Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Malade atteint d’une maladie grave… tu peux crever !

24 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

 

 


casse socialeA chaque jour suffit sa casse sociale pour Sarkozy et sa bande… (Vous pouvez mettre le mot qui vous parle le plus)…

La liste devient trop longue pour témoigner au quotidien de cette réalité crue et sans détour (bravo
Juan)

 

Oyez, oyez braves gens… pendant que le gouvernement communique sur des mensonges (coût de la propagande 4.4 millions d’euros… chiffres officiels…)… une nouvelle saloperie arrive en SarkoFrance … s’en prendre aux malades atteints de maladies graves… attention les nouveaux… au nom de la justice et de l’équité je suppose. Et rassurez vous, ils ne vont pas s’arrêter en si bon chemin…

 

Source : Le monde.


Jeudi 26 juin, l'Union nationale des caisses d'assurance-maladie (Uncam) présentera lors de son conseil une feuille de route pour ramener son déficit de 4,1 milliards d'euros cette année, à 2,8 milliards d'euros en 2009. Pour ce faire, Frédéric van Roekeghem, directeur de l'Uncam, révèle aux Echos qu'il faudra "opérer un redressement de l'ordre de 3,2 milliards d'euros".

Dans un entretien accordé au quotidien d'information économique, il détaille les mesures proposées pour fournir un tel effort, avec en ligne de mire le retour à l'équilibre des comptes pour 2011. Parmi les nouveautés, et outre les recommandations classiques de baisse des prix des médicaments et de maîtrise des prescriptions, la réforme de la prise en charge des maladies graves devrait alimenter les débats.

"Nous devons faire face à la hausse tendancielle des dépenses liées à l'accroissement de la prévalence de pathologies lourdes et chroniques : actuellement, 40 % de la population concentre 90 % des remboursements", constate Frédéric van Roekeghem. Le directeur propose ainsi de se pencher sur les dispositifs des affections de longue durée (ALD). Actuellement, les 8 millions de bénéficiaires d'un dispositif ALD sont pris en charge à 100 % pour leurs soins. Or, selon Frédéric van Roekeghem, leur nombre augmente de 4 % par an, pour un coût qui progresse, lui, de 6 %.

LE DÉREMBOURSEMENT PARTIEL DE CERTAINS MÉDICAMENTS

L'Uncam propose ainsi de freiner cette hausse du nombre de bénéficiaires. "La réglementation prévoit que le dispositif est réservé aux maladies 'longues et coûteuses', ce qui n'est pas toujours le cas, notamment dans le domaine cardio-vasculaire", justifie le directeur de l'Uncam. Les cas d'hypertension artérielle ou certains types de diabète pourraient donc être exclus des nouveaux dispositifs. En décembre 2007, la Haute Autorité de santé avait déjà préconisé de retirer certaines pathologies de la liste des 32 ALD.

Pour éviter un mauvais accueil, l'Uncam prévoit que cette nouvelle disposition concernant les ALD ne s'applique pas rétroactivement, mais uniquement aux nouvelles demandes. Une autre mesure devrait cependant attirer l'attention : le déremboursement partiel de certains médicaments. Ceux à vignette bleue, actuellement remboursés à 100 % pour les bénéficiaires d'un dispositif ALD, ne le seraient plus qu'à 35 %. Une décision qui devrait permettre une économie de 250 millions d'euros.

Frédéric van Roekeghem explique que ce déremboursement pourra s'effectuer sans augmentation de charges pour les malades, le ticket modérateur étant transféré vers les organismes complémentaires. Encore faut-il que le patient souscrive à une telle assurance, ce qui n'est pas le cas de 8 % de la population française.

Edit : à ceux qui pensent que je fais un procès d'intention à ce gouvernement et que je ne comprends pas bien ce que je lis. Pas de problème j'assume... car la ficelle du "mais c'est le pésident de l'uncam" est un peu grosse pour moi. Il a été nommé en conseil des ministres sous Chirac et il est aussi l'ancien directeur de cabinet de Douste Blazy quand celui ci était à la santé. Par ailleurs, je vous renvoie à cet article qui semble montrer qu'il a une mission claire confiée par le gouvernement actuel.

Lire la suite

La LCR n’est pas fasciste !!

24 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

 

trotskyDepuis, la sortie d’un sondage mettant Olivier Besancenot au firmament de la popularité devant les éléphants socialistes, la toile bruisse d’une complainte entretenue par les blogueurs de droite.

 

En résumant à gros traits, trotskisme égal fascisme et donc le « petit facteur » égal dangereux terroriste assoiffé de sang bourgeois… CQFD… ben non… sans vouloir remettre deux sous au bastringue de l’inculture politique crasse… il convient néanmoins d’apporter quelques rectificatifs.

 

Déjà, moi-même ancien trotsk’… ouais et finir rocardien… ça le fait moyen… mais bon… c’est comme ça… j’aime pas qu’on dise du mal de mon ancienne filiation idéologique, pour la simple est bonne raison que je renie rien de mon parcours politique, bien au contraire je l’assume pleinement.

 

Donc premier élément historique, Léon fut un des premiers à appeler ouvertement à un front uni contre la montée du nazisme et du fascisme… donc votre raccourci à deux balles témoigne au mieux d’une culture politique déficiente, au pire d’un révisionnisme politique assumé.

 

Deuxième élément et là… je pardonne davantage… il est vrai que le trotskisme est une réelle nébuleuse aux yeux du profane mais également pour le gars (comme moi) qui s’est un peu penché sur la question… et définir le trotskisme après l’assassinat de Lev Davidovich Bronstein relève de l’épreuve herculéenne… Pour vous aider, il est coutume de dire : « un trotskiste, une tendance ; deux trotskistes, trois tendances ». A partir de là, il est difficile de faire d’en tirer certaines généralités. A titre d’exemple, pour ma part je n’aurais jamais fait la révolution avec Lutte Ouvrière ou mieux encore avec la Ligue Trotskiste de France (ces dernier devait être 25 après un congrès de réunification…).

 

Troisième élément, peut être moins déterminant mais capitale pour moi. La Ligue reconnaît et permet l’existence de tendances officielles en son sein. Leurs absence ne signifie qu’un parti à un quelconque lien avec l’idéologie fasciste mais à contrario il permet d’affirmer que la LCR a toujours été un parti démocratique.

 

Enfin… le gros truc qui fait flipper nos bonnes gens de droite… la lutte armée… diantre… ça carrément pas bien… la LCR a soutenu et soutiendrait encore la lutte armée… Ben oui comme moi…. La lutte sandiniste était légitime ; malgré les dérives du castrisme, la révolution cubaine était légitime ; l’Intifada trouvait également sa justification dans une politique israélienne aveugle…

 

Et, aujourd’hui… dans une certaine mesure, je ne suis pas loin de penser comme CSP (le lien cité plus haut) que la plus grande violence est celle du néolibéralisme envers lequel peu de voix osent encore s’opposer … et pour le coup, notre dangereux leader révolutionnaire est infiniment moins nuisible que la bande de néocons qui nous gouverne.

 

Et c’est peut être pour cela qu’Olivier Besancenot fait un tabac au détriment d’un Parti Socialiste livré à ses seuls dirigeants.

Lire la suite

Nos loulous dans le privé… Oh my god !

23 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses


Comme le billet sur la première danse de notre bonhomme a ouvert la boite de pandore. Je vous remonte le commentaire qu’a écrit ma
louloute… Histoire de contextualiser le débat.blog

Avant de lui laisser la plume… n’oubliez pas que je suis un pragmatique et que pour moi, il n’y aucun début de commencement de culpabilité. J’ai fait, nous avons fait ce que nous estimons le mieux pour notre petit gars.

Ca commence en dessous :

Moi je suis la maman du "moinillon" en photo, et je mets les pieds dans le plat ! D'abord parce qu'avant de mettre Gabriel à "Ste Bernadette", par rapport à nos choix nous avons pris rendez vous avec 3 écoles publiques (en mars-avril 2007), dont l'école du quartier : Ecole Marlot pour ne pas la citer ! Le directeur qui ne comprenait pas notre démarche de le rencontrer (...avec l'idée de lui demander quel était le projet pédagogique de l'école (normal non ? on me le demandait comme directrice de camp ou de centres de vacances !)), les yeux rivés sur son ordi portable, dans son bureau, nous a dit gérer des problèmes de comportement en permanence, et ne pas avoir le temps de vérifier les acquis des enfants. S'il devait remettre ses enfants (grands à ce jour) à l'école, ce ne serait certainement pas dans son école, mais ou à l'école A. France, ou à Jeanne d'Arc (la big Privé "montessori" de Roubaix).

Bref...Démissionnaire !

Quand on sait que la motivation des équipes vient aussi de l'enthousiasme des "chefs" oufff...

Deuxième école : A France, directrice super motivée, enthousiaste, à l'écoute, bref super impression. Elle nous prévient néanmoins qu'il y a énormément de demandes de dérogations, et que sont pris en compte un certain nombre de facteurs tels que fratrie, lieu de travail,...ou autres...qui font qu'on vit tout de même "entre nous" aussi  A France...

La musique et le lieu de résidence de la nourrice qui viendra le chercher sont deux critères qui légitiment cependant complètement notre demande.

Troisième école –rdv demandé en juin-  Camus et Vaillant : impossible car de toute façon il ne prenait pas d'enfant à 2 ans (pas de place !)...

Résultat : nous avons fait la demande de dérogation (une seule autorisée) pour A France, pas loin de la maison, choix des classes musicales à partir de l'élémentaire, bref, de Vraies raisons !...Réponse en juin : pas de place pour les enfants de 2005 !!!

L'école à 2 ans ???

J'ai alors pris sur moi pour appeler la directrice de l'école Ste Bernadette, l'école privée du quartier entre Hauts Champs, Nouveau Roubaix et Hem. Je lui ai fait part de mes démarches, de ce "non-choix" et ai attendu ses réactions. Elle a compris, m'a dit que si je voulais inscrire Gabriel, elle le prendrait. Pas de jugement, merci à elle.
Nous payons le barème le plus haut, soit 63 euros par mois...(elle n'en savait rien au rv je précise !!). La plupart des familles ne paient quasiment rien.

C'est la question de principe qui nous pose problème en tant que parents laïcs...

Donc cette année, nous avons refait la demande pour Anatole France, après avoir revu la directrice, et vu aussi la directrice de l'Ecole Camus sur le même principe. Toujours une seule dérogation...Pour des questions de géographie, nous avons opté de nouveau pour Anatole France. Réponse semaine dernière : nous sommes sur liste d'attente. Il semble que d'autres demandes moins légitimes nous soient passées devant le nez...Dégoûtés car même en tant qu'élus tous les deux nous n'avons JAMAIS profité d'avantage, piston, statut, ou autre...
Oui à Anatole  France, c'est "le must du public", que nous n'avons pas retrouvé à Ste Bernadette à la fête de l'école...

Nous aurons une réponse pour la toussaint me dit-on ??? Alors que fait-on du petit bonhomme qu'on met dans un lieu à 3 ans pour l'en retirer un mois plus tard pour autre lieu, autre maîtresse ? Dans cet autre lieu, ils sont 33 en classe...
A Ste Bernadette, 24 cette année...
Alors ou est le public ? Ou est le privé ?

Question de principe parce que je suis pour l'autofinancement aussi des écoles privées à condition d'avoir un vrai "service public" de qualité, nous réitérerons notre demande pour le public sans doute d'année en année...
En tous les cas, les enseignants sont aussi otages de ce système, de cette fuite vers le privé de ceux qui n'osent plus, qui ne veulent pas "risquer" peut-être pour leurs enfants ?

Les responsables sont bien les politiques dans les choix faits... (A Roubaix il y a a une vraie tradition du privé...aux dépens du public), même si un gros travail est en cours. La réputation de la ville, des quartiers joue aussi dans le choix des enseignants de venir s'y installer... 

Oui aux parents éducateurs, c'est notre rôle premier ! Mais la socialisation ne s'apprend-elle pas à l'école également, notamment dans les petites sections de Maternelle ? Nier ce rôle de l'école consiste à nier les difficultés que les enseignants du public comme du privé d'ailleurs peuvent rencontrer dans sa mise en oeuvre.

Pour notre part, je déculpabilise sur les démarches que nous avons entreprises mais après tout, suis-je "la" coupable ? Vous qui parfois avez fait le même chemin...

Lire la suite

Socialiste… une sinécure ?

23 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

 

A défaut d’avoir une ligne claire, nos « leaders minimos » ne nous épargnent définitivement rien dans la préparation de ce congrès… il y 6 jours, on se tapait Hollande à 100% Foot à défaut de l’avoir vu dans les défilés ; hier rebelote avec Valls… à croire qu’ils n’ont rien d’autre à dire que de causer football… enfin, il paraît que c’est pour faire plus proche du bon peuple. Olivier Besancenot semble faire mieux… tiens… d’ailleurs on le voit aussi dans les manifs…Ce n’est pas ma tasse de thé socdem… c’est juste un indice… genre… les politiques doivent faire de la politique…

 

C’est un peu comme si, alors que vous attendez avec impatience de lire mes derniers écrits sur Sarkozy ou le Parti Socialiste, je vous parle de mon enchère en cours sur e-bay pour m’acheter une raquette de tennis. Ouais parce qu’en ce moment, je suis sur deux affaires pour changer ma raquette de bûcheron (elle a plus de 15 ans…)… soit je pars sur une Volkl, soit sur une Fischer… ouais, c’est l’avantage de sortir un peu des sentiers  battus, on peut faire des affaires assez sympas…je sais vous vous foutez un peu de mes  états de bras tennistiques.

 

Mais ce week-end n’a pas été politiquement folichon… au mieux vous avez évité d’entendre deux jours de suite Ivan Levai sur Carla Bruni… il n’en peux définitivement plus le vieux… au pire, vous n’avez pas loupé Jack Lang qui soutient désormais Martine Aubry… moi, je ne sais pas je n’ai toujours pas lu la contribution.

 

Ah oui, je suis tombé sur le blog des rénovateurs du Nord… bon y a lire… mais à ce stade… j’ai tout de même la fâcheuse impression que les reconstructeurs sont une drôle d’auberge espagnole (elle va être coton à écrire la motion)…. Bon c’est bien, ils proposent d’atteindre le mandat unique pour les parlementaires… pourquoi donc s’arrêter en si bon chemin… pour le reste… c’est plat…

 

Sinon, je suis tombé sur une perle dans la déclaration de principe votée et amendée après… oui si c’est un nouveau concept, la démocratie évolutive… Donc, la section socialiste « numérique » avait proposé un amendement intéressant « Lorsque leur développement s’effectue dans un cadre démocratique et ouvert, les technologies numériques et internet ouvrent un extraordinaire espace de libertés : libertés de s’exprimer, d’accéder à l’information et au savoir, mais aussi de créer et d’innover. Les socialistes oeuvrent au développement d’une société de la connaissance ouverte »…  Bien !! Faute à pas de chance, dans la rédaction finale de cette déclaration, on lit à l’article 19 «  Les technologies numériques peuvent y concourir à condition d’en préciser le cadre démocratique et les règles pluralistes »… je vous épargne mon commentaire laconique du style… Ils n’ont toujours rien compris ou encore que c’est bien la peine de nous sortir un appel contre une loi d’exception pour l’Internet… c’est vraiment pas gagné au Parti Socialiste…

 

Non faut  rester entre nous… enfin plus précisément entre dirigeants… et surtout canaliser la fièvre rénovatrice du militant de base… TA ce propos  malgré un gros rabattage sur la venue de Bertrand Delanoë en Fédération du Nord… on m’a parlé de 150 personnes… comme quoi, il aurait dû accepter mon offre… il aurait pu être lu par 1500 lecteurs en 2 jours… c’est con (ouais quelques pics d’audience la semaine dernière.

Je me demande si l’érosion que connaît le PS en terme d’adhérents va continuer… ah bien sur, il y a un plancher… le nombre d’élus socialistes dans l’hexagone… rassurant non ?... non je déconne…

Lire la suite

Première fête d’école…

21 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

37 ans… 35 ans… c’est notre première fête d’école… en vrai… en parents… les jeux, les danses… voir des gens que je ne connais pas, à qui je ne parle surtout pas… agoraphobe à tendance asociale. Dans ma bulle, avec les miens. Un élément politique… Gabriel est dans une école privé et pourtant, ici, les classes populaires sont écrasantes. Profondément laïc, et je sais qu’aujourd’hui le privé à Roubaix a une fonction sociale, le public part d’encore plus loin faute de moyens….

 

Oui la gauche a failli, incontestablement… et n’en déplaise aux sociaux libéraux… Sarkozy n’a aucune intention d’y remédier, bien au contraire… segmenter, diviser la société… les puissants et les autres… vous pourrez hausser les épaules… aucun exemple ne résiste pas à l’analyse. Vous défendez une société que je combats… assumez vos choix.

 

Et la journée c’est terminée en douceur… dans le jardin de Laurent et Caroline…

 

Et pour Gabriel comme pour Ivan…  tenter de leur apprendre quelques valeurs, justice, respect, équité sociale et tolérance.. .jusqu ‘à un certain point…

 

Gabriel en moine sur la musique de Frère Jacques…






Lire la suite

Libération reçoit Carla Bruni - Sarkozy

20 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses


Bruni nueJe vous mets la le lien pour la vidéo... écoutez les premières secondes, il y a une manifestation en bas... J'aime l'élégance de Joffrin allant fermer la fenêtre... si il a un jour l'élégance de refaire du journalisme... n'oubliez pas de me prévenir.

la vidéo
c'est là.

Sinon vous commencez à me les gonfler messierus les médias... ras le bol de votre cirque à deux balles !!!

J'en ai rien à battre du nouvel album de madame Sarkozy !!! et en plus France Inter participe à cette mascarade sur  des fonds publics... au passage...

Carla Bruni n'est pas ma came à moi !!! C'est l'overdose !!! STOP !!!

Le président de la Société civile des personnels de Libération (SCPL), Christophe Ayad. Mercredi, la SCPL a publié ce bref communiqué interne:

"La SCPL désapprouve et se désolidarise de toute éventuelle opération de communication de Carla Bruni-Sarkozy dans Libération (du type 'rédactrice en chef' ou 'invitée spéciale'), qui pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l’image du journal au moment où son lectorat est à la recherche de repères. Etant donné son statut et sa position actuelle, nous demandons à ce que seul un traitement strictement journalistique lui soit réservé."



 

Lire la suite

Le Siècle… nouvelle découverte.

20 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Petites et Grandes choses

 

 

Internet a de cela formidable, c’est qu’on finit par tout apprendre. Dernière exemple en date, un de mes commentateurs me laisse un message un peu sibyllin (enfin pour moi cutéreux provincial…) où il me parle d’un machin appelé Le Siècle… hop.. hop.. en deux trois secondes j’ai deux liens (wikipédia et la République des Lettres)…

Je vous le dis sans détour ces petites coteries entre puissants commence à m’indisposer. (edit : en parlant de ça, je plains les derniers vrais journalistes de Libé qui doivent se farcir Laurent Joffrin... bravo pour le journalisme d'investigation de ce dernier et l'interview de Carla Sarkozy...pathétique... ah oui il a aussi chié une bouse sur la loi albanel, il est pour cela va de soi... Nicolas S. je le trouve dans la liste du siècle comme Joffrin... sinon bien entendu aucune mais aucune conivence...).

Donc notre asso sympa du jour Le Siècle (source wikipédia) :

Après on s’étonne que nos politiques soient aussi peu innovants.

Le Siècle
est un club, fondé en 1944 par Georges Bérard-Quélin[1], réunissant des membres influents de la « classe dirigeante » française. On y retrouve des hauts fonctionnaires, des chefs d'entreprises, des hommes politiques de droite ou de gauche, des syndicalistes, ou encore des représentants du monde de l'édition et des médias de premier plan. En 2005, le Siècle comptait 580 membres et 160 « invités » qui attendaient une décision sur leur demande d'admission[1].

Chaque dernier mercredi du mois les membres du Siècle se réunissent à l'
Automobile Club de France, place de la Concorde à Paris.

Lire la suite

Bertrand Delanoë à Lille.

20 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Archives Congrès PS

Donc hier le maire de Paris était à Lille pour présenter son nouveau livre « de l’audace », audace qui ne l’a pas poussée à rencontrer quelques militants et blogueurs pour discuter de la démocratie militante. Ok, j’entends bien la question du timing serré mais c’est tout de même dommage.

 

Bon, je remets mon idée dans la culotte mais elle reviendra dans les prochaines semaines… oui je suis un brin têtu.

 

Du coup, j’ai regardé le journal régional avec BD. Qu’en retenir… Au fond… je n’en sais rien… si ce n’est que quelques uns en sont à imaginer un ticket Delanoë à l’Elysée et Aubry à Matignon… Juste un petit bémol au passage… avant d’en arriver là, il faudrait peut être penser à gagner une élection nationale… et je dis bien gagner… chose qui n’est pas arrivée depuis belle lurette.

 

Sur le reste, et il faut bien avouer la pauvreté des questions du journaliste, rien… si ce n’est revendiquer un bon point de bonne gouvernance… si on pense reconquérir l’électorat avec ça… Bien sûr, on oublie pas de préciser qu’on pense aux plus pauvres mais que vaut cet argument quand on creuse un peu les résultats électoraux… pas grand et certainement pas de revendiquer l’électorat populaire qui a déserté les urnes… oui les chiffres sont obstinés et l’incantation n’est d’aucune aide dans ce domaine.

 

En parlant de ça… je revendique le bien fondé de ma démarche sur le fonctionnement interne du PS à l’avenir pour quémander un peu de temps à nos dirigeants…  La dernière consultation sur la déclaration de principes s’est fait en catimini avec… une participation ridiculement faible des militants… dans le Nord 33%... dans le Pas de Calais d’après ce blog ça n’a pas l’air mieux. Tout cela montre ce déficit et je ne suis pas certain que les propos tenus dans la presse redonne beaucoup d’espoir aux adhérents du PS.

 

Petites phrases, acrimonie, déclaration en amitié envers un tel ou une telle… alors oui c’est la presse…cependant, il faut bien aussi des gens qui parlent…

 

Autre signe pas vraiment réjouissant… Hollande a confié à Daniel Vaillant de mettre en place une commission pour contrer Olivier Besancenot… avec ce genre de machin, c’est clair on va aller loin.

 

Alors une fois n’est pas coutume, je vais saluer Marylise Lebranchu qui a sorti sa contribution… je me la procure et je la lis pour vous en dire tout ce que j’en pense.

 

Ah tiens… manifestement la Fédération du Nord suit désormais Martine Aubry, il y encore trois mois (un siècle en somme), Gilles Pargnaux signait un texte pour Ségolène Royal… Dans un papier de septembre (de mémoire), j’écrivais que le courage de la Fédération du Nord (ou tout au moins du 1er d’entre eux) penchera surtout en fonction de la majorité qui se dessinera… donc forcément… Martine Aubry/Bertrand Delanoë… les fidèles du jospinisme triomphant… et du Hollandisme… cette commission Théodule animée par Vaillant, si près du congrès, ne doit rien au hasard… on peut interpréter ça comme un appel du pied…

C’est bien parti cette fameuse rénovation....

 

 

Lire la suite

Serge Dassault… l’homme des commandes publiques.

19 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Résistance Politique

 

Ce déjà sinistre personne… encore vivant comme les meilleurs s’en vont bien en premier… a encore fait fort dans Libération… quelques perles en vrac :

 

Le sénateur UMP de l'Essonne, Serge Dassault, a jugé «anormal» aujourd'hui que l'Etat aide les chômeurs, «des gens qui ne veulent pas travailler» et suggéré de «réduire carrément les aides».

«Le problème n'est pas seulement de trouver de l'emploi mais aussi que l'assistance et les aides diverses aux chômeurs sont trop élevées, à mon avis, pour qu'ils aient une certaine envie de travailler», a exposé Serge Dassault, propriétaire du Figaro, à l'ouverture d'une audition de plusieurs dirigeants du service public de l'emploi devant la commission des Finances du Sénat.

«Prime pour l'emploi, et bientôt RSA… c'est quand même anormal de vouloir donner de l'argent de l'Etat qui n'en a pas beaucoup à des gens qui ne veulent pas travailler parce qu'on les paye trop et coûtent aussi beaucoup d'argent à l'Etat», a ajouté le maire de Corbeil-Essonnes, rapporteur spécial du budget de l'Emploi.

«On réduirait carrément les aides aux chômeurs, ce serait quand même plus efficace si on veut les faire travailler que de vouloir donner de l'argent sur denier de l'Etat», a-t-il ajouté.

 

Ce n’est pas la première fois et… hélas… pas la dernière que ce s…. nous dispense de ses conseils à la con…

 

Le plus croustillant dans l’histoire c’est qu’il doit sa fortune personnelle à l’Etat et à aux commandes publiques… et qu’en prime Monsieur grâce à son statut ne sera probablement jamais coupable de rien… même si ce ancien maire de Corbeille Essonne a toujours eu une gestion de sa ville pour le moins curieuse, chaque année ou presque épinglée par la Cour des Comptes… et comme le dit Slovar "est-il normal de détenir un mandat national tout en étant fournisseur de l'état français ?" ... en général on parle de république bananière pour qualifier de tels arrangements entre amis... mais pas chez nous... c'est juste bon pour les pays africains ou ailleurs...Et la liste est longue dans notre beau pays...

 

Enfin… vaut mieux lire ça que d’être aveugle.

 

Et surtout… le jour de sa mort…. proche… ne vous attendez pas à un panégyrique de ce gugusse. Vous pouvez également aller lire Culture Politique.

Oui... j'ai un peu de mal avec cette droite sarkozienne... enfin au moins... lui, il a le mérite de dire ce que l'autre pense tout bas même si ce dernier ne s'épargne pas  à la tache pour détuire toute notion de solidarité.


Et comme, je suis d'humeur joyeuse.... je ne peux m'empêcher d'aborder Le Brice Hortefeux qui s'enorgueillit de ses expulsions en hausse... toute analogie avec une autre éqoque serait diffamatoire...  

Question... le Parti Socialiste va-t-il réagir ?

Lire la suite

Un socle commun. Le livre noir du Libéralisme (2)

19 Juin 2008 , Rédigé par Marc Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

 Pierre Larrouturou 
(Chapitre 1) : Dire la vérité.

Chapitre 2 : Dire la gravité.

 

La régulation au service de la croissance

 

L’économiste Patrick a sorti un livre en 2005 intitulé « le capitalisme est entrain de s’autodétruire » et pour cause puisque si le cash et les dividendes augmentent toujours plus, l’investissement stagne. Pour lui,  « un capitalisme sans projet est condamné à s’autodétruire. Dans ces conditions, beaucoup d’ingrédients sont réunis pour accréditer la thèse d’une crise mondiale ; d’autant plus que les trois régulations qui ont été à l’œuvre durant les trente glorieuses ont été rognées. Quelles étaient-elles ?

-         Ford : ce capitaliste disait que la croissance va s’étouffer si on ne fixe pas des règles du jeu. C’est la crise des années  30 et la sortie de la 2eme Guerre Mondiale qui amèneront à mettre en place les moyens de ces règles.

-         Beveridge : il publie en 42 un rapport sur le système d’assurance sociale. Pour lui, le capitalisme pour fonctionner a besoin d’une demande forte et régulière, aussi la dépense sociale est un facteur de croissance économique car elle permet d’assurer cette régularité.

-         Keynes, bien sur, pour qui l’Etat doit intervenir pour assurer la croissance.

Aujourd’hui, tous ces mécanismes sont consciencieusement mis à mal voire caricaturés alors que l’absence de toute régulation nous ramène bien avant 1914. Malgré cela, la croissance bien que moins forte sur ces deux dernières décennies perdure… comment ?

 

La spirale de l’endettement.

 

C’est par l’endettement des ménages que les Etats-Unis ont pu éviter la déflation. Entre 1997 et 2007, le crédit à la consommation a tout simplement doublé, passant de 1225 milliars de dollars à 2450 milliards. Deuxième levier, les cartes de crédit et enfin, les crédits hypothécaires, seulement autorisés en France depuis Villepin. Enfin, et on n’en voit seulement les conséquences depuis quelques mois les fameux subprimes, encouragés par les banques qui voyaient leur revenu diminuait du fait d’un engorgement du crédit immobilier.

Les subprimes : le principe est relativement simple, un établissement peut prêter jusqu’à 125% de la somme nécessaire à l’achat avec un remboursement du capital différé partiellement ou en totalité sur les deux premières années. Les banques avaient intérêt à prêter à des personnes n’ayant pas les ressources, cela permettait d’alimenter le marché et théoriquement ils faisaient un bénéfice en reprenant le bien des non-solvables. En prime, les banques ne gardaient pas ces prêts dans leur bilan. Elles les « tittrisaient » en faisant des paquets et les revendaient à d’autres investisseurs… et ainsi de suite… bref fromage et dessert… sauf que si les arbres ne montent pas au ciel, le prix de l’immobilier non plus. L’autre enseignement de cette crise des subprimes, c’est le cynisme d’un modèle qui encourage la précarité et se nourrit sur celle-ci. Cette propension à l’endettement n’est pas propre aux Etats-Unis. En Europe, la dette privée est passé de 75% à 145%, ce qui fait dire à Patrick Arthus que sans l’endettement des ménages, la croissance dans zone euro aurait nulle voire en récession dans certains pays comme l’Angleterre.

 

Selon le groupe d’économistes du centre Bruegel au regard des déséquilibres accumulés, la question n’est pas de savoir si il y aura ou non un ajustement mais bien quand et avec quelles conséquences ?

 

Et la chine ?

C’est sans doute en chine que les conséquences d’une récession américaine se feraient le plus sentir car le dynamisme chinois est fortement dépendant de la consommation américaine. Et bien plus encore si l’Europe et le Japon le sont également puisque 61% des exportations asiatiques se font vers ces zones économiques.

L’autre moteur de la croissance chinoise réside dans l’investissement qui atteint 50% du PIB qui repose en partie sur une bulle immobilière où pour par exemple pour le seul premier 2006 26% du marché n’avait trouvé preneur alors que dans le même temps, les investissements ont augmenté de 20%.

Au final, le miracle chinois a de grande similitude avec "l'exemple japonais" qui s’est évanoui dans l’éclatement de la bulle immobilière survenue au début de 1990… le Japon ne s’en est pas encore relevé. Par ailleurs, quelles seraient les conséquences sociales d’une crise comparable dans un pays où les travailleurs payent le prix fort de cette croissance. A cela, il faut ajouter que celle-ci malgré son niveau élevé,  n’est pas en mesure de faire face à la croissance de la population en age d’arriver sur le marché du travail (ministre du travail chinois) sans compter le flux des ruraux accourant dans ces zones de croissance.

* Complément de lecture sur la Chine : l'article de Christian Sautter pour Betapolitique.

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 > >>