Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marc Vasseur (Journal d'un vieux con désabusé)

Législatives : En Marche… Des couacs oui et alors ?

16 Mai 2017 , Rédigé par Marc

Cette séquence des investitures n’aura pas été un long fleuve tranquille néanmoins on aurait tort de se focaliser sur les quelques couacs qui l’ont ponctuée.

Au final et en prenant un peu de hauteur, on se rend vite compte que ce mouvement de renouvellement est le plus important que le paysage politique français ait connu depuis… 1981 (pour rappel : 52 % des candidats n'ont jamais eu de mandat 95 % ne sont pas des députés sortants, parité respectée. Une gageure quand on sait que sur les 19 000 dossiers déposés, il n'y en avait que 29 % de féminins, moyenne d'âge de 46 ans). Certains au lieu de gloser sur les petites péripéties d’En Marche ferait mieux de s’interroger sur leur propre capacité à saisir l’aspiration d’une majorité de Français qui souhaite une évolution notable des us et coutumes de ce petit monde politiques.

Il eut d’ailleurs été particulièrement étonnant qu’un mouvement aussi faiblement structuré puisse franchir ce cap, d’une importance vitale, sans encombre. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de l’après présidentielle avec la tenue du congrès de constitution de la République en Marche et sa capacité à résoudre cette équation : comment garder cette dynamique et cet enthousiasme tout en gardant une cohérence dans l’exercice du pouvoir et ce en préservant la richesse du débat, aspiration forte chez les marcheurs, enfin il me semble.

C’est probablement l’autre difficulté de la prochaine législature… trouver un équilibre entre députés godillots et députés libres… par avance, je souhaite bien du courage au futur président du groupe REM à l’assemblée nationale.

A cette heure, tous les problèmes ne sont pas résolus, simplement il nous faut garder à l’esprit qu’il s’agit avant tout de réussir à obtenir une majorité absolue à l’Assemblée Nationale et aussi de faire en sorte que le Front National ait le moins de députés possible.

Alors, ici et là, il faut parfois se rendre à la raison, le candidat ou la candidate n’est pas forcément celui ou celle qu’on espérait, et garder en mémoire les deux objectifs cités plus haut. Une chose est sûre, dans 5 ans, l’argument de la lutte contre le FN ne portera plus et il semble qu’Emmanuel Macron est parfaitement conscient de cela.

On peut rechigner, se sentir trahi, pour autant au soir du deuxième tour, il sera trop pour se plaindre si on se retrouve dans sa circonscription avec un ou une député FN. Et certaines circonscriptions sont plus propices à ce risque, chacun doit en tenir compte.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article