Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Contre une loi d'exception pour l'Internet.

18 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique


Il y a quelques semaines un commentaire m'avait signalé le blog de la sénatrice Nicole Bricq. Pour tout dire, dès le premier coup d'oeil j'avais été agréablement surpris et je salue ici sa qualité. C'est d'ailleurs gràce à elle que j'ai trouvé une trace de vie au Parti Socialiste sur la loi d'exception mise en place par le gouvernement Sarkozy/Fillon... Amis blogueurs... je vouis invite à relayer ce texte.

Tiens en passant, si vous vous voulez, mesdames et messieurs les élus, vous pouvez nous contacter quand vous lancer ce genre d'initiative... on peut aider.

Si vous voulez approfondi la question, l'explication juridique de Jean-Baptiste Soufron me parait indispensable.

Contre une loi d'exception pour l'Internet.

Le Conseil des Ministres devrait examiner aujourd'hui le projet de loi HADOPI.

Ce projet, dans la continuité de l’illusion répressive qui règne au plus haut niveau de l’Etat sur ce sujet, prévoit la mise sous surveillance de toutes les communications électroniques. Il ouvre la possibilité de priver jusqu'à un an un citoyen de toute connexion Internet.

Pour quels faits ces mesures d'exception sont-elles réclamées ? Terrorisme international ? Criminalité en bande organisée ? Non, pour téléchargement d'oeuvres protégées par des droits d'auteur...

Le pouvoir poursuit ainsi sa croisade moyenâgeuse contre les internautes. Après l'échec de l'adoption d'une première version de la « riposte graduée » à l'occasion de l'examen, de triste mémoire, de la loi sur les 
« Droits d'Auteur et Droits Voisins dans la Société de l'Information » (DADVSI), le gouvernement persiste aujourd'hui avec une proposition attentatoire aux libertés fondamentales et n'apportant aucune réponse aux besoins de financement des créateurs.

Sous la pression des lobbies, le Gouvernement persiste à imposer une réglementation censée défendre un modèle économique obsolète et perpétuer des situations de rente détenue par les majors des industries culturelles et informatiques.

Pour sanctuariser ces intérêts privés, la technologie est à nouveau appelée à la rescousse, dans l'espoir de contrôler l'incontrôlable : la copie et le partage à l'infini des contenus numériques.

Hier, les systèmes de gestion des droits et autres dispositifs anti-copie (les DRM)   étaient présentés comme la solution aux maux de l'industrie. L'Histoire a depuis rendu son jugement, tant sur l'inefficacité de ces systèmes que sur leurs nuisances graves : absence d'interopérabilité, espionnage des internautes, disparition inopinée de contenus, exclusion des logiciels libres, etc..Les « verrous numériques » partent heureusement aux oubliettes.

Les « nouvelles solutions » proposées aujourd'hui pour défendre des modèles économiques dépassés relèvent de la même illusion technologique. La surveillance et le contrôle des échanges de données entraînera mécaniquement une réponse de la part des utilisateurs, tout comme l'attaque brutale contre Napster avait précipité l'émergence des échanges de pair à pair. Les réseaux et leurs logiciels permettant le chiffrement des données et l'anonymisation des utilisateurs existent déjà. Ils sont aussi simples d'utilisation que les réseaux P2P aujourd'hui les plus prisés. Le franchissement d'une nouvelle étape dans cette stérile course aux armements ne fait guère de doutes.

Le gouvernement et les majors inspiratrices de ce projet tentent à nouveau, non sans hypocrisie, de convaincre que seules les oeuvres sont surveillées, mais pas les utilisateurs. Ses choix de textes, musiques, films en disent pourtant le plus souvent long sur les goûts et les opinions d'une personne. Le titulaire d'un accès Internet n’est d'ailleurs pas nécessairement à l'origine de tous les échanges effectués via sa connexion : s'il utilise un réseau WI-FI, le projet de loi HADOPI rendra demain des parents responsables non seulement des actes de leurs enfants, mais également de ceux de leurs voisins maladroits ou indélicats.

Il y a aujourd'hui une triple urgence démocratique, économique et sociale à libérer les échanges sur Internet et à définir les nouvelles rémunérations des créateurs.

L'ère du numérique nous offre la possibilité de parachever l'oeuvre commencée grâce à Gutenberg : faciliter la circulation la plus large possible des oeuvres de l'esprit. Bien entendu, cette diffusion libre et sans entrave de la culture ne doit pas s'opérer au détriment de la création et des ayant-droits.

Des solutions sont à portée de main, pour peu que l'on sorte d'une logique exclusivement répressive et que l'on accepte de reconnaître le progrès extraordinaire que pourrait constituer la mise à disposition illimitée de la plupart des contenus culturels, pour peu qu'elle fasse l'objet d'une contrepartie équitable.

Fondées notamment sur la répartition d'une redevance en fonction de la réalité des consultations et productions d'oeuvres culturelles, elles n'ont de sens que dans une société de confiance où l'on ne cherche pas à dissimuler tous ses échanges. Ces solutions sont, sommes toutes, classiques. Une licence légale existe pour la radio. Les chaînes de télévision rémunèrent certains créateurs en fonction de l'utilisation qu'elles font de leurs oeuvres, sans avoir à demander au préalable une autorisation. Nous pouvons envisager un dispositif similaire pour l'Internet, avec comme support les flux de communications électroniques. Nous devons également soutenir toutes les formes de rémunération indirecte, qui représentent une part croissante de la rémunération des artistes et ayant-droits.

Ces solutions sont d'autant plus faisables techniquement que les modèles économiques des majors ont évolué ces derniers mois vers une offre illimitée contre paiement d'une redevance, d'un abonnement forfaitaire ou en présence de publicités. Ces financements doivent profiter à tous les ayant droits, mais en corrigeant l'injustice faite aux artistes, qui n'ont pour la plupart droit aujourd'hui qu'à la portion congrue des marges des industries culturelles. Ces nouveaux financements doivent également avoir une composante collective et solidaire, car la culture n'est pas un bien comme les autres.

La loi dite DADVSI a créé une fracture profonde entre les créateurs et leur public et constitué un gigantesque gâchis. Le projet HADOPI risque d'aggraver cette fracture et ne résoudra rien.

Socialistes, nous nous dressons donc aujourd'hui contre ce projet disproportionné et dangereux, relevant d'une vision rétrograde et conservatrice de la société de l'information. Nous refusons de voir ouvrir, avec HADOPI, une nouvelle chasse aux internautes. Nous refusons que l'argent public soit dilapidé dans un dispositif voué une nouvelle fois à l'échec. Nous appelons à la mise en place d'une juste rémunération apportant une véritable garantie aux créateurs.

La France, pays des droits de l'Homme et des Lumières, ne peut pas entrer dans le millénaire du numérique avec les habits de l'Ancien Régime.

Premiers signataires :

Patrick BLOCHEChristophe BOUILLONChristophe CARESCHEOlivier DUSSOPT, François LAMYJean-Marie LE GUENDidier MATHUSSandrine MAZETIERDidier MIGAUDChristian PAULManuel VALLS, députés.

Nicole BRICQ et 
Bariza KHIARI, sénateurs.

Guy BONO, député européen.

Lire la suite

Francois Hollande à 100% Foot...

18 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses



Si vous vous posiez encore la question du "à quoi sert un premier secrétaire du PS"... et bien vous avez pu avoir la réponse hier soir après le naufrage de l'équipe de France... à commenter un match de foot... Oui, hier il était l'invité surprise de l'émission de M6 100% foot.

Génial non ?

Sinon, hier c'était une journée de mobilisation sur les retraites et contre le démantèlement des 35h... en somme rien à faire d’autre que de donner son avis d’expert en football…

Pour tout vous dire... j'ai un peu honte ce matin... mon coté vieux con et has been... je pense.

Enfin... en même temps le parallèle, PS /Equipe de France, ne me semble pas si décalé... on assiste à un naufrage vieux de 10 ans pour les deux... Tout deux ont privilégié la défense sur le reste et n'ont pas produit de jeu, se contentant d'attendre que l'adversaire fasse une faute.

C'est pas gagné...


Edit : et c'est bien plus grave.... hallucinant... enfin non... on s'habitue ou on se lasse...


Alors que la période des contributions au PS est lancée, la tension, doucement mais sûrement, monte au bureau national (BN). Hier, c’est Patrick Bloche, premier secrétaire fédéral de la capitale et proche de Bertrand Delanoë, qui a, dès la première intervention de la réunion, vivement contesté la radiation du fichier militant de 1 700 adhérents parisiens, pour cause de dépassement de la date limite de cotisation. Avant que le maire de Paris ne renchérisse à l’adresse de François Hollande : «Tu es premier secrétaire, on te pose une question. Il y a un problème politique.» Et d’en remettre une couche : «Il faut les mêmes règles pour tout le monde, à Paris comme en Corrèze [département de Hollande, ndlr].» Commentaire d’un participant : «Bertrand en a fait une question hyperimportante, avec une intervention cassante. Il a l’air de croire à une conspiration.» Quant au mouvement social, pourtant prévu à l’ordre du jour, il n’a pas été abordé au BN.
Lire la suite

Jean de Sarkozy, François de Hollande, Parti de Socialistes.

17 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses


casimir
Toute chose étant égale par ailleurs… je vous donne cet
extrait du Livre « François Mitterrand 2008… il revient » : « Tels que je connais les socialistes, pourtant, les véritables leçons de ce scrutin ne seront pas tirées. On invoquera l'unité du Parti à préserver, la nécessité d'une réflexion à mener dans la sérénité, la rude exigence du devoir d'opposition qu'il faut assumer, bref, on procrastinera ». Même mort, il fait preuve d’une grande lucidité.

 

Allons donc, ce matin je particularise à tour de bras… un fils de président, un premier secrétaire en décrépitude et même un parti politique… point de moquerie de ma part, seulement un constat récurent d’une démocratie dont on peut réellement se demander si elle a encore une quelconque vitalité dans notre pays.

 

De Carla Bruni dont on se demande si son cerveau est encore partiellement irrigué (cf le président aux 6 cerveaux) qui trône chaque semaine dans les médias ; à Jean, promu fils prodigue, alors qu’il ne bénéficie que de la seule onction papa pour accéder au poste de président de groupe UMP au conseil général des Hauts de Seine… ainsi va Notre république, à des années lumières des mérites, on sombre dans un clientélisme de plus en plus nauséabond tant la mainmise de Sarkozy veut être total sur notre Pays. Il n’y a pas loin, à mon avis, de se retrouver dans les prochaines années avec un Sarkozy à la tête de l’UMP. Nul doute que l’adoration du mythe américain par l’autre, poussera son mimétisme bushiste à tenter de mettre en place une dynastie au plus haut sommet de l’Etat… ainsi va la France…

 

Dans une telle situation d’omnipotence présidentielle, on serait en droit d’attendre un comportement radicalement différent de l’opposition… enfin de ce qu’il en reste… c'est-à-dire, une grosse majorité du PS… si tant est qu’on soustrait Manuel Valls de cet ensemble… lui faisant désormais partie des grands de ce monde (cf la réunion de BildBerg)… et ça fait peur… merde, je m’égare.

 

Hélas… il n’en est rien… et pour l’heure… il n’y a pas grande chose à en attendre.

 

Les derniers épisodes en date concernant le congrès font même craindre le pire… les déclarations de François Hollande et l’agitation de ses proches en coulisse (l’arrière cuisine est toujours le lieu le plus prisé par nos dirigeants) témoigne de cela. Pire… à le lire, on se rend compte que pour lui, rien n’est plus urgent qu’un statut quo lui permettant de préempter un avenir… noir pour les socialistes… présidentiel.

 

Tout ce congrès ce résume à ce mot de Présidentielles… tout le monde se l’interdit mais il est présent chez chacun de nos égos dirigeants. Le débat d’idées passe par pertes et profits… cela ne me surprend guère, c’était même attendu sur ces pages (cf mes posts précédents), seul problème… mineur… à ce petit jeu de… con… le militant lambda… vous et toi, camarade… nous nous en détournons. Et de voir, pantois, ces barons dans une attente mortifère de peur d’hypothéquer leur avenir… pour le moins personnel.

Certains nous appellent à l’audace… il me semble qu’à cette heure on en est loin… très très loin… un congrès de l’attente… un congrès à la sauce hollandaise en somme.

 

PS : ah oui pour bien signifier qu’on n’oubliera pas qui a signé quoi… il semble qu’on s’achemine vers une et une seule possibilité de contribution à caractère général…  contrairement à l’habitude (et aux statuts ?) où on pouvait être amené à signer le texte d’un leader mais aussi celui de sa fédé ou même un texte ayant une thématique un peu plus marquée.

 (désolé à mes abonnés, overblog merde un peu sur la signalisation d'un nouvel artcile)

Lire la suite

Assises (masculine) du numérique.

16 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses


Le sous-ministre Eric besson avait lancé en grande pompe ses Assises du Numériques... Parce que faut pas déconner, il fallait sortir la France du moyen age internautique... D'après ce que j'ai pu lire ça et là... ce n'est pas le franc succès tant espéré... bon si ça vous intéresse... en tant qu'entrepreneur parce qu'en tant que citoyen... ce dernier n'existe pas.

Sinon... j'aime bien cette photo... enfin... si rien ne vous choque... vous me le dites... en attendant, j'ai l'impression que le net reproduit en l'amplifiant, le monde politique en terme de représentation de la société française... Le problème est peut être tout simplement là.

Un grand bravo... indubitablement... ça donne vraiment une forte envie d'y participer.


Lire la suite

Vues de Bruxelles

16 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Au gré des Liens


Je reviens rapidement sur le non irlandais et sur l'impasse européenne. Cependant, pour le coup, je vous invite à lire attentivement le papier de mon pote Nicolas ayant pour ititre "Europe : un air de déjà vu".

Pourquoi lui plutôt qu'un autre... tout simplement parce que l'Europe c'est son métier de tous les jours, il en est même un des rouages... En somme c'est mon Jean Quatremer à moi, à la différence notable c'est que lui, profondément européen, n'est pas eurobéat...

Bon... et dans la journée... un petit papier sur le congrès de l'immobilisme...
Lire la suite

Revue de web du 15 juin 2008.

15 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Au gré des Liens

 


Revue de WebAlors clairement, c’est le cadet de vos soucis… mais hier, j’ai passé le 3ème tour de mon tournoi par un beau 6/2-7/5 contre un 30/3… Beau 1er set, et le second à l’économie après une alerte sur ma cuisse (ouais après ma petite déchirure de jeudi)… bref, le blogueur est content.

 

Plus sérieusement et bien entendu en rapport avec le non irlandais de vendredi… deux articles me paraissent intéressant… l’un de versac chez publius (un oui), l’autre de NicolasJ chez lui (un non).

 

Sur un tout autre sujet… quoique… je suis tombé sur un article du sociologue Eric Breton sur une problématique très intéressante en ces temps d’emploi raisonnable… celle du domicile/travail pour le salarié  ça remet certaines pendules à l’heure…

 

Pas taper sur Xavier Darcos… ce sombre cynique ministre de l’Education Nationale ou l’homme au 30.000 suppressions de postes en deux ans…  un bon article sur la réforme du primaire chez aux armes citoyens.

 

Sinon, l’estimable et respecté Eric Mainville a fait son classement objectif des 30 meilleurs blogs… j’en suis… je pense par ailleurs qu’il a raison. Tiens en passant, je suis très fier d’être lu par l’auteure Irène Delse… Va vraiment falloir que je relise mes articles…

 

En parlant gonzesses… je signale et encourage l’initiative de CC qui tente d’organiser la blogosphère fémine en mettant en place un journal blogs de meufs sur la plateforme de lecture CoZop (par solidarité militante, j’en fais parti comme Gaël). Toujours au rayon lingerie… la mise en ligne du blog de Marianne (ma tendre) est effectuée.

 

Je ne peux terminer cette revue, sans parler à nouveau de l’initiative de Ronald et de son interview de Ségolène Royal en compagnie d’autres blogueurs des sensibilités différentes : Luc Mandret, Abadinte, Maxime Pisano, MIP, Bix, Eric Mainville d'équilibre précaire , Danielle et Grazielle de Michelle.

 

Voilà pour cette semaine.

Edit : je remonte ce commentaire de Jon, qui me parait intéressant sur la réunion de Nouvelle Gauche qui s'est tenue hier. Ronald a fait un compte rendu très complet ici.

Je reviens plutôt sur cette réunion de travail au Sénat, salle François Mitterrand. Une première dans une ambiance assez feutrée mais lumineuse. Salle d'une centaine de places, en longueur avec fauteuil en sky bleu et un micro par rang. Une cinquantaine de personnes. PS (de tous courants) ou non, mais sympathisants. Beaucoup se sont présentés. L'ambiance était détendue et sérieuse à la fois.

Les points essentiellement discutés :

1. La stratégie pour que la contribution générale à venir (qui se transformerait en motion si Nouvelle Gauche estime ne pas avoir été entendue) soit lue, entendue et signée par les militants pour que le PS s'approprie cette vision économique de la France dans la globalisation pour ensuite s'activer pour se préparer à prendre les bonnes décisions. Compris ?(Mobilisation dans les sections et fédérations donc). Je ne dévoilerai pas les idées exposées et discutées sur la stratégie (y'a rien à cacher en fait mais ce serait trop long ici) mais ça a bien discuté quand même. Un mélange de stratégie de com' et débat de fond. Mais leur plan est déjà bien concret (cf. son dernier bouquin : "Pour en finir avec Sarkozy". Vendu au prix exceptionnel de 5 € sur place, avec d'autres documents offerts par la maison, qui a besoin de soutien financier d'ailleurs :).

2. La démocratie interne dans le parti. Larrouturou a indiqué que c'était le second point (pilier dira un camarade) qu'il voulait mettre en avant dans la future contribution. D'où la volonté de L. d'en discuter. Là aussi de bonnes interventions qui ont rappelé nos réflexions (la mise en place du non-cumul en contrepartie d'un vrai statut de l'élu rémunéré par ex. significatif). A continuer, notamment sur le lien élus/militants et élus/citoyens. Peu de discussion sur les liens syndicats/ps.

Quelques réserves cependant mais pas si grave : de mon point de vue, Larrouturou et Nouvelle gauche semblent négliger l'importance d'un voix forte pour "valoriser" ces idées au-delà du PS ; la non-articulation avec d'autres thématiques (écologie).

En résumé, du travail à venir pour Nouvelle Gauche pour mobiliser autour d'une contribution ambitieuse qui aura le mérite de montrer la voie vers une politique proactive !

Lire la suite

Europe : "d’où qu’elle est la sortie ?"

14 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

 


Petit point d’ordre. J’ai donc sollicité Bertrand Delanoë pour sa venu à Lille le19. Pour l’heure, je pense que c’est cuit même si son cabinet doit me rappeler Lundi. Au passage, je remercie la promptitude de l’un deux qui m’a répondu dans l’instant à un sms ce matin. Pour revenir sur l’objet de ce machin, ce n’est pas un traquenard simplement un temps avec quelques militants autour de la démocratie militante…

J’espère simplement que nos dirigeants sont conscients avec la victoire d’Obama de la puissance des réseaux virtuels et de leur émergence dans le débat public au cours des prochaines années.

Alors sur l’Europe, je vous propose ce texte initié en 2005 par Pierre Larrouturu (clin d’œil amical aux copains de NG pour cet après midi) et co-signé par Michel Rocard, José Bové, Jacques Delors, Boris Geremek et Martin Hirsch (avant de sombrer…) et bien d’autres. 

5 critères pour l'Europe sociale


COMMENT Jacques Chirac pourrait-il refuser au peuple français de se prononcer sur un texte aussi important qu'une nouvelle Constitution ? Le traité de Maastricht fut soumis à référendum, le quinquennat fut soumis à référendum, le statut de la Corse fut soumis à référendum... et, aujourd'hui, après Tony Blair, ce sont Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et l'ensemble de l'UMP qui demandent un référendum.

Il y aura probablement un référendum, et tout le monde sent bien que le non risque de l'emporter si le texte proposé aux citoyens reste trop proche de celui issu des travaux de la Convention.

Cette Constitution ne répond pas suffisamment aux attentes des citoyens. Elle ne donne pas à l'Europe un projet concret et mobilisateur. Dès lors, pourquoi ne pas profiter de l'initiative de Blair pour corriger le tir avant qu'il ne soit trop tard ? Pourquoi ne pas améliorer le texte avant que les peuples ne disent non ? La nouvelle Constitution n'entrera en vigueur qu'en 2009. Pourquoi ne pas prendre quelques mois pour améliorer le texte et lui donner les meilleures chances d'être accepté par les citoyens ?

« Votez oui à Maastricht, et on se remettra au travail tout de suite sur l'Europe sociale », affirmait Jacques Delors quelques jours avant le référendum sur Maastricht.

Il reconnaissait que le traité était très insuffisant en matière sociale mais demandait aux citoyens de ne pas casser la dynamique européenne. Le oui l'avait emporté d'extrême justesse.

Douze ans plus tard, alors que la crise sociale s'aggrave dans tous les pays d'Europe, alors que des millions de citoyens (Autrichiens, Italiens, Allemands, Français et bien d'autres encore) sont descendus cette année dans les rues pour dénoncer la régression sociale qu'on veut leur imposer, l'argument « Faites nous confiance, on va se mettre au travail » ne portera plus. Si l'on ne veut pas que le non l'emporte aux référendums de ! ratification, si l'on ne veut pas que l'Europe se disloque ou devienne une zone de libre-échange sans puissance politique, il faut d'urgence inclure dans la Constitution un vrai complément social. Un traité, un accord, un pacte aussi concret, ambitieux et contraignant que le fut le traité de Maastricht en matière monétaire.

Le traité de Maastricht comportait cinq critères (un déficit inférieur à 3 % du PIB ; une dette inférieure à 60 %...). De même, nous proposons cinq objectifs, et donc cinq critères pour l'Europe sociale :


- un emploi pour tous : un taux de chômage inférieur à 5 % ;
- une société solidaire : un taux de pauvreté inférieur à 5 % ;
- un toit pour chacun : un taux de mal-logés inférieur à 3 % ;
- l'égalité des chances : un taux d'illettrisme à l'âge de 10 ans inférieur à 3 % ;
- une réelle solidarité avec le Sud : une aide publique au développement supérieure à 1 % du PIB.

L'objectif pour nos démocraties doit êtr e l'éradication totale de la pauvreté, du travail précaire et du chômage de longue durée. Mais, comme première étape, nous proposons que des sanctions comparables à celles infligées aux pays qui sortent des critères de Maastricht soient prévues pour les Etats qui ne respecteraient pas ces critères sociaux en 2015.

A nous d'aller voir comment nos voisins danois sont parvenus à faire tomber l'illettrisme à 3 %. A nous d'aller voir en Hollande comment ont été réglés les problèmes de logement ou comment la Suède a fait reculer la pauvreté.

Le traité doit comporter également des garanties fortes en matière de financement des systèmes de sécurité sociale et de pérennité des services publics. Le droit de la concurrence a pris une place excessive dans la construction européenne. Il est temps de reconnaître à sa juste valeur l'importance des services publics.

Le traité doit aussi mettre fin au moins-disant social que provoque la règle d'unanimité en matière fisca le et ouvrir la possibilité de créer un impôt européen (écot! axe, impôt sur les bénéfices ou taxe Tobin améliorée).


Nous avons été capables de créer une monnaie unique. Douze Etats qui décident de faire monnaie commune, c'est du jamais-vu en temps de paix. Nous avons vaincu l'inflation : en quelques années, elle est passée de 12% à 2% ! Pourquoi ne pas lutter avec autant de force contre la précarité ou l'illettrisme ? Pourquoi ne pas nous attaquer vraiment au mal-logement ou au mal-développement ? N'est-ce pas le meilleur moyen d'affirmer concrètement nos valeurs humanistes, le meilleur moyen de réconcilier l'Europe et les Européens ?

Lire la suite

Mes cinq contradictions.

14 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

 

Avec retard, je me joins à cette chaîne grâce à l’aimable Olivier Porret. L’avantage avec celle-ci, c’est qu’elle courte.

 

  1. 1. D’un naturel zen, j’aime néanmoins le combat politique et l’odeur du sang.
  2. 2. Pessimiste sur le sens de ce monde, j’ai bientôt 3 enfants… Gabriel, l’aîné, aura 3 ans début juillet.
  3. 3. Adorateur de Coltrane, j’aime aussi des groupes extrêmes comme Nasum.
  4. 4. Citoyen de gauche, je pratique des sports étiquetés de « droite »… cet après-midi, j’ai mon troisième tour d’un tournoi de tennis (j’espère que ma contrature à la cuisse me permettra d’exprimer malgré tout mon coup droit dévastateur)… et puis le golf quand j’ai du temps (mal barré pour quelques années…).
    5. Je suis un faux fainéant pour preuve… j’arrive à la fin de mon cursus d’ingénieur Arts et Métiers en cours du soir.

 Bon après, je dois proposer cette chaîne à quelques collègues… Je commence par Eric dont je salue la parfaite compréhension sur la stratégie des bleus qui m’expliquait qu’en fait ils misaient tout sur une défaite pour gagner au dernier match avec un nul de la Roumanie… chapeau bas… Juan me parait un bon candidat aussi.. Kevin nouveau camarade de lutte et qui arrive sur Lille. Tiens un blogueur de droite, ça serait bien aussi… je tente Authueil (ouais j’ai été AP comme lui) et pourquoi pas Versac (enfin, il n’est pas à droite lui et bon comme il n’est pas content ce matin)… mais bon… alors en situation de repli… je propose Audine

  



Lire la suite

L'Irlande dit NON !

13 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

 

 

 

Tous les bulletins irlandais ne sont pas encore dépouillés… cependant on peut déjà parler d’une dépouille au sujet de l’Union Européenne.

 

On pourra toujours disserter à l’infini sur les raisons de ce troisième revers… pas assez expliqué, les électeurs n’ont rien compris… il n’en demeure pas moins que l’Europe a mesure qu’elle s’élargit, s’est éloignée des citoyens alors même que sa capacité politique s’est figée depuis le traité de Maastricht.

 

Au moins, j’espère que les partisans du oui peuvent entendre ce propos. L’Union Européenne est un nain politique… en refusant de grandir à 15 et en courrant après un hypothétique élargissement censé lui donner une réelle dimension… elle a fermée tous les débats… celui de la politique étrangère commune, celui de la cohésion sociale… alors oui désormais… on entre dans un brouillard politique total.

 

Et je ne partage pas l’idée que ce mini traité allait changer fondamentalement la donne… pour moi cela reste un faux espoir, une chimère… et c’est donner une victoire aux Libéraux… c’est déjà la cas et rien ne changeait la donne avec ce nouveau traité… pour une raison simple… l’Europe est gouvernée par les Libéraux conservateurs.

 

A chaud, un autre grandissime perdant, celui qui se targue de résoudre tous les problèmes à coup de « on ne peut pas faire autrement »… Nicolas Sarkozy… il arrive pour six mois à la tête de l’UE comme un grand blessé, un déjà mort-vivant ? Vous allez voir ce que vous allez voir… on ne verra rien… car hormis flatter son électorat a coups de grandes promesses sur la TVA, les quotas de pêche… quelle vision de l’Europe pour cet homme… peu ou rien… il ne s’agit pas de lui jeter la pierre au titre qu’il est le Président de la France… c’est le lot de l’immense majorités des politiques français… Pour beaucoup, elle se résume à une base de repli en cas reflux électoral  en terre nationale… rien de plus.

 

Aucun ne sera en mesure de redonner un nouveau souffle à cette grande et belle idée qui doit dépasser la seule espérance de paix surtout en ces temps de peur liée à une mondialisation devenue complètement folle.

 

Au fond… depuis des décennies, on entend parler du modèle européen…quel est-il aujourd’hui ? y en a-t-il déjà eu un ?

 

C’est à la classe politique européenne de tenter d’apporter des réponses… hélas… hélas… cela fait bien trop longtemps qu’elle se plie aux seules injonctions du marché pour apporter des réponses nouvelles et tenter de répondre aux défis de demain en matière d’énergie, d’environnement, de social, de culture… 

En complément et parce qu'il est bien plus brillant que moi... je vous invite à lire ce texte d'un gars qui travaille l'Europe au quotidien et qui n'est à proprement parler un gauchiste... : http://nrs1966.wordpress.com/2007/12/06/pour-une-europe-citoyenne-si-elle-doit-etre-de-gauche-autrement-on-sen-fout-iere-partie/ 

Lire la suite

L'Irlande dit non ?

13 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique


Bon... le NON au mini traité semble avoir quelques voix d'avance...

 un petit lien donné par un de mes commentateurs (jmfayard) pour suivre la progression de cette votation :
c'est ici.

Pas de commentaire à cette heure de ma part... j'espère un NON... et aussi pour Sarkozy...
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 > >>