts après un peu moins de 10 jours de combat, c'est dérisoire).

Juste après minuit, la chaîne arabe Al Jazeera diffusait un reportage sur les événements à Gaza. Soudain, la caméra s’est dirigée vers le ciel nocturne. L’écran était noir. On ne pouvait rien voir, mais on entendait un bruit : celui des avions, un effrayant, un terrifiant vrombissement.

Il était impossible de ne pas penser à ces dizaines de milliers d’enfants de Gaza qui entendaient ce bruit à ce moment-là, se recroquevillant avec effroi, paralysés par la peur, attendant que tombent les bombes.

« Israël doit se défendre contre les roquettes qui terrorisent nos villes du Sud », déclarait le porte-parole israélien. « Les Palestiniens doivent riposter à l’assassinat de leurs combattants à l’intérieur de la bande de Gaza », affirmait celui du Hamas.


En fait, le cessez-le-feu n’a pas été rompu, car il n’y avait pas de véritable cessez-le-feu. La principale exigence pour tout cessez-le-feu dans la bande de Gaza doit être l’ouverture des points de passages à la frontière. Il ne peut y avoir de vie dans la bande de Gaza sans le passage d’un flux d’approvisionnement. Mais ces passages n’ont pas été ouverts, à l’exception de quelques heures de temps en temps. Le blocus sur terre, sur mer et dans les airs contre un million et demi d’êtres humains est un acte de guerre, tout autant que tout largage de bombes ou tirs de roquettes. Il paralyse la vie dans la bande de Gaza, en détruisant la plupart des possibilités d’emploi, en jetant des centaines de milliers de personnes au bord de la famine, en provoquant l’arrêt du fonctionnement de la plupart des hôpitaux, en perturbant l’approvisionnement en électricité et en eau.


Ceux qui ont décidé de fermer les points de passage - sous quelque prétexte que ce soit - savaient qu’il n’y a pas de véritable cessez-le-feu dans ces conditions.


C’est là le point central. Ensuite, vinrent les petites provocations qui ont été conçues pour provoquer la réaction du Hamas. Après plusieurs mois durant lesquels pratiquement aucune roquette Qassam n’avait été tirée, une unité de l’armée a été envoyée dans la bande de Gaza « afin de détruire un tunnel arrivant près de la barrière frontalière ». D’un point de vue strictement militaire, il aurait été plus judicieux de monter une embuscade de notre côté de la frontière. Mais l’objectif était de trouver un prétexte pour mettre un terme au cessez-le-feu, de telle manière que l’on puisse en attribuer de façon plausible la responsabilité aux Palestiniens. Et en effet, après plusieurs de ces petites opérations dans lesquelles les combattants du Hamas ont été tués, le Hamas a riposté par un tir massif de roquettes. Et voilà - le cessez-le-feu était terminé. Tout le monde a blâmé le Hamas.


Quel était le but recherché ? Tzipi Livni l’a annoncé ouvertement : liquider le pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza. Les roquettes Qassam ont seulement servi de prétexte.


Liquider le pouvoir du Hamas ? Cela ressemble à un chapitre de « La Marche Folle ». Après tout, ce n’est pas un secret que c’est le gouvernement israélien qui a mis en place le Hamas. Lorsque j’ai interrogé un jour Yaakov Peri, un ancien dirigeant du Shin Bet, à ce sujet, il m’a répondu énigmatiquement : « Nous ne l’avons pas créé, mais nous n’avons pas entravé sa création. »


Pendant des années, les autorités d’occupation ont favorisé ce mouvement islamique dans les territoires occupés. Toutes les autres activités politiques étaient vigoureusement réprimées, mais leurs activités dans les mosquées ont été autorisées. Le calcul était simple et naïf : à l’époque, l’OLP était considérée comme le principal ennemi, Yasser Arafat était le Diable. Le mouvement islamique prêchait contre l’OLP et Arafat, et a donc été considéré comme un allié.


Avec le déclenchement de la première Intifada en 1987, le mouvement islamique s’est officiellement rebaptisé Hamas (les initiales en arabe de « Mouvement de résistance islamique ») et a rejoint la lutte. Même à cette époque, le Shin-Bet n’a pris aucune mesure contre eux pendant près d’un an, tandis que les membres du Fatah étaient exécutés ou emprisonnés en grand nombre. Ce n’est qu’après une année que le cheikh Ahmed Yassine et ses collègues ont également été arrêtés.


Depuis lors, la roue a tourné. Le Hamas est devenu le nouveau Satan, et l’OLP est considérée par beaucoup en Israël comme étant presque une branche de l’organisation sioniste. La conclusion logique pour un gouvernement israélien recherchant la paix aurait été de faire de larges concessions à la direction du Fatah : fin de l’occupation, signature d’un traité de paix, fondement de l’État Palestinien, retrait aux frontières de 1967, une solution raisonnable au problème des réfugiés, et la libération de tous les prisonniers palestiniens. Cela aurait arrêté la montée du Hamas à coup sûr.


Mais la logique a peu d’influence sur la politique. Rien de ce genre ne s’est produit. Au contraire, après l’assassinat d’Arafat [sic], Ariel Sharon a déclaré que Mahmoud Abbas, qui l’avait remplacé, était une « volaille plumée ». On n’a pas autorisé à Abbas d’obtenir le moindre succès politique. Les négociations, sous les auspices américaines, sont devenu une plaisanterie. Le plus authentique chef du Fatah, Marwan Barghouti, a été envoyé en prison à perpétuité. Au lieu d’une libération massive de prisonniers, il n’y a eu que de petits « gestes » insultants.

Abbas a été systématiquement humilié, le Fatah ressemblait à une coquille vide et le Hamas a remporté la victoire lors des élections palestiniennes - les élections les plus démocratiques jamais organisées dans le monde arabe. Israël a boycotté le gouvernement élu. Dans la lutte intestine qui s’en est suivi, le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza.


Et maintenant, après tout cela, le gouvernement israélien a décidé de « liquider le pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza » - par le sang, le feu et les colonnes de fumée.

Le nom officiel de cette guerre est « plomb durci », deux mots provenant d’une comptine enfantine sur un jouet d’Hanukkah.


Il serait plus exact de la nommer « la guerre des élections ».


Dans le passé, aussi, des actions militaires ont été lancées lors de campagnes électorales. Menachem Begin a bombardé le réacteur nucléaire irakien durant la campagne de 1981. Lorsque Shimon Peres a affirmé qu’il s’agissait d’un gadget électoral, Begin a répliqué lors du meeting suivant : « Juifs, croyez-vous que je voudrais envoyer nos braves garçons à leur mort, ou pire, être fait prisonnier par des animaux, afin de gagner une élection ? » Begin a gagné.


Peres n’est pas Begin. Lorsqu’au cours de la campagne électorale de 1996 il a ordonné l’invasion du Liban (opération « Raisins de la colère »), tout le monde était convaincu qu’il l’avait fait afin de gagner des élections. La guerre a été un échec, Peres a perdu les élections et Benyamin Nétanyahou est arrivé au pouvoir.

Barak et Tzipi Livni recourent aujourd’hui à la même vieille ficelle. En 48 heures, selon les sondages, le résultat des votes pour Barak lui assurerait cinq sièges supplémentaires à la Knesset. Soit environ 80 morts Palestiniens pour chaque siège. Mais il est difficile de marcher sur un tas de cadavres. Ce succès pourrait s’évaporer en une minute si la guerre était considérée comme un échec par l’opinion publique israélienne. Par exemple, si les roquettes continuent de frapper Beersheba, ou si l’attaque au sol provoque de lourdes pertes israéliennes.

Le calendrier a également été choisi méticuleusement sous un autre angle. L’attaque a commencé deux jours après Noël, lorsque les dirigeants américains et européens sont en vacances jusqu’au nouvel an. Avec pour calcul : même si quelqu’un voulait essayer de mettre fin à la guerre, nul ne peut renoncer à ses vacances. Cela garantissait de disposer de plusieurs jours à l’abri de pressions.


Une autre raison à présidé au choix du moment : ce sont les derniers jours de George Bush à la Maison Blanche. On pouvait s’attendre à ce que ce sanglant imbécile soutienne la guerre avec enthousiasme, ce qu’il a fait bien sûr. Barack Obama n’est pas encore entré en fonction et a eu à sa disposition un prétexte tout fait lui permettant de garder le silence : « il n’y a qu’un seul président ». Ce silence n’est pas de bon augure pour le mandat du président Obama.


La préoccupation principale a été : ne pas répéter les erreurs de la deuxième guerre du Liban. Cela a été répété sans cesse sur toutes les ondes et durant tous les talk-shows.

Cela ne change rien aux faits : la guerre de la bande de Gaza est une réplique presque identique de la deuxième guerre du Liban.


Le concept stratégique est le même : terroriser la population civile par des attaques aérienne sans relâche, semant la mort et la destruction. Cela ne pose aucun danger pour les pilotes, car les Palestiniens n’ont aucune arme antiaérienne. Le calcul est celui-ci : si toute les infrastructures permettant la vie quotidienne dans la bande de Gaza sont totalement détruites et que l’anarchie totale s’ensuit, la population va se soulever et renversera le régime du Hamas. Mahmoud Abbas reviendrait alors dans la bande de Gaza dans les chars israéliens.

Au Liban, ce calcul n’a pas fonctionné. La population prise sous les bombardements, y compris les chrétiens, s’est ralliée derrière le Hezbollah et Hassan Nasrallah est devenu le héros du monde arabe. Quelque chose de semblable va probablement se produire cette fois-ci également. Les généraux sont des experts en ce qui concerne les armes et la manoeuvre des troupes, mais pas en psychologie des masses.

Il y a quelque temps, j’ai écrit que le blocus de Gaza était une expérience scientifique visant à savoir jusqu’où on peut affamer une population et transformer sa vie en enfer avant qu’elle ne rompe. Cette expérience a été menée avec l’aide généreuse de l’Europe et les États-Unis. Jusqu’à présent, elle n’a pas réussi. Le Hamas s’est renforcé et la portée de la Qassams s’est accrue. La guerre d’aujourd’hui est une continuation de cette expérience par d’autres moyens.


Il est possible que l’armée « n’ait pas d’autre choix » que de re-conquérir la bande de Gaza, car il n’y a pas d’autre moyen d’arrêter les Qassams - sauf à parvenir à un accord avec le Hamas, ce qui est contraire à la politique du gouvernement. Lorsque l’invasion terrestre commencera, tout dépendra de la motivation et des capacités des combattants du Hamas vis-à-vis des soldats israéliens. Personne ne peut savoir ce qui va se passer.

Jour après jour, nuit après nuit, la chaîne en arabe Al Jazeera diffuse des images atroces : des piles de corps mutilés, des parents en larmes à la recherche de leurs proches parmi les dizaines de cadavres étendus sur le sol, une femme tirant sa petite fille de sous les décombres, des médecins sans médicaments tentant de sauver la vie des blessés. (Al Jazeera en langue anglaise, contrairement à son homologue en arabe, a effectué une étonnante volte-face, diffusant seulement des images aseptisées et reprenant la propagande du gouvernement israélien. Il serait intéressant de savoir ce qui s’est passé là-bas.)


Des millions de spectateurs voient ces terribles scènes, image après image, jour après jour. Ces images sont inscrites en leurs esprits pour toujours : horrible Israël, abominable Israël, inhumain Israël. Toute une génération d’ennemis. C’est un prix terrible, que nous allons être obligés de payer longtemps après que les autres résultats de la guerre elle-même auront été oubliés en Israël.


Mais il y a autre chose qui s’inscrit également dans l’esprit de ces millions de spectateurs : l’image de ces régimes arabes, passifs, misérables, corrompus.

Comme le voient les Arabes, un élément ressort au-dessus de tous les autres : le mur de la honte.

Pour le million et demi d’Arabes dans la bande de Gaza qui souffrent terriblement, la seule ouverture sur le monde qui ne soit pas contrôlée par Israël est la frontière avec l’Égypte. C’est seulement par là que peuvent parvenir la nourriture qui permet la vie et les médicaments qui peuvent sauver les blessés. Cette frontière demeure fermée au pire moment d’horreur. L’armée égyptienne a bloqué la seule issue permettant à l’alimentation et aux médicaments d’entrer, alors même que sur les chirurgiens opèrent les blessés sans anesthésie.

D’un bout à l’autre du monde arabe résonnent les paroles de Hassan Nasrallah : Les dirigeants de l’Égypte sont les complices de ce crime, ils collaborent avec l’« ennemi sioniste » en tentant de briser le peuple palestinien. On peut supposer qu’il ne désignait pas uniquement Moubarak, mais aussi tous les autres dirigeants, du roi d’Arabie saoudite au président palestinien. En voyant les manifestations dans le monde arabe et en écoutant les slogans on a l’impression que pour de nombreux Arabes leurs dirigeants sont au mieux pathétiques et misérables, au pire des collaborateurs.


Cela aura des conséquences historiques. Toute une génération de dirigeants arabes, une génération imprégnée de l’idéologie du nationalisme arabe laïque, les successeurs de Gamal Abd-al-Nasser, Hafez al-Assad et Yasser Arafat, pourrait être balayée de la scène. Dans le monde Arabe, la seule alternative viable est celle de l’idéologie fondamentaliste islamique.


Cette guerre l’écrit en lettres capitales : Israël a manqué une chance historique de faire la paix avec le nationalisme arabe laïque. Demain, il pourra être confronté à un monde arabe uniformément fondamentaliste, un Hamas multiplié par mille.


L’autre jour, mon chauffeur de taxi à Tel-Aviv réfléchissait à voix haute : Pourquoi ne pas mobiliser les fils des ministres et des membres de la Knesset, les rassembler en une unité de combat et les envoyer à la tête de la prochaine attaque terrestre sur la bande de Gaza ?

Uri Avnery, Gush Shalom, 3 janvier 2009

PS
: hier soir, j'ai lu qu'au final Sarkozy estimait que le Hamas avait une lourde responsabilité dans cette guerre sale. Soit une positon assez différente de sa diplomatie et à la veille de sa tournée...

Lire la suite

Jean Ziegler se paye Eric Woerth...

4 Janvier 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique


Merci à Ronald pour cette "belle" vidéo de Jean Ziegler qui rappelle une évidence : un enfant meurt de faim toutes les 3 secondes malgré les promesses prises en 2000 par les dirigeants de la planête.

Pour Eric Woerth... la mort d'un enfant ne semble pas être une "chose" sérieuse... Merci à lui... (écoutez bien la fin).


Lire la suite

Gaza, l’escalade tragique…

4 Janvier 2009 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses



Depuis hier soir, l’armée israélienne a décidé d’envahir Gaza.

 

Une fois n’est pas coutume, je soutiens sans réserve la position de la diplomatie française, particulièrement équilibrée en renvoyant dos à dos les protagonistes de ce conflit.

 

Au final, le Conseil de Sécurité n’a évidemment pas trouvé de texte minimal, les Etats-Unis comme à leur habitude ayant à cœur de départager le bien et le mal. Dans ce contexte, je le répète, le silence d’Obama risque de peser lourd dans les prochaines semaines et écorner durablement son image auprès de la l’opinion publique mondiale.

 

Oui Israël a droit à la sécurité, oui les Palestiniens ont droit à un Etat… pourvu d’une unité territoriale.

 

Sale début d’année… et c’est probablement loin d’être fini.

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 > >>