Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Rien ou plutôt si...

5 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

Désolé… j’ai bien pas mal de choses à dire mais la tête y est moyennement.

 

Pour tout dire, cette nuit, les pompiers sont venus à la maison pour emmener Marianne aux urgences gynécologiques du fait d’une petite complication au niveau sa (notre) grossesse.

 

Le petit dernier est à mois à 1,5 de son arrivée pour parachever notre petite tribue.

Heureusement, le petit bonhomme va bien et la maman aussi.

 

Conséquence de la suractivité de la maman et donc d’un état de fatigue important… nous ne savons. Avec en prime, Gabriel qui doit être gardé à la maison pour cause d’institutrice malade et cette semaine une très belle varicelle.

 

Bref un certain manque de sérénité et manque de sommeil évident.

 

Bref… ç’est un peu en suspend ici.

Lire la suite

Un socle commun. Le livre noir du Libéralisme (1).

4 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye


LarrouturouVoilà, la semaine dernière, je vous avais proposé de commencer un cycle issu du livre de Pierre Larrouturou intitulé « Le livre noir du libéralisme »… Cette démarche peut sembler curieuse de vouloir synthétiser un ouvrage. En fait, cela correspond aussi à un objectif somme tout assez égoïste en me mettant au clair avec certaines réalités économiques, par prolongement, j’espère que cela permettra de « construire » un socle commun aux militants socialistes qui viennent me lire.

 

Au fond, je me retrouve complètement dans cette phrase : « Oui, il faut comprendre pour pouvoir agir ». Je me permettrai d’annoter chacun des chapitres, la technique de cette synthèse sera faite de reformulation et de passage repris dans l’ouvrage (Si l’auteur me lit, j’espère qu’il ne m’en voudra pas). C’est parti.

 

Préalable : Le livre noir du libéralisme se décompose en trois parties. 1. Le Livre noir du libéralisme 2. Construire une alternative 3. Qu’est ce qui bloque ? A noter que tous les chiffres (oui désolé mais c’est nécessaire) proviennent de sources dont on ne peut suspecter une quelconque obédience gauchiste (eurostat, OCDE, journaux économique…). Si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à demander.

 

Préface par Michel Rocard.

 

« La science économique a dérivé et s’est recroquevillée pour n’être plus qu’une science de la circulation de l’argent »… « Il est moins que jamais admissible le monopole de ses réflexions de ses débats au seuls spécialistes, alors qu’on les découvre en train de jouer aux apprentis sorciers ».

 

Chapitre 1 : Dire la Vérité.

 

Deux mots me viennent naturellement à la lecture de ce chapitre mensonge et précarité et ces constats ne sont pas propre à la France.

 

Mensonges par omission ?

 

Deux exemples illustrent bien cette réalité. Celui des retraites dont on ne cesse de nous rebattre les oreilles depuis plusieurs années qu’il nous faudra travailler plus longtemps or l’age moyen de départ en retraite est passé de 62 ans en 2001 à 60,8 ans au 1er semestre 2006. C’est un des paradoxes cachés de la Réforme Fillon, celle-ci a précipité les départs en retraite. L’autre conséquence est qu’en 2002 les caisses de retraite étaient à l’équilibre et qu’aujourd’hui elles accusent un déficit de plus de 7 milliards…  belle réussite.

Le deuxième exemple est bien entendu celui du chômage. Celui-ci serait à son plus bas historique depuis 30 ans. Rien de plus commode d’arranger les statistiques, de sortir telles ou telles catégories, d’oublier les dispenses, de ne pas prendre en compte les RMIstes… avec ça on arrive à un minimum de 4,5 millions de personnes sans emploi.

Ces mensonges comme tant d’autres n’ont-ils après tout qu’une fonction, cacher une autre, la précarisation accélérée pour une très large majorité de nos concitoyens au profit d’une infime minorité déjà largement pourvue ?

 

Une explosion de la précarité.

 

A mon sens un indicateur peut traduire cette réalité (attention, je ne suis pas un spécialiste), l’évolution de la part des salaires dans le PIB (Produit Intérieur Brut), celle-ci a chuté de 11% en 25 ans. Ce phénomène n’est pas propre à la France, il est mondial. Cela se traduit par une autre réalité qui nous vient des Etats-Unis : entre 1979 et 2004, le revenu des 20% des plus riches a progressé de 69% contre 9% pour les 20% les plus pauvres (à titre anecdotique c’est 169% pour le 1 les plus riches…).

Cependant, et c’est plus grave, l’autre face de ce chiffre froid c’est l’explosion sans précédent de la précarité et de la pauvreté symbolisées dans le meilleur des cas par une augmentation sans précédent du temps partiel en France, aux Etats-Unis, au Japon… alors que Sarkozy n’a de cesse de vouloir faire travailler plus, ce n’est certainement pas le RSA ou les fameux emplois à la personne de Borloo qui inverseront la tendance. Au final des millions de travailleurs pauvres se voit imposer un temps de travail réduit (la durée moyenne du travail est inférieur à 34h aux USA… étonnant… grace/à cause de la multiplication des petits boulots). En Allemagne, plus de 6 millions de travailleurs sont à 15h/semaine et la loi Hartz du gouvernement Schröder a jéte des milliers d’allemand dans la pauvreté. Le salarié est non seulement précarisé dans son travail mais il l’est également dans son accès aux soins, dans son accès à l’éducation.

 

Autre conséquence des changements structurels de ce fameux PIB… un Etat qui a de moins en moins de ressources pour agir durablement et redistribuer plus équitablement les fruits d’une croissance ininterrompue depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

 

Fin du premier chapitre et je vous prie d’excuser ce résumé partiel et partial. Je n’ai pas relevé la question de la flexibilité car elle est inhérente à la précarité et que d’autres indicateurs démontre qu’elle est déjà une réalité en France. D’ailleurs, les 35h ont permis d’étendre cette sacro-sainte flexibilité. Chapitre 2 dans quelques jours.

Lire la suite

Aubry et les reconstructeurs dans la presse régionale.

3 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS


LA REPUBLIQUE DES PYRENEES
Jean-Michel Helvig

"(...) Dans ce registre, les " reconstructeurs " font très fort en amalgamant des gens qui sur le plan de l'intégration européenne, de la conception de l'économie, du rôle de l'Etat et des syndicats dans la politique sociale, ou même des réformes de société, n'étaient d'accord sur pas grand chose jusqu'à ce qu'il y a peu. On attend toujours de voir ce sur quoi ils s'accordent désormais, sinon pour éliminer des rivaux dangereux. François Hollande qui n'est pas de l'opération, mais cherche aussi à neutraliser Ségolène Royal et Bertrand Delanoë, a au moins l'habileté, sinon la simplicité de poser de bonnes questions avant d'asséner de fausses réponses. C'est, à tout prendre, plus convenable que les propos fielleux de Martine Aubry à l'égard de Ségolène Royal qui, s'ils étaient exprimés dans la voix d'un homme, seraient à juste titre dénoncés comme méprisants et machistes."

LE MIDI LIBRE
Michel Noblecourt

"(...)La réunion des 'reconstructeurs' a été le rendez-vous des faux- semblants. Au-delà de quelques généralités sur le marché et la mondialisation, il s'agit d'un rassemblement hétéroclite où se retrouvent des partisans du oui et du non au référendum de 2005 sur l'Europe qui n'ont pas d'idée commune sur la rénovation du PS. Chaque sensibilité va présenter, fin juin, sa propre contribution avant d'envisager une éventuelle motion commune. Faux-semblant aussi sur le leader à opposer à Mme Royal ou à M. Delanoë. Mme Aubry a fait son retour au PS mais elle juge que son éventuelle candidature au poste de premier secrétaire est très prématurée. Les strauss-kahniens sont divisés. Pierre Moscovici, candidat déclaré, refuse d''adouber un troisième présidentiable'. Et Manuel Valls, absent de la réunion, plaide pour une relève 'générationnelle'. Point mort."

SUD-OUEST
Franck De Bondt

"(...) La participation à cette coalition de Martine Aubry -l'autre femme du PS qui est l' antithèse de Ségolène Royal- est une indication majeure. La maire de Lille ne cache pas sa détestation du style Royal, à qui elle reproche son égocentrisme et son populisme racoleur. Son moteur : retrouver au Parti socialiste la place que Ségolène lui a volée. Après une courte traversée du Nord, sa réélection triomphale à la mairie de Lille, fondée sur un bon bilan et un rassemblement extra-large autour de sa personne, l'a rassérénée. Si les " reconstructeurs " s'entendent pour couper la route aux deux échappés, Royal et Delanoë, ils ne sont pas encore prêts à rouler pour Martine Aubry. Pour l'instant, celle-ci ne jure que par le travail collectif de remise à jour du programme socialiste. Mais à l'heure des comptes, elle ne désespère pas d'incarner elle-même la rénovation, ainsi que cette " troisième voie " dont on sait seulement qu'elle devra être différente de celles qui ont conduit la gauche à perdre trois fois de suite l'élection présidentielle."

L'ALSACE
Patrick Fluckiger

"(...)D'ailleurs Martine Aubry a balancé quelques rafales en direction de Ségolène Royal et de Bertrand Delanoë, choisissant de faire un carton sur l'ordre juste de l'une et sur le " libéralisme " de l'autre, notamment. La Dame des 35 h a décidément une méthode bien à elle pour assurer la paix civile. Une méthode qu'il ne faut surtout pas enseigner aux casques bleus du Kosovo et du Liban, si on veut maintenir le calme dans ces régions ! Pierre Moscovici, qui est candidat déclaré au fauteuil de premier secrétaire - et membre du " pôle des reconstructeurs " au titre des amis de DSK - , s'est montré agacé par la médiatisation de la maire de Lille. Il voit poindre, non sans raison, le nez d'un " troisième présidentiable ". Et s'il n'y en avait que trois... Il va falloir d'urgence convoquer un conseil de sécurité pour pacifier les pacificateurs."

LIBERATION CHAMPAGNE
Jorge D'Hulst

"(...) Comme ni Ségolène Royal, ni Bertrand Delanoë ne semblent s'imposer auprès des militants socialistes, il existe un espace pour un troisième homme ou femme. Et Martine Aubry entend à l'évidence jouer un rôle de premier plan dans les mois à venir. Déjà, elle donne le sentiment d'être l'élément fort des reconstructeurs. De tous, c'est elle qui l'a nettement emporté hier à l'applaudimètre. Or, avant d'apparaître davantage au grand jour, elle avait déjà marqué des points en obtenant que le congrès du PS se déroule à Reims. Ce qui sera un avantage pour elle puisque cette ville est détenue depuis mars par une de ses proches, Adeline Hazan. Sauf que pour Martine Aubry prendre le PS ne voudra pas forcément dire acquérir un avantage décisif pour 2012. Car il serait étonnant, qu'au sein des reconstructeurs, Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn tirent un trait sur leurs ambitions."

LA REPUBLIQUE DU CENTRE
Jacques Camus

"Et si le "troisième homme" que se cherche avidement le PS pour échapper au duel Royal-Delanoë était, en fait, une "deuxième femme"? Autrement dit, Martine Aubry. Le nom de la maire de Lille se réinstalle avec de plus en plus d'insistance sur la scène nationale, sans qu'on sache vraiment s'il s'agit d'une nouvelle lubie médiatique ou d'un vrai "désir d'Aubry" au sein du parti. À moins que ce ne soit la fille de Jacques Delors qui éprouve un réel désir de PS. Le drame au sein de ce parti, c'est que les haines individuelles sont tellement fortes que plus personne ne peut bouger, au nom du collectif, sans être suspecté d'agir pour son propre compte. Et bien malin qui pourrait démêler le vrai du faux. Ainsi, la "journée d'échanges et de débats", organisée, hier, à Paris autour de Martine Aubry avec Laurent Fabius, Arnaud Montebourg et les strauss-kahniens, a-t-elle davantage ressemblé à une entreprise de démolition qu'à une ébauche de reconstruction. Derrière les grandes déclarations de principes invitant à "hisser haut les valeurs de gauche", on a plutôt distribué des coups bas.(...)"

LE JOURNAL DE LA HAUTE-MARNE
Patrice Chabanet

"(...)La réunion qui s'est tenue dimanche à Paris et qui a réuni les adversaires d'hier a déjà consacré le grand retour de Martine Aubry. Sa prise de parole a dépassé le cadre de la simple contribution militante. En quelques mots, elle a réglé son compte aux deux compétiteurs déjà en piste. Elle a plaidé pour un socialisme sans autre "épithète", une flèche pour Delanoë et son approche "socialiste et libérale". Elle s'est prononcée, avec la même vigueur, contre l'"ordre juste", cher à Ségolène Royal. En clair, même s'ils s'en défendent, les "reconstructeurs" du Parti socialiste sont à la recherche d'un leader. Tout simplement parce que pour s'opposer à Royal et Delanoë qui personnalisent le débat d'idées il ne suffit pas d'avoir un programme, mais une personnalité qui l'incarne. Qu'ils le veuillent ou non, les socialistes subissent aussi la nouvelle donne imposée par Nicolas Sarkozy. La politique s'exprime d'abord par la présence physique du leader, parce que réputée plus lisible et plus audible.(...)"

LA NOUVELLE REPUBLIQUE DU CENTRE OUEST
Hervé Cannet

"(...) Outre que le PS n'arrive toujours pas à définir ce qu'il devrait être (un grand parti de centre gauche, un grand parti ouvert aux vents de la gauche extrême ou un grand parti ni-ni, ni Bayrou, ni Besancenot), il est encore et toujours un enjeu de pouvoir personnel. Capable de s'allier les éléphants et les durs des 35 heures, à la fois deloriste, jospiniste et " fière d'être socialiste ", gestionnaire reconnue, régionaliste convaincue, européenne sans faille, Madame le maire de Lille a réussi [hier à Paris] un come-back somme toute inattendu. Et fait valider un indiscutable profil de présidentiable. Son enthousiasme retrouvé a d'ailleurs éclipsé les autres prétendants, séduits les militants et intéressé les médias. Mais au PS, l'histoire a enseigné qu'il convient de ne pas s'emballer. Et un, et deux, et trois candidats. Et à la fin du match, c'est toujours la droite qui gagne ?"

L'UNION
Jean-Michel François

"(...) Delanoë ou Royal ? La belle affaire, nous disent les nouveaux " reconstructeurs ", oublieux de leurs divergences européennes, qui veulent ¬ aujourd'hui ¬ sortir de cette alternative qu'on annonce inéluctable. Pour qui, pour quoi ? Qu'ont-ils à offrir de mieux ou de plus dans ce parti, où comme partout en France, chacun rêve de bâtir ou de reconstruire ? La maire de Lille, Martine Aubry, veut-elle profiter du congrès en terre amie (à Reims avec Adeline Hazan) et de la mise à mort des 35 heures qu'elle a créées, pour fédérer une armée mexicaine afin de se positionner pour 2012 et prendre ainsi le relais que son père avait laissé tomber en 1995 ? Ce serait oublier bien vite l'appétit des seconds couteaux, les Valls et autres Moscovici qui n'ont pas envie de se laisser tondre l'herbe sur le dos. Et plus encore tous ceux qui ne sont pas sortis du bois, et qui attendent de pouvoir s'afficher en recours de la dernière heure."

Sources : nouvel Obs.com
Lire la suite

Euro 2008 : J-ça dépend…

3 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

 

Ceux qui me suivent depuis quelques mois, le savent… je suis assez branché sport… alors forcément avec l’Euro de footbal, c’est un moment important… dont je me fous complètement par ailleurs.

 

Ben oui sans déconner qui se soucie du match d’ouverture… rendez vous compte… on va pouvoir assister à Suisse- République Tchèque… déjà, je sens monter en moi l’adrénaline des grands soirs même si un Malte-Moldavie aurait probablement suscité chez moi une ferveur toute particulière… du genre le choix de mes chaussettes après le réveil.

 

Donc en gros… hormis la finale… et encore si ça tombe on va se payer Autriche-Grèce en finale… je ne peux pas dire que je sois trop tourneboulé par l’évènement. C’est un des autres aspects de la mondialisation… au-delà des seuls enjeux commerciaux, le seul terrain européen devient étriqué. Il y a une trentaine d’année, on avait l’Europe et on ajoutait l’Argentine et le Brésil… c’était la carte du football… maintenant, il faut compter avec l’Afrique, d’autres pays latino-américains et d’autres où le football n’était jusqu’alors pas inscrit dans les gènes.

 

Donc… globalement on va se faire chier durant trois semaines… Tiens… ça me rappelle qu’on risque se faire tout autant chier avant le dénouement de novembre au PS… Oui, on peut y voir une certaine analogie avec le football au moins dans la composition des équipes.

 

Seule différence notable … pour l’heure, au PS, on n’a toujours pas de sélectionneur et si on a bien 11 joueurs et un banc fourni de remplaçants… tous veulent être avant-centre… à cela se greffe un autre problème, c’est qu’on n’a pas de fond de jeu…

 

Comme chacun entend jouer personnel devant dans l’attente de claquer un but… fatalement, il est difficile de se créer des occasions franches… On pourrait croire que depuis dimanche, on a l’émergence d’un bloc plus collectif… mais on est également en droit de penser que c’est pour amuser la galerie avant les choses sérieuses… et donc que le jeu individuel reprendra vite le dessus.

 

Le problème dans une organisation en 0-0-11…c’est qu’on s’expose dramatiquement au contre ou pire encore, on pense qu’il y a un défense, on fait une passe en retrait et le ballon termine sa course dans les buts faute d’arrières et de gardien. C’est vrai sur les 35heures ou sur la réforme constitutionnelle avec les 17 pieds carrés qui avaient signé un texte soutenant cette dernière.

 

Maintenant, on peut se poser la question de savoir si les supporteurs vont accepter encore longtemps de voir évoluer une telle équipe… Car même si ces derniers sont fortement encadrés par les stadiers (les notables ndlr), le risque de les voir se transformer à nouveau en hooligans n’est pas nul… on a déjà vu ça dans les dernières années. Car manifestement, lors du dernier match (le vote sur la déclaration de principe), leur absence dans les gradins semblent montrer une grande lassitude chez les supporters, même les plus aguerris… les occasionnels ayant déjà quittés le stade.

Lire la suite

Reconstructeurs : tenir jusqu’en novembre…

2 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

 

 


Donc hier, le rassemblement improbable des fabiusiens, d’une partie des DSKistes, des Montebourgeois, d’aubryistes et d’autres (Emmanuelli, Hamon…)…  s’est réuni à Paris.

Alors déjà avant de dire tout le bien que je pense de cet attelage, j’ai un soucis… je n’ai rien pour appuyer mon article… juste quelques déclarations éparses… du genre « c’est ce qu'il y a de plus nouveau, de plus utile aux Français qui a été fait au PS depuis des années et des années» (cf Laurent Fabius) ou encore "la dynamique, je ne la sens pas dans la salle, il y a un phénomène médiatique" (cf Pierre Moscovici)… je ne veux oublier bien entendu le « frappage » du torse sur le thème immuable du plus à gauche que moi tu meurs  avec un « Socialiste, ça se suffit à soi-même. Ceux qui ont honte de le dire n'ont rien à faire dans notre parti aujourd'hui." de Martine Aubry.

Parce qu’une fois qu’on a lu ça… et bien on a tout lu… moi je veux bien croire sur parole les
copains ébaubis devant ce cartel des non, mais j’ai surtout l’impression d’avoir assisté à un rassemblement des conservatismes au sein du PS… Car sur ce débat tant souhaité, rien n’émerge de ce fameux pôle… Et sans même parler du mariage de la carpe et du lapin… je dois avouer mon scepticisme sur la convergence des points de vue entre un Mélenchon et un Moscovici.

Bien entendu, ayant un peu de bouteille dans ce parti… je sais qu’on peut toujours arriver à une synthèse des contraires avec un résultat connu d’avance… un immobilisme menant à de nouveaux déboires électoraux mais préservant confortablement nos cadres et nos apparatchiks. D’ailleurs… ils ont tous, sans exception, participé à cette direction qui a échoué.

Certes, le PS, après son vote sur la nouvelle déclaration de principes (Officiellement avec 50% de participation… au regard des informations remontées par des militants… je suis pris d’un doute…), est désormais un parti social-démocrate mais il reste malgré tout de nombreux débats importants à mener sur la précarité, croissance soutenable, mondialisation… et je passe sur un autre sujet, importantà mes yeux , celui de la démocratie interne… A ne pas aller dans le détail, on ne peut espérer convaincre les citoyens de transformer leur vote sanction en un vote d’adhésion.

Enfin, chacun sait dans ce parti que tout ce joli monde se déteste en toute cordialité et je ne doute pas un instant que pour beaucoup, l’avantage de mettre en avant Martine Aubry c’est qu’elle n’est pas en situation d’être présidentiable…  Cependant, elle s’est dès hier soir placée sur ce terrain… sa petite phrase "je serai à la hauteur" traduit déjà cette non nouvelle ambition (elle avait déjà caressé cet espoir en 1995). Maintenant, la question est de savoir si ils tiendront jusqu’en novembre…

Autre souci d’inquiétude pour moi et pour l’avenir du PS… elle a une culture très relative du militantisme et encore moins que nous, simple militant de base, puissions participer pleinement au débat… c’est d’ailleurs un des messages passés hier, la démocratie participative
n’existe pas, seul compte la vision des dirigeants dûment plébiscitée par les militants. En somme, « tu colles et tu fermes ta gueule »… Désolé Martine, ça ne marche plus comme ça.

Sur le même sujet, le post de
Kevin et cet article de Lozère Socialiste.

Edi
t : je reviens rapidement sur cette question de la partipation sur l’approbation de la nouvelle déclaration de principes. Donc la direction nous donne une participation à 50%... ben voyons… et pourquoi pas 99%... Un exemple, d’après un papier de Mediapart sur les adhérents au PS… La Fédération de Paris en compte 9087… un site donne le nombre de votants… 2400… soit une participation de 26,5%... heu… ailleurs ça a dû voter sévère…. Moralité, je pense que la direction du PS nous prend pour des cons.

Lire la suite

Rapide bilan.

1 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

 


Qui dit fin de mois, dit bilan. Alors, il parait que j’intègre le top 10 des blogs politiques… 9eme… mouais… content mais à bon j’ai comme un doute… pour avoir, une vue d’ensemble des classements
wikio… Fanette fait un récapitulatif. Les blogs de gauche progressent et ça c’est plutôt sympa.

 

Sinon, vous continuez à venir sur ce blog malgré une légère érosion cette semaine… avec malgré tout quelques 60.000 pages lues.

 

Et maintenant ?

 

J’aspire à d’autres choses… non que je vais délaisser mon blog, loin de là ; par contre, je vais désormais me limiter à un papier jour (ok ça en fait deux aujourd’hui) pour la simple est bonne raison que j’ai d’autres projets pour les prochains mois.

 

Tout d’abord, une implication plus grande auprès de Nouvelle Gauche et de Larrouturou mais aussi un autre truc que j’ai en tête… mais pour l’heure c’est prématuré d’en parler.

 

Plus que jamais, je suis persuadé qu’il y a un espace au PS pour une gauche militante et optimiste loin des éléphants de leurs pratiques compassées … et j’ai envie d’y apporter mon petit caillou.



Lire la suite

Revue de web du 1er juin 2008.

1 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Au gré des Liens


 

 

Après quinze jours sans revue… je la reprends… et je commence par une pointe de regret avec la fermeture d’un blog, celui de Nicolas et son bistrot politique… c’est dommageable, il était d’une grande clairvoyance… moins de temps, une certaine lassitude… comme ici en somme…

 

Alors cette semaine, je ne peux ne pas évoquer la décision de justice sur l’annulation d’un mariage, deux papiers celui de NicolasJ et un incontournable Maitre Eolas. Un avis personnel, je ne comprends pas bien ce déchaînement médiatique. Si la loi est mauvaise, changeons là.

 

Je vous conseille un petit tour, chez une amie blogueuse qui chaque semaine fait sa tournée des paroles de blogeurs… sa sensibilité fait que ses choix sont toujours judicieux.

 

Si vous pensez comme Sarkozy qu’Internet est un problème… allez donc faire un tour chez Eric, sa lecture est toujours intéressante… ah oui, s’en oublier que les assises du numérique sont ouvertes… faut au moins ça.

 

A noter aussi pour comprendre un peu le PS, le blog de Colin est une vraie mine d’or. Je vous signale par ailleurs, l’ouverture du blog de Kevin (un meurt, un s’ouvre…) pour la petite histoire nous risquons tous les deux de faire un petit bout de chemin ensemble… A lire chez Christophe alias Peuples une série sur la gauche... forcément... l'intelligence sera au rendez-vous

 

Autre sujet qui a alimenté la blogosphère… les 35 heures où comment ce gouvernement néocon est dans l’idéologie la plus absolue.

 

Très intéressant aussi la série de billets de Luc Mandret dans le cadre d’un regard posé par CNN sur la France « Eye on France ».

 

Bon, j’en termine avec Martin qui nous propose une lecture très personnelle de la réforme constitutionnelle… pour autant je ne suis pas loin de partager son point de vue.

 

Au fait Martin… pas le temps de causer pinard… moi c’est Saint-Émilion, Pauillac, Haut Médoc et Moulis… et houblon… (oui il a fait une chaîne à la con…). J’ai déjà celle de Dorham sur le clavier.

 

Pour la bonne bouche aussi… chez un blogueur en passe de réussir son entrée à la Star-Ac… je vous en dirai plus dans les prochaines… à voir la sainte colère de Weber face à l’autre Zemmour… qui se prend pour un défonceur de pensée unique… non Eric… t’es juste un beauf, un gros beauf nationalo-poujadiste.

Edit : vraiment, je manque à tous mes devoirs... un autre blog à découvrir... celui d'Aliénor... Bises à toute la famille...  A ce propos, Marianne va bientot se mettre à bloguer...

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5