Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Un pas important.

15 Mars 2007 , Rédigé par Marco Publié dans #Archives- Présidentielles 2007 -

Alors qu’on continue au PS à tutoyer le sexe des anges concernant Francois Bayrou, celui-ci vient de donner interview dans le Nouvel Observateur que je qualifie d’importante. Petit rappel avant d’aller plus loin dans mon propos… la gauche « traditionnelle » ne pèse pas 40% à la lecture des sondages, et cela depuis de très nombreux mois… un sondage n’est pas une élection mais je crains que ce ratio n’évolue guère en sortie d’urnes.
Donc, le candidat centriste a déclaré dans le NO qu’ « il y a confrontation nette de projet de société entre Nicolas Sarkozy et moi. Alors qu’il n’y a pas cette confrontation entre Ségolène Royal et moi. »
Au risque d’hérisser le poil de certains, j’avais déjà fait ce constat à la lecture du projet de l’UDF pour cette présidentielle malgré, j’en conviens, quelques zones d’ombres à approfondir.
Concernant, l’épisode DSK/Fabius qu’en à la ligne à tenir vis-à-vis de Bayrou, pour moi c’est simple : soit on veut effectivement gouverner pour choisir (en paraphrasant Mendes), soit on veut jouir d’une position confortable d’opposant perpétuel. Privilégiant la première option, il importe tout d’abord de rassembler son camp pour ensuite négocier un projet de gouvernement sur des bases claires.
Ségolène Royal semble ne privilégier aucune option pour le moment et c’est tant mieux cependant son entretien dans les échos de ce matin me laisse à penser qu’elle entrouvre la porte à une coalition inédite. La référence à Blair ne saurait être fortuite, j’espère ne pas me tromper.
Dans mon esprit, une telle recomposition ne peut s’inscrire dans le seul cadre d’un « Tout Sauf Sarkozy ». Même si sa dangerosité est, à mes yeux, bien réelle ; un attelage monté sur cette seule base ne peut être que vouer à l’échec aussi c’est bien dans le sens d’une convergence et d’une confrontation des idées que doit se faire ce mouvement.
L’enjeu pour la société française est de taille mais en quoi ce qui était possible avec le Parti Communiste ne le serait pas avec la nouvelle UDF ?
Cet enjeu recoupe également l’avenir du Parti Socialiste, mon parti, après avoir accepter l’économie de marché, saura-t-il faire ce pas supplémentaire vers la sociale démocratie ? Certains craignent à n’en pas douter la dilution de nos idées et de notre combat pour plus de justice sociale ; souvent les mêmes mettent en exergue les modèles scandinaves, jusqu’à preuve du contraire ces partis sociaux démocrates ont également admis l’économie de marché, depuis fort longtemps d’ailleurs… ont-ils pour autant renoncer à leurs ambitions sociales ?

Ma crainte pour cette élection réside dans la non présence de Ségolène Royal au deuxième tour… si une telle chose se reproduisait, j’ai bien peur que le PS entre dans une période de glaciation arc-bouté sur ces dogmes qui ont eut, trop souvent, le seul mérite de nous condamner au rôle d’opposant.

Lire la suite

Paroles d'économistes.

15 Mars 2007 , Rédigé par Marco Publié dans #Reflexions...enfin on essaye

C’est toujours intéressant d’avoir l’avis d’un panel d’experts « authentifié » à quelques semaines d’une élection importante ;  ça change du panel de TF1 mais ça n’empêche pas qu’on se croirait au café du coin à boire un jaune sur le zinc.
Extraits d’une dépêche de mardi :
Edmund Phelps  (prix Nobel 2006) : « J'observe que les Français sont parmi les habitants du G7 les moins motivés au travail. C'est incroyable ».
Gary Becker (prix Nobel 1992) : « Le salaire minimum, que certains candidats à la présidentielle veulent augmenter, est au contraire trop élevé « 
Paul A. Samuelson
(prix Nobel 1970) : « les Français aujourd'hui devraient tolérer la remise en question de certains privilèges et accepter que leur société soit davantage inégalitaire".
J’adore, j’adore, j’adore…. Ces charmants connards se sont réunis à Paris  avec notre non moins charmant ministre de l’économie. C’est dommage, la dépêche ne dit pas si notre Thierry Breton a approuvé ou non ses doux propos… qui ne dit mot consent, me direz vous…. Venant de l’un de nos plus pathétiques ministres de l’économie (avec NS qui avait réussi en 2 ans, entre 93 et 95, à doubler le montant de la dette), je pense qu’il partage ces ‘nalyses de fond… de commerce.
Quand on résume, ça fait des français : des fainéants, trop payés et débilesEnfin, en même temps on ne peut pas être en complet désaccord avec eux… ben oui… pourquoi se crever la paillasse quand on ne sait même pas si demain la boite sera encore là… oui à 1000€ ça fait cher comparé à un travailleur chinois… sur le dernier point, ne vous en faites pas on y travaille sérieusement depuis quelques années, il nous faut juste un Sarkozy pour parachever le tableau final.
Tout de même, je m’interroge sur le prix de revient à l’heure pour ces grands penseurs… ça fait cher pour ce type de banalités et de clichés éculés. Je suis sûr d’une chose : dans la société des biens pensants, un vieux con ç’est hors de prix… cela doit être en rapport avec leur infinie suffisance vis-à-vis du péquin de base.
Ah oui, bien évidemment ces éminents nobélisés ou satellisés - ma  magnanime bonté vous laisse le choix - n’ont évidemment pas abordé la question de l’écologie et du développement durable… nul doute que la « main invisible » et la sagesse des hommes suffiront amplement à éviter ce désastre annoncé… et au fond ce n’est pas grave, ils sont déjà morts… eux.

Lire la suite

Moi pas comprendre…

13 Mars 2007 , Rédigé par MarcoV Publié dans #Archives- Présidentielles 2007 -

En parcourant rapidement le site de Libé ce matin, j’ai ressenti une grande incompréhension à la lecture de nouveaux sondages.
Ma perception sur la campagne de Ségolène et sur ses prises de position depuis Villepinte est plutôt bonne. Sur tous les sujets du moment, Bayrou et Sarkozy se retrouvent le plus souvent à la traîne ; dernier exemple en date sur le cas Aibus où ce dernier entonne le chant d’une recapitalisation par l’Etat… quelques jours avant il disait que l’Etat n’avait pas à intervenir… c’est vrai sur ce sujet comme sur la police de proximité, l’aide financière au projet pour les jeunes qui a piteusement pompé dans le programme de Royal… l’autre furieux pour « noyer » le poisson en est à sortir un ministère pétainiste dûment approuvé par Lepen en personne. Dans le même temps les meetings ont l’air de faire salle comble, les émissions avec Ségo font le plein d’audience… et pourtant… ça ne prend pas dans l’opinion… publique ou médiatique… je n’en sais rien.
Les raisons… à vrai dire j’éprouve une grande peine à les esquisser, certes les principaux médias ont un parti pris évident mais cela ne peut tout expliquer. La stature de notre candidate, elle fait jeu égal avec Bayrou. Les résultats du gouvernement Villepin/Sarkozy, ils sont pitoyables sauf en matière de sécurité routière… ça fait léger comme bilan, à tel point que Chirac les a vite oubliés dans son discours de fin de règne… nan franchement, j’ai du mal à comprendre.
Peut être la non différenciation des programmes… heu… là faut vraiment se foutre de la crémière pour ne pas trouver des clivages forts avec Sarkozy et honnêtement avec Bayrou, on est tout de même assez souvent dans l’évasif même, comme je l’ai déjà dit, si je peux partager certains points… il manque tout de même des axes forts.
Une partie de la gauche est parait il séduite par FB… mouais… sur quels points au juste… les profs… serait ce l’inaction de ce dernier quand il a eu en charge le ministère de l’éducation nationale qui séduit… pour tout dire, je trouve ça plutôt inquiétant…
Allez, je garde espoir il reste un bon mois avant le premier tour, le travail d’explication de Ségolène Royal va payer… sinon c’est à désespérer… faut se rassurer comme on peut. Je ne suis pas désabusé, juste perplexe…
En tout état de cause, tout sauf l’autre… Je souhaite Ségolène Royal mais je suis prêt à prendre Bayrou !!

Lire la suite

Ca part en sucette…

12 Mars 2007 , Rédigé par MarcoV Publié dans #Archives- Présidentielles 2007 -

Vache, je parts pour quelques jours de vacances… et v’la ti pas que la campagne présidentielle prend un tour… comment dire… à vrai dire j’hésite sur qualificatif à employer… pathétique, étonnant, tragi-comique… au fond, il y a un peu de tout ça dans cette « histoire ».
Nul doute que sur cette semaine, il y a écrire plus d’un papier mais bon je ne vais pas rejouer l’histoire. Aussi, concernant « l’affaire » Royal, je suis quelque peu troublé… non parce qu’elle est assujetti à l’ISF mais davantage par cet oubli fâcheux sur la valeur réelle d’un de ses biens… malgré toutes les explications du monde… ça me chagrine… et comme je l’ai déjà dit bien qu’en étant un partisan déclaré à son égard je n’en reste pas moins lucide sur certains penchants de nos dirigeants de gauche… on est encore loin de la sociale démocratie tant au niveau des idées que des pratiques… j’espère qu’on s’en rapprochera dans les prochaines années… l’espoir fait vivre… et heureusement. Sur sarkozy… ben c’est plus grave encore… mais on est en France… dans un pays avec une démocratie normalisée… combien des prétendants seraient encore en situation de faire campagne… pas beaucoup, je pense.
Non ce matin, la chose qui m’estomaque, c’est la proposition de l’autre dingue sur son ministère de l’immigration et de l’identité nationale… j’ai l’impression de faire un retour en arrière assez nauséabondpour draguer l’électeur frontiste, le sarkozy n’a pas sorti le chalut… non, non… là c’est carrément le baleinier… quand on met bout à bout ses propos et comportements (RG, coup de fil à Rotschild pour demander de retirer un article de Libé…la liste est longue) … l’avenir est loin d’être rieur… mais davantage sécuritaire et autoritaire… enfin visiblement, nos grands médias semblent s’en satisfaire et les électeurs aussi… probablement le coté obscur de notre identité nationale.
Cette semaine m’aura également appris deux choses : la sénilité et la haine… ce n’est pas beau. Je ne passe pas sur les commentaires de Barre concernant ce « grand commis de l’Etat » qu’était Papon et sur le bon conseiller municipal frontiste de Lyon… on peut mettre ça sur le compte de la sénilité du parait il « vieux sage »… moi pas… vieux con oui… sur la haine… Simone Veil qui est enrôlée sous la bannière de l’autre… en gros, si j’ai bien compris… elle veut faire payer le François… grandeur et misère d’une grande femme
J’espère que vous admirez la maestria pour en arriver au FB... pour les intimes… Homo Sapiens Sapiens Providacus pour les autres… Donc d’après le millionième sondage (je ne dois pas être loin du compte… parait qu’ils vont nous en faire en temps réel….), IL EST le Troisième Homme, dans un mouchoir de poche avec les ex-favoris.

De cette « réalité », j’en tire quelques enseignements… les indécis n’ont jamais été aussi nombreux à quelques encablures du sprint final ; au delà des chiffres, la versatilité de l’électeur est patente ce qui réserve bien des incertitudes sur l’ordre du quarté… en prenant de la hauteur, c’est sympa et rigolo… en restant un spectateur engagé…. C’est inquiétant sur l’état psychique du citoyen lambda et de la société…

Lire la suite

Prose

9 Mars 2007 , Rédigé par Marco Publié dans #En pure perte

Prose.

De nos doutes naissent d'éternels espoirs,
Ce monde s'efface devant nos yeux féconds,
De leurs certitudes, nous en transgressons le raisonnable,
Ce monde nous appartient... par ses seuls cris,
Nous n'en revendiquons rien, nous ne voulons en être,

Apprivoiser ces douleurs, pour nous adapter,
Inutile !! hurle le fou, elles sont là.
Créer des mondes pour enfin espérer,
Créer des mondes pour ne plus courber l'échine.

Aller ailleurs mais où sont ces ailleurs ?
Dans vos têtes, dans vos vies... sans doute.

Lire la suite

Nouvelle (3/3)

8 Mars 2007 , Rédigé par Marco Publié dans #En pure perte

Depuis longtemps, il a arrêté de se poser la question du quand ? Quand il a choppé c’te merde… à la naissance… même avant… c’est dans les gènes comme pour le boulot. Il sait seulement que pour ses enfants… c’est couru d’avance… à moins que… c’est pour ça qu’il parcouru la moitié de la ville sans s’arrêter, sans se retourner sur une de ces bourgeoises qui sent le frais et le beau.
De son existence, il a acquis quelques certitudes, le beau et le laid ont une marque olfactive. Le laid ça pue, le beau ça sent bon. Quand on est jeune, on n’est pas encore assez imprégné de son vécu pour s’en rendre compte ; pour le pinard faut du temps, là c’est pareil. Et comme en plus, il y a toujours une odeur désagréable dans son quartier, il est certain de cet état de fait.
Il y a maintenant deux heures, une veille lui a demandé de l’aider à traverser la rue, Pierre s’est exécuté ; de l’autre coté cette femme en lisière de vie, dans un souffle, lui a glissé  « tu vas changer de vie ». Pierre, n’a pas hésité et a demandé à la veille comment. C’est pour ça qu’il est là, à savourer sa, déjà, ancienne vie.
Des mioches, une femme qu’il regarde du mieux qu’il peut, comme on jette un œil absent sur un bouquet de fleurs fanées, des boulots de temps à autre, les allocs et une télé alimentée par un décodeur pirate… c’est ça la vie de Pierre alors de temps à autre il s’oublie avec ses potes au café d’André à boire des galopins… avec ça t’as l’impression d’en boire davantage et la tournée est moins chère. Quand t’es pauvre, faut ruser avec tout, ç’est le secret de la survie.

Il y a belle lurette qu’il a compris ça, dès la maternelle pour tout dire… pour pas prendre de mauvais coups faut être le plus transparent possible surtout si t’as pas le physique à en donner… c’était le cas de Pierre mais même comme ça on est jamais vraiment à l’abri.
Cette femme qui lui dit qu’il peut changer de vie, c’est comme lui dire qu’enfin il va exister, qu’il va être quelqu’un… sans y croire, il y a toujours cette infime espoir de se sortir de sa minable existence.
Cette vieille l’attendait là, dans cette piaule minable et puante, un corps putréfié gisait dans une baignoire posée au milieu de la pièce. Autour, d’autres femmes, nippées en dimanche, les seins siliconés, les lèvres gorgés de botox ; Pierre ne comprenait pas, il ne comprenait plus, il venait de changer de vie… en changeant de vie… il murmura juste… « La salope ».

Lire la suite

Nouvelle (2/3)

7 Mars 2007 , Rédigé par Marco Publié dans #En pure perte

C’est toute l’ambiguïté de cette foutue ville, on croit la connaître mais elle ne se livre pas ou à la marge ; ses gens se croisent sans se voir, chacun est le fantôme de l’autre, on se « mélange » dans les queues et encore… rares sont les échoppes non typées, même dans le supermarché du coin on peut s’éviter, il y a des rayons pour les pauvres et il y a ceux pour les plus riches… les premiers sont bien identifiés… en orange… un peu plus et les pauvres avaient droit à leur étoile, on y viendra c’est juste une question de temps… faut pas être pressé… l’humanité dispose de l’éternité…
Pas Pierre, non qu’il soit pressé, il s’en fout… juste qu’il se demande ce qu’il fait là, à monter ce putain d’escalier sans aucune explication rationnelle. Essoufflé, il s’autorise une pause au 5ème étage, il sait qu’il doit encore en monter quatre.
La fenêtre qui s’offre à lui donne sur le quartier « des trois plats »… nom débile mais qui résume à lui seul ce « nouveau »quartier qui date des années 70 quand on faisait venir des familles d’immigrés entières pour pourvoir au besoin en main d’œuvre dans le textile… De cette une époque, Pierre n’en connaît que des brides par les vieux qui en parlent avec une nostalgie non feinte, un espèce de Paradis terrestre. 50 ans plus tard, ce coin, si ce n’est pas encore l’enfer, a des relents revendiqués de purgatoire. Nul ne sait comment les rangées d’immeubles tiennent encore debout, la crasse peut être. Pierre, blanc de piau, l’a souvent traversé mais jamais trop longtemps, il ne sent pas chez lui ici… il sait que c’est très con, dans sa rue de vieilles baraques délabrées, il y a aussi pas mal d’arabes mais ce n’est pas pareil, il les connaît.
La nuit tombe, il profite de contrastes uniques où même la nuit tu reconnais les pauvre des riches, peut être même davantage encore qu’en pleine journée ; un riche ça peut jouer au pauvre, l’inverse est beaucoup plus difficile… il y a une démarche de pauvre… le dos est plus voûté… c’est imperfectible mais c’est bien réel.
Dans l’obscurité, Pierre distingue les lumières des habitations… à croire qu’il y a aussi une ségrégation aussi au niveau de l’électricité… pétillante et douce, blafarde et grise comme ce mur de merde… oui c’est étrange ce monde le noir… on pourrait penser qu’il est neutre quand tu le regardes et bien non… où que tu sois tu es rattrapé par ta maladie sociale.

Lire la suite

Nouvelle (1/3)

6 Mars 2007 , Rédigé par Marco Publié dans #En pure perte

Pierre.
Il gravit les marches d’un pas lourd, sous ses pieds le bois gémit d’une douleur sèche ; son souffle est court, ses poumons pleurent ce manque d’oxygène ; il n’est ni vieux, ni jeune,  dans un entre deux ages absent. Pierre, à l’entrée de cet immeuble décrépis, rongé par l’abandon, ne savait pas encore où ce serpentin interminable allait le mener. Les murs délavés ne se souviennent plus, depuis fort longtemps, de leur dernier rafraîchissement, le gris domine avec encore quelques stigmates de couleurs vives en souvenir d’années plus prospères.

Il y a encore quelques heures, Pierre ne connaissait pas encore ce lieu, perdu au milieu de rien, perdu au fin fond de cette ville… pourtant, il pensait la connaître sa ville, il ne l’a jamais quitté. Il est né ici, y a été élevé, connu son dépucelage dans une arrière cours, il sait qu’il y mourra aussi. De sa vie, il ne pensait connaître qu’une seule inconnue, l’heure de partir, passer de trois fois rien à un rien universel, indicible.

Pierre se sait depuis longtemps, a-existant, pour lui ça veut dire anonyme… il a bien sur voulu comme tout le monde exister, être quelqu’un, qu’on l’appelle Monsieur avec déférence… qu’a-til fait pour parvenir à ça… pas grand chose à vrai dire… Toute façon, durant toute sa foutue jeunesse on lui a dit qu’il ne ferait jamais grand chose alors… à quoi bon… Pierre s’est résigné sans excès, à la différence de certains de ses « amis » qui se sont connus et se sont très vite dé-connus, abîmés qu’ils étaient par l’alcool bas de gamme de ces hypermarchés pour pauvres.

L’existence de Pierre n’a dépassé que très rarement ces quartiers gangrenés par la misère cachée où le chômage n’est plus une honte mais une maladie génétique dont on hérite du père… la mère se contente de reproduire, certains disent que c’est pour les allocs, plus sûrement ça permet aux femmes d’exister non pour elle mais quelque temps pour leur progéniture… c’est déjà ça de pris à l’anonymat.

De toute façon, Pierre, des quartiers riches, il n’en connaît que les façades massives, les images données par la téloche et quelques échos de ceux qui ont eu la chance d’y entrer… comme ouvrier ou femme de ménage… jamais plus.

Lire la suite

6 mois… déjà

5 Mars 2007 , Rédigé par Marco Publié dans #Petites et Grandes choses

‘tain que le temps passe vite… ça fait maintenant 6 mois que je m’efforce à écrire un billet quasi-quotidiennement… près de 170…  à laisser aller le cliquetis du clavier pour du bon et du moins bon.
Poser des mots, des phrases sur un quotidien ordinaire mais très souvent jubilatoire pour le protagoniste… le transformer, faire partager ses doutes, ses extravagances laisser une trace non pour l’histoire mais pour soi et peut être un peu pour ses enfants. Des blogs, il y en a des millions autour d’un rien, autour d’une présidentielle, des milliers ne passent pas le cap de l’année, du mois… je ne caresse rien, si ce n’est qu’écrire chaque jour devient un impératif, une sorte d’urgence à se poser.  Cela fait également sas de décompression avant d’entrer dans une routine où l’échéance est dictée par le murmure silencieux des octets qui s’entrechoquent.
C’est peut être une façon également de s’astreindre à l’écrit pour d’autres lieux, d’autres choses, un entraînement délié qui ne préjuge de rien si ce n’est du pire.
C’était le bon moment pour franchir ces deux marches…comme dirait « l’autre »… « S’obliger » même en creux, « oser  à se donner» en pâture…
Merveilleux outil que le net qui autorise une forme de courage anonyme et individualiste. Courage… ce n’est pas le mot juste car trop par rapport aux conséquences de l’acte… parce que ce n’est jamais facile d’exposer. Anonyme… non pour moi … mais pour le lecteur… j’en connais quelques uns… mais de moins en moins… et paradoxalement je m’en sens plus anonyme.

Individualiste, j’écris avant tout pour moi … même si mon ego… comme tout à chacun… se satisfait de regarder l’audience de ce blog monter régulièrement (plus de 8000 visiteurs en 6 mois).
Voilà pour vous dire que je vais persévérer car j’ai pris goût à écrire et merci.

Lire la suite

Retour sur Bayrou…

3 Mars 2007 , Rédigé par Marco Publié dans #Archives- Présidentielles 2007 -

Même si je suis un partisan d’un nouvel axe Verts/PS/UDF, il n’en demeure que je m’interroge sur les propositions de Bayrou dans certains domaines et également sur certaines de ces déclarations qui laissent à penser… qu’en fait la fin du clivage gauche/droite perdure au-delà de la théorique.
En tout état de cause, son passage sur TF1 ne semble pas laisser de traces indélébiles sans l’inconscient bloggiste, j’en veux pour preuve les commentaires en direct de Versac… qui en pince pour le troisième homme… qui sont loin de l’enthousiasme auquel on était en droit de s’attendre… cette émission constituerait elle l’apogée de FB ??... en 2002, un autre candidat avait connu un tel phénomène… ce qui conforte mon analyse, c’est toujours ce « score » historiquement bas de la gauche… je sais que la politique échappe souvent à toute logique mais là on est, je trouve, dans un monde parallèle…
N’en déplaise à mes amis centristes, la question de la dette publique ne peut être considéré comme l’alpha et l’oméga de la vie de la cité… et vouloir déclarer inconstitutionnel le déficit me parait aberrant… et va à rebours de la volonté de redonner du crédit à la politique… c’est se priver de levier quand la situation économique se dégrade fortement… ce qui de dispense pas de les contrôler et de les réduire quand cela est possible… et dans ce domaine, les socialistes n’ont  pas de leçon à recevoir de la droite…. (INSEE période 93-06). Un pays ne se gère pas comme un foyer… quoiqu’en pensent certains…
Sur son fond de commerce ni droite ni gauche, je reste sur ma faim car deux phrases me questionne sur ce registre : « il n'y aura de membres du PS - éventuellement car je ne limite pas la sensibilité de gauche au PS - que s'ils ont accepté l'idée d'une démarche politique nouvelle »… heuu… en terme d’ouverture… ça limite singulièrement la portée de celle-ci et d’autre part sur un extrait il me semble l’avoir entendu prononcé, toujours dans le cadre d’un gouvernement de 3ème type, un truc du genre : « au-delà de ma famille d’origine »… dans son inconscient il s’estime toujours à droite… arffff ça ne va pas arranger mes affaires avec mes camarades…
Voilà ce que j’ai retenu sur le Bayrou de ces derniers jours… et en fait j’attends sa position à l’issue du premier tour… convaincu qu’il entame une lente érosion de son potentiel électoral…
PS : même si les derniers sondages me donne tord... je persiste et je signe

Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>